publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Mon histoire

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Mon histoire



    on ma violer y a de sa 2 ans j'avais 20h et le mec c t un marocain je les rencontrer sur internet j'ai mis beaucoup de temp a m'en rendre compte j'ai expliquer a ma meilleure amie et c elle qui ma dit que c t un viole quelque amie sont au courant mon ex et ma meilleure amie mes parents sont pas au courant sa c passé quand j'ai dans une colocation depuis j'ai beaucoup de mal a respirer,je me sens coupable j'ai honte aussi et je me dit que sa serait pas arriver si j'avais pas été sur un site de rencontre sur internet je sort presque que pas sauf si besoin de aller cherchez quelque chose on me dit que c pas de ma faute que j'ai subi mais je peut m'enpecher de me sentir coupable et je ne peut pas regarder des mec dans la rue j'arrive pas et des que je suis dehort j'ai toujour l'inprésion que on parle de moi et quand je suis en fête je ne peut m'enpecher de pleurer

  • A propos de que j'ai écrit



    j'ai oublier de dire dans mon message que la nuit je dort en revoyant la scène de ce que on ma fait et je tien a préciser que toute l'histoire que je raconte et vrai et que je les vraiment vécu

    Commentaire


    • Mon histoire suite
      Réponse a veut tu que je t'aide



      dit ton aide c sens aucun danger et si j'ai besoin de te demander de l'aide admetton je c pas si t truc de voyance pourrait m'aider je c meme pas si c vrai ce que tu dit tu va pas me demander de payer ta consultation de voyance tout ce que je dit la c pour me rassurer enfaite j'ai pas envie d'avoir plus de problème que j'en et déja tu comprend répond stp merci

      Commentaire


      • Mon histoire suite



        j'ai oublier de préciser un truc avant le viole il a pénétrer sa main dans le vagin alors que je voulais pas et pour le rapport sexuelle il a pas fait que devant,derrière aussi malgrés que je voulais pas et pendant le rapport sexuelle et me bloquer les brats et les jambes et m'enbrasser pour pas que je bouger mais plus je me débatter pour il me fesait mal au brats et on jambes et le rapport sexuelle sa fesait mal aussi et il c pas protéger j'ai eu beaucoup de chance de pas être enceinte,de pas avoir de maladie aussi

        Commentaire


        • Raconter mon histoire "30 ans sans identité, 30 ans sans patrie.



          - Trente ans sans identité.
          - Trente ans sans patrie


          Moi lenfant de la guerre qui ne devait pas exister, qui devait être écarté, caché, que personne ne devait avoir de contact avec moi, moi, lenfant de la guerre qui vivait le plus clair de son temps entre la cave et le grenier lorsque quelquun venait à la maison, moi, lenfant de la guerre qui ne parlait à personne et que personne ne devait lui parler.

          A laube de mes 68 ans, je dis à ma mère: Je viens une nouvelle fois vers toi parce que mes courriers, mes appels et mes demandes ne te sont pas transmises depuis 1986. En 2012, ta fille Fabienne devait réunir autour dune table ronde la famille, elle mavait proposé que, si ça me faisait plaisir de nous faire rencontrer pour que nous puissions parler de notre histoire commune de ce manque didentité que jai eu une grande partie de ma vie, je devais te rencontrer chez toi, jai longuement attendu et je nai jamais rien vu venir.

          Milles questions me taraude toujours, pourquoi tant de questions tournent-elles en boucle dans ma tête, pourquoi elles me font si mal, si mal, quelle me ronge à petit ... ai limpression que je vais en mourir. Pourquoi ce gâchis ? Pourquoi ? Pourquoi ais-je payer tout ces secrets et ces fautes inavouables. Mais pourquoi donc moi ?


          Je ne sais pas pourquoi, peu être parce que je narrive pas à admettre : toi qui était une grande dame aux yeux de tout le monde à Givet, toi que tout le monde vénérait.

