publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Besoin de conseils d'autres boulimiques vomitives

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Besoin de conseils d'autres boulimiques vomitives



    bonjour a toutes,
    voila je me lance, je m'appel Camille j'ai 20 ans, je suis étudiante sur Paris. j'ai longuement hésité a venir poster un message pour parler de ma boulimie vomitive mais aujourd'hui je n'en peux vraiment plus, je ne m'en sort pas toute seule, sa fait maintenant un peu plus de deux ans que je fais une crise par jour en moyenne et que je vomi après.
    a coté de sa je ne sais pas si l'on peut dire que je fais de l'anorexie mais en tout cas je ne fais pas de repas normaux, je me nourrie que de pommes, yaourts, concombre, carotte. cependant mon poids reste normal (trop a mon gout puisque j'aimerai maigrir) la nourriture m'obsède, mon poids m'obsède il conditionne mes humeurs. mes crises sont de plus en plus grosses. durant ces 2 ans je n'est pas réussit a dépasser plus de 6 jours sans crise a chaque fois je recraque.
    je n'ai parlé de sa a personne, sa fait 3 ans que je n'est pas vu de médecin, j'ai peur d'y aller. mais j'angoisse beaucoup pour ma santé, mes dents surtout. j'ai très peur d'en parler a un psy également.
    j'ai beaucoup lu sur la boulimie vomitive, dont sur les groupes de paroles l'une d'entre vous y est déjà allée sur Paris? Je me questionne aussi sur le Prozac même si je sais que se n'est pas régler le fond du problème mais juste le camoufler mais peut être que c'est utile au moins juste pour diminuer les crises. qu'en pensez vous ?
    alors voila j'aimerai des conseils de votre part, comment je peux m'en sortir, quel médecin voir (j'habite sur Paris), ou juste parler de sa avec une autre boulimique me ferai surement du bien.
    merci de m'avoir lu.
    camille

  • Bonjour camille,



    moi aussi boulimique, mais non vomitive (et c'est pour cette raison que je ne peux pas vraiment t'aider ou te donner des conseils :/)
    je tiens a te dire que je comprend cette période difficile que tu vie (car tout comme toi...je ne m'en sort pas) mais il faut i croire encore et encore !! (et je sais que parfois même, c'est dure d'y croire !) mais COURAGE !!!
    si tu veux parler ya pas de soucis car je pense que la meilleur façon de s'en sortir c'est de s'entre aider .

    et puis tu sais, je pense que aller voir un psy est d'abord l'essentiel pour guérir, il ne faut pas avoir honte ! les psy ne peuvent pas te juger ! ... juste t'aider.

    voila, si tu souhaites parler saches que je suis là !

    courage a toi.

    louise

    Commentaire


    • Du renfort!



      Salut Camille,
      Je m'appelle Marion j'ai 21 ans.Je comprend totalement ta situation... Tu n'es pas seule.
      Moi-même,je suis tombée dans l'anorexie à l'âge de 14 ans.
      A l'époque je pesais environ 56 kg pour 1m76,mais je me suis mise à contrôler de très près ma façon de me nourrir. Parallèlement à ça,je pratiquais un sport de combat en compétition, mon poids étant situé entre 2 catégories, je me suis mise à faire très attention à tout ce que je mangeais. J'ai donc atteinds mon but très vite mais je ne m'arrêtais plus, jusqu'à tomber à 49kg.
      La nourriture est devenue mon "meilleur ennemi", je révais nourriture,je vivais nourriture, c'était devenu une obsession! Mon père étant bon vivant, c'était une vraie torture de le voir manger en toute sérénité. Dès que je sentais l'odeur d'un bon plat, je me mettais à paniquer, je devenais hystérique, agressive, à fleur de peau. Il y avait de la haine, de la souffrance, une frustration intense, de la rage, toutes ces émotions qui s'entrecroisaient en l'espace de quelques secondes.je ne pouvais même plus rester dans la cuisine, c'était insupportable, rien que de voir un plat (ultracalorique selon moi) je fondais en larme... Je suis devenue hyperactive aussi bien dans mes études que dans le sport, j'excellais de partout....Puis du jour au lendemain, une petit contrariété m'a totalement bouleversée.
      Alors que j'étais dans l'hyper-contrôle de mon corps et de mon esprit, je me suis mise à me jeter sur la nourriture. Et c'est là que LA boulimie est apparut. Manger, manger et encore manger, à pleurer de douleur, de culpabilité et de honte. Suite à ces crises, mes réflexes d'anorexique reprenaient de suite le dessus: je me faisais vomir pour me vider de cette nourriture malsaine qui venait de "souiller" mon corps. cela fait maintenant 7 ans que je vis dans cet enfer, je compose entre phase anorexique et boulimique. Je pèse aujourd'hui 65 kg, pour 1m78, je sais pertinemment que je ne devrais rien devoir à redire concernant mon physique mais c'est plus fort que moi, je suis mal dans ma peau, surtout très mal dans ma tête mais au-delà de ça je suis très lucide car je sais d'ou proviennent ces malaises, à moi maintenant d'apprendre à vivre avec, grandir et avancer. Cette "maladie" est avant tout psychologique et se traduit inconsciemment à travers le physique. Concernant ton cas, quelle est ta relation avec ta maman? avec ton papa? Suis-tu une thérapie?
      La BOULIMIE ou l'anorexie émanent de blessures psychologiques, c'est beaucoup plus qu'un problème de poids. Je sais à quel point tu dois te sentir seule, des personnes "normales" te diront: Mais pourquoi tu fais ça? Ça ne sers à rien!! J'ai entendu ces phrases des centaines de fois, et ce genre de discours ne font que m'enfoncer un peu plus dans ma solitude et mon mal-être. Ce que je vais dire est dur à accepter mais tu es la seule à pouvoir changer le cours des choses. Alors certes, ce sera beaucoup plus agréable avec des personnes qui t'entourent mais j'ai remarqué que les gens ne pouvaient pas comprendre ce que tu peux ressentir et l'intensité de ta souffrance. Saches que tu peux compter sur moi!!
      Cette maladie est une vraie teigne car elle est sournoise mais nous pouvons nous en sortir. C'est la 1ère fois que je témoigne, je me bats contre moi-même à longueur de journée, je sais à quel point il est difficile de gérer cela! C'est la raison pour laquelle j'aimerai t'apporter mon aide et mon soutien... N'hésite surtout pas.

