publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Depression post ivg

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Depression post ivg



    il y a maintenant 9 mois je suis tombée enceinte.Au départ c'était une évidence,je voulais garder mon bébé.Mais malheureusement tout ne se passe passe pas tjrs comme on le veut.Le géniteur n'en voulait pas,je n'avais paS de travail fixe ni mon propre appartement.J'ai commencé alors a me poser des questions.Mon bébé n'aurait pas de père et j'avais peur d'assumer difficilement la situation.je devais prendre rapidement une décision mais je me suis vite perdue dans ma reflexion.tt le monde me disais que ce n'était qu'un embryon,mai pour moi c'etai bien plus que cela.Entre la pression que le père me mettait pour que je ne le garde pas et l'évidence pour certains que ce bébé serait malheureux,je me suis fais avorter,tt était confu dans ma tete,et je n'avais plus le temps de reflechir,du coup j'ai fais ce que je ne me pardonnerais jamais,j'ai tué mon bébé.J'ai vécue ensuite des moments très difficile.J'ai été suivie psychologiquement,mai cela n'a pas suffit a me remettre de cette épreuve.je m'en veux terriblement,et j'ai l'impression que personne n'arrive a me comprendre.si seulement je pouvais retourner en arrière...C'est d'autant plus dur qu'aujourd'hui je me dis que si je n'avais pas fais cette betise je serais maman,mon bébé aurait du naitre ce mois ci.Il n'y a pas un jour ou je n'y pense pas et parfois je me dis que je ne m'en remettrais jamais,que je ne ferais jamais le deuil de ce petit etre qui ne demandait qu'à vivre.malgré la presence de mes amis qui essaient de me soutenir,je me sens si seule.peut etre que d'en parler avec quelqu'un qui a subi la meme chose que moi m'aiderais,je ne sais pas,je ne sais plus trop quoi faire,je me sens perdue.

  • Bonjour



    moi aussi j'ai vécu la même chose que toi dans à peu près les mêmes circonstances et moi aussi j'ai été suivie par la suite mais aujourd'hui après près d'un an je m'en veux toujours et j'en veux encore plus à mon mari.
    Donc si t'as besoin de parler, quoi de mieux que d'en parler avec quelqu'un qui a vécu la même chose.
    biz et bon courage et donc je reste dispo si t'as besoin d'en parler.
    vannseb

    Commentaire


    • J'ai vecu la meme chose



      salut c wendy, saches que g vecu la meme chose , mais moi gt seule .mes parent étaient en voyages.pas de copine, mon conjoint c le genre à se lasser trop vite des problemes.gt seule et je pouvait en parler à personne .je voulais mon bébé mais j'avais la meme situation que toi , donc g faits une ivg par aspiration.je regrette ce que j'ai fais, et je me le pardonnerai jamais.mon bébé aurais 1 mois si je ne l'avais pas...., g besoin de lui.c dure ce que ca faits mal.

      Commentaire


      • Bonjour
        Je vis



        cette situation. Enceinte d'un mois mon copain s'en va si je garde ce bb ety me suplis d'avorter. Moi je veux ce bb mais mon boulot arrive a sa fin, je vis chez mon pere .. j'ai trop peur de regreter toute ma mie

        Commentaire


        • Bonjour,



          Voila 9 mois que cela s'est passé pour moi aussi, et j'étais plus ou moins seule durant cette période, j'ai aussi vécu des moments difficiles. Et maintenant ça va mieux mais j'ai l'impression qu'il me manque quelquechose, je pense aux bébés....On y pensera toujours mais il faut se dire qu'un jour on aura tout fait pour acceuillir et élever un enfant dans de bonnes conditions et que cette fois ci on l'aura vraiment voulu
          Bisous
          S

          Commentaire


          • Je vis
            Même si...



            si ton copain s'en va à cause du bébé c'est qu'il ne tient pas à toi... il partira de toutes facon... je sais ce que c'est.