          Un moment donner ou à un autre tu aurais ... rapprocher de moi, me parler, me dire nimporte quoi, même des mensonges, mais au moins, au moins me donner, me donner mon vrai nom, mon identité, mon identité, mon passeport pour ma liberté, la liberté de pouvoir me réaliser, me construire une vie, peut importe la voix que jaurais choisie, mais me dire qui jétais et non pas me laisser partir avec la fausse identité que tu mavais donner à notre retour dAllemagne et qui ma conduite tout droit en prison pour usurpation didentité, et pourquoi ne mavoir remis mon véritable extrait de naissance, simplement quaprès ce mariage arranger et non pas lorsque je te lai demander à mes 21 ans, et que tu mas dit que tu navais plus rien me concernant, de même que, lorsque jétais en prison, tu disais aux autorités aussi que tu navais plus rien sur moi, et que tu ne me connaissais pas. Tu aurais pu me faire sortir de ma cellule, oui ! Tu aurais pu, mais en tout bien, tout honneur il était préférable pour toi de me laisser croupir en prison et aussi en psychiatrie là ou tu signais tout les six mon internement, là aussi ou lon ta demander mes papiers pour constituer le dossier médical de mon internement à vie, tu nas rien voulu fournir, je mappelais pour tout le monde et pour toujours NICOLE DUJARDIN, FILLE DE ROLAND DUJARDIN NEE LE 05 08 1945 à BORDEAUX si je ne métais pas sauver de la psychiatrie, jy serais morte tellement jétais devenue un déchet humain, une vraie loque tant jétais droguée. Pourquoi ? Au moment de partir juste après mon mariage dans la rue à côté du taxi ou personne na rien vu sauf, lalcoolique que tu mas mis dans les bras, tu mas remis mon extrait de naissance, là ou je nen avais plus besoin, tu étais tout en point libérer dun poids, javais un nom et jétais française. Quelle belle aubaine !! Te rends-tu compte comment jai pu vivre sans identité tout ce temps ? 30 ans plus tard, jaurais en main mon extrait de naissance, incroyable non ?

          Ma gentillesse, ma sociabilité, ainsi que mon amour pour toi, tu me connaissais, jamais je ne taurais fait de mal, jamais je naurais osé te trahir, je taimais trop pour ça, sache, que si javais eu entre les mains mon extrait de naissance, ce passeport obligé pour me réaliser dans la vie sociale comme tout le monde, je ne taurais jamais ennuyer avec mes satanés papiers comme tu disais, mais à part cela, sans rien dans les mains, sans rien dans les poches, je me suis retrouver à la rue avec tout ce qui en découle. Manger dans les poubelles, dormir avec les clochards ou ne pas dormir du tout même.

          Il y a une chose parmi tant dautre dont je me permets de te demander encore pourquoi : Pourquoi lorsque le voisin me violait et que je ten ai parlé tu ne mas pas défendu ? Je ne ten veux pas parce que tu ne pouvais pas faire autrement, il taurait fallu à la gendarmerie dévoiler ma vraie identité et là tu aurais eu de grave problème avec ton mari qui ne connaissais pas ta vie auprès des allemands ni en Allemagne évidement, voilà pourquoi ensuite les viols ont continués, mon corps me fait mal, encore aujourdhui, mes cicatrices souvrent à certaines périodes.
          Et moi, comme une pauvre idiote, une pauvre naïve, je navais aucune connaissance du monde, ni de la vie, jétais aux cents lieux de connaître le scénario que tu faisais de mon existence, la toile que tu tissais jour après jour sans que personne ne puisse en tiré un fil. Cest ça qui me fait mal, je te jure, le fait aussi que tu as fait de moi ton souffre douleur, ton reproche vivant, ta bête de somme. Non, Non, Non, je nai jamais mérité ça, je nai rien fait pour que tu mefface de ta vie dun revers de main, bien quen un premier temps, tu mavais mise en orphelinat..

