publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Un souhait...guérir de cette boulimie

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Un souhait...guérir de cette boulimie



    Bonjour. J'ai 23 ans et je suis boulimique depuis l'âge de 19ans. Tout a commencé lorsque j'ai quitté le foyer familial pour mes études. Je m'ennuyais seule dans mon appartement donc j'avais tendance à manger, quitte à faire beaucoup plus de repas par jour qu'il n'en faudrait. Puis j'ai commencé à me trouver grosse...1m63 pour 52kg...ces kilos en trop personne ne le voyait mais moi ils m'obsédaient sauf que je continuais à manger. Un jour, j'ai tellement culpabilisé que je me suis faite vomir. Manger est pour moi un plaisir autant qu'une torture donc me faire vomir était un bon compromis. A cette période, mon père est tombé gravement malade, il était atteint d'un cancer. J'étais si mal que mon poids est descendu à 47kg. J'alternais entre anorexie et crises de boulimie. Trois ans plus tard mon père est décédé, ce qui ne m'a pas du tout aidé pour mes crises. Quelques temps après j'ai rencontré un garçon extraordinaire. Il m'a redonné la joie de vivre. Cependant en son absence je continuais à me faire vomir. A une période je me pesais matin et soir, je notais sur un carnet l'évolution de mon poids. C'était une torture mais cela m'aidait à stabiliser mes kilos. Cela faisait un an que j'étais avec ce garçon, nous avions énormément de projets puis des doutes ce sont installés de son côté malgré son amour pour moi. Je le vis très mal aussi pour me procurer un peu de gaité, je me réfugie dans la nourriture. Mais mes crises de boulimie sont de plus en plus fréquentes. Je m'empêche même de voir mes amis pour ne pas à avoir à manger avec eux. En effet, personne ne connait mon problème. Je suis toujours en contact avec mon ancien copain et j'ai essayé de lui parler pour lui faire comprendre mon mal-être mais je n'y arrive pas, j'ai peur qu'il soit dégouté et qu'il me tourne le dos. Je ne sais plus quoi faire. Je sais que cette maladie aura un jour des répercussions sur ma santé si je ne m'arrête pas à temps. Je ne supporte plus mon corps. Pour moi, ne pas manger pendant une journée est une victoire. Je veux me faire du mal et souffrir encore plus, mais d'un autre côté j'aimerais guérir sauf que je n'en ai pas la force. J'ai peur de la réaction des gens s'ils apprennent ma maladie. J'ai peur d'être incomprise et rejeté. En public je fais comme si j'allais parfaitement bien mais au fond je suis au plus mal. Je m'enferme dans une bulle, je me dis que je mérite surement cette souffrance...

  • Courage!



    Salut Louise,

    moi aussi j'ai 23 ans. J'ai été boulimique-anorexique pendant 5 ans, de 17 à 22 ans, et c'est fini depuis bientôt un an.
    Comme toi j'avais un gros problème avec la nourriture, je me trouvais toujours grosse à l'obsession, je suis descendue à 44 kilos pour 1m62 quand j'avais 16 ans, après un régime draconien. J'étais obsédée par la perfection dans tous les domaines, et la boulimie a été un moyen à partir de la terminale, et pendant mes années de prépa, de gérer la pression très lourde de mes parents, de mon entourage, et de mes études. Comme toi, j'avais l'impression d'être fausse, de mentir. Toutes mes copines étaient jalouses car je pouvais manger à volonté sans grossir, et moi je souffrais énormément et n'arrivais pas à m'en sortir. Ca m'est arrivé de piquer de la nourriture à des amis, de faire 6 ou 7 crises par jour, et d'avoir des embrouilles à cause de ça.
    Pendant toutes ces années, je n'ai pu en parler qu'une seule fois, à ma meilleure amie, qui avait déjà tout compris. Ça a été une aide très précieuse de savoir qu'elle le savait, et que "quelqu'un était avec moi", même si parfois je lui mentais et lui disais que c'était fini. Elle ne m'a jamais rejetée et je pense que c'est certainement un peu grâce à elle que je m'en suis sortie.
    Il y a deux ans, j'ai rencontré mon copain avec lequel je suis toujours, et en étant avec lui j'ai commencé à trouver la volonté de m'en sortir, la volonté de grandir et de passer à autre chose aussi. Je ne lui en ai jamais parlé. Et j'avais également peur des répercussions à long terme sur ma santé, je commençais à complexer sur mes dents et à avoir peur pour mon estomac.
    Bref je suis partie en voyage l'été dernier pour mes études, et j'étais logée chez une dame pendant un mois, puis chez une autre pendant l'autre mois. C'est à ce moment que j'ai arrêté progressivement mes crises et mes complexes. J'ai fait totalement confiance à la première dame qui m'hébergeait. Elle faisait un régime et elle me disait tout le temps "mange, ça ne fait pas grossir, je le mange aussi"; alors je me suis laissée allée et je mangeais comme elle me disait. Je suis repartie à zéro, comme si c'était une deuxième maman. En plus, elle me disait que j'étais fine et jolie, et j'ai regagné confiance en mon corps. Les crises se sont espacées et depuis septembre, niet. Je n'en ai plus envie car j'ai enfin accepté mon corps et ma personnalité, et je ne suis pas plus grosse qu'à l'époque où je faisais des régimes ou des crises de boulimie suivies de vomissements. Je suis limite mieux, je mange de tout et je fais attention quand je peux.
    Une étape importante c'est aussi d'être allée chez le dentiste, qui m'a dit que mes dents étaient en bon état ("ouf!"), et chez un gastro-entérologue: j'ai une légère hernie hiatale, je comprends assez facilement d'où ça vient... et il me soigne.
    Bref ça a été une maladie dont j'ai souffert, mais tu ne resteras pas "malade" à vie. Il faut prendre soin de son corps, et compter sur les autres d'une manière ou d'une autre. Je n'ai pas pu compter sur mes parents, car c'était surtout eux le gros problème, et je suis sûre qu'il y a quelqu'un sur qui tu pourrais compter, rien que pour manger avec, se faire des repas équilibrés ensemble. Il faut se lancer, manger "comme les autres", et remarquer qu'on n'a pas grossi.

    Je ne sais pas si je suis claire, mais j'espère que mon témoignage t'aura montré qu'il est possible de s'en sortir. Si tu as posté ce témoignage, c'est que tu as la volonté de passer à autre chose, c'est le plus important, et c'est cette volonté qui m'a aidée. Après tu verras, tu profiteras de la vie.

    Bon courage, et n'hésite pas si tu veux plus de renseignements.

    Commentaire


    • Courage!
      Merci !



      Bonjour,

      Ton témoignage m'a touché, je me retrouvais quelque peu dedans. Je te félicite de t'en être sortie seule, tu as été très forte et tu as beaucoup de courage. Moi aussi j'essaye mais ce n'est vraiment pas évident. J'ai l'impression de replonger à la moindre contrariété. Quand je ne fais pas de crises de boulimie, je suis très fière de moi...mais cela veut dire aussi que si je n'ai pas fait de crises c'est parce que je me suis retenue de manger. Ce qui n'est pas mieux. J'aimerais en parler à quelqu'un de mon entourage mais pour le moment je n'en ai pas la force, j'ai trop peur de leur jugement. Enfin je te remercie sincèrement d'avoir pris le temps de lire mon post et de m'avoir répondu en me faisant part de ton expérience.

      Commentaire

      Publicité

      Forum-Archive: 2011-062011-07

      publicité

      Chargement...
      X