publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Circoncision

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Circoncision



    Non pas que JE me suis fait circoncire, mais mon meilleur ami oui. Il c'est faite opérer par son prépuce était trop étroit et son gland n'a jamais pu être sorti complètement ( donc il est terriblement sensible) sauf que maintenant il attend que le niveau de sensibilité redevienne normal ( comme tous le monde après cette intervention) sauf que lui c'est beaucoup plus sensible que la moyenne puisque son gland n'a jamais jamais toucher a rien d'autre que son prépuce. Il a terriblement peur que ça ne revienne jamais à la normal. Donc j'aimerais savoir si quelqu'un a déjà souffert de se genre de problèmes et pourrait le rassurer un peu. Parce que je SAIS qu'il va redevenir a un niveau de sensibilité normale c'est IMPOSSIBLE qu'il aille mal pour toujours sauf que bon je suppose que puisque je ne possède pas de pénis je ne peut pas le rassurer très bien.

    Alors des histoires rassurantes a partager?

  • Hum.



    Rassurer quelqu'un qui a choisi de se mutiler ?
    La normale? C'était un gland protégé par son prépuce.

    Il a choisi de se priver de chapeau et se plaint du soleil d'Aout?

    Non, effectivement, tu ne pourras pas le rassurer. Il a choisi de perdre ce qui protégeait son gland sensible. Il expose désormais, pour quelques temps, son gland sensible à la rigueur de sa sphère intime... Et bientôt, son gland aura perdu une bonne part de sa sensibilité, pour la simple raison qu'il aura répondu à l'absence de protection en se protégeant lui même. Une kératinisation de son gland épaissira la peau de celui-ci, en diminuant très significativement la sensibilité de cet organe...

    La normale c'est bien évidemment quand on ne se mutile pas.

    Sincères condoléances.
    J'en suis privé depuis tellement trop longtemps.



    Commentaire


    • Re: Circoncision

      Sur plusieurs forums, j’ai trouvé des commentaires favorables à la circoncision, et d’autres qui y sont opposés, parfois avec virulence, parlant parfois même de » barbaries » ou « mutilations », ou autres stupidités et invraisemblances, parfois de bonne foi, d’ailleurs, mais dues à l’ignorance, ou à un blocage psychologique personnel et relation avec leur sexualité. Si tel était le cas, ça se saurait !

      C’est pourquoi je propose d’apporter mon témoignage. Et chacun peut m’écrire, je répondrai à toutes les questions : gerpoch1@gmail.com

      Il est vrai qu’on peut penser à une agression parce qu’on coupe, même sans nécessité médicale (phimosis), dans de nombreuses régions, hormis les pays musulmans, dans le monde occidental (USA, Australie et autres pays anglo-saxons, Philippines, Corée du sud, Taïwan, Japon, spécifiquement, et de plus en plus en Europe), un certain nombre de centimètres carrés de peau et de muqueuse, pourtant très sensibles. Et le but est de mettre à nu en permanence le gland qui lui est hypersensible.

      Mais, pourtant, sauf rares exceptions, les hommes et les garçons, en général, se satisfont très bien de leur état de circoncis, alors même que leur avis n’a pas été requis durant l’enfance, ou que la circoncision leur a été imposée, directement ou non, le plus souvent par tradition ou impératif médical. C’est donc que cette coupure ne doit pas être aussi préjudiciable que certains, qui en général, ne sont pas circoncis, veulent le faire croire. Et sans en avoir fait l’expérience, dans la plupart des cas.

      Mais ceux qui se le sont fait faire adultes (ou adolescents, c’est pareil), pour quelque raison que ce soit, ont pu comparer l’avant et l’après. Et ils font souvent part de leur enthousiasme, alléguant que la seule chose qu’ils regrettaient était de ne pas l’avoir fait plus tôt !

      Ce fut mon cas, et c’est pourquoi j’interviens pour rassurer, et expliquer en apportant mon témoignage.