          Avec le temps jai compris que tu ne pouvais pas faire autrement, moi, Nicole la fille dun Allemand, la fille dun boche, ça faisait tache dans la famille, pas question de faire un faux pas, ni des émules et surtout pour Papa , ton mari, lui qui avait une sainte horreur des Allemands ainsi que tout le reste de la famille. Mais moi dans tout cela, qui étais-je pour toi ? Un pion que tu déplaçais au gré de ta volonté, au gré de la situation que vivais au jour le jour ? Jimagine la peur avec laquelle tu as du vivre, je comprends bien tu sais. Je te dis le fond de ma pensée en ce qui me concerne: Comme il dure de vivre lorsque lon te porte coupable de faits que tu nas pas commis, comme cest dur, cest même invivable !

          Mais alors permets moi de te poser une autre question : Pourquoi mavoir sortie de lorphelinat, je vais te répondre moi : jai été ton passeport pour ta liberté, pour que puisse rentrer en France, voila ce que les russes voulaient pour ton retour une raison valable . NICOLE était là la pauvre attardée mentale que tu me faisais passer a été ta raison valable, ne me dit non, jai les documents vers moi. Ça aussi cest du passé, je ne ten veux pas. Tu ne pouvais pas faire autrement là encore.

          Tu sais que des associations en France puis en Allemagne soccupent de moi, tu sais que des recherches continuent toujours pour retrouver des gens de ma famille. Des enfants laisser pour compte hors mis ceux que jai moi-même retrouver, nés abandonnés, décédés et enterrés en fosse commune en France puis en Allemagne.

          Ce que jai appris, est terrifiant, jai une énorme peine tu ne peux pas savoir comme je souffre, jaurais envie den finir.

          Lors dun séjour en maison de repos en alsace non loin de lAllemagne, tu as rencontré mon père pour aller lui dire que jétais morte du typhus, je comprends pourquoi tu me donnais toujours des faux noms pour que je ne continue pas mes recherches pour retrouver mon père, je ne ten veux pas là non plus, cest passé, je ne peux pas revenir en arrière heureusement dailleurs, je ne peux quen souffrir à en crever.

          Des membres de la famille de mon père mont remis des lettres adresser de toi à mon père et de mon père à toi le tout de 1948 à 1952, jusquà mon soit disant décès et là, plus rienMon père à stopper ses démarches.

          Dans un de ces courriers, mon père te demandait instamment une garde alterner, il te disait quil allait se rapprocher de la justice, je pense que tu as eu peur car tu étais marier et, cest là, que tu as demandé suite à une dépression daller te reposer en alsace, loin de Givet. Tu vois je comprends le fait que tu mas porté pour morte. Mais bon, ça fait mal, très mal.

          Je suis simplement déçue, déçue de na pas avoir pu connaître mon père, jai de lui quelques photos et de toi aussi.

          Je ne vais pas métendre ma souffrance, mes blessures morales et physique sont encore à leur apogée, ça reste encore une plaie béante qui ne se refermera jamais, une vie comme la mienne on ne peux pas oublier, chaque jour je pleure sur la pauvre vie que tu as mise en scène pour moi, chaque jour, je pleure sur le sort que tu mas réservé dés ma naissance et chaque jour je pleure sur tout ce que tu as brisé en moi et figures-toi que je ne comprends pas. Je hurle ma peine à ne plus pouvoir à certain moment me contrôler.

          Aujourdhui, lenfant de la guerre aimerait que tu lui dises toi-même, de part un écrit de ta propre main, que tu ne veux plus entendre parler de lui, cet enfant dont tu devrais être reconnaissante de tavoir donné lopportunité de rentrer en France. Je nai pas besoin de tes enfants pour me dire ce que je dois faire eux, qui nont jamais connus notre histoire commune. Jusquà la fin de ma vie, je ne cesserais de faire vivre mon terrible parcours et si je le fais cest parce que tu refuse de me parler, jamais je narrêterais, en avril/mai sortira Une vie sans nom Au sens propre est figuré à toi de comprendre le sens du titre. Cent mille fois, je viens te demander pourquoi ? Pourquoi moi ? POURQUOI ?

