publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Mal être profond que rien n'apaise...sentiment de ne jamais être à sa place...avez-vous ressenti ça?

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Mal être profond que rien n'apaise...sentiment de ne jamais être à sa place...avez-vous ressenti ça?



    bonsoir à tous...C'est ma première connexion...Ce n'est pas évident de parler de soi, surtout face à un écran...J'ai pu voir qu'il y avait ici bcp de gens qui osaient ouvrir leur coeur pour parler de leurs problèmes...J'ai 28 ans...Je ne sais pas trop par où commencer...Je me sens tellement mal dans ma peau et dans ma vie...Je suis triste, en souffrance permanente...et parfois je ne comprends pas pourquoi ce sentiment est si fort et ne passe pas...Je ne suis pas des plus à plaindre mais je suis obsédée par la mort, je suis fatiguée de vivre, j'ai du mal à trouver la force...chaque jour est une lutte...Comme si les choses positives dans ma vie ne suffisaient pas à me donner l'envie de vivre...Je me sens si différente des autres que j'ai l'impression que personne ne pourra me comprendre...J'ai l'impression de passer pour celle qui ne fait que se plaindre...J'ai du mal à faire confiance aux gens et les relations sociales sont un réel souci pour moi...Je ne me sens jamais à la hauteur...J'ai peur d'être jugée...J'ai constaté que les personnes qui avaient bcp d'assurance réussissaient facilement à lier des contacts et à se faire des amis, à se sentir appréciées et respectées...Moi je suis tellement mal dans ma peau, je manque tellement de confiance en moi ...C'est compliqué...J'ai pensé que ça me soulagerait peut-être de trouver des gens qui ressentent la même chose que moi ou qui l'ont ressenti à un moment de leur vie...Je me sens décalée par rapport à ce monde, comme si j'étais arrivée ici par erreur...Et je suis convaincue que l'enfer c'est ici, dans notre monde, le paradis, c'est la fin, quand cette torture s'achève...

  • Tu n'es pas seule



    Bonsoir,

    J'ai 32 ans et j'ai connu moi aussi une période très difficile pendant laquelle je souffrais en permanence, je pleurais sans savoir pourquoi alors à un moment il a fallu réagir car je suis maman d'un petit garçon et je me dois d'être forte pour lui il a 5 ans
    j'ai d'abord consulté mon médecin traitant qui m'a prescrit des antidépressurs, anxiolitiques et cachet pour dormir car je ne pouvais plus dormir non plus. Puis mon état a empiré je ne pouvais plus faire face aux gens, j'ai dû retourner chez mon docteur pour un arrêt maladie et là il m'a envoyé chez un psy 1 séance et ça n'a pas collé alors j'ai repris le boulot comme ça droguée par les médicaments et avec toujours cette souffrance insupportable , cette douleur que je ne pouvais pas contrôler ça a duré quelques mois et j'ai encore sombré et vu mon docteur pour un nouvel arrêt maladie cette fois-ci il m'a envoyé voir un psychiatre au centre médico psychologique de ma ville et j'ai commencé une psychothérapie : très difficile au début car le psychothérapeuthe attend que l'on parle je ne pouvais pas, j'arrivais juste à pleurer, pleurer et pleurer encore...... puis petit à petit je le voyais une demi-heure une fois par semaine et j'ai commencé à me confier , et on a beaucoup avancé j'ai réussi à aller mieux mais je suis encore fragile, j'ai décidé de ne plus le voir pour l'instant par contre il est impossible d'arrêter mes médicaments j'ai essayé plusieurs fois et à chaque fois ça se passe mal il faut beaucoup de temps je vois le psychiatre tous les 3 mois pour l'ordonnance il voudrait que je reprenne la psychothérapie car d'après lui je n'ai pas approfondi suffisamment les choses pour sortir réellement de la dépression
    moi aussi je manque de confiance en moi, je n'arrive pas à me faire valoir, je reste en retrait et je n'ai pas beaucoup d'amis
    j'apprécie beaucoup de pouvoir correspondre, j'adore écrire j'ai beaucoup de difficultés à parler aux gans mais là je me sens capable d'écrire un roman........
    Un conseil : fais toi aider par un professionnel c'est très grave et la vie mérite d'être vécue malgré les difficultés je suis sûre qu'on peut trouver le bonheur

    Commentaire


    • tretime
      tretime commenté
      Modifier le commentaire
      Pilules pour l'аnxiété - http://500cosmetics.com J'ai reçu la commande à tеmps et ce medicament fonctionne parfaitеment.

