publicité

publicité

Sevrage tabagique : 6 méthodes efficaces et scientifiquement prouvées

Publié par : Dorothee Gebele (05. septembre 2017)

© iStock

Le tabagisme est l'une des causes les plus importantes de décès dans le monde : la consommation de tabac tue plus de 7 millions de personnes chaque année. Ceci n’est pas seulement un bilan humain dramatique, mais pèse également sur le plan financier.

D’après un rapport publié par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) à l’occasion de la Journée Mondiale du Tabac en 2017, le coût du tabagisme pour les systèmes de santé se compte en milliards de dollars. Il faut admettre que ce chiffre interpelle.

Et chez nous ? En France, on compte plus de 16 millions de fumeurs. C’est beaucoup. Trop, si l’on considère que le tabagisme nuit gravement à la santé : artériosclérose, BPCO, cancer des poumons, cancer de l’œsophage, maladies cardio-vasculaires… Les conséquences du tabagisme peuvent être dramatiques.
 

La bonne nouvelle : il n’est jamais trop tard ! Même à un âge avancé, l’arrêt du tabac a un impact positif sur notre état de santé.

Bien sûr : arrêter de fumer, c’est facile à dire, mais bien plus difficile à faire. Il existe de nombreuses méthodes pour décrocher de la cigarette. Certaines sont plutôt efficaces, d’autres moins...

Nous vous présentons 6 stratégies qui peuvent faciliter le chemin du sevrage tabagique !

L’incitation financière

Fumer est… cher. Et cela ne va sûrement pas s’arranger. Au contraire, les augmentations de prix de la cigarette quasi annuelles promettent plutôt l’inverse. D’après une annonce du gouvernement en juillet dernier, l’objectif est de ramener le prix du paquet de cigarette à 10 euros, progressivement… A ce prix, si vous fumez 10 cigarettes par jour (un paquet contenant 20 cigarettes), le tabagisme vous coûtera presque 2.000 € par an !

En 2015, une étude menée auprès de plus de 2.500 fumeurs a démontré que l’incitation financière est un facteur très important pour arrêter de fumer. L‘après cette étude, le programme anti-tabac le plus efficace était celui où il y avait un enjeu financier : les participants devaient payer 150 $ au début du programme ; les participants qui ont réussi à résister à la cigarette pendant plus d’un an ont récupéré leur 150 $, avec 650 $ en prime.

Et vous ? Faites le calcul pour savoir combien d’argent vous dépensez chaque semaine, mois, année… pour la cigarette. Vous allez alors vraiment vous rendre compte combien d’argent est littéralement parti en fumée ! Autant dire que le résultat vous aidera à trouver de la motivation pour arrêter !

Le sevrage sec

Il faut l’admettre : peu de personnes réussissent (4-7%) à arrêter de fumer du jour au lendemain. Car oui, cette méthode demande une sacrée volonté et beaucoup de discipline ! Mais si vous avez la motivation ... vous pouvez y arriver !

Un conseil : dès que vous ressentez le besoin de fumer, essayez de vous changer les idées. Ne laissez pas l’ennui vous gagner ! Ecoutez de la musique, faites du sport, trouvez de la compagnie pour parler de – et penser à - autre chose.

Le sevrage à deux, c’est plus simple

Une étude menée par les chercheurs de l’université de Londres auprès de plus de 3.700 personnes a démontré que l’implication du partenaire joue un rôle extrêmement important dans la réussite du sevrage.

Dans le cadre de cette étude, des couples ont participé – ensemble - à un programme anti-tabac. Résultat : presque 50% des hommes ont recommencé à fumer si leur partenaire a arrêté le programme prématurément. Seulement 8% des hommes ont rechuté lorsque… leur partenaire tenait bon !

Les substituts à la nicotine

Sous forme de patch, chewing-gum, inhalateur, gomme ou comprimé… Les substituts nicotiniques aident à décrocher de la cigarette. Avec succès ! Ces substituts à la nicotine sont sûrs et efficaces lorsqu’ils sont correctement utilisés.

L’analyse synthétique de plusieurs études a démontré que la probabilité de réussir l’arrêt de la cigarette augmente de 50 à 70 % lorsque les fumeurs ont recours à ce type de produits.

La pilule anti-tabac

Une pilule pour arrêter de fumer ? Et bien, c’est une véritable alternative aux substituts nicotiniques. Ces pilules anti-tabac, des médicaments délivrés par le médecin, contiennent des substances actives comme la varénicline (ou Champix) ou le bupropion.

Normalement, la nicotine active certaines zones dans le cerveau qui sont responsables de la sensation agréable de la … récompense. La varénicline se fixe aux récepteurs qui, en temps normal, réagissent à la nicotine. Résultat : la sensation de la récompense est inhibée, et il devient plus facile de résister à la cigarette.

La cigarette électronique

Est-ce que l’e-cigarette aide à arrêter de fumer ? Ce débat reste ouvert. Une étude de l’année 2013, publiée dans le magazine spécialisé de renommée « The Lancet », a démontré que les e-cigarettes contenant de la nicotine pourraient éventuellement être plus efficaces pour favoriser le sevrage tabagique que les patch contenant de la nicotine. Mais l’effet – s’il y a effet – est minime.

Selon les connaissances actuelles, la cigarette électronique n’est donc pas spécialement adaptée pour faciliter le sevrage tabagique.

En images : d'autres conseils pour arrêter de fumer

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Dépendances ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> 18 conseils pour arrêter de fumer
> Notre dossier spécial : Arrêter de fumer
> Comment s'en sortir d'une addiction ?
> La sophrologie contre les addictions
> Tabac : éviter la rechute !
> Comment une séance d'hypnose peut vous aider à arrêter de fumer

Sources :

World No Tobacco Day 2017: Beating tobacco for health, prosperity, the environment and national development. Informations en ligne de l’OMS : www.who.int (dernière mise à jour : 30/05/2017)
Quitting smoking is most difficult New Year’s resolution to keep. Informations en ligne de la Royal Society for Public Health: www.rsph.org.uk (date de consultation : 27.1.2017)
Jackson, S. E., Steptoe, A., Wardle, J.: The influence of partner’s behavior on health behavior change: the English longitudinal study of ageing. JAMA internal medicine, Vol. 175, Iss. 3, pp. 385-392 (2015)


✖ FermerNous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu du site internet, afficher des publicités personnalisées, proposer des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser le trafic du site internet. Certaines informations sont partagées avec des partenaires d’omeda. En poursuivant la navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations et pour paramétrer les cookies, cliquez ici.