publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

L'enfant et le conflit parental

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • L'enfant et le conflit parental



    Les effets de la séparation parentale sur les enfants

    La fin dun mariage peut nuire à un rôle parental efficace et priver les enfants du soutien émotif de leurs parents, qui peuvent être temporairement préoccupés par leur propre angoisse. De même, le divorce est souvent suivi dune baisse de revenu pour le parent ayant la garde et pour ses enfants. La séparation parentale, même si elle est stressante, peut toutefois finir par profiter à la fois à lenfant et aux parents, selon la situation familiale. Les nombreuses influences sur lenfant et la famille comprennent la stabilité parentale, le soutien social ainsi que lâge, le tempérament et la résilience de lenfant.

    Les premières études laissaient supposer que les enfants de familles qui vivent un divorce et un remariage sont plus susceptibles de décrocher de lécole, davoir des problèmes avec la justice, dabuser de drogues ou dalcool et de souffrir de détresse affective que les enfants qui grandissent avec leurs deux parents biologiques (5). Des études plus récentes démontrent que seule une proportion légèrement plus élevée d'enfants dont létat mental ne pose aucun problème vivent dans une famille intacte. Certaines études qui indiquent quune forte proportion des enfants sont perturbés par un divorce sont faussées parce que les échantillons cliniques proviennent de familles en thérapie plutôt que de la population générale. Wallerstein et Blakeless (6), par exemple, ont effectué une étude à long terme auprès denfants de parents divorcés de classe moyenne, et ont découvert que près de la moitié des enfants présentaient un stress et une insécurité prolongés qui nuisaient à leur travail et à leurs relations sociales. Létude était toutefois limitée par un échantillon relativement restreint et faussé de familles autosélectionnées, toutes envoyées en thérapie (6). Des études faites auprès de populations plus représentatives indiquent que le risque de dysfonction que courent les enfants des parents divorcés est inférieur à celui quavance Wallerstein et Blakeless, et des observations font état d'une légère augmentation des troubles de comportement chez ces enfants par rapport aux enfants de parents non divorcés (7).

    Quels sont les déterminants négatifs connus? Le stress chronique, relié à une maladie chronique de lenfant, une incapacité ou un tempérament difficile, peut contribuer aux tensions familiales et aux conflits parentaux, de même que le stress suivant la séparation pour les parents. Les styles parentaux, caractérisés par une attitude négative, des conflits verbaux ou physiques et un comportement autoritaire, sont reconnus comme dommageables (8). Les recherches laissent supposer que cest le conflit parental, et non la séparation, qui nuit le plus aux enfants (9).

    Quels sont les déterminants positifs connus? Des observations indiquent que les enfants de parents coopératifs sen sortent mieux dans une résidence physique conjointe (1). Les enfants qui sadaptent le mieux ont des contacts réguliers avec un adulte bienveillant, soutenant et compétent, quil sagisse dun parent, dun membre de la famille, dun professeur ou dune autre personne.

    Ce qui ressort des études jusquà présent, cest la grande diversité des réactions des enfants et de leurs parents face à la séparation parentale. Certains enfants sont capables daffronter le processus de séparation de manière constructive et se dégagent de cette situation compétents et équilibrés dun point de vue psychologique. Dautres vivent une période de détresse, mais retrouvent un équilibre psychologique en lespace de deux ou trois ans. Le dernier groupe denfants souffre de conséquences désastreuses durables.

    Sources : société canadienne de pédiatrie.

    --------------


  • Que faire ?