          Je viens te souhaiter une longue vie, bien que la mienne soit sérieusement entachée par les coups, les blessures physiques et morales que jai reçus tout au long de ma vie par tes soins. Je ne peux te dire merci de mavoir mise sur le chemin de la vraie vie, mais te dire quune personne comme toi il ny en a pas deux, tu resteras à tout jamais la personne la plus destructrice, ta devise à été de diviser pour mieux régner, une famille dont tu as voulu léclatement et comme pour avoir détruit ma vie tu y es arriver plus personne ne se parle ce qui est le plus regrettable cest que toi et moi lorsque nous ne seront plus sur terre lhistoire se répétera. Il faudrait à tout jamais que tu fasses amande honorable auprès de tous les tiens, les réunir à nouveau.

          nicole








          Commentaire


          • Sans identité durant 30, sans patris durant 30 ans



            - Trente ans sans identité.
            - Trente ans sans patrie


            Moi lenfant de la guerre qui ne devait pas exister, qui devait être écarté, caché, que personne ne devait avoir de contact avec moi, moi, lenfant de la guerre qui vivait le plus clair de son temps entre la cave et le grenier lorsque quelquun venait à la maison, moi, lenfant de la guerre qui ne parlait à personne et que personne ne devait lui parler.

            A laube de mes 68 ans, je viens une nouvelle fois vers toi parce que mes courriers, mes appels et mes demandes ne te sont pas transmises depuis 1986. En 2012, ta fille Fabienne devait réunir autour dune table ronde la famille, elle mavait proposé que, si ça me faisait plaisir de nous faire rencontrer pour que nous puissions parler de notre histoire commune de ce manque didentité que jai eu une grande partie de ma vie, je devais te rencontrer chez toi, jai longuement attendu et je nai jamais rien vu venir.

            Milles questions me taraude toujours, pourquoi tant de questions tournent-elles en boucle dans ma tête, pourquoi elles me font si mal, si mal, quelle me ronge à petit ... ai limpression que je vais en mourir. Pourquoi ce gâchis ? Pourquoi ? Pourquoi ais-je payer tout ces secrets et ces fautes inavouables. Mais pourquoi donc moi ?


            Je ne sais pas pourquoi, peu être parce que je narrive pas à admettre : toi qui était une grande dame aux yeux de tout le monde à Givet, toi que tout le monde vénérait.

            Un moment donner ou à un autre tu aurais ... rapprocher de moi, me parler, me dire nimporte quoi, même des mensonges, mais au moins, au moins me donner, me donner mon vrai nom, mon identité, mon identité, mon passeport pour ma liberté, la liberté de pouvoir me réaliser, me construire une vie, peut importe la voix que jaurais choisie, mais me dire qui jétais et non pas me laisser partir avec la fausse identité que tu mavais donner à notre retour dAllemagne et qui ma conduite tout droit en prison pour usurpation didentité, et pourquoi ne mavoir remis mon véritable extrait de naissance, simplement quaprès ce mariage arranger et non pas lorsque je te lai demander à mes 21 ans, et que tu mas dit que tu navais plus rien me concernant, de même que, lorsque jétais en prison, tu disais aux autorités aussi que tu navais plus rien sur moi, et que tu ne me connaissais pas. Tu aurais pu me faire sortir de ma cellule, oui ! Tu aurais pu, mais en tout bien, tout honneur il était préférable pour toi de me laisser croupir en prison et aussi en psychiatrie là ou tu signais tout les six mon internement, là aussi ou lon ta demander mes papiers pour constituer le dossier médical de mon internement à vie, tu nas rien voulu fournir, je mappelais pour tout le monde et pour toujours NICOLE DUJARDIN, FILLE DE ROLAND DUJARDIN NEE LE 05 08 1945 à BORDEAUX si je ne métais pas sauver de la psychiatrie, jy serais morte tellement jétais devenue un déchet humain, une vraie loque tant jétais droguée. Pourquoi ? Au moment de partir juste après mon mariage dans la rue à côté du taxi ou personne na rien vu sauf, lalcoolique que tu mas mis dans les bras, tu mas remis mon extrait de naissance, là ou je nen avais plus besoin, tu étais tout en point libérer dun poids, javais un nom et jétais française. Quelle belle aubaine !! Te rends-tu compte comment jai pu vivre sans identité tout ce temps ? 30 ans plus tard, jaurais en main mon extrait de naissance, incroyable non ?

