publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Dépression et refus de me revoir

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Dépression et refus de me revoir



    Bonjour,

    Je voudrais votre avis. Jai rencontré quelquun il y a environ 1 an . Au départ nous étions amis, et jai très vite compris quil avait des problèmes familiaux et financiers. Je suis devenue sa confidente. Ensuite une grosse tuile lui est tombé dessus, il a craqué et a fait une dépression. Arrêt maladie de plusieurs mois, suite à laquelle il a demandé une rupture conventionnelle. Depuis 6 mois il au chômage et je sais quil le vit très mal. Pendant tout ce temps, je lai soutenu, aidé comme jai pu, jétais très présente.

    Bref, fin décembre, nous nous sommes rapprochés et nous nous sommes embrassés. Entre nous, il ny pas de sexe, mais je suis tombée amoureuse de lui et lui me disait la même chose. Cest même lui qui en a parlé le premier.
    Suite à ce baiser, nous ne nous sommes pas revus, mais avons continué à entretenir une relation par mails et sms.
    Nous devions nous revoir mais il a du annuler à cause de soucis familiaux. Depuis, impossible dobtenir un rendez-vous pour sexpliquer sur son attitude. Cela fait 6 mois que nous néchangeons plus que par sms ou mail , même plus dappels téléphoniques. Il me dit quil maime mais est incapable de me revoir. Il est capable de menvoyer de merveilleux messages puis, de mignorer 15 jours.
    Au départ il me fixait des rdv quil annulait à la dernière minute, ou refusait ceux que je lui proposais, il avait toujours une bonne excuse.

    Jai été patiente, mais je souffre de son attitude à mon égard, de ses silences. Systématiquement, cest la douche froide. Aussi récemment je lai mis au pied du mur : je veux lexplication quil me promet depuis des mois, de vive voix. Il a mis 15 jours pour me répondre, très succinctement. Il me dit que cest trop dur pour lui, quil en est incapable, quil regrette déjà mais quil que sa souffrance et son mal être prenne toute la place.

    Ma question : est-il sincère ? est- ce que vraiment sa dépression peut prendre à ce point le contrôle de sa vie et lempêcher dêtre heureux avec moi ? Est-ce que vraiment son mal être peut expliquer son attitude à mon égard et le refus de me revoir ?

  • Hello



    Ce que je vais te dire va être dur à accepter mais la question n'est pas de savoir s'il est sincère car cela ne changera rien à ce que tu vis: tu attends. S'il a des problèmes et qu'il refuse de s'en sortir via ton amour et votre relation c'est son choix, mais toi, as-tu envie qu'il t'entraîne dans sa chute? Tu n'as pas à gâcher ta vie sous prétexte qu'il gâche la sienne. Franchement s'il n'arrive pas à être heureux avec toi tu ne peux pas l'aider. Surtout qu'il t'ignore pendant des jours alors qu'il n'a pas de travail... que fait-il de ses journées? Il a le temps de te répondre quand même!!
    Je te conseille de l'oublier, il est une source de problèmes ambulante, c'est cru mais c'est vrai. Il te fait espérer alors qu'il n'a rien à t'offrir et ce n'est pas honnête.

    Demande toi si tu te vois vivre toute ta vie de cette façon.... à attendre attendre attendre encore... alors que tu as le droit au bonheur