            Commentaire


            • Moi aussi



              J'ai fait une IVG médicamenteuse le 6 septembre, et c'est très dur... Je lis ton message, et je me dis que je ne suis pas la seule dans cette situation... C très difficile, mais tu as certainement fait le bon choix, parce que ce bébé que tu aurais pu avoir, tu n'aurais pas pu lui apporter toutes les choses que tu espères pouvoir donner à ton enfant, il n'est pas arrivé au bon moment... Pour ma part c ce que je mdis pour essayer d'aller mieux parce que c vraiemnt difficile de se dire qu'on avait une vie à l'intérieur de soi... Je sais que tu y penses tous les jours, et que c chaque jour plus dur, et que certaines dates restent gravées dans ta mémoire, mais la plus belle revanhce que tu pourrais avoir, c de penser à toi, de tout faire pour t'assurer la vie dont tu reves pour accueillir un petit bout'chou et l'élever dans de bonnes conditions, pour pouvoir te dire que tu as fait le bon choix à ce moment la... Je serais ravie de discuter avec toi, tiens moi au courant de l'évolution de ton moral
              Bon courage, je suis de tout coeur avec toi

              Commentaire


              • Je pense subir un ivg fin septembre.



                Je suis présentement en plein de ce dileme qui envahi na vie ces jour-ci. Je suis enceinte de 5 semaines environ. Mon conjoint a fait une des ces crises lorsqu'il l'a sue. Il veut me quitter et m'a proposé de me faire avorter. Jamais je ne pensais qu'un jour j'aurais à faire ce choix déchirant. Cela fait 5 ans que je suis avec lui et je ne prends plus la pillule depuis 1 ans et demie. Il le savait et a choisi de ne pas se protéger. Il dit que c'était pour me faire plaisir malgré le fait qu'il pensait me quitter il y a quelques mois. Il essait de me rendre coupable. Évidemment je veux cet enfant mais la peur de l'élever tout seul sans père me ronge. Je ne sais plus quoi faire. J'ai mon premier rendez vous en clinique le 20 sept. Je ne sias plus quoi penser.

                Merci de me répondre.
                Geneviève 28 ans

                Commentaire


                • De tout coeur avec toi



                  Bonjour,
                  En lisant ton histoire, je me suis reconnue. J'ai subit moi aussi une ivg il y a 7 mois (demain) et le terme de ma grossesse était le 16/09 !!! Je l'ai donc fait à la fin du 2ème mois. C'est la pire des décisions que j'ai eu à prendre et au final je l'ai fait sans être vraiment décidée. Je le regrette du fond du coeur et je le regretterai toute ma vie. J'y ai pensé chaque jour et là c'est d'autant plus difficile parce que je pourrais le tenir dans mes bras. J'ai 36 ans et je n'ai pas d'enfant, j'ai un travail et un petit appart. Le "père" ne voulait pas que je le garde et je me suis poser 10 000 questions car je travaille 1 w-e/2, je n'ai pas de famille proche de chez moi... et mon ami en fait est déjà marié. Enfin tu vois c'était pas simple ! Malgré tout moi aussi j'ai du ... me pardonner et les raisons qui m'ont poussé à le faire ne me paraissent plus aussi évidentes, c'est vrai qu'on se sent seule et c'est une blessure profonde et très dure à cicatriser. Je vais m'arrêter là mais si tu as besoin d'en reparler n'hésite pas. A nos chers bébés qui resteront toujours dans notre coeur.

                  Commentaire


                  • Courage!



                    De tout coeur avec toi et avec toutes les personnes qui t'ont répondu.
                    L'IVG, je n'ai pas été confrontée à cette situation, mais j'imagine bien que c'est très difficile. Pourtant, je crois qu'il existe des solutions: accoucher quand-même et confier l'enfant à une famille qui ne peut pas en avoir par exemple. Si vous êtes en détresse, vous pouvez être accueillie par des associations qui vous conseilleront et vous proposeront des solutions de logement, ou des aides pour aller au bout de votre grossesse et aviser après.

