publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Mon père a décidé de ne plus lutter

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Mon père a décidé de ne plus lutter



    Bsr, mon père est atteint d'un cancer au pancréas. Il a été opéré il y a deux ans mais il a beaucoup maigri et est très affaibli car il est cardiaque, il porte une pile. il a eu un cancer aux intestins et à la vessie. Son état général n'est pas au mieux... Depuis plusieurs semaines, il a des vertiges et tombe. Aujourd'hui, mon père a dit à ma mère qu'il ne voulait plus lutter... Ce we, il m'a dit qu'il allait mourir dans son lit. Bref, j'habite Paris et mes parents en province, je me sens si loin d'eux malgré mes visites rapprochées. Merci à vous de me dire comment gérer.... Dois-je lui dire qu'il peut partir ? Ou ne rien dire et continuer de lui dire que je l'aime ? Merci à vous tous et toutes

  • Cette situation



    est très difficile
    le mieux est de continuer de lui dire que vous l'aimez
    ne lui dites surtout pas qu'il peut partir
    faites comme si de rien n'était
    voyez pour son confort, lui parler de souvenirs...
    pour votre maman aussi soyez présente, car pour elle aussi la situation doit être extrêmement douloureuse
    voyez toutes les deux, et continuez de le soutenir
    on ne peut être totalement à la place d'une personne
    même d'un membre de famille très proche
    courage à vous et votre famille

    Commentaire


    • Cette situation
      Réponse à simba



      Merci de votre réponse. C'est vraiment gentil de prendre le temps... Je lui ai envoyé un poème d'amour ce week end et il m'a répondu que je sache bien moi et ma sur qu'il nous aimait très très fort. Cela m'a fait un bien fou ! Encore merci à vous, de tout coeur

      Commentaire


      • Bonjour maria.



        Je n'approuve pas la décision de ton père , mais je la comprends.

        Non, tu ne peux pas lui dire que sa décision est bonne, mais tu dois le soutenir, si tu peux. Pas facile!

        Dis lui que tu l'aimes, qu'il compte énormément pour toi. Et puis.................... c'est à lui de décider.

        Bon courage et plein de bisous.

        Daki

        Commentaire


        • Bonjour maria.
          Re : dakaroise



          Bonjour et mille mercis pour votre réponse.
          Je dis à mon père que je l'aime depuis longtemps et je lui répète à chaque fois que je le vois.
          Je suis d'accord avec vous : c'est à lui de décider mais je suis paniquée quand il évoque à mots "timides" qu'il va mourir... Difficile à entendre ! Je soutiens mes parents car ma mère est très affectée par la maladie de mon père, c'est aussi difficile pour elle qui vit à ses côtés...
          Encore merci et plein de bisous à vous aussi.

          Commentaire


          • Réponse à simba
            De rien



            et je vous souhaite beaucoup de courage

            Commentaire


            • Je sais...
              Réponse à hurlevent



              Quel beau message que vous m'avez posté. Merci beaucoup.
              Mon père a été opéré il y a bientôt deux ans d'un cancer à la tête du pancréas. Le chirurgien qui l'a opéré nous a mis en garde sur le risque cardiaque car l'opération a duré 9 heures..
              En règle générale, les patients atteints de ce cancer ont une durée de vie de 6 mois mais mon père a un moral d'enfer ! En plus de ce cancer, il a passif très sérieux : cardiaque, 2 cancers (intestins et vessie) et puis une maladie génétique, un syndrome primaire des anti-phospholipides (à vie sous coagulants). Inutile de vous décrire l'état affaibli de son corps. Il pensait, après l'opération, subir une chimio de 2 mois et puis c'est tout... Sauf, que sans chimio, il ne serait déjà plus là et avec d'atroces souffrances. Il a compris qu'il ne guérirait jamais de cette maladie et c'est à ce moment là que mon père a décidé de ne plus lutter. Il répète à ma mère que ce n'est pas une vie de rester coucher et se lever pour juste se nourrir. Mon père est un homme courageux, il regrette cette opération car il dit que sans ça, il ne serait plus là. Je pense que mon père prononce ces paroles mais lutte quand même... Cela me rassure peut être de penser ça...
              Je vais aller acheter ce livre et le lire naturellement.
              Je vous remercie d'avoir pris le temps de me répondre et j'espère que vous trouvez la paix après votre douloureuse épreuve. Je vous le souhaite de tout mon cur.
              Encore mille mercis.