  • Ne baisse pas les bras



    Bonsoir simmy, il faut que tu te battes pour vivre car je sais la vie est difficile mais c'est pour tout le monde pareil on a tous des hauts et des bas peut être plus de bas que de hauts mais c'est la vie et il faut faire avec. Même une personne qui a confiance en elle n'échappe pas aux difficultés de la vie car la vie nous met sans cesse à épreuve et il faut pouvoir les surmonter. Dis toi bien que la perfection n'existe pas et que donc personne n'est en position de juger, il faut que tu apprennes à te faire confiance et à ne pas faire attention ou à t'identifier au jugement d'autrui . C'est à toi seul de te faire confiance et de ne pas de sous estimée car répètoi dans ta tête JE SUIS QUELQU UN DE BIEN ET JE VAUS BIEN QUE TOUT LE MONDE.
    Apprends à te faire confiance et à t'accepter comme tu es et dis toi bien que la vie vaut d'être véçu car le bonheur existe et même si il est éphèmere saisis le quand il peut, profites en car on a qu'une seule vie et si on est sur terre ce n'est pas pour rien.
    DIS TOI BIEN QUE LA ROUE TOURNE ET UN JOUR OU L AUTRE TU SERAS HEUREUSE
    J'espère avoir pû t'aider si tu as besoin n'hésite pas. BATS TOI

    Commentaire


    • :amour:



      Salut Simmy,

      Clairement c'est la première fois que j'écris et réponds sur ce genre de forum et j'ai été interpellée par ton histoire car tu as mentionné ton manque de confiance en toi. D'abord, oui, c'est toujours bon de se dire qu'on n'est pas seul(e) dans une telle souffrance et vu les misères que cela m'a fait vivre, j'ai l'impression d'en connaître un rayon, sans pour autant en être venue à bout.....encore et puis surtout, par dessus tout, je souhaite que mon témoignage puisse te faire gagner du temps dans ta vie et dans ta "guérison", si tu me permets ce mot. J'explique ma vision du manque de confiance en moi. J'ai 36 ans et ce n'est qu'après une récente perte d'emploi, que j'essaie (enfin) de me faire regarder le problème en face, car je dois bien m'y résoudre et en prendre conscience.

      D'abord, moi aussi, j'ai depuis toujours on dirait, souhaité mourir et très sincèrement, je crois ma nouvelle psy que je viens de choisir spécifiquement pour "ATTAQUER" ce problème en moi, et suis loin d'être dupe après en avoir consultées plusieurs, qu'au fond, NON, je ne souhaite pas mourir, je souhaite seulement que s'arrête cette souffrance qui semble sous-tendre chacune de mes paroles, de mes pensées, de mes actes quand je suis au plus bas, je souhaite simplement pouvoir approcher ceux que j'aime en offrant le meilleur de moi-même et en leur épargnant mes plaintes, ma difficulté de vivre. Etre comprise dans sa douleur, être réellement entendue, par quelqu'un de crédible, quelqu'un qui comprend vraiment l'intensité et la profondeur de ces moments douloureux, oui, ouf, déjà on se sent plus "vivant", plus "connecté" à la nature humaine.

      Les haut et les bas, oui, tout le monde en connaît, mais de mon expérience personnelle et de l'avis de mon médecin de famille, les écarts entre les haut et bas étaient très grands et je passais trop vite de l'un à l'autre. J'ai donc dû gérer des problèmes d'énergie. En haut, heureuse, j'allais vers les autres pour "rattraper le temps perdu", leur offrir "enfin" celle que je voulais offrir, croyant qu'ils ne m'aimeraient que heureuse, joyeuse et légère, puis une fois en bas, les jours passaient et je ne trouvais plus l'énergie ni la confiance en moi pour assumer mes engagements, assumer celle que j'avais prétendue être, j'avais peur de tout, constamment, c'était lourd. Ces écarts me semblent mieux gérables à présent.