                    Voici l'adresse d'un site qui peut vous être d'une grande aide: ... sosbebe.org.
                    Allez-y, il y a peut-être une solution à laquelle vous n'aviez pas pensé.
                    Il y a aussi des aides et des conseils proposés pour les femmes qui ne se remettent pas d'une ivg et qui ont besoin d'en parler (on peut écrire et avoir des réponses assez rapidement).
                    Je vous souhaite du courage et je pense à vous.

                    Commentaire


                    • Je pense subir un ivg fin septembre.
                      Du fond de mon coeur !



                      salut,
                      j'ai le même âge que toi, je vais te parler du fond de mon coeur, car je me sens en résonance avec ce que tu vis. je ne suis pas sûr de maîtriser parfaitement tout ce que je vais exprimer, alors excuse-moi pour tout ce qui pourrait te paraître déplacé.

                      je suis un homme, marié, j'ai toujours été très féministe, d'une manière générale TRES à gauche, et depuis quelques jours, je me rends compte que les idées qui ont toujours été les miennes (droits inialiénables reconnus y compris et surtout aux plus faibles, fraternité, solidarité, espoir qu'un monde meilleur pourra émerger des siècles de notre histoire humaine, refus de l'exploitation de l'homme par l'homme, conviction qu'à l'être humain tout avenir reste toujours ouvert, y compris la perspective de faire le Bien, même la pire pourriture, et c'est notamment ce qui fonde le refus de la peine de mort, même pour un tortionnaire nazi ou la petite raclure d'employé de bureau qui s'est contenté de signer ou de régler la circulation des trains de la mort ou la gestion des stocks de gaz), ces idées qui sont en moi, elles m'amènent aujourd'hui à refuser l'avortement, pour moi, et à crier aussi fort que je peux: NON !!!

                      je suis féministe, et radicalement, j'y ai donné de mon temps et de mon énergie, j'ai manifesté, lu, débattu, revendiqué, j'ai essuyé l'insulte des machos, celle aussi des femmes aliénées. et quand je te lis, c'est clair: ne sois pas victime de ton homme, ne le laisse pas t'aliéner de la pire façon qui soit: te forcer à supprimer la vie que tu as en toi, que, à te lire, tu veux protéger. quitte-le, quitte-le, quitte-le, ou tiens-lui tête et montre-lui qu'il devrait avoir honte de faire pareille presssion sur toi,; honte ! des siècles d'oppression féminine pour en arriver là, honte ! facile pour lui, très facile. si tu l'aimes, convaincs-le !
                      de toute façon, les stats sont claires, très peu d'espoir d'avenir pour votre couple si tu cèdes à sa volonté et nies la tienne, comment pourrais-tu ne pas lui reprocher la violence extrême de son chantage ?

                      je suis écoeuré. parce que moi, là tout de suite, c'est l'inverse, ma femme est enceinte, à un moment de ... c'est vrai (notre couple, 13 ans de merveilleux amour, va mal, et 2 semaines avant de savoir, nous avons fait le choix d'une séparation, au moins momentanée, de plus ma femme entreprend un changement professionnel très prenant en temps et en énergie) mais un enfant est là, et je l'aime, et je me bats de tous mes faibles moyens pour la convaincre d'écouter ce qu'elle sent: pas ses peurs, mais l'évidence, elle porte une vie, qui n'est ni la sienne ni la mienne, une vie dont elle me dit déjà (5 semaines) ressentir la présence et la demande de protection.
                      réfléchis bien, écoute-toi, et personne d'autre, tu vois bien l'évidence: "droit de disposer de son corps", mais cet enfant n'est pas ton corps, il n'est pas toi (la science peut le dire, si l'évidence n'y suffit pas: patrimoine génétique différent du tien, il est dans un milieu qui au sens strict n'est pas ton milieu interne...).
                      il y a tellement d'autres choses que j'ai envie de te dire, mais je crois que c'est à peine nécessaire, au fond de toi tu sais, j'en suis à peu près sûr.
                      si tu veux me répondre, on peut poursuivre sur le forum ou en privé

                      je pense à toi très sincérement

                      Commentaire


                      • J'ai vecu la meme chose
                        Tu es en vie, tu contruiras des choses