            Ma gentillesse, ma sociabilité, ainsi que mon amour pour toi, tu me connaissais, jamais je ne taurais fait de mal, jamais je naurais osé te trahir, je taimais trop pour ça, sache, que si javais eu entre les mains mon extrait de naissance, ce passeport obligé pour me réaliser dans la vie sociale comme tout le monde, je ne taurais jamais ennuyer avec mes satanés papiers comme tu disais, mais à part cela, sans rien dans les mains, sans rien dans les poches, je me suis retrouver à la rue avec tout ce qui en découle. Manger dans les poubelles, dormir avec les clochards ou ne pas dormir du tout même.

            Il y a une chose parmi tant dautre dont je me permets de te demander encore pourquoi : Pourquoi lorsque le voisin me violait et que je ten ai parlé tu ne mas pas défendu ? Je ne ten veux pas parce que tu ne pouvais pas faire autrement, il taurait fallu à la gendarmerie dévoiler ma vraie identité et là tu aurais eu de grave problème avec ton mari qui ne connaissais pas ta vie auprès des allemands ni en Allemagne évidement, voilà pourquoi ensuite les viols ont continués, mon corps me fait mal, encore aujourdhui, mes cicatrices souvrent à certaines périodes.
            Et moi, comme une pauvre idiote, une pauvre naïve, je navais aucune connaissance du monde, ni de la vie, jétais aux cents lieux de connaître le scénario que tu faisais de mon existence, la toile que tu tissais jour après jour sans que personne ne puisse en tiré un fil. Cest ça qui me fait mal, je te jure, le fait aussi que tu as fait de moi ton souffre douleur, ton reproche vivant, ta bête de somme. Non, Non, Non, je nai jamais mérité ça, je nai rien fait pour que tu mefface de ta vie dun revers de main, bien quen un premier temps, tu mavais mise en orphelinat..

            Avec le temps jai compris que tu ne pouvais pas faire autrement, moi, Nicole la fille dun Allemand, la fille dun boche, ça faisait tache dans la famille, pas question de faire un faux pas, ni des émules et surtout pour Papa , ton mari, lui qui avait une sainte horreur des Allemands ainsi que tout le reste de la famille. Mais moi dans tout cela, qui étais-je pour toi ? Un pion que tu déplaçais au gré de ta volonté, au gré de la situation que vivais au jour le jour ? Jimagine la peur avec laquelle tu as du vivre, je comprends bien tu sais. Je te dis le fond de ma pensée en ce qui me concerne: Comme il dure de vivre lorsque lon te porte coupable de faits que tu nas pas commis, comme cest dur, cest même invivable !

            Mais alors permets moi de te poser une autre question : Pourquoi mavoir sortie de lorphelinat, je vais te répondre moi : jai été ton passeport pour ta liberté, pour que puisse rentrer en France, voila ce que les russes voulaient pour ton retour une raison valable . NICOLE était là la pauvre attardée mentale que tu me faisais passer a été ta raison valable, ne me dit non, jai les documents vers moi. Ça aussi cest du passé, je ne ten veux pas. Tu ne pouvais pas faire autrement là encore.

