publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Marre de ma vie - j'ai envie de hurler mon désespoir

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Marre de ma vie - j'ai envie de hurler mon désespoir



    J'en ai ras le bol d'avoir l'impression de n'être qu'une boniche chez moi. Je travail chez moi, ..(parce que ras le bol du privé et des petits chefs mal torchés et du harcellement moral qu'ils peuvent vous faire subir)...., et même s'il est super, il n'arrive même plus à me changer les idées. Et comme il n'est pas considéré comme un travail, en plus de mes journées je doit avoir le temps de m'occuper de ma maison.
    Je travail 48 H / semaines (du lundi au samedi matin, plus que mon mari trajets maison/boulot compris. Et pourtant je dois tout faire, y compris passer dérrière lui pour ramasser tout ce qu'il laisse trainer (linge sale à mettre dans le panier, chose à jeter à la poubelle, etc...)
    Et si j'ose me pleindre, il ne comprend pas "pourquoi je rale tout le temps", et que beaucoup de femmes aimeraient avoir tout ce que j'ai
    Si je n'avais pas la chance d'avoir une petite de 7 ans je crois que je ne serai pas là en train d'écrire. Je l'aurai quité depuis bien longtemps.
    Pourtant tout n'a pas été comme ça. Au début de notre relation il participait à tout, le mec presque parfait (une vrai petite fée du logis ) ... Je ne comprend pas ce qui c'est passé . Mais j'en peut plus, je ne supporte plus, j'en ai vraiment ras le bol
    je suis vraiment au bord de la crise de nerf

  • Bonjour



    bonjour,

    tout d'abord je vous félicite du travail que vous accomplissez chez vous. Ces taches sont souvent sous estimées et on pense que c'est un travail inutile alors qu'en fait c'est vraiment important. Je pense que votre mari a simplement commencé à prendre les choses que vous faites comme acquis et c'est pourquoi il ne fait rien pour vous encourager. Je pense que si vous diminuiez ces taches pour vous consacrer un peu à un nouveau passe-temps (par exemple du bénévolat chez les personnes agées ou à l'école de votre fille) il réaliserait tout ce qu'il avait avant et cela vous permettrait de voir d'autres gens, je suis sure que cela vous ferait beaucoup de bien. J'espere que tout va s'arranger pour vous. Bonne chance!

    Commentaire


    • Solidaire



      Bonjour Lamomie60,

      Je suis dans un cas similaire au tien, avec des nuances. Mais je comprends ton ras le bol, le désespoir de l'incompréhension familiale. Pour ma part, je sors d'un traitement de 6 mois pour soigner (espérons) une hépatite C, attrapée lors d'une hospitalisation lorsque j'avais 7 ans ! J'en ai 36 ! Découverte en 1994, j'ai refusé de me faire soigner, ne voulant pas accepter mon état de malade. J'ai lutté des années contre des symptômes de plus en plus virulents, dont une immense fatigue et une perte de concentration. J'ai en parallèle mené ma vie de femme, dans l'ordre : un mariage, un enfant, un divorce, un second mariage, un deuxième enfant. Des déménagements et changements de boulot tous les 2 ans environ, pour suivre un mari en mutation constante. Enfin, nous trouvons un point de chute agréable (en Bretagne) où je peux enfin me poser, mais cela ne dure guère qu'un an, après lequel, mon mari change cette fois d'employeur et re-déménagement, re-perte des repères, amis. n-ième déménagement, j'ai décidé d'accepter le traitement, 6 mois, traitement de cheval, liste d'effets secondaires, longue comme le bras. Mais là, je n'arrive pas à retrouver un emploi dans mon secteur (assistante juridique), j'accepte un emploi moins valorisé et rémunéré, je trime pour gérer mon état physique et moral, les corvées (j'y arrive!), la gestion de l'emploi du temps des enfants, les contraintes du mari...Sans amie proche, sans conversation à coeur ouvert avec un mari aimant. Tant qu'on la ferme, cà roule. MAis dès qu'on ose exprimer son mal être, son avis, demander de l'aide, alors là, on est chiante, râleuse, jamais contentes ! Si tu cherches du réconfort, cherches le en dehors de chez toi. Auprès d'amis, apprends à penser à toi. J'ai pour ma part organiser un week-end entre filles, avec une amie dynamique et gaie, avec cure thermale d'une demi-journée, soirée dans un restaurant chic et nuit à l'hôtel 3*. Cela coûte des sous ? Et alors, vu les économies qu'on fait sur la femme de ménage, la repasseuse, la comptable, la cuisinière, la garde malade, sans oublier la compagnie de charme, finalement ce week-end est une affaire ! Courage.

      Commentaire


      • Re



        Bonjour, As-tu parler avec ton mari de ce que tu ressens. Il ne faut pas le garder pour toi.

        Commentaire

        Publicité

        Forum-Archive: 2007-112008-022011-08

        publicité

        Chargement...
        X