                        salut,
                        il ne faut pas t'en vouloir, je te le dis comme je le pense. ton mec est coupable, cette société à la con l'est aussi, elle n'a pas su te proposer une autre solution, elle ne t'a pas avertie.
                        franchement, je suis un mec, quand je vois ce que mes congénères sont capables de faire, je crois que ça me rend malade. la facilité, la facilité, et hop j'm'en lave les mains, et c'est ma meuf qui gérera.
                        alors ne te punis pas plus que ça, franchement, ne tourne pas ta colère contre toi, contre ton mec ça serait déjà plus juste, et sinon, mieux, dis-toi qu'une colère c'est une vraie énergie qu'on peut canaliser, utiliser, sublimer pour en faire jaillir quelque chose de beau et de constructif, qui fera ta fierté !

                        ma pensée est avec toi

                        Commentaire


                        • Je vis
                          Féministe contre l'ivg



                          salut,

                          10 mn que je suis sur ce forum et j'hallucine (grave, dirait l'autre). ... les mecs, qu'est-ce que vous avez ? vous avez pas fini d'être pires que les pires caricatures. si tu lis mes autres posts, tu verras que moi c'est l'inverse, je me bats pour que ma femme accepte de garder notre enfant.
                          quant à toi, dis-toi une chose: tu as peur de regretter, parce que tu as peur, si je comprends, de ne pas offrir la vie rêvée à ton enfant, peur de ne pas être à la hauteur, c'est ça ?
                          bon, mon point de vue: imagine ton enfant, et toutes les difficultés qu'il te causera , imagine qu'un jour tu te dises "et si je ne l'avais pas eu, peut-être ma vie serait-elle plus simple", dis-toi que tu auras tous les jours, les mois et les années qui suivent pour faire mieux, changer des choses, arranger des trucs, t'y prendre autrement...
                          ce que je veux dire, c'est que la vie, c'est toutes les possibilités ouvertes (et oui, y compris le risque de faire mal une fois, deux fois, mille fois, mais qui a si peu confiance en lui qu'il pense qu'il fera TOUJOURS TOUT mal, que rien ne sera JAMAIS mieux ?), alors que l'avortement, par définition, y a pas de retour, y a rien à attendre.
                          t'as peur ?
                          quels parents n'ont jamais eu peur ?
                          bon, on peut en parler plus si tu veux.

                          en attendant, à lire un message comme le tien, l'impression que ça me donne, c'est clair, l'avortement c'est un moyen de plus pour les mecs de bien dominer les meufs. bavo, bien joué, en leur faisant en plus croire que c'est leur liberté, leur choix, leur corps, comme ça, si culpabilité il doit y avoir, c'set sur la femme que ça reposera ! bien joué, bien joué , magistrale leçon de défaussement de ses responsabilités.

                          Commentaire


                          • Du fond de mon coeur !
                            Je suis assez perplexe



                            face à ton message: tu parles de ton féminisme, et tu te dis opposé à l'IVG. Est-ce que tu es opposé à l'IVG dans tous les cas, ou seulement dans un cas comme celui-ci où l'IVG est fait par pression du mère alors que la mère aurait finalement préféré garder le foetus ?

                            Parce que je vois mal comment on peut se dire féministe et être absolument contre l'avortement (quand on voit ce qu'était la situation avant la loi Veil, ou ce qui se passe encore actuellement dans des pays comme l'Argentine ou le Chili...)