            Tu sais que des associations en France puis en Allemagne soccupent de moi, tu sais que des recherches continuent toujours pour retrouver des gens de ma famille. Des enfants laisser pour compte hors mis ceux que jai moi-même retrouver, nés abandonnés, décédés et enterrés en fosse commune en France puis en Allemagne.

            Ce que jai appris, est terrifiant, jai une énorme peine tu ne peux pas savoir comme je souffre, jaurais envie den finir.

            Lors dun séjour en maison de repos en alsace non loin de lAllemagne, tu as rencontré mon père pour aller lui dire que jétais morte du typhus, je comprends pourquoi tu me donnais toujours des faux noms pour que je ne continue pas mes recherches pour retrouver mon père, je ne ten veux pas là non plus, cest passé, je ne peux pas revenir en arrière heureusement dailleurs, je ne peux quen souffrir à en crever.

            Des membres de la famille de mon père mont remis des lettres adresser de toi à mon père et de mon père à toi le tout de 1948 à 1952, jusquà mon soit disant décès et là, plus rienMon père à stopper ses démarches.

            Dans un de ces courriers, mon père te demandait instamment une garde alterner, il te disait quil allait se rapprocher de la justice, je pense que tu as eu peur car tu étais marier et, cest là, que tu as demandé suite à une dépression daller te reposer en alsace, loin de Givet. Tu vois je comprends le fait que tu mas porté pour morte. Mais bon, ça fait mal, très mal.

            Je suis simplement déçue, déçue de na pas avoir pu connaître mon père, jai de lui quelques photos et de toi aussi.

            Je ne vais pas métendre ma souffrance, mes blessures morales et physique sont encore à leur apogée, ça reste encore une plaie béante qui ne se refermera jamais, une vie comme la mienne on ne peux pas oublier, chaque jour je pleure sur la pauvre vie que tu as mise en scène pour moi, chaque jour, je pleure sur le sort que tu mas réservé dés ma naissance et chaque jour je pleure sur tout ce que tu as brisé en moi et figures-toi que je ne comprends pas. Je hurle ma peine à ne plus pouvoir à certain moment me contrôler.

            Aujourdhui, lenfant de la guerre aimerait que tu lui dises toi-même, de part un écrit de ta propre main, que tu ne veux plus entendre parler de lui, cet enfant dont tu devrais être reconnaissante de tavoir donné lopportunité de rentrer en France. Je nai pas besoin de tes enfants pour me dire ce que je dois faire eux, qui nont jamais connus notre histoire commune. Jusquà la fin de ma vie, je ne cesserais de faire vivre mon terrible parcours et si je le fais cest parce que tu refuse de me parler, jamais je narrêterais, en avril/mai sortira Une vie sans nom Au sens propre est figuré à toi de comprendre le sens du titre. Cent mille fois, je viens te demander pourquoi ? Pourquoi moi ? POURQUOI ?

            Je viens te souhaiter une longue vie, bien que la mienne soit sérieusement entachée par les coups, les blessures physiques et morales que jai reçus tout au long de ma vie par tes soins. Je ne peux te dire merci de mavoir mise sur le chemin de la vraie vie, mais te dire quune personne comme toi il ny en a pas deux, tu resteras à tout jamais la personne la plus destructrice, ta devise à été de diviser pour mieux régner, une famille dont tu as voulu léclatement et comme pour avoir détruit ma vie tu y es arriver plus personne ne se parle ce qui est le plus regrettable cest que toi et moi lorsque nous ne seront plus sur terre lhistoire se répétera. Il faudrait à tout jamais que tu fasses amande honorable auprès de tous les tiens, les réunir à nouveau.

            nicole








            Commentaire

            Publicité

            Forum-Archive: 2012-072013-02

            publicité

            Chargement...
            X