      Ce qui m'aide, je crois, c'est une approche "globale", un 360 de mes besoins pour vivre dans lequel je m'efforce de juste accepter que j'ai besoin de certains éléments favorables pour vivre et c'est vrai, seule je n'y arriverais pas, tout comme, pour l'instant, j'ai du mal à "prendre" et utiliser les outils qui ont déjà "marché". L'aspect global passe par des choses parfois basiques, comme le besoin de sources d'énergie en respect de soi (réapprendre à se nourrir non pas pour faire comme il faut mais comme il est bon pour soi, s'oxygéner, bouger (je fais la randonnée et du Tai Qi), croire en une spiritualité personnelle (à chacun son choix), s'hydrater (combien de nous font l'impasse sur le verre d'eau par jour), prendre des compléments nutritionnels au besoin, bref tous les outils basiques possibles et imaginables à ma portée càd tous ceux qui me "parlent" à moi, qui me "touchent", qui ont du sens pour moi.

      Ensuite, pendant ou après, le plus intime et profond de tout, est de réaliser à quel point nous devons apprendre à nous écouter car nous n'existons pas sans ça, d'abord en se débarrassant de ce que peut représenter pour nous le fait de s'écouter, pour ma part, m'écouter était un signe "que je jugeais" narcissique, égoiste, égocentrique qui me culpabilisait et détruisait avant même de commencer toute démarche positive de rencontre vers moi-même.....et bien, j'ai dit non à tout ça et j'ai enfin accepté que c'est vrai que j'aime les autres et que je me suis "omise" dans mon histoire et que je souhaite -AUSSI- apprendre à m'aimer sans oublier les autres sans qui je n'existerais pas non plus......

      Accepter finalement que chez la bonne psy où je vais maintenant, c'est à ma rencontre que je suis allée, qu'elle m'a guidée car j'ai tant de paroles négatives à mon sujet et que je n'ai jamais reconnu qui j'étais, ce que j'ai accompli malgré les difficultés rencontrées dans ma vie.

      Je suis encore convaincue que je ne parviens pas à m'aimer, que je ne sais aimer que les autres. Beaucoup semblent ne pas comprendre que ce soit possible, c'est pourtant la seule vérité que je connaisse et je me dois de la croire puisque ces "autres" ne m'ont apporté aucune réponse cohérente. Je dois bien finir par admettre que ce "moi" que je n'écoute pas sait probablement quelque chose qui pourra m'aider à vivre heureuse, si seulement je pouvais m'accorder plus de crédit et vivre plus à travers mes lunettes roses à moi

      Je ne suis pas seule sur ce chemin, beaucoup d'amis dans ma vie ont eu le mérite de m'avoir......oserais-je dire encore "supportée" avec patience et bienveillance jusqu'au point où leurs moyens leur en permettaient........ils semblent comprendre néanmoins que je voulais le bonheur de tous mais que j'y arrivais encore moins bien qu'une autre. J'essaie d'apprendre à compter plus sur moi-même mais heureusement que ceux qui m'aiment ne me lâchent pas dans ce numéro d'équilibriste, heureusement que certains ont compris la racine de mon mal et que j'essaie de changer et de grandir, heureusement qu'on accepte mon Amour alors même que je me jugeais être indigne de quoi que ce soit, ces êtres autour de moi semblent bien heureux quand je leur témoigne toute ma tendresse et mon affection, j'en suis donc capable et que c'est bon d'être un tant soit peu utile sur cette terre!!

      Bon, j'ai bien évidemment l'impression d'avoir été complètement nombriliste, sûr que j'en ai fait le tour de mon nombril et que j'aurais plutôt aimé et aimerais plutôt avoir un rôle de mère Teresa ou soeur Emmanuelle............

      Un jour, dans ma détresse, une main fraternelle d'Amour s'est tendue vers moi et contre attente je l'ai saisie, je me suis sentie sauvée et bizarrement cette "ouverture" d'esprit que j'ai eue a changé bien des choses en positif dans les circonstances de ma vie, j'en ai bavé, certes, mais j'ai été plus en accord avec moi et mes valeurs, et tout d'un coup, j'ai défendu ce "petit moi" qui n'était pas prédisposé à exister il me semblait......que d'émotions difficiles à gérer.......que de paix intérieure gagnée......rien d'autre n'a un tel prix, d'ailleurs ça ne s'achète même pas, nah!!

      Ce jour n'était pas particulièrement heureux pour moi, j'ai été refusée à un entretien d'embauche mais je souhaite, ne pas avoir ennuyé par mon témoignage, ma foi, fort long et peu humoristique/léger......il faudrait que je repasse ici un jour de "haut"

      Bien à vous,

      Bella
      (du nom doux que m'accorde mon bienveillant nouveau mari qui a su voir en moi de la beauté et en qui je suis reconnaissante.......)