                            Commentaire


                            • Je suis assez perplexe
                              Perplexe? moi aussi



                              je comprends ta réponse, si je faisais lire ce que j'ai écrit à celui que j'étais il y a 6 jours, ça serait assez drôle.
                              mais je ne te demande qu'une chose: est-ce que j'ai dit un truc faux, ou illogique ?
                              regarde sur le site combien de fois tu lis la même histoire de la pression masculine qui s'impose à la femme et la pousse à se mutiler et à renier sa volonté propre. ça me bouleverse.
                              alors je me dis: et si l'avortement c'était plus compliqué que je ne le pensais, et si par une ironie suprême, les hommes avaient trouvé là un moyen ultime de se défausser de toute responsabilité ?
                              je cherche des pistes, en ce moment, j'arrive pas avec mes grosses bottes

                              Commentaire


                              • Perplexe? moi aussi
                                Le problème



                                c'est que les cas qui apparaissent sur ce site ne correspondent pas à tous les cas de figure...

                                Il y a des cas où les deux membres du couple sont d'accord pour faire une IVG et ne se posent pas de questions (les gens qui n'ont absolument aucun désir de maternité/ paternité, ça existe, et dans ce cas il me semble qu'il vaut bien mieux une grossesse qui s'arrête très rapidement qu'un enfant désiré par aucun parent) et ils ont sans doute peu de raisons de poster ici. Il y a aussi des cas où c'est la femme qui veut avorter et l'homme est contre, mais comme tu as pu le constater, il y a peu d'hommes qui postent ici, ça ne s'appelle pas "auféminin" pour rien...

                                Et je sais bien que c'est un cas sensible pour toi, mais le cas où c'est l'homme qui fait pression sur la femme pour ne pas avorter, là tu ne te poses pas la question du fait de la "pression masculine" et de "renier sa volonté propre" ?

                                Effectivement je pense qu'il y a certains cas où l'existence de l'IVG a permis à certains hommes de ne pas assumer leurs responsabilités (en particulier quand il s'agit d'hommes qui soit se fichent complètement des questions de contraception, soit savent très bien que leur compagne a envie d'un enfant et ne prend plus la pilule mais font comme si de rien n'était et ensuite piquent une crise quand une grossesse survient...) Mais pour des femmes qui n'ont pas de désir de maternité, ou pas de désir de maternité du tout à ce moment-là, ça peut aussi être une grande libération (et il n'y a qu'à voir par ailleurs le nombre d'avortements illégaux qui se produisent dans certains pays où l'IVG est interdite, avec toutes les conséquences en matière de santé...)

                                Là j'ai l'impression que ton point de vue a changé face à cette grossesse imprévue dans ton propre couple et le désaccord à ce sujet avec ta femme. Je comprends que ce soit très douloureux à vivre et j'espère que vous arriverez à trouver un compromis qui vous satisfasse tous les deux. Mais je te trouve un peu prompt à généraliser ou à adapter ton point de vue en fonction de ta situation personnelle (même si c'est humain comme réaction...) Je ne vois pas trop comment trouver une solution optimale à tous les cas où il y a un désaccord entre les deux parents en matière d'IVG: entre deux personnes, on ne peut pas trouver de "majorité"... Alors soit on considère que le choix de la mère a priorité car c'est elle qui porte l'enfant, ce qui est la situation actuelle (certes pas idéale, puisqu'un homme peut se retrouver père contre son gré, ou au contraire se voir refuser l ... à une paternité). Soit on considère que tout foetus est intouchable, et on interdit l'IVG dans tous les cas => avortements illégaux en grande quantité. Soit on considère qu'il suffit qu'un des deux veuille l'IVG pour qu'elle ait lieu => l'homme peut forcer la femme à avorter contre son gré, d'où risques de traumatisme. Soit on considère qu'il suffit qu'un des deux veuille garder l'enfant pour que l'IVG soit interdite => l'homme peut forcer la femme à garder l'enfant contre son gré, d'où risques de traumatisme (accoucher d'un enfant qu'on ne désire vraiment pas ne doit guère être une partie de plaisir), risques d'abandon de l'enfant par la mère, risques de tentatives d'IVG clandestines ou de provocation de fausses couches par la mère au cours de la grossesse... Il me semble tout de même que la situation actuelle est la moins mauvaise, même si actuellement tu es victime de ses travers...