    Hope

    Commentaire


    • Réponse dépression et refus de me revoir



      Je me permets de vous répondre, car j'ai vécu la même situation que vous. Je comprends votre souffrance face à votre ami qui s'est isolé et qui ne désire voir personne y compris vous même et il est très difficile d'admettre cela, surtout lorsque l'on aime la personne. Il faut prendre du recul avec les dépressifs ce qui n'est pas évident du tout, d'autant plus quand on y est attaché. Il est très difficile de les comprendre et vivre avec plus un seul regard de la personne que l'on aime comme un amour perdu au milieu de nulle part crée une souffrance incommensurable. Il peut s'agir d'une dépression récurrente et on ne sait jamais lorsque le dépressif va en sortir. La dépression peut durer des semaines, des mois, voire des années et comment construire quelque chose avec quelqu'un atteint de cette maladie, d'autant plus que vous n'habitez pas sous le même toit! Le quotidien devient ingérable pour ces personnes atteintes de dépression. Se laver, s'habiller, téléphoner, faire des courses, envoyer un SMS, etc, ... tout devient impossible à faire. Vous avez passé une période ou vous vous échangiez des SMS, des appels téléphoniques, et du jour au lendemain, plus rien, le vide tout autour de vous et il vous dit qu'il ne peut pas!! En effet, j'ai connu cela avec mon amie que j'aimais passionnément et qui avait une dépression récurrente. Le dépressif se replie sur lui-même et ne rentre plus du tout ou que très rarement en contact avec vous, même si vous lui envoyez des textos. Il s'isole complètement et ce silence, cette absence vous font énormément souffrir. Figurez-vous, que j'ai connu cela en 2001, et la dépression récurrente de mon amie me faisait chaque souffrir lorsque je ne la voyait plus de plusieurs semaines ou mois. Et un beau jour, elle se manifestait alors que j'arrivais un peu à l'oublier avec le temps. Et je repartais chaque fois croyant que cela allait s'arranger, et chaque fois cela recommençait. Un chagrin d'amour chaque fois renouvelé pour moi. J'ai fini par l'oublier petit à petit, et après cette rupture difficile à admettre pour moi en 2003, mon amie s'est à nouveau manifestée en avril 2011, soit plus de 8 ans après!!! Etant libre, j'ai accepté de la revoir et les mois d' avril, mai ont été idylliques, avec des textos à foison au quotidien, des appels téléphoniques renouvelés chaque jour, mais des rencontres très brèves et de courte durée. Puis, au mois de juin, du jour au lendemain, pratiquement plus rien . Elle me disait qu'elle allait venir me voir et au dernier moment annulait son rendez-vous en donnant toujours un prétexte (mal à la tête, migraine, fatiguée!). Puis aucun contact par message et encore moins par téléphone. Elle est devenue tout de suite distante, s'est repliée sur elle même, mais j'ai su cette fois ci après un mois de souffrance rebondir et prendre du recul et me dire que je ne pourrais malheureusement rien entreprendre avec elle. Sa dépression est toujours là, une contrariété, un évènement à gérer entrainent à nouveau la personne dans la maladie. En ce qui concerne votre ami, il est indispensable qu'il consulte un spécialiste s'il ne l'a pas encore fait car il sera diagnostiquer sa dépression et lui délivrera un traitement approprié. Encore faut-il qu'il veuille bien consulter! De toute façon, vous n'arriverez pas à le forcer à entreprendre quoi que ce soit, et ce sera chaque fois un échec pour vous. La seule chose que vous devez faire, c'est de vous protéger pour ne pas qu'il vous entraine avec lui, de prendre du recul pour vous en détacher petit à petit et de l'oublier. Parlez en autour de vous, bien qu'il est difficile d'expliquer et les gens comprennent difficilement les dépressifs. Faites-vous aider pour ne pas trop souffrir et vous pouvez compter sur moi si vous avez besoin d'une écoute, car je suis à même de vous comprendre puisque cela m'est arrivé. Je vous souhaite beaucoup de courage.

      Commentaire


      • Réponse dépression et refus de me revoir
        Merci



        totofe171 : merci beaucoup pour votre témoignage. C'est exactement ça : il me couvrait de sms puis de plus en moins. ça fait un mois que je n'ai plus de nouvelle, je ne lui envoie plus rien non plus mais c'est très dur à vivre.

        Je me suis entre temps documenter sur la dépression et je commence à le comprendre. J'ai lontemps cru quil jouait avec mes sentiments mais vous expliquer très bien que le moindre geste anodin est insurmontable pour un dépressif. Que faire ? l'abondonne ou essayer de l'aider ??? j'avoue que je ne sais plus trop. :-(

        Commentaire


        • Merci
          Réponse au message du 18/07 à 19h50 (solitude tristesse).



          Tout d'abord, il est important de vous êtes documentée sur la dépression. Cela va vous aider à comprendre et à prendre du recul. Lire et relire, car il est très difficile de comprendre et surtout d'accepter cela quand on a des sentiments pour la personne en dépression. Il y a sans doute de multiples formes de dépression, mais toutes ont les mêmes points communs: le repli sur soi même, la tristesse, la mélancolie, le refus de voir les gens y compris la personne qui vous aime, les migraines, la fatigue, ne rien avoir envie de faire, etc... (il s'agit bien d'une modification du comportement et de l'humeur). A partir de là, vous comprenez qu'il va être impossible (ou presque) de construire une vie commune avec la personne souffrant de cette maladie, d'autant plus que vous n'habitez pas sous le même toit, ce qui était mon cas personnel aussi. Dire que cela va être possible un jour ou l'autre et vous laisse entrevoir un espoir s'avère vite balayé! et le temps défile devant vous. Vous voyez, j'ai perdu une dizaine d'années en espérant pour entreprendre quelque chose avec mon amie et voilà ou j'en suis. Par moment, j'avançais d'un pas, pour reculer de deux pas peu de temps après et finir au point zéro après toutes ces années d'attente et de croire à l'autre. Finalement, il faut s'en détacher petit à petit et ne pas espérer, autrement dit perdre ses sentiments vis à vis de la personne que vous aimez, car elle vit dans son monde à elle et vous délaisse sans état d'âme durant un certain temps qui peut durer malheureusement des mois ou plus. Là ou il faut faire attention, c'est lorsque le dépressif reprend contact avec vous, car il se trouve mieux et réalise combien il peut avoir des sentiments pour vous. Mais sachez qu'il risque de rechuter à tout moment, et vous allez encore à nouveau souffrir, parce que vous espériez une nouvelle tentative qui cette fois-ci serait positive et vous apporterait bonheur et amour. La dépression récurrente est terrible pour celui qui attend, qui espère, mais ce bonheur tant voulu n'arrive pas et n'arrivera jamais avec la personne malade. Donc, prenez ce recul nécessaire pour oublier, et surtout ne répondez pas à ses appels lorsqu'il sortira de son état dépressif. Bien entendu, il est facile de dire cela, mais difficile à mettre en application quand on aime par passion quelqu'un. De toute façon, d'après ce que j'ai pu lire sur l'amour passionnel, cela ne dure pas et s'estompe avec le temps. Pour cela, il faut rompre définitivement et ne plus entretenir de lien, car les sentiments restent toujours là pour la personne que l'on aime.Quoi que vous fassiez, vous ne pourrez pas l'aider et c'est lui seul qui décidera dans sortir ou pas, sachant que les rechutes existent et peuvent être nombreuses. Un traitement approprié, délivré par un psychiatre peut l'aider en l'accompagnant dans sa vie qui sera jalonné malheureusement d'épisodes dépressifs et d'épisodes ou l'humeur sera normale. Chacun a droit au bonheur vous comme moi même. De mon côté, je n'ai pas été gâté et pourtant , j'ai aidé mon amie, je l'ai écouté, réconforté avec des mots, de la poésie, délaissé par moment mon travail, mes passions ... pour aboutir à rien de constructif avec elle. Non, il faut dire stop à un moment donné, que l'on a trop donné pour l'autre sans retour et vous faire souffrir en éprouvant le sentiment d'un échec permanent. Que ce témoignage puisse vous guider et vous aider, sachant que je suis à votre écoute.Cela est aussi important pour moi de savoir que d'autres personnes connaissent la même situation que moi et cela ne peut être que bénéfique pour avancer positivement.