      Commentaire


      • Idem



        Bonjour,

        Je suis resté un peu bloqué sur ce que tu as ecris car j'ai eu tout simplement l'impression de me lire.C'est horrible de se sentir comme ca surtout quand tu asl'impression que personne ne te comprend....

        Commentaire


        • Le hasard n'existe pas simmy !



          Je suis née il y a 44 ans et la vie ne m'a pas fait de cadeaux !!! J'ai tjrs eu bcp de mal à m'aimer, à m'accepter et à vivre !!! J'ai tjrs été une révoltée, une écorchée vive...
          Mais j'ai fait face !!! Or, à force de faire face, de se débattre pour continuer on se fatigue, on s'épuise...
          Oui, moi aussi j'ai tjrs eu une relation assez étrange avec la mort ! Alors, j'ai commencé à écrire mes pensées, puis des poèmes. Cela m'a adiée pdt ma jeunesse, pdt des années !
          Mais tout a basculé lorsque ma mère est morte !! J'étais enceinte de mon fils : elle est dcd le jeudi et j'ai accouché le dimanche !!!!
          Je ne sais pas comment j'ai fait pour arriver à être là aujourd'hui devant det ordinateur, mais je peux t'assurer que nous sommes portés par qque chose de grand !
          Oui, j'ai encore cette sensation d'être là par erreur aussi, je me sens incomprise et j'ai du mal face aux gens malhonnêtes !!! Alors, je ne peux m'empêcher de dire la vérité et de les fuir comme la peste ! Mais le beau kdo de la vie c de donner la vie... Alors continue ta route, car tu n'es pas là par hasard ! Courage ! l'enfer c'est ici, mais transforme-le en paradis ! Que Dieu te bénisse...

          Commentaire


          • Bonjour



            Bonjour, cela fais du bien de s appercevoir malgres tout qu il y a des gens dans mon cas, comme vous,
            si vous voulez que nous en discutions, vous pouvez me contacter sur mon adresse msn si vous l avez
            jessika75@hotmail.com
            a bientot j espere

            Commentaire


            • Tu n'est pas seule....



              ton message ma bcp touché é je voulai te dire ke pour moi osi chak jour est une lutte et personne ne me comprend sache ke si tu as besoin de discuté je suis la

              Commentaire


              • Tu n'es pas seule
                Soutien



                j'ose dire que je comprend...je n'ai pas l'habitude de répondre sur le forums mais dans mes coups de déprime ce soir ou ce matin ça m'a pris...
                tu te demandes pourquoi tu n'es jamais a ta place?
                Pourquoi au milieu d'une foule de personnes tu te sens seul?
                Pourquoi tu n'arrive jamais à faire confiance aux autres?
                pourquoi tu ne prend plaisir à rien?
                Pourquoi tu ne veux pas vouloir être heureuse?

                Je connais le mal-être social, je joue des rôles pour être socialement adapté, je travaille dans un centre commercial où je vois tous les jours défiler des centaines de personnes et pourtant au milieu de ces gens je me sens seul, différent.
                Je n'ai jamais eu une relation qui dépassait la journée avec quelqu'un du sexe opposé et je ne peux pas voir trop souvent mes amis sans être écuré.

                Je tuais le temps en faisant des études ou en jouant à l'ordinateur car rien ne me rend heureux. Je viens d'arrêter mes études et j'ai une vie sociale pareille à celle que j'avais quand j'étudiais, c'est à dire morte et sans intérêt, même pas de quoi remplir la marge dans la première page de ton agenda.

                je n'accorde ma confiance qu'à un nombre très restreint de personnes qui ne font pas partie de ma famille avec laquelle je joue un rôle. Ces personnes, je cherche encore à les éloigné et à rester encore plus seul que je suis.

                Je suis pourtant né dans une famille aimante et j'ai des surs sympathiques. J'étais au départ quelqu'un d'assez extraverti mais ma scolarité a laissé sur moi des marques indélébiles qui m'ont rendue cynique et socialement inadapté.

                l'Homme est par nature un animal social et cela nous fait souffrir de ne pas être accepté par nos semblables.

                je ne suis pas le mieux placé pour te conseiller, mais on a 2 types de réactions lorsqu'on se sent rejeté socialement donc différent:
                -soit tu te sens inférieur et tu vas manquer de confiance en toi et tu te feras toujours dominer dans tes relations sociales...si t'en a...
                -soit tu méprises les autres et il est possible que tu saches comme moi que tu finiras seul et riche car tu n'a pas autre chose à faire pour tuer le temps que de bosser ou glander.