                                Par ailleurs, si tu te dis féministe, je suppose que tu as une connaissance de la situation avant la loi Veil, des luttes qu'ont dû accomplir des gens comme Gisèle Halimi, et aussi du fait qu'actuellement les mères célibataires sont sur-représentées parmi les gens en-dessous du seuil de pauvreté et souffrant de grandes difficultés matérielles (risque à subir lorsqu'une femme choisit de garder un enfant dont le père ne veut pas du tout)...

                                Vu qu'on s'éloigne beaucoup du sujet de départ, il faudrait peut-être déplacer cette discussion ailleurs (cela dit, je pense que discuter du bien fondé de l'IVG en soi n'est vraiment pas l'objet de ce forum, ça ne ferait que raviver les souffrances de toutes les participantes qui ont avorté ou envisagent de le faire).



                                Commentaire


                                • Je te comprend a 100%



                                  j'ai vécu la mm chose que toi je vouilais également garder mon enfant mais j'ai avorter aussi. je regret également ce choix. mais je me dit que c mieux comme sa que ce n'était vraiment pas le moment et qu'il aurait était malheureux que je n'aurais pas pu lui offrir un vrai foyer et une vie stable et je me dit que ce sera lui qui reviendra quand je retomberé enceinte.
                                  la premiere année est la plus difficile accroche toi le plus dur est derriere toi.

                                  Commentaire


                                  • Une petite aide pour te dire que tu n'est pas seule



                                    bonjour
                                    je voulais te dire que je suis dans un cas ou j'ai la chance d'avoir 3 enfants en pleine forme.
                                    a cette date je viens de savoir que je suis de nouveau enceinte mon conjoint me dis que l'ivg est indispensable car financiairement on ne pe pas j'ai fait le necessaire pour malgre ke cela ne soit pas mon avie car je suis contre .
                                    apres mon echo ,je ne sais plus ou j'en suis car senait pas 1 enfant mais deux ,
                                    je suis enceinte de jumeau se qui etait mon reve
                                    je suis mal actuellement , ne sai plus koi faire , j'ai terriblement peur et peur de rejetter mon conjoint apres
                                    l'ivg doit se pratiquer jeudi 28/09/2006
                                    et je ne veu pas ,mais pas le choix
                                    alors je sai dans kel detresse tu ai et je vis actuellement le meme situation malgre qu'ils sont encore en moi
                                    on me dis que le terme tuer ce n'ai pas le cas car il ne sont pas former mais pour moi il vive leur coeur batte
                                    je sai plus koi faire et si quelqu'un pouvait me renseigner si pour des jumeau il y a des aides je pourrai prouver a mon conjoint ke nou pouvons nous faire aider
                                    je n'ai persaonne qui m'entoure moralement
                                    et je suis perdu aussi
                                    je pense ke c'est un deuil dur a passer ou on se sans remet pas
                                    je pense ke si tu est jeune et que tu souhaite avoir un enfant ton deuil ne disparaitra pas mais il sera attenuer
                                    dans mon cas je ne pourrai pas car il n'y en aura pas d'autre et j'aimerai partir aussi avec eux ,mais j'ai 3 enfants qui compte sur moi (c'est se qui me fais vraiment tenir)
                                    je te souhaite du courage et si tu souhaite un enfant hesite pas car tu trouvera bocou d'amour aupres de lui et ta douleur s'appaisera et meme si le pere ne le souhaite pas oublie pas ke tu pe etre aider par la caf , assistante sociale
                                    je compatie a ta douleur mais reflechis bien

                                    Commentaire


                                    • Sois forte...



