publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Derniers instants a 22ans...

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Derniers instants a 22ans...



    j'ai un ami leucémique. Il a appris sa maladie le printemps dernier et il a 22ans.
    De suite hospitalisé, je suis mm monté a paris pour le voir pendant une semaine.

    La, je viens de l'appeler, il me dit que sa chimio a encore raté, et qu'il y a encore un "médicament de la dernière chace" a prendre bientot. D'ici, la, il profite d'etre dehore, aller au ciné, manger ce qu'il peut, voir sa famille, ses amis...

    Bientot, je vais monter a nouveau sur Paris pour le revoir, mais comment etre avec lui? Que puis-je faire? parler de sa maladie? De la mort? De ce que je fais, la vie?

    A ce stade, j'ai peur de "mal faire" les choses...

    Comment vivre ca? comment l'aider?

  • Hélas !



    Ce n'est pas évident de trouver l'attitude et les mots :-(
    Bien sûr il faut lui parler de sa maladie, demander des explications, ne pas prendre son état à la légère. Ce serait idiot de faire semblant de rien.
    Pour être passée par la maladie (pas à ce stade bien sûr) j epeux te dire que l'indifférence est le pire : des personnes de ma famille ne m'ont jamais posé de question sur ma maladie, comme s'ils ne voyaient rien, que je n'avais rien ou alors une maladie tabou. Et je n'ai rien dit pour avoir la paix, mais j'en ai souffert.
    Ton ami doit être réconforté, tout espoir n'est jamais perdu, il faut toujours se battre, on a vu des cas désespérés remonter la pente. Son nouveau traitement sera le bon, pourquoi en douter.
    Parler de la mort serait déplacé, il n'est pas agonisant quand même ? et puis ce serait trop dur.
    De toute façon il faut que tu ailles le voir, le secourir, le secouer doucement peut-être. Il a besoin d'être entouré, d'avoir des témoignages d'amour, d'amitié, de tendresse.
    Mais tu vas "marcher sur des oeufs" c'est sûr. Ne culpabilise pas si une de tes phrases est suivie d'un blanc. Ce n'est pas de ta faute. Ton ami a sûrement les nerfs à fleur de peau. Beaucoup de mots seront mal perçus, beaucoup trop d'attentions aussi...
    En conclusion :
    Je pense qu'il faut éviter : l'indifférence, le trop d'attentions, la moquerie, et surtout la pitié !
    Ce n'est qu'un avis personnel, mais vécu comme tel.
    Tu me tiendras au courant ?
    Bon courage. Gros baisers.
    Cha

    Commentaire


    • Réconforte le



      je pense comme chami, j'ai moi meme mon amie qui vient d'apprendre qu'elle a un cancer, si la chimio ne marche pas elle a 50 % de chance de s'en sortir et j'en parle sans taboo avec elle, je lui pose des questions, je m'interesse a elle tout simplement!!
      un jour un ami a moi qui avait le cancer, est passé me voir a mon travail, en me disant qu'il venait me dire en revoir pour la dernière fois, cette fois là je ne l'oublierais JAMAIS.
      profite de lui tant que tu peut, ça sera déja ça et ça lui fera du bien.

      gros bisous

      Commentaire


      • Bonjour



        Ton ami et moi avons le meme age ( a un an de différence..) et malheureusement le meme combat...
        Je sais que je vais mourir, j'en suis consciente, c'est moi qui ménage mes amis il parait que c'est typique chez quelqu'un qui a un cancérou (nom donné pour mon petit neveu et je le trouve plus doux en plus...)
        Il faut que tu sois naturelle, toi meme aimante, proche de lui a son écoute, mais reste toi meme, les nons malades disent qu'il ne faut pas montrer sa détresse je ne suis pas d'accord moi, je pense qu'il faut que tu lui parles de ta tristesse aussi c'est important.
        Dernierement avec ma meilleure amie on a crevé l'absces ca a fait mal mais il le fallait, elle souffrait elle avait honte de m'en parler car notre souffrance n'etait pas la meme, et elle pensait souffrir moins que moi, elle se trompait... On en a longuement parlé a la fin elle c senti soulagé et moi aussi...
        je t'embrasse et courage
        engué

        Commentaire


        • Tu sais



          je vis cette épreuve depuis deux ans avec ma meilleure amie, ma petite soeur comme je l'appelle.

          Elle aussi souffre d'une leucémie et elle a pu bénéficier d'une greffe qui n'a malheureusement pas pris.

          Sa maladie nous a rapprochées comme jamais. Quand je suis allée la voir en chambre stérile, en compagnie de son mari, j'ai été en-dessous de tout. Je ne savais pas comment faire pour qu'elle ne voit pas mes larmes. Mais ma présence lui a fait du bien, elle ne voulait pas que je la quitte une fois que nous nous sommes retrouvées seules. Nous avons échangé peu de mots, mais ça lui faisait du bien de me dire qu'elle souffrait, que ses enfants lui manquaient, qu'elle s'en voulait de faire souffrir ses parents.

          Comme elle avait internet dans sa chambre, je lui ai envoyé un petit mot chaque jour, et aussi une longue lettre dans laquelle je lui ai dit combien je l'aimais et que je serais toujours là pour elle. Si bien que nous n'hésitons pas à parler de la mort, de son avenir (?). Nous faisons des projets ensemble tout en sachant que ces projets ne se réaliseront peut-être jamais. Le projet qui nous tient à coeur en ce moment, c'est le mariage de ma fille qui aura lieu en Angleterre au printemps prochain. Elle rêve d' être parmi nous ce jour-là. Nous savons que l'épée de Damoclès est sur sa tête, mais ça lui fait du bien de penser qu'elle sera peut-être de la fête.