                Le mieux étant encore de faire un travail sur soi et de parler à quelqu'un qui ne fait que t'écouter... Pour essayer de trouver pourquoi tu es comme ça...enfin ce qui t'a rendue comme ça... et comment faire pour changer si tel est ton souhait

                Commentaire


                • Je ressent la meme chose que toi
                  Est ce que tu parles de moi?



                  Bonjour Caroline,

                  C'est nana0229 ta nouvelle amie ?

                  Commentaire


                  • Je ressent la meme chose que toi



                    BJR JE RESSENS EXACTEMENT LA MEME CHOSE QUE TOI SE MAL EN PROFONDEUR QUI ME DETRUIT DE JOUR EN JOUR ET JE SAIS PAS COMMENT LE FAIRE SORTIR JE FAIS FUIR TOUT LE MONDE JE M INTERESSE A RIEN JE FAIT SEMBLANT DEVANT LES GENS QUE SA VAS TOUTE FACON JE PENSE QUE SA LES ARRANGE BIEN SI TU EN VEUX EN PARLER JE SUIS DISPO BYE

                    Commentaire


                    • Heureux de ne pas être seul à sentir ce sentiment




                      Bonjour à tous & à toutes. En lisant ce message, j'ai eu l'impression que quelqu'un dépeignait avec exactitude mes sentiments. Une chose est sûre, cela me rassure de savoir que je ne suis pas seul dans ce cas là. Peut être pourrait-on s'échanger nos emails pour en parler de manière plus discrète. Je pense qu'en en parlant cela peut nous aider à sortir du tunnel.

                      Commentaire


                      • Il n'y a rien de plus précieux que ta vie



                        Je suis pratiquante bouddhiste et ton message me touche particulièrement.

                        Effectivement, en occident, nous sommes dans une société qui privilégie la réussite matérielle, individuelle et personnelle au détriment de l'épanouissement personnel.

                        Effectivement, ouvrir sa vie et son coeur n'est pas une chose ni quotidienne ni courante.

                        Dans un premier encouragement, je t'envoie cette petite phrase que j'ai écrite récemment :

                        ''Même nos actions quotidiennes les plus banales, voire insignifiantes, nous apportent de la joie quand elles sont reliées à un objectif plus grand que soi''.

                        Dans le fondement de l'enseignement bouddhique, il n'y a pas de place au mot ''désespoir'' et pour soutenir et aider l'Autre à faire progresser Sa Vie, il n'y a ni sentimentalisme ni pessimisme. Cela s'appelle ''La Main Ouverte''.

                        Si nous changeons, notre environnement change. Notre état de vie au quotidien est déterminant dans l'impact de nos actions.

                        Nous sommes responsables de notre vie et celle-ci n'est que le reflet de ce que nous sommes à un moment donné face à des situation d'échec qui ne cessent de se répéter, souvent les mêmes d'ailleurs.

                        Si tu le décides, tu peux me contacter sur mon mail personnel et je lirai avec beaucoup d'attention ce que tu sauras m'exprimer. Je te le rappelle : sylvieponsot@wanadoo.fr

                        Courage et confiance surtout pour toutes tes pensées, paroles et actions qui régissent ton état de vie au quotidien. Aucune vie n'est jamais perdue et irréversible de souffrances. Aller au coeur des choses qui nous échappent est une action très porteuse.

                        A bientôt

                        Commentaire


                        • "mal être profond que rien n'apaise...sentiment de ne jamais être à sa place...avez-vous ressenti ça