                                      Je suis pareille qe toi... comme je te comprend... sois forte ma belle...

                                      Commentaire


                                      • Une petite aide pour te dire que tu n'est pas seule
                                        Why don't you listen carefully to your very self ?



                                        salut, se faire aider quand on passe de 3 à 5 enfants, c'est sûr... on vit peut-être pas à bisounoursland, mais il existe encore quelques aides, et des jumeaux sont toujours de telles stars qu'une pluie de cadeaux leur tombe desssus !
                                        mais surtout, je ne comprends pas tu devrais te résigner à quelque chose que tu ne ressens pas, qui n'est pas évident pour toi. je peux pas imaginer que tu ailles à ce point-là contre toi. que ton homme ait peur, franchement, je comprends, 5 enfants, c'est vraiment basculer dans un autre monde, effrayant, disons aussi très intrigant, très excitant.
                                        je suis sûr que tu peux lui faire partager ton optimisme et ta confiance dans la vie (j'y suis arrivé avec ma femme, qui voulait l'IVG, elle le garde, mais le même soir elle m'apprend dans la foulée que je ne suis pas forcément le père... ambiance... enfin, je m'accroche au fait que cet enfant naîtra ! ... est beau !)
                                        à toi...

                                        Commentaire


                                        • Je pense subir un ivg fin septembre.
                                          Écoutes ton coeur



                                          Ce n'est pa a moi de te dire koi faire.Mais si tu desir garder ton bébé,fais le,sui ton coeur et non pas ce ke ton conjoint te di.Il essai de te rendre coupable alors kil avai decidé de ne pas se protéger.je te comprd c ce kil m'est arrivé.C une situation difficile mai sincerement fai ce ke toi tu veu faire.cet enfant il est en toi et non pa ds le ventre de ton homme.JE sais ke tu as peur de te retrouver seule a l'elever,moi aussi javai peur et pourtant maintenant ke c trop tard je sais ke j'aurai pu le faire.Et pui tu as le droit a d aides,et tu trouvera kkun de bien ki t'acceoteras toi et ton bébé(si tu decide de le garder).Ne te fie pas a tes peurs ... ce ke tu veu vraiment,je t'assure ke c le plus important,c en faisant cela ke tu surmonteras ts les obstacles.N'ecoute pa les autres,je te le redis,écoutes ton coeur.

                                          Commentaire


                                          • Je vis
                                            Si tu le veu...



                                            si tu veu vraiment garder ton bébé fais le,je pense k'il t'aideras a tout surmonter,il te donnera du courage.apres la decision n'appartient k'a toi,pas a ton copain ni a personne d'autre,meme si ca peu paraitre egoiste.C toi et toi seule ki porte ce bébé.

                                            Commentaire


                                            • Je comprends



                                              je passe par la meme situation. il y a deux jours que j ai avorter.les personnes qui au courant ne comprennent pas ce que je ressent. tout le monde me dis que ce n etait qu un morceau de viande. mais c etait mon morceau c etait mon bébé. ce bébé dont j ai toujours rever. aujourdhui je l ai tuer. je suis traumatisé. et je te coprends tout a fait je ne pense pas pouvoir un jour oublier ce que j ai fait.

                                              Commentaire


                                              • Une petite aide pour te dire que tu n'est pas seule
                                                Non, n'avorte pas le 28 septembre : tiens bon !



                                                Salut,

                                                Je viens de lire ton message qui m'a ému comme celui de celle qui a crée le poste. Cela conforte ce que je pense. Si au fonds de toi tu as envie d'avoir tes jumeaux, surtout n'écoute que toi. Bien-sûr des jumeaux c'est compliqué mais si c'est ton rêve ?

                                                Personnellement, je suis contre l'avortement depuis l'âge de 18 ans (sans porter de jugement de valeur sur celles qui y ont eu recours) mais je suis FEMINISTE à ma manière.

                                                LA MATERNITE EST UNE AFFAIRE DE FEMMES.