    Comment aider les enfants à affronter la séparation de leurs parents
    Au moment de la séparation

    Rassurez votre enfant en lui disant que vous et son autre parent laimez toujours.
    Assurez-vous que votre enfant sait quil nest pas responsable de la séparation.
    Aidez votre enfant à comprendre que la séparation est définitive. Il doit savoir que rien ne vous fera revenir sur votre décision.
    Maintenez la routine quotidienne de votre enfant la plus régulière possible.
    Rassurez votre enfant en lui disant quil rendra visite à lautre parent.
    Soyez ouvert aux sentiments douloureux de votre enfant. Ne laissez pas les mauvais comportements ou les comportements nuisibles aller trop loin. Aidez votre enfant à parler de sa colère, de sa peur ou de sa tristesse.
    Après la séparation

    Ne parlez pas à votre enfant de manière négative de lautre parent, de sa famille élargie ou de ses amis. Si vous êtes encore en colère, trouvez un ami soutenant ou un conseiller avec qui vous pourrez parler de vos sentiments.
    Ne laissez pas entendre, par des paroles ou des gestes, que votre enfant est déloyal sil samuse quand il est avec lautre parent.
    Soyez poli lorsque lautre parent vient chercher ou reconduire votre enfant. Si vous souriez et que votre enfant est prêt à partir à lheure prévue, vous laiderez peut-être à affronter la transition.
    Assurez-vous que votre enfant est propre, reposé et nourri lorsquil part ou quil revient dune visite. Il est préférable de ne pas lenvoyer avec une valise de vêtements sales.
    Laissez votre enfant parler à lautre parent au téléphone.
    Soutenez votre enfant, et respectez les limites raisonnables établies par lautre parent.
    Ne demandez pas dinformation à votre enfant au sujet des activités, des amis ou des revenus de lautre parent.
    Discutez des dispositions de visite avec lautre parent avant de suggérer un projet à votre enfant. Confirmez avec lautre parent les dispositions de visite des adolescents.
    Il est préférable de ne pas parler des conflits du divorce avec votre enfant. Ne laissez pas votre enfant vous écouter lorsque vous discutez de vos divergences dopinion avec lautre parent.
    Naccusez jamais à tort lautre parent dune forme quelconque de mauvais traitement infligé à votre enfant.
    Assurez-vous de transmettre linformation médicale importante à lautre parent.
    Si votre enfant ne veut pas aller à lécole ou quil semble ne pas vouloir rendre visite à lautre parent, il sinquiète peut-être de votre bien-être. Assurez-vous de faire savoir à votre enfant que vous êtes bien.

    Commentaire


    • Que faire ?
      Prévenir le conflit



      PROPOSITION DE LOI


      visant à protéger les enfants
      dans les cas de divorces conflictuels,

      (Renvoyée à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration
      générale de la République, à défaut de constitution d'une commission spéciale dans les délais
      prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

      PRÉSENTÉE

      par Mme Nadine MORANO, MM. Jean ... Patrick BALKANY, Mme Brigitte BARÈGES, Jacques-Alain BÉNISTI, Jean-Louis BERNARD, Jean-Michel BERTRAND, Claude BIRRAUX, Mme Chantal BOURRAGUÉ, MM. Loïc BOUVARD, Dominique CAILLAUD, Antoine CARRÉ, Roland CHASSAIN, Dino CINIERI, Philippe COCHET, Alain CORTADE, Alain COUSIN, Jean-Yves COUSIN, Jean-Pierre DECOOL, Bernard DEFLESSELLES, Patrick DELNATTE, Jean-Jacques DESCAMPS, Philippe DUBOURG, Nicolas DUPONT-AIGNAN, Georges FENECH, Marc FRANCINA, Mme Arlette FRANCO, MM. René GALY-DEJEAN, Maurice GIRO, François GROSDIDIER, Louis GUÉDON, Jean-Jacques GUILLET, Patrick HERR, Francis HILLMEYER, Mme Maryse JOISSAINS-MASINI, MM. Patrick LABAUNE, Édouard LANDRAIN, Jean-Marc LEFRANC, Jean-Louis LÉONARD, Lionnel LUCA, Richard MALLIÉ, Thierry MARIANI, Alain MARLEIX,
      Mme Henriette MARTINEZ, MM. Pierre MICAUX, Alain MOYNE-BRESSAND, Dominique PAILLÉ, Mmes Valérie PECRESSE, Bérengère POLETTI, M. Axel PONIATOWSKI,
      Mme Josette PONS, MM. Daniel PRÉVOST, Didier QUENTIN, Michel RAISON, Jean-François RÉGÈRE, Jacques REMILLER, Jean-Marc ROUBAUD, Francis SAINT-LÉGER, Daniel SPAGNOU, Guy TEISSIER, Mme Irène THARIN, MM. Michel VOISIN et Gérard WEBER