      Commentaire


      • Du renfort!
        Bonjours marion



        j'avais dejas répondu a camille et aujourd'hui je viens de lire ta réponse... je voulais te parler car c'est fou comme a travers ta réponse je ressent les même sentiments (l'agressivité en particulier).

        En ce moment je me pose beaucoup la question : "est ce que mes crises (donc mon incontrôle !) sont liées au faite que je me suis trop contrôlée ?!
        et des fois je me dit : "est ce que c'est possible que si j'arrête de trop me contrôler,et que je mange a ma faim et que je ne me prive pas......mes crises s'arrêteront ?!"

        (enfin je ne sais pas si je suis très clair )

        mais voila, j'espere que ce calvaire s'arrêtera bientôt pour chacune d'entre nous

        courage a toi
        a
        louise

        Commentaire


        • Bonjours marion
          Salut louise



          Je vois où tu veux en venir,je n'ai malheureusement pas de réponse à toutes nos interrogations. Néanmoins, quelque part, je suis persuadée que ce comportement est lié à notre frustration et donc au contrôle que nous nous imposons.
          D'apparence cette maladie semble simple à guérir: Il faudrait juste que l'on se réadapte à une nourriture saine (c'est ce dont tu me parlais). Mais ce serai juste mettre "la charrue avant les boeufs".
          Une personne n'est pas alcoolique car elle a soif,
          Une personne n'est pas toxicomane par plaisir,
          Une personne n'est pas boulimique car elle a faim...
          Tout ces maux sont juste le résultat de profondes blessures et vide intérieur. Notre but est juste de fuir ce mal-être ne serait-ce que quelques minutes.
          Et temps que nous n'aurons pas mis le doigt sur l'origine du problème,je crois qu'il nous sera difficile d'avancer.
          J'ai rencontré une dizaine de psychologues,j'ai été hospitalisée, j'ai tenté l'hypnose,la micro-kinésithérapie,mais rien n'a bougé car tles spécialistes se concentraient surtout sur la dimension "diététique" du problème.
          En début d'année, je me suis lancée dans une thérapie avec une kinésiologue. L"intérêt est de se concentrer sur des sensations intérieurs pour apprendre à "habiter notre corps"(Je ne sais si tu me suis :http://static.afcdn.com/world/communaute/forum/imforum/smiley/g13.gif???)
          Pour ma part, mon gros problème est là: Depuis toute petite, je me suis tellement protégée de mon contexte familial et environnemental (qui n'était pas des plus sains pour un petit bout d'chou) qu'aujourd'hui je suis incapable de mettre des mots sur ce que je ressens. Je connais juste la colère, la haine, l'angoisse et l'insécurité mais je ne sais pas ce que veux dire "le bien-être, la sérénité..." et dès que je réussis à m'ouvrir un peu durant mes séances psy (ce qui me demande une concentration énorme) je m'éffondre car je me sens comme à nu, et très vulnérable.
          Je pourrais encore disserter des heures sur toutes ces sensations ou ce que j'ai appris de cette maladie. Dis-toi que tu peux tirer bénéfice de ce que tu vis car quand tu te sortiras de cette saleté, tu auras acquis une certaine sagesse. Tout ce qui ne te tues pas, te rends plus forte !!
          Maintenant on va se serrer les coudes et comme je disais à Camille, tu n'es plus seule...

          Commentaire

          Publicité

          Forum-Archive: 2012-12

          publicité

          Chargement...
          X