                          Bonjour,

                          J'éprouve exactement les mêmes sentiments que vous ! Je me dis même que j'ai peur de moi-même. Ai la possibilité de voyager et c'est une excellente thérapie parce que vous cotoyez des gens d'autres religions, d'autres milieux. S'ils sont plus pauvres que nous financièrement ils sont plus riches dans leur bien-être personnel. Je pense aussi que le climat a une influence sur nos comportements. J'essaie parfois de rompre ma solitude en essayant de dialoguer sur des sites de rencontres, mais je m'aperçois que la Société va mal. Il est demandé de joindre une photo du visage et après je vois des photos de décolletés, de jambes. Ce sont des dialogues brefs et trop souvent axés sur le sexe. Il m'arrive souvent de me sentir seule au milieu des autres. Je cherche dans mon enfance et je sais que suis d'une génération où il y avait beaucoup trop d'interdit : l'interdiction de s'épanouir.
                          Parfois je me sens très fatiguée, c'est usant de ne pas se sentir sereine et ma confiance je ne la donne plus. Je découvre à 60 ans l'individualité de chacun.
                          J'arrête pour aujourd'hui.
                          Bon courage, les choses qui vous entourent si vous les regardez sont belles : un arbre en fleurs, des étoiles dans le ciel. Ecouter le chant des oiseaux, la pluie qui tombe. Un avion qui s'envole dans le ciel vers le ciel bleu !
                          Je suis malheureuse de ne pas avoir quelqu'un à chérir.
                          Aussi je profite de ma petite-fille deux jours par semaine.
                          Ma mère est décédée l'année dernière à 90 ans. Je m'en occupais beaucoup !
                          Mon mari a souhaité divorcer pour vivre à sa façon, sans s'occuper du mal-être que je vis au quotidien.

                          Commentaire


                          • Je ressent la meme chose que toi
                            Meme sentiment



                            je suis dans le meme cas, plus rien ne m'intéresse depuis mon divorce et le départ de mes enfants.
                            Je devrais consulter un psy mais il coute trop cher.

                            Commentaire


                            • Réponse



                              salut voila j'ai lu ce ke tu a écri et je me sui vue je c exactement ce ke tu ressent. je sui comme sa en ce momen plu de gou a rien ta l'impression ke la vie sa ser a rien ke tu c pa pourkoi tu et la. tou les matin tu te léve t pa bien tessaiye de passer la journé malgré tou kan le soir vien ta kune hate ces d'aller o li pui fermé les yeux pour ne plu pencé. mé voila il fo avancer dans la vie c'est ce que je me di parce que j'ai un petit garçon de 3ans il fo ke je soi la pour lui. j'ai perdu ma mére il ya 1an jen soufre énormément. je n'ai que 21ANS. ce que je te conseil c'est de te faire un objectif par exemple aller marcher tout les jours méme si ta pa envie il fo te forcer. dans une forét ou pré de l'eau kelke chose de paisible tou les jour essaiye de faire sa. il fo que ton cervo shabitue a kelke chose d'autre que ta tristesse. apré pour la vie social il fo y aller doucement sa ce fai pa du jour o lendemain il fo ke tu sorte avec kelkun ke tu connai tré bien ki te mette en confiance. ce momen va durer un lon momen sa va durer o moin des mois mé il fo ke tu tacroche tu na que 28ANS di toi ke tu a tt la vie devan toi. et que ce n'ai kune période de ta vie et que sa va passer tu a suremen acumulé énormément de chose mé rien ététernel sache le sa va passer fai moi confiance je l'ai déja vécu et je le revie. je te rassure tu va aller mieux jespére que ceci t'aideraira un peu

                              Commentaire


                              • Bonjours , je te comprend parfaitement, mais sa date ton annonce .



                                Bonjours je suis une jeune fille, je n'aime pas la vie, je chercher du réconfort en me connectant ici et n lisant ton anonce, j'ai tout de suite était choquer car on dirais moi qui écrit ! Je vais vous expliquer, je vie actuelement chez mes parents avec ma soeur et mon frère. J'ai l'impression de ne pas etre aimer. J'ai souvant envie de mourir et j'ai plusieurs fois essayé mais bon :/.., j'y pense toujours, rien ne me fais plaisirs, je pleure toujours, meme qu'on m'achete tout ce dont je reve, il n y a jamais de sourir sur mes levres, alors je me demande pourquoi et j ne trouve pas, je me dis que je ne vos rien et je me fais encore plus de mal. Je pence toujorus a quiter ce monde et j'en ai marre ! :-( C'est super compliquer de vous expliquez mais ce cerais vraiment VRAIMENT vraiment beaucoup trop long, et je ne voudrais pas vous embetez, alros je voudrais juste savoir coment y remaidier ? Merci de vitre répondre c'est urgent!!! :'(

