publicité

publicité

Le shiatsu : Le « bilan énergétique »

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. février 2012)

Afin de détecter cette mauvaise circulation de l'énergie vitale, le praticien effectue au début d'une séance de shiatsu un « bilan énergétique », en plusieurs phases : observation du sujet, écoute du sujet afin de vérifier la correspondance entre la voix et la morphologie, contact tactile par le biais de la poignée de main, discussion avec le sujet, et éventuellement, selon l'école, prise des 12 pouls chinois.

Comment agit le shiatsu ?

Le praticien effectue des pression des doigts, plus particulièrement des pouces ; dans certains cas, il peut utiliser la paume de la main, le coude, le genou ou le pied. Ces pressions sont effectuées sur des zones spécifiques des méridiens, appelées « tsubos ». Ces tsubos correspondent à des points d'acupuncture, où le flux d'énergie peut être influencé.

A ces pressions peuvent s'ajouter des mouvements spécifiques permettant des étirements et des déblocages énergétiques au niveau des articulations, importantes zones de passage de l'énergie.

Comme le souligne Claude Didier, porte-parole de la Fédération française de shiatsu traditionnel (FFST), le shiatsu n'est autre que « l'expression concrète et élaborée d'une réaction naturelle et instinctive consistant à porter la main à un endroit douloureux ».


✖ FermerNous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu du site internet, afficher des publicités personnalisées, proposer des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser le trafic du site internet. Certaines informations sont partagées avec des partenaires d’omeda. En poursuivant la navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations et pour paramétrer les cookies, cliquez ici.