              Commentaire


              • Je sais...



                Bonsoir Maria,
                Votre message me touche profondément.
                J'ai 30 ans et j'ai perdu mon papa le 4 décembre du cancer à 57 ans. il était localisé au pancréas mais c'était un carcinome. bref ceci n'a pas d'importance.
                ce qui en ... est que (par chance) je vis tout près de mes parents et j'ai pu énormément entourer mon papa.
                notre histoire est différente mais vous vivez la même chose que moi.
                Par contre, pour nous tout a été très vite, trop vite.. on a appris son cancer mi-septembre et il a été hospitalisé d'urgence 2 semaines avant son départ dans l'autre monde après 5 semaines de radiothérapie. l'opération était prévue fin décembre. il n'a pas eu le temps.
                Je me rappelle mon papa en profonde souffrance à l'hôpital. me disant que ça le tuait.
                jusqu'à la veille de l'annonce fatidique qu'il n'y avait plus d'espoir (le 2) je motivais mon papa à lutter contre cette saloperie, pour moi, mon frère et ma maman.
                Mais c'était trop dur.
                il a "tenu" 48 heures sous calmants et morphines en notre présence. ce furent les heures les plus horribles et intenses de ma vie.
                le samedi nous avons pu faire venir toute la famille pour le voir "une dernière fois". il était à moitié conscient.
                et le dimanche, lorsque les médecins ont dit que le processus accélérait et que mon papa angoissait de partir... je lui ai donné l'"autorisation" de partir... 7 minutes avant qu'il s'en aille je lui ai dit de ne pas inquiéter, qu'il pouvait s'en aller, que tout aller bien pour nous, que mon frère et moi allions s'occuper de maman... et nous avons senti son dernier souffle.

                Je ne suis pas psy ni thérapeute et je ne peux pas vous dire ce que vous devez faire ou ne pas faire. ce que je peux vous dire c'est que vous devez faire tout ce que vous pouvez pour encourager et soutenir votre papa et votre maman. et dites lui que vous l'aimez, autant de fois que vous pourrez!!! je me suis accrochée au miracle jusqu'à l'annonce des médecins le 2 décembre. on a besoin de croire que la personne qu'on aime va être un des ces miracles dont on entend parfois parler.... mais gardez en tête que le chemin peut prendre 2 directions totalement opposées... et faites tout ce que vous pouvez pour n'avoir aucun regret si la situation devait prendre une mauvaise tournure.
                nous n'avons qu'un regrès, c'est que la situation s'est détériorée d'heure en heure et une fois que nous avons appris que l'espoir n'était plus là, que le miracle n'arriverait pas dans notre famille, mon papa ne pouvait plus parler. il essayait, il comprenait tout ce que nous lui disions mais nous n'avons pu échanger sur sa peur de partir, ni sur cette avenir sans lui. notre famille si unie ne sera plus à 4 physiquement. je dis que maintenant nous sommes toujours 4 mais 3 personnes et un ange. j'ai besoin de m'imaginer qu'il est toujours là avec nous. la vie sans lui m'est encore inconcevable.
                je sais la souffrance que vous endurez. vous ne souffrez pas seulement pour vous mais vous portez aussi la souffrance de votre maman. et ... est terrible.
                Tout mon courage et ma compassions s'envolent vers vous et votre famille.
                Amitiés.
                Magali

                Commentaire

                Publicité

                Forum-Archive: 2012-022012-03

                publicité

                Chargement...
                X