                                Commentaire


                                • Meme chose



                                  bonjours , moi c'est pareil , j'ai 32 ans ,je suis dépressive depuis 4 ans , je suis sous traitement depuis et phase terminale de mon dernier antidépresseur, car j'en ai eu plusieurs et aucun ne me convenait , les effets secondaires étaient trop pénible. alors j'ai décidé darrêter surtout que je ne me sens pas vraiment mieux . je suis aussi suivi par un psy depuis 2 ans et j'ai pu prendre conscience de quelques choses sur mes comportements , j'ai pris conscience aussi de pourquoi je ne suis pas ... , le problème c'est que beaucoup de choses proviennent de mon enfance et de ma construction d'enfant. et je dirais que malheureusement ça une fois que c'est bousillé et bien pour se reconstruire , pas facile ; moi je n'y arrive pas . je me retrouve tout a fait dans ce que vous avez noté j'avoue que c'est super chiant au quotidien. gros manque de confiance en moi , dévalorisation de ce que je suis et a chaque fois que jentreprends quelque chose ça capote , comment avoir confiance après . si vous voulez discuter y pas de soucis je suis ok moi aussi je n'ose pas parler de mon être avec mes amis de peur qu'il s'enfuit du fait que je soit sans arrêt mal et que je me plaigne . le truc c'est que il y a pas beaucoup de personne de notre entourage qui peuvent comprendre sauf s'ils sont ^passé par la. bon courage a bientôt .

                                  Commentaire


                                  • Meme chose
                                    Où en etes vous?



                                    Bonjour, je suis tombé sur ce forum par hasard en cherchant des réponses à mes questions concernant mon mal etre quotidien persistant... votre message est assez ressent, je voulais savoir si vous aviez reussi à vous en sortir, à vous épanouir et si oui, comment? merci.

                                    Commentaire


                                    • Tu n'es pas seule tout comme toi je souffre !



                                      Bonjour Simmy , J'ai 63 ans et tu es mon 1er contact sur le site ... je me reconnais totalement dans ta description du mal être que tu ressens et que j'ai en moi depuis très jeune ... mais à mon époque nous n'en parlions pas, par méconnaissance du sujet . J'ai fait une tententive de suicide à 15 ans que je ne m'expliquais pas ... je voulais seulement disparaitre de la planète et me sentais dépourvue d'amour ... Ma famille ni même les médecins ne m'ont expliqué ou demandé ce qui m'étais passé par la tête ... après 3 semaines d'hospitalisation l'histoire était tue ....silence complet...
                                      Je suis retombée en dépression après le décès de ma maman elle avait 48 ans et moi 20 ans je venais de mettre au monde ma 1ere fille ..... et puis j'ai replongé vers l'âge35 5 ans ..... . Je souffrai beaucoup et cachais mes ressentis à mon entourage , ma famille et mes amis qui me prenaient pour une "marrante" toujours joyeuse et fonceuse .... Je pensais que personne ne pourrai me comprendre et gardais pour moi ma douleur.....très tard j'ai pris conscience et commencé à comprendre mon problème psycologique et me suis rendu compte que je n'étais pas la seule à souffrir ainsi ... mais ce n'est pas pour autant que je vais mieux ...j'ai consulté et enfin parlé à mon médecin traitant , qui a pris le temps de m'écouter ... je n'avais jamais autant pleuré ! je suis sortie vidée en partie , mais celà m'a fait tellement mal que j'ai refusé de continuer la thérapie ... Le médecin pense que je serai atteinte d'une forme de maladie bipolaire et me donne des médicaments régulateurs d'humeur qui m'aident mais qui ne m'empêche pas de resombrer dans la souffrance (le doute de soi, le manque d'entrain, la recherche de solitude pour taire mon mal hêtre, je ne décroche plus le tél, je ne sors pas ,je me sens inutile , mal aimé et pense que personne ne peut me comprendre... pourtant je sais qu'il me suffit d'aller voir mon médecin, mais même cette démarche je ne peux pas la faire .... Alors de t'avoir écri me soulage un peu et comme une maman je te conseille de consulter rapidement et d'accepter la thérapie que ton médecin te prescrira . Ne fais pas comme moi !!!!! Et j'espère que tu laisseras un message bientôt qui sera positif pour toi ... ton avenir heureux est devant toi amitié

                                      Commentaire


                                      • Depression



                                        bonsoir simmy, comme je suis triste après avoir lu ton message 28 ans tu es si jeune et te mots étaient mes mots
                                        (59ans) et malheureusement le sont toujours, j'ai essayé de me persuadé que j'avais fait quelques bonnes choses, mais le négatif est toujours le plus fort, je prends cette vie comme une torture, mais "pas le droit" d'en finir" tu as eu des enfants tu ne peux pas leurs faire ça? moi j'ai bientôt 59 ans mais toi il n'est sûrement pas trop tard, parle, essaie de trouver une activité qui te plait ce sera un premier pas, puis un autre, s'obligé à parler aie aie aie c'est dur je sais, essaie la sophro, le yoga j'en ai fait 2 années, je ne le regrette pas, essaie peut être le tai chi chuan, de lire ma grande je t'en supplie 28 ans tu PEUX Y ARRIVER, j'en suis certaine bon courage.