      Moi, j'ai la chance d'être circoncis. C'est super. Je l'avais fait par choix. Je n’y étais pas obligé. Je me suis fait circoncire jeune adulte, adolescent déjà formé, après la puberté (à 15 ans et demi… !), non par nécessité, médicale ou religieuse, mais par goût, par désir d’être et de vivre le gland éternellement découvert. C’est plus joli, plus sensuel, plus impudique, provoquant, et c’est très agréable de sentir le gland dans le slip, les vêtements, satisfaction que ne peuvent pas imaginer ceux qui ne sont pas circoncis, dont la muqueuse n’est donc pas kératinisée, et qui trouvent de ce fait le gland décalotté logiquement très gênant et inconfortable.

      J'en avais très envie depuis un certain temps, sans savoir pour autant encore me le verbaliser. Je connaissais un homme déjà mûr qui l'était, qui m'a beaucoup aimé, et pour lequel j’ai gardé un souvenir attendri et reconnaissant. Je découvrais l’amour au masculin… Et il est particulièrement agréable de faire l’amour presque tous les jours quand on est en seconde et qu’on rentre du lycée ! C'est aussi, mais pas exclusivement, ce qui m'a décidé.

      Je voyais ses orgasmes, comment il se tortillait, quand je le suçais, par exemple… C’était un argument très convainquant… !

      Ce n’est que plus tard que j’ai appris que ce désir était beaucoup plus fréquent qu’on le pense. Et, de par l’information accessible maintenant par Internet, de plus en plus d’hommes, éprouvent le désir de se le faire faire.

      J’en ai de nombreux témoignages, et ils sont enchantés de leur nouveau pénis, comme je le fus moi-même jadis.

      Et ça a été la meilleure décision de ma vie, que j’ai prise seul, en m’assumant.

      J’ai donc pu comparer avant et après, puisque j’avais eu la chance d’avoir une vie sexuelle, satisfaisante et épanouissante, de surcroît, très tôt ! Je savais que c'était bien, mais à ce point, je ne l'imaginais pas. C'est génial. C'est la nudité du gland qui est ce qu'il y a de plus appréciable.

      Et pas de problème pour la masturbation, car la muqueuse du gland se change et supporte directement avec les doigts ce qu'elle ne supportait pas auparavant. C’est, en effet, maintenant, tout le gland qui peut être excité directement et très longtemps. Quant à la fellation, c’est extase ! Ça avait d’ailleurs été pour moi l’occasion de « perfectionner » les techniques et « recettes » de masturbation, tant il est vrai que beaucoup d’hommes, de jeunes hommes notamment, finalement, ne savent pas tirer parti de toutes les subtilités de la masturbation qui doit être un véritable culte rendu au pénis.

      Le gland va grossir, même si la puberté est évidemment terminée. J'ai l'impression que le gland, se trouvant ainsi libéré de ses contraintes et à nu se développe davantage, s’épanouit et s’étend, souvent un peu comme en champignon, provoquant, terriblement érotique, dépassant alors la largeur du fourreau de la verge. Il prend une forme mieux développée, plus évasée, qui lui donne cet aspect de plénitude fascinant.

      Et la gêne dans le slip s’apaise très vite et se transforme en sensation agréable.

      Paradoxalement, en effet, la désensibilisation, toute relative, d'ailleurs, conduit à prolonger les choses, du moins pour moi, et à parvenir à un stade de plaisir plus intense et plus raffiné, plus profond, me semble-t-il. Je ne l'ai pas une seule fois regretté. Je suis d’ailleurs loin d’être le seul dans ce cas.

      Je n’ai vraiment rien d’extraordinaire et je ne voudrais pas que quiconque lit mon témoignage suppose que mon intention serait de me vanter. Je ne suis pas mythomane et je ne fantasme pas sur mes « performances ». Mais je dois avouer, vraiment objectivement et en toute modestie, que je connais des orgasmes intenses et longs, absolument « délirants ». Et ce, depuis la circoncision, déjà bien ancienne.

      Dès la cicatrisation, j’avais repris des activités sexuelles, et je pouvais mesurer la dimension nouvelle et surprenante du plaisir, justement, rendue possible, comme je me le ferai expliquer plus tard, par la désensibilisation du gland, qui va accepter toutes les excitations, et la recapitalisation des sensations, puisque les terminaisons nerveuses se refont et se concentrent sur la peau et la muqueuse restantes, qui récupèrent toutes les sensibilités du prépuce disparu.