      Députés.

      EXPOSÉ DES MOTIFS

      Mesdames, Messieurs,

      La séparation et le divorce sont des moments de rupture pénibles et difficiles à gérer pour les parents comme pour les enfants. Ce type d'épreuve s'inscrit dans le quotidien de millions de familles en France. On comptait en 2003, 125 175 divorces pour 275 963 mariages. Près d'un mariage sur deux se termine par un divorce à Paris, ce rapport est de un sur trois dans le reste de la France.

      Derrière ces chiffres se cachent des situations extrêmes liées aux difficultés rencontrées par les parents à préserver les enfants du conflit conjugal. Or, la séparation des parents est d'autant plus douloureuse et traumatisante pour un enfant qu'elle est conflictuelle. Quand le conflit porte sur la garde de l'enfant, ce dernier fait l'objet d'un combat juridique acharné particulièrement néfaste à son équilibre. Instrumentalisé dans cette guerre de la rupture , l'enfant est exposé au chantage psychologique d'un parent qui abuse de son autorité parentale en ne respectant pas le droit de visite et en l'incitant à rompre tout lien affectif avec son autre parent.

      Le prix de cette maltraitance psychologique dont l'enfant fait l'objet n'est pas sans conséquence sur la construction de sa personnalité. Repli sur soi, perte de confiance en soi, perception biaisée de la réalité sont autant de symptômes qui annoncent ou accompagnent de graves perturbations : troubles psychosomatiques, échec scolaire mais également comportements dangereux (alcool, drogue) qui peuvent mener l'enfant jusqu'au suicide.

      Le parent associant abusivement son enfant à son divorce, non seulement ne respecte pas l'équilibre psychologique de l'enfant mais également ne respecte pas la loi.

      En effet, au terme de article 373-2 du code civil, chacun des père et mère doit maintenir des relations personnelles avec l'enfant et respecter les liens de celui-ci avec l'autre parent.

      Le juge doit par ailleurs veiller à la sauvegarde des intérêts des enfants mineurs et prendre les mesures qui s'imposent afin de garantir la continuité et l'effectivité du maintien des liens de l'enfant avec chacun des parents. La loi du 4 mars 2002 a, d'autre part, confirmé le recours à la médiation familiale : en cas de désaccord entre les parents, la recherche d'un exercice consensuel de l'autorité parentale est favorisée. Elle a aussi donné la possibilité au juge d'ordonner l'inscription sur le passeport des parents de l'interdiction de sortie de l'enfant du territoire français, sans l'autorisation des deux parents.

      Si ces mesures ont constitué de vraies avancées juridiques au bénéfice des enfants, elles ne prévoient malheureusement pas la prévention des conflits familiaux, comme cela existe déjà au Canada.

      Dès lors, il nous semble nécessaire de renforcer les dispositifs de soutien et d'accompagnement à destination des parents en incluant dans le code civil la possibilité pour le juge de proposer aux parents en instance de séparation un stage de guidance parentale. L'objectif de ce stage serait pour chacun des deux parents de mesurer l'impact de leurs comportements, de leurs actes ou de leurs paroles, sur leurs enfants et d'accroître leur information.

