publicité

publicité

Malformations de l'utérus : les différents types de malformations utérines

Publié par : rédaction Onmeda (15. septembre 2017)

Les différents types de malformations utérines :

L'utérus cloisonné
L'utérus bicorne
L'utérus communicant
L'utérus unicorne
L'utérus pseudo unicorne 
L'aplasie bilatérale complète de l'utérus
L'aplasie bilatérale incomplète de l'utérus
L'hypoplasie utérine

L'utérus cloisonné :

C'est la malformation la plus fréquente (près de la moitié des malformations utérines). Celle-ci est due à un défaut de résorption de la paroi entre les canaux de Muller, au moment du développement embryonnaire.

Une grossesse peut être menée mais elle doit être surveillée car le risque de fausse couche et le risque d'accouchement prématuré est plus important. Un cerclage du col de l'utérus lors de la grossesse peut être envisagé.

La cloison peut contraindre la présentation foetale et ainsi compromettre un accouchement par les voies naturelles.

Le pronostic dépend de la localisation et de la taille de la paroi ainsi que de l'endroit où s'implante l'embryon.
Son traitement est chirurgical, il repose sur la résection de la cloison par hystéroscopie.

L'utérus bicorne :

L'utérus bicorne présente deux demi matrices et résulte d'un défaut de fusion des canaux de Muller.

En cas de grossesse, celle-ci se développe dans une des deux cornes.

Les fausses couches sont plus fréquentes mais le pronostic pour la grossesse est plutôt bon. La présentation du fœtus par le siège est plus souvent retrouvée. Une béance du col de l'utérus peut être associée.

L'utérus bicorne peut alors présenter un ou deux col de l'utérus (uni ou bicervical). Une femme ayant un utérus bicorne, bicervical peut aussi avoir deux vagins.

Un traitement chirurgical consistant à réunifier les deux cornes ne présente pas de résultat franchement bénéfique, il est plutôt réservé à certaines patientes après plusieurs fausses couches.

L'utérus communicant :

Cette malformation peu fréquente peut concerner un utérus cloisonné ou bicorne. Les deux cavités communiquent par un orifice de taille variable.

L'utérus unicorne :

Cette malformation est assez rare. Cette anatomie fait suite au développement normal d'un seul des canal de Muller, il fait la moitié de la taille d'un utérus normal. Il n'est relié qu'à une seule trompe de Fallope ce qui peut diminuer la fertilité car les ovocytes ne proviennent plus que d'une trompe au lieu de deux. Le pronostic pour la grossesse est globalement favorable. Aucun traitement n'est possible.

L'utérus pseudo unicorne :

Il correspond à un utérus unicorne avec une deuxième petite corne rudimentaire borgne de l'autre côté. Le principal risque est l'évolution d'une grossesse dans cette petite corne, se compliquant d'une rupture utérine.

L'ablation chirurgicale de celle-ci est donc souvent recommandée.

L'aplasie bilatérale complète de l'utérus :

L'aplasie complète est très rare. C'est une forme non viable pour le fœtus qui en est porteur car elle est associée à une absence des deux reins.

L'aplasie bilatérale incomplète de l'utérus :

C'est l'absence congénitale d'utérus due à une absence de formation ou de progression des canaux de Muller. L'ébauche d'une (ou deux) cavité utérine est possible.

Elle peut correspondre au syndrome de Rokitansky-Kuster-Hauser : présence de deux cornes rudimentaires, de deux ovaires normaux et absence de vagin. Une anomalie rénale y est souvent associée. Aucune chirurgie n'est envisageable pour permettre une grossesse.

L'hypoplasie utérine :

Elle correspond à un développement insuffisant de la cavité utérine. Ce petit volume utérin peut aller jusqu'à inverser le rapport entre la taille du corps et du col.

Elle peut être responsable de fausses couches et d'accouchements prématurés.

Des anomalies peuvent concerner les femmes ayant été exposées, in utero, au Distilbène, un médicament qui n'est désormais plus utilisé chez la femme enceinte. Celles-ci peuvent présenter un utérus déformé ou de petite taille, également à risque de fausses couches.

Vous voulez échanger, partager votre expérience ou avez besoin d'un conseil ? Rendez-vous dans nos FORUMS Gynécologie ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Le kyste de l'ovaire
> Je risque d'accoucher avant terme
> Quand la grossesse se termine mal...



✖ FermerNous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu du site internet, afficher des publicités personnalisées, proposer des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser le trafic du site internet. Certaines informations sont partagées avec des partenaires d’omeda. En poursuivant la navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations et pour paramétrer les cookies, cliquez ici.