                                                ON NE DEVRAIT JAMAIS DEMANDER A UN HOMME SON AVIS POUR SAVOIR S'IL ON DOIT GARDER OU NON SON ENFANT.

                                                Les hommes... Ils ont peur, ils ne savent pas ce qu'ils veulent, ce sont des enfants à leur manière. En général, ils redoutent d'être père mais sont très contents une fois que le bébé est là (quand ils ne se battent pas pour avoir ensuite la garde !)

                                                Je crois que quand un homme parle d'avortement c'est comme une ombre qui plane sur la relation. On ne veut pas tuer ce qui en est le fruit.

                                                Et comment peut-on dire à notre époque dans un pays comme la France que l'on doive avorter par manque d ... Tout est mis en oeuvre pour qu'une femme puisse élever ses enfants décemment (allocations, impôts etc...) Evidemment c'est toujours mieux d'avoir les moyens financiers importants mais c'est un faux prétexte. Et puis, il y a un dicton qui dit "un enfant arrive toujours avec un pain sous le bras"

                                                Enfin, je voulais te dire que ma grand-mère a eu des jumelles en 1943 (je suis la fille de l'une d'entre elle), c'était l'année la plus noire de l'occupation, il y avait des tickets de rationnement, un seule salaire de cheminot et ils s'en sont sortis.

                                                Alors avorte si c'est ton choix mais pas si tu le regrettes avant même de l'avoir fait, tu risques d'en souffrir et si tu as envie d'avoir des jumeaux, tu seras sûrement une très bonne mère pour eux.

                                                Géraldine

                                                Commentaire


                                                • Ne te force pas à avorter le 28/09/06



                                                  Salut,

                                                  Je viens de lire ton message qui m'a ému comme celui de celle qui a crée le poste. Cela conforte ce que je pense. Si au fonds de toi tu as envie d'avoir tes jumeaux, surtout n'écoute que toi. Bien-sûr des jumeaux c'est compliqué mais si c'est ton rêve ?

                                                  Contre l'avortement (sans porter de jugement de valeur sur celles qui y ont eu recours) je suis FEMINISTE à ma manière.

                                                  LA MATERNITE EST UNE AFFAIRE DE FEMMES.

                                                  ON NE DEVRAIT JAMAIS DEMANDER A UN HOMME SON AVIS POUR SAVOIR S'IL ON DOIT GARDER OU NON SON ENFANT.

                                                  Les hommes... Ils ont peur, ils ne savent pas ce qu'ils veulent, ce sont des enfants à leur manière. En général, ils redoutent d'être père mais sont très contents une fois que le bébé est là (quand ils ne se battent pas pour avoir ensuite la garde !)

                                                  Je crois que quand un homme parle d'avortement c'est comme une ombre qui plane sur la relation. On ne veut pas tuer ce qui en est le fruit.

                                                  Et comment peut-on dire à notre époque dans un pays comme la France que l'on doive avorter par manque de moyens. C'est un faux prétexte. Tout est mis en oeuvre pour les familles nombreuses, les femmes seules (allocations, impôts etc...) même si ce n'est pas assez. Evidemment c'est toujours mieux d'avoir les moyens financiers. Et puis, il y a un dicton qui dit "un enfant arrive toujours avec un pain sous le bras"

                                                  Enfin, je voulais te dire que ma grand-mère a eu des jumelles en 1943 (je suis la fille de l'une d'entre elle), c'était l'année la plus noire de l'occupation, il y avait des tickets de rationnement, un seule salaire de cheminot et ils s'en sont sortis.

                                                  Alors avorte si c'est ton choix mais pas si tu le regrettes avant même de l'avoir fait, tu risques d'en souffrir et si tu as envie d'avoir des jumeaux, tu seras sûrement une très bonne mère pour eux.

                                                  Géraldine

                                                  Commentaire

                                                  Publicité

                                                  publicité

                                                  Chargement...
                                                  X