          Parle avec ton ami, écoute le parler s'il en éprouve le besoin, dis-lui combien tu l'aimes, et si vous pleurez ensemble ça n'est pas un drame. Cela ne vous empêchera pas de rire aussi ensemble.

          Je suis de tout coeur avec toi.

          Commentaire






          • Coucou,

            Dis donc, ton ami a bcp de chance de t'avoir. En général, il ne reste plus bcp de personnes lorsque la maladie se déclare.

            Ce que tu peux faire: être avec lui, tout simplement, sois toi-même et surtout, si tu as peur de le blesser, dis lui.

            Voila, à bientôt,
            Ersiane

            ps: Ma nièce (13 ans) leucémique a été greffée ya 3 ans environ. On parle de tout ensemble.

            Commentaire


            • Pour ton ami



              il existe une association qui pourrait l'aider. Elle se trouve dans le 13 à Paris, Jeunes Solidarité Cancer, 14 rue Corvisart.
              3w.jscforum.net

              Commentaire


              • Sois naturelle



                parle de tout avec lui; de ses espoirs, de sescraintes, de ce qu'il voudrait que l'on fasse de son corps si cela ne marche pas; de ses projets si son corps accepte le traitement ...N'hesite pas à le serrer dans tes bras; les personnes malades manquent singulièrement de chaleur humaine parfois.

                Et fais lui passer une journee superbe ou le rire lui fera le plus grand bien. n'oublie pas qu'il se fatigue vite, donc pas trop de kms!

                Marie

                Commentaire


                • Tu sais
                  Ce que dit pils est tres juste



                  il y a un moment ou le malade sait/sent qu'il va mourir mais ceux qui l'aiment fort peuvent ne pas l'accepter.
                  Eux croiront toujours qu'effectivement rien n'est joué, que tel traitement peut réussir, que si il y a une chance pour 1000 pour que ça marche et bien pourquoi ce ne serait pas celui qu'ils aiment qui serait ce 1 pour 1000!
                  bref ils deviennent tres irréaliste meme si ils sont rationnels en temps normal.
                  Il faut voir aussi dans tout ça un coté superstitieux parce que au bout du compte on peut se dire que si meme nous on accpete que l'autre va mourir alors c 'est comme si on tentait le diable et qu'on diminuait notre combativité et que donc ça donnerait plus de chance à l'autre de mourir.

                  Comme dit Pils néanmoins, il ne faut pas oter ça au malade et lui laisser la possibilité d'en parler.meme si vous en parlez il reste toujours un espoir.
                  Il faut toujours garder en tete qu'on a eu une chance incroyable de connaitre cette personne meme si elle va mourir...on n'aurait pas ne jamais la connaitre! ce petit changement de perspective dédramatise un peu la mort.

                  Concernant ton attitude, je sais que la franchise et le naturel sont encore plus appréciés dans ces moments là.
                  Ce que les malades détestent c'est l'attitude de comisération que leur entourga peut prendre, une façon de les ménager, d'etre plus gentillets avec eux.

                  Jusqu'a un stade avancé de la maladie, les malades sont capables de débattre de totues sortes de sujets donc comporte toi comme tu l'aurais fait d'habutide et si tu n'es pas du tout d'accord avec ton ami ne te gene pas pour le dire!

                  le plus que tu peux lui apporter c'est lui montrer que tu es là pour lui, que tu es disponible à n'importe quel moment et aussi que ta guérison t'importe...donc c'est bien de s'interesser a ses traitements , de voir si il n y a pas d'autres alternatives...ou alors de te rendre utile à d'autres niveaux (transports etc)

                  En tout cas si tu l'aimes, il faut que tu passes du temps avec lui, beaucoup.
                  Qu'il guérisse ou qu'il meurre, ses moments partagés vont prendre une grande intensité dans le futur.

                  Commentaire


                  • Se que jais lu face a la mort



                    bonjour chere amie
                    le livre disait que lont a peur de parler avec un malade de la mort
                    et que souvent ceux qui vont mourir eux veulent en parler

                    alors demande a celui que tu visiter si il veux que tu parle de sa mort si il veux pas dit lui que tu sais pas quoi parler car tu na pas labitude de visiter une personne qui va mourir ,et demande lui de quoi il aimerais parler
                    laisser parler lautre sans linterompe et ecoute le .et rester naturel ,
                    ses a dire tu peut rire comme pleurer ,
                    bonne chance et je prie pour que tous se passe et pour ton amie
                    bien a sil es croyant dit lui que tu prie pour lui ou allumer un ty lampiom fait du bien et que tu laime voila ,,si tu es croyante demande de teclairer ok xxx

                    bisous je taime monique102

                    Commentaire


                    • Moi je regrette



                      de ne pas avoir oser dire aux gens que j'aimais et qui sont décédés combien je les aimais! Tout ça parce que je ne voulais pas évoquer leur mort... ni l'accepter.
                      A refaire, je n'hésiterais pas. Je leur parlerais ouvertement. Je pense que c'est la meilleure des choses.

                      C'est triste de partir si jeune...

                      Commentaire

                      Publicité

                      Forum-Archive: 2004-092004-10

                      publicité

                      Chargement...
                      X