      C’est ce que j’ai lu au travers d’études américaines, néerlandaises et allemandes, entre autres, que j’ai consultées, dans le cadre d’un travail universitaire. De plus, ce « miracle » m’a été confirmé par des médecins spécialistes patentés et autorisés. Cela doit être dit.

      C’est frappant notamment lorsque tout le frein a été enlevé, ce qui est donc mieux, car c’est toute sa sensibilité qui s’étale, renforcée, sous le gland, dans cette zone devenue lisse en forme élégante de V. Le frein est très sensible, les pratiques philosophiques de la sensualité orientale du tantra parlent de la « porte de jade », s’agissant du frein qu’il faut savoir flatter. Mais ce frein, pourtant réputé ultrasensible, une fois coupé, génère une zone d’une délicatesse subtile, car c’est toute la muqueuse sous le gland qui devient alors une « grande porte de jade », source de délices incroyables, quand on la caresse attentivement avec les doigts ou…avec la langue…

      Un garçon de 16 ans, qui venait de se le faire faire, avec lequel j’avais dialogué à un moment, qui, lui hétéro, avait une relation avec sa copine, disait que c’était absolument magique et qu’il avait perdu, selon son expression, « des années de bonheur » à cause de ce prépuce affreux en trompe d’éléphant.
      Si quelqu'un y pense pour lui ou seulement aimerait en discuter avec moi, pas de problèmes. Et si quelqu'un a envie de franchir le pas, je lui raconterai plus en détail et je répondrai à ses questions, je dis bien à toutes ses questions, même les plus intimes, bien sûr.


      D’ailleurs, plusieurs jeunes, notamment, qui sont à l’âge où on découvre le corps et la sexualité, m’ont déjà posé des questions et certains se le sont fait faire, aussi par choix, comme moi naguère, par souci de virilité et d’esthétique, tout autant que pour la valorisation du plaisir.

      On peut m’écrire : (gerpoch1@gmail.com). Nous sommes « entre hommes » !

      Commentaire


      • Re: Circoncision

        Il ne faut vraiment pas avoir peur de la circoncision, et même s’il y a un problème physiologique, de prépuce, par exemple, dans une certaine mesure, ça peut même être considéré comme une « chance ». Je m’explique, bien sûr :

        Je sais que je ne réponds pas à la question, directement, du moins, mais je pense néanmoins que mon témoignage peut être utile à certaines personnes, des hommes, des jeunes gens mais aussi des mamans qui se posent des questions à propos de la circoncision, pour quelque raison que ce soit, et qui craignent de commettre une erreur. Je voudrais donc les rassurer, et même, au travers de ma propre expérience, les encourager à le faire !



        Cela pour répliquer aux trolls anticircs qui sont au bord du suicide pour avoir été mutilés (toujours sauvagement !!!) et privés à jamais de leur droit fondamental à l’orgasme. Eh bien, s’il me fallait décrire (mais est-ce faisable avec des mots ???) l’intensité des orgasmes que mon gland « privé pour l’éternité de sa sensibilité naturelle » (!!!), il me faudrait des gigas et des gigas pour tenter d’y parvenir !

        Même encore maintenant alors que je ne suis plus ados depuis longtemps, je demeure toujours émerveillé par l’intensité des orgasmes (abstraction faite des effets des émotions, bien sûr) que j’éprouve. Le plus souvent, le plaisir se prolonge très longtemps après l’orgasme et l’éjaculation. Quand j’étais au lycée, je m’en souviens très bien, m’étant masturbé le soir ou dans la nuit, sans même que ce soit le matin, ne serait-ce que parce qu’il m’avait fallu me lever précipitamment pour ne pas être en retard, je ressentais encore le plaisir, pendant le premier cours, au moins. J’ai donc dû souvent décrocher du cours de maths pour me concentrer sur ces répliques de l’orgasme, à l’instar de ces répliques qui suivent en différé les tremblements de terre…

