publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Concernant la transmission

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Concernant la transmission



    Ne craignez-vous pas de transmettre l'alopécie à vos enfants ? Ou pensez-vous que c'est davantage un processus qui saute des générations ?

  • C'est une question



    que je ne m'étais pas vraiment posée. C'est vrai qu'on parle d'hérédité père/fils. Maintenant que cela touche les femmes, ce n'est pas évident. En ce qui me concerne, j'ai un fils donc je ne me fais pas trop de soucis pour lui. C'est moins difficile pour un homme, je pense.
    Toujours est-il qu'en ce qui me concerne, j'ai une lourde hérédité en la matière. Mon père n'a pas accepté sa calvitie et il est passé d'implants en greffons... Pour finir avec une perruque car les techniques d'implants il y a une quinzaine d'années n'étaient pas très au point (ça faisait "champ de poireaux"). Il a aussi essayé une greffe de cheveux synthétique mais il a fait un rejet.
    Aujourd'hui, il n'a plus ni "moumoute" ni rien et il s'assume comme ça. Je trouve ça très bien mais cela a été un long chemin à parcourir...
    Et puis, j'avais aussi une arrière grand-mère que j'ai toujours connue avec un postiche.

    Donc, je ne sais pas si l'hérédité joue dans mon cas (sûrement, en fait !). Mais aucun dermato ne m'en a parlé jusqu'à présent.

    J'ai pris rendez-vous ce matin au centre Sabouraud (j'ai rendez-vous le 18 octobre) et j'espère que les choses seront moins confuses et que je vais (enfin) être comprise...
    L'espoir fait vivre...

    Affectueuses pensées à toi,
    Steph.

    Commentaire


    • C'est une question
      Effectivement,




      tu as des indices d'hérédité indéniables. Bien entendu, ton garçon connaîtra peut-être une perte, nettement plus tolérable que pour une femme. Quoique d'après le témoignage que tu fais de ton père, certains hommes en souffrent considérablement. Il suffit aussi d'aller voir le forum stop-calvicie.com pour s'en rendre compte. Il y a d'ailleurs sur ce forum un certain nombre de témoignages interessants post-greffes.

      Ta grand-mère évoquait-elle les raisons de son postiche ? Je suppose que non...
      Je suis effrayée de m'imaginer avec une chevelure naturelle posée sur le crâne, peut-être davantage qu'avec une synthétique. Porter de vrais cheveux, n'y a-t-il pas là quelque chose d'un peu mortifère ? Peut-être pas davantage que porter de la fourrure, mais ce n'est pas le cadre pour aborder ce problème..

      Aucun dermato ne t'a évoqué l'hérédité ? pourquoi ne rencontrerais-tu pas d'autres catégories médicales : endocrynologues et gynécologues... ou chirurgien du cheveu pourquoi pas ? Sinon, il y a bien des écrits et des moyens d'accéder aux bibliothèques médicales spécialisées, en te faisant "pistonner" par le médecin qui t'a posé le diagnostic ? Alors soit j'en fais trop (l'espoir...) soit il est possible d'exiger de s'informer soi-même sur son cas, hors de tout paternalisme ou ménagement médical. L'objection à une démarche solitaire de recherche serait, et c'est légitime : chaque cas doit être observé selon ses particularités, comme une globalité à interactions multiples, le sujet doit donc être accompagné par un médecin. Mais "accompagner" n'est pas "prendre en charge" ou infantiliser par des discours voués, de leur complication, à ne pas être bien entendus du patient.

      Une greffe de cheveux synthétiques dis-tu ? je n'en ai jamais entendu parler... je suis intriguée de savoir de quoi il s'agit et surtout qui pratique cela.

      Tu as bien fait de prendre rdv, j'espère que tu recevras quelques éclaircissements. Surtout n'hésite pas à poser le problème dans les mêmes termes qu'ici, précisément celui-là si tu peux : les médecins sont-ils désemparés face à ces symptômes de perte ? Je ne te dis pas cela uniquement pour profiter de la réponse, car je formulerai certainement cette question moi-même, mais je crois savoir que c'est aussi l'une de tes problématiques et qu'il faut y être confronté directement.

      Commentaire


      • Question hereditaire ???




        bonjour

        la question hereditaire s'est verifié chez moi pour les personnes de sexe feminin. En effet, j'ai 2 cousines qui ont des problemes de pilosité extreme sur le visage et reste du corps, ainsi qu'une acné tres forte ( leur traitement etant plus au moins identique au mien : androcur et diane 35).
        quant à mon frere, des l'age de 18/19 ans il a commencé à perdre les cheveux conformement à l'image paternel qui est chauve depuis 35 ans ....

        le medecin qui me suit m'a confirmé sur le caracter hereditaire pour les personnes de sexe féminin !!!

        quant aux enfants ??? il fuat attendre la fin de la puberté (18/19 ans ) avec les premieres chutes ou pilosité pour les jeunes filles en esperant que d'ici là on a trouvé des traitements pour les meres !!!!

        amicalement

        gersende

        Commentaire


        • Effectivement,
          Il y a bien



          une contradiction dans mon discours : je m'en suis rendue compte ! C'est vrai qu'on dit (et qu'on pense) que pour les hommes, c'est plus facile, mais l'acceptation de soi est quelque chose d'intime et le cas de mon père qui a eu du mal à s'accepter sans cheveux est un bon exemple et ne constitue pas un cas isolé (bien au contraire !).
          Tu sais son expérience en matière de greffe remonte aux années 80 et à l'époque, ce n'était pas très au point. Il a encore des cicatrices sur le crâne (qu'il cache en ramassant quelques cheveux dessus)et puis la question des cheveux synthétiques s'est posée au moment où il a épuisé ses zones donneuses à l'arrière du crâne. Cela permettait de continuer les greffes, mais il y a eu rejet comme c'est souvent le cas quand on implante un organisme extérieur.
          En tout état de cause, si les cheveux greffés ont bien tenus, ceux qui étaient destinés à tomber... Sont tombés... La greffe lui a tout de même permis de gagner quelques années.

          J'espère que mon fils ne connaîtra pas les affres de la calvitie mais a priori, il n'a pas hérité de la même nature de cheveux que mon père et moi (nous avons les cheveux très frisés et très fragiles, de même que le cuir chevelu).
          Donc s'il na pas les mêmes cheveux cela peut-il vouloir dire qu'il n'aura pas cette hérédité ?

          Pour ma part, je ne m'imagine pas porter une perruque, ni complément capillaire. Je me suis acheté quelques bonnets rigolos pour l'hiver, au cas où je me décide à tout raser...
          Je pense que la perruque participe du déni de réalité et pourtant certaines personnes en ont besoin (je pense notamment aux personnes malades à qui cela doit permettre d'exorciser le mal...).
          C'est très personnel, au final. Voilà une superbe conclusion !!
          A très bientôt pour d'autres échanges.

          Commentaire

          Publicité

          Forum-Archive: 2005-09

          publicité

          Chargement...
          X