      Il prendrait la forme d'un accompagnement dans la durée des parents traversant de grandes difficultés lors de la séparation afin qu'ils puissent identifier et résoudre par eux-mêmes les causes du conflit parental. Le stage de guidance parentale devra être administré par une équipe pluridisciplinaire qui interviendra dans les domaines :

      - juridique, en expliquant la loi, les droits et les responsabilités des parents ;

      - psychologique, en expliquant les effets des conflits parentaux sur les enfants ainsi que les difficultés inhérentes à la gestion d'une rupture ;

      - médical, en soutenant les personnes atteintes d'éventuelles pathologies ;

      - social, pour trouver des solutions aux contraintes du quotidien et organiser la vie des parents autour de l'enfant.

      Il reviendrait au juge d'ordonner ce stage lors de la demande de séparation ou à n'importe quel moment de la procédure de séparation.

      Tels sont les motifs pour lesquels il vous est demandé de bien vouloir adopter les dispositions qui suivent.



      PROPOSITION DE LOI

      Article 1er

      L'article 252 du code civil est complété par deux phrases ainsi rédigées :

      Le juge peut accompagner la tentative de conciliation de l'obligation d'accomplir pour les deux parents un stage de guidance parentale, selon des modalités fixées par décret. Ce stage peut être imposé tout au long de la procédure de divorce.

      Article 2

      Le dernier alinéa de l'article 373-2-6 du code civil est complété par une phrase ainsi rédigée :

      Dans le cas d'une séparation conflictuelle, il peut aussi enjoindre les deux parents de suivre un stage de guidance parentale prévu à l'article 252.

      Commentaire


      • Prévenir le conflit
        Auto pop



        car le conflit est reponsable du mal-être de certains enfants

        Commentaire


        • Auto pop
          Up



          pour que "l'erika" du forum dégaze

          Commentaire


          • Up
            Pap



            pop

            wizzzzzzzzzzz

            Commentaire


            • Pap
              Up



              pop

              pouet

              Commentaire


              • Up



                looly tu manques bcp ici....

                gros gros bisous à toi si tu passes....

                Commentaire


                • Up



                  pour looly et j espère qu on la verra bientot!

                  Commentaire


                  • Up



                    up

                    Commentaire


                    • Mechante instant



                      j'ai crue que looly etait de retour!!!!!! tu ma fait une fausse joie

                      Commentaire


                      • Mechante instant
                        Ben oui je voudrai bien la revoir ici



                        mais je crois quelle n a pas encore récupéré son pc....

                        Commentaire


                        • Up



                          up

                          Commentaire


                          • Up



                            pour looly.....et pour tous

                            Commentaire


                            • Up



                              :bien:

                              Commentaire


                              • Up



                                up......

                                Commentaire


                                • Up pour looly



                                  qui ne peut plus venir pour l instant

                                  Commentaire


                                  • Uppppppppppppppppppppppp



                                    upppppppppppppppppppppppppppppppppppppp

                                    Commentaire


                                    • Up
                                      Upppppppppppppppppppppppppppp



                                      upppppppppppppppppppppppppp

                                      Commentaire


                                      • Uppppppppppppppppppp



                                        upppppppppppppppppppp

                                        Commentaire


                                        • Association intermaide cithea



                                          Bonjour,

                                          Nous sommes une association qui venons douvrir un lieu daccueil pour les familles dont lune des personnes à un handicap quil soit visible ou invisible.

                                          Nous sommes pour ce lieu subventionné par le Département de Paris.

                                          Notre structure ouverte, anonyme et gratuite sorganise de manière conviviale autour dun espace café, internet et bibliothèque.

                                          Les usagers peuvent y trouver des psychologues, des juristes, des permanences dassociation sur nos heures douverture, mais également passer un moment de détente et de lecture.

                                          Cordialement

                                          Bruno Zilberg

                                          Directeur de CIThéA Famille et Professionnel

                                          Commentaire

                                          Publicité

                                          publicité

                                          Chargement...
                                          X