        J'avais 15 ans, et j'aimais un homme que l'était.
        Je me suis fait circoncire adulte, bien que encore très jeune mais déjà formé et pubère évidemment (15 ans et demi !). Je l'ai fait par goût, par envie, donc par choix et sans obligation médicale ou religieuse. Je m’étais bien documenté et j'avais une relation avec quelqu'un qui l'était et ça me fascinait. J'ai été très surpris parce que je savais que c'était bien, mais à ce point, je ne pouvais pas imaginer. Ça a été une révélation. J'ai mieux maîtrisé mon éjaculation, un plaisir plus fort car j'ai trouvé qu'il y avait un pallier qui était déjà l'orgasme qui durait assez longtemps avant l'éjaculation. Pas de problèmes pour la masturbation, car la muqueuse du gland se change et supporte directement avec les doigts ce qu'elle ne supportait pas auparavant. Il faudrait conseiller la circoncision à tous
        les hommes et les ados.


        Je plains alors ces hommes qui partent en guerre comme Don Quichotte contre des moulins pour dénigrer la circoncision.

        C'est triste mais on perçoit qu'il y a un problème autre que celui de la circoncision.
        Je suis bien évidemment incapable de savoir, mais je suis convaincu qu'il y a eu un autre traumatisme chez ce garçon qui l'a complètement bloqué, semble-t-il.
        On ne sait pas pourquoi il a été circoncis, en quelles circonstances. Il est certain qu'en cas de circoncision imposée, non acceptée, il peut y avoir un blocage.
        J'avais lu le commentaire d'un garçon de 14 ans, qui, sans raison personnelle ou médicale, avait été circoncis, quasiment de force, par un beau-père nouvellement arrivé, musulman, que ce garçon ne pouvait pas "piffer" (situation classique !), et qui, par voie de conséquence, ne pouvait pas piffer la circoncision qui lui avait été imposée.
        Un autre cas m'avait convaincu qu'il y avait parfois des traumatismes. Par exemple, un homme adulte expliquait que sa grand-mère, quand il était tout petit, lui tendait le pot pour qu'il fasse pipi (sic!) et il exprimait comme une frustration la perte de son
        prépuce qui faisait un "petit tuyau" devant (en fait, ça devait faire trompe d'éléphant horrible si elle se maintenait après la puberté, selon moi !!!), et il parlait de son "petit robinet". Il expliquait qu'il avait entrepris une démarche, difficile mais pas impossible, de restauration du prépuce par étirement.
        Manifestement, il n'y avait pas besoin d'être un grand
        psy pour comprendre qu'il y avait un autre problème que celui de la circoncision !
        J'avais entendu il y a quelques années le responsable animateur du site "droit au corps" sur France Inter (émission Service Public, maintenant supprimée depuis un certain temps).
        Il était d'ailleurs étonnant que l'animateur ait convoqué un des antagonistes des plus virulents pour prétendre évoquer objectivement la question de la circoncision (sans d'ailleurs même avoir évoqué l'incidence des circoncisions musulmanes !). Cette fois encore, il n'y avait pas besoin d'être un spécialiste pour comprendre que ce pauvre garçon souffrait, atrocement, de ce qu'il qualifiait de mutilation. Et il était sincère. Mais la cause objective, tant soit qu'à cette égard une rationalité de cette nature puisse revêtir un sens, ne pouvait assurément émaner de la circoncision.
        Or, la plupart des détracteurs de la circoncision démontrent directement ou implicitement qu'ils sont confrontés à un problème personnel en lien avec leur sexualité, comme si un stade infantile leur manquait. Pour eux, on leur a coupé leur zizi.
        Il y a manifestement une transposition de la crainte de castration pathologique, du moins selon mon appréciation de profane, qui fausse l'approche et le jugement relativement à ce phénomène anthropologique du perfectionnement du sexe masculin.
        C'est pourquoi je tiens à soutenir un autre son de cloche, et à proposer mon propre témoignage, qui contredit toutes les craintes tout à fait infondées.

        On peut en parler : gerpoch1@gmail.com. Et je répondrai à toutes les questions.

        Commentaire

        Publicité

        Forum-Archive: 2010-082018-05

        publicité

        Chargement...
        X