                                        Commentaire


                                        • Meme chose
                                          Tu as raison le plus difficile est de trouver la bonne personne à qui parler ...



                                          Mon mari avec moi depuis 43ans, n'a jamais su ou pas entendu ma souffrance et ne peut pas comprendre pour la simple raison qu'il ne ressent pas ce qu'il considère comme des idées que je me fais ... par contre il me laisse dans ma solitude lorsque je suis retranchée et au plus mal .... et finalement je sors seule de ce que je cite "une crise d'humeur douloureuse" parfois je reste 5 ou 6 jours bourrée d'angoisses, de culpabilité de doute sur moi et mon exsistence ...je me sens incapable, imparfaite pas assez ceci ou trop cela .... J'ai une amie de 79 ans qui m'a beaucoup aidé et souvent bousté pour ne pas commettre le pire...elle ne m'a jamais lâché et souvent remise en selle... Jai pu tout lui confier de ma vie depuis ma tendre enfance, ainsi que ma vie familiale et intime ...J'ai aussi eu la chance de faire un travaille qui me plaisait beaucoup et 2 filles que j'aime pardessus tout... Je me demande encore si j'ai été une bonne maman, car je culpabilise' de les avoir laissé en nourrice et me sens coupable de tous leurs échecs dans leur vie .....c'est sans fin ..... La vie passe ainsi ...

                                          Heureusement qu'il y a quand même des phazes de bonheur !

                                          Oui je suis ok pour discuter, le fait d'avoir écri hier à un moment ou je n'allais pas bien m' a sorti de ma "coquille" j'en ai ressenti un grand réconfort .. et possible que l'on peut s'entraider .... gardons l'espoir !!!!
                                          .mon amie avec qui je ne peux plus parlez au tèl.a été hospitalisée et tombée partiellement parlysée. Ce qui ajoute à ma tristesse.

                                          Amitiés

                                          Commentaire


                                          • Bonjours , je te comprend parfaitement, mais sa date ton annonce .
                                            Prendre rdv chez ton medecin et parle



                                            c'est très difficile mais capitale !!!!! Ton problème est celui de beaucoup de Jeunes et moins jeunes et chacun se tait par peur de passer pour une idiote ou par honte et parsque l'on pense n'interesser personne. avant de faire des bêtises et si tu veux parler sur ce site n'hésite ton mal être est moins compliqué que tu crois à écrire ....
                                            j'ai 63 ans maman de 2 filles et Mamie de 4 pttes filles

                                            Amitié

                                            Commentaire


                                            • Mal etre souffrance



                                              bonjour à toi je cimprends ton mal etre ta souffrance car moi aussi je ressesn des choses identiques, j'ai peur d'etre jugée, je me sesn en infériorité par rapport aux autres, j'ai la sensation que les autres réussissent et pas moi, je me sens trés fatiguée alors je dors sans trop culpabiliser je pense à la mort parfois, seule sans soutien j'essaie de faire face mais c'est trés dur, je suis maman et ma fille me voit mal alors je culpabilise encore plus voila réponds moi bisous

                                              Commentaire


                                              • Qu'est ce que je fais ici?



                                                et bien ton message m'a scotché ? et oui l'enfer c'est ici, c'est certain pour moi, quand j'entends la vie est un cadeau?? mdr, je ne me sens pas à ma place comme toi, peut être sommes nous trop sensible! je dis bien peut être, je me poste tellement de questions, et malheureusement pas beaucoup de réponse, j'ai lu "cherche et tu trouveras" j'essaie mais je me sens nulle, inutile, paumée, idiote, et j'en passe et des meilleures le manque de confiance en soi est sûrement une bonne raison d'être comme je suis, la seule chose qui me calme et me rend presque heureuse c'est les nuits étoilées, le silence, alors inutile de dire qu'en ce moment c'est la déprime totale, tous les matins je constate que je suis encore là, pourquoi, alors je vis, j'attends je ne sais quoi bon courage à toi

                                                Commentaire

                                                Publicité

                                                publicité

                                                Chargement...
                                                X