          Commentaire


          • Réponse au message du 18/07 à 19h50 (solitude tristesse).
            Je ne peux l'abandonner



            merci totofe, vous résumez parfaitement la situation : je l'ai réconforté,écouté, je me suis investie pour l'aider mais en vain.

            je commence à comprendre que même s'il a des sentiments pour moi, la dépressoin prend bien plus de place que moi, prend le dessus sur moi. je comprend ce que vous dites, lui seul peut décider de s'en sortir mais je ne peux me résoudre à l'abandonner, c'est avant tout un ami qui a su me soutenir lors de périodes difficiles que j'ai vécu (rien à voir avec la dépression).

            J'essaie de comprendre comment réagir avec lui, j'ai commandé un livre pour m'y aider. Mais en attendant, ses silences sont lourds, je m'inqiète pou lui, j'ai peur qu'il sombre de plus en plus si plus personne ne le soutient (j'étais la seule à le faire) ou pire, qu'il fasse une tentative de suicide. Il l'avait évoqué il y a quelques mois, je l'avais secoué et il avait "oublié" cette idée. Mais s'il je l'abandonne à mon tour, j'ai peur qu'il y repense.

            j'ai très envie de lui envoyer un petit mot, lui dire que j'ai compris qu'il ne me manipulait pas mais était vraiment malade. Je ne sais pas si c'est une bonne idée pour pas. J'ai compris qu'il fallait malgré tout que je garde mes distances, que je ne lui en demande pas trop, et que je dois accepter de faire avec ses silences. Plsu facile à dire qu'à faire, mais j'aimerai repartir sur de bonnes bases avec lui, comment le lui faire comprendre sans le braquer ? Dois-je ou non essayer de renouer le contact ?

            on s'est écrit mutuellement des choses qui nous ont blessé, nous avons tous le deux un sale caractère qui n'arrange rien et je le regrette. Je pense aussi qu'il s'est mis la pression tout seul, pensant que j'attendais trop de lui. Je suis perdue, je pense beaucoup à lui et je m'inquiète chaque jour un peu plus.

            Commentaire


            • Je ne peux l'abandonner
              Réponse au message de solitude tristesse du 20/07 à 15:08.



              Je pense que l'on pourrait se tutoyer ce qui permettrait de mieux communiquer et d'échanger nos regards sur ces situations que nous vivons. Tout d'abord, ton ami a t-il contacté un psychiatre pour savoir s'il souffre réellement de dépression, car seul un spécialiste pourra réellement diagnostiquer la maladie? Si c'est le cas, il doit avoir un traitement approprié à son état avec anti- dépresseur, anxiolytique, etc... Ensuite, c'est très bien que tu ais commandé un ouvrage relatif à la dépression, ce qui te permettra d'avancer, de comprendre et d'atténuer tes souffrances. En 2001, lorsque j'ai été mis en face de la dépression de mon amie (dépression récurrente), je me suis beaucoup investi dans la documentation et j'avais acheté 3 ouvrages sur les dépressions que j'avais lu en grande partie et que j'avais ensuite donné à mon amie pour qu'elle les lise. Tu peux lui envoyer un mot, un SMS, si tu le veux, l'écouter bien sûr, mais surtout si j'ai un conseil à te donner, c'est de ne pas trop s'apitoyer sur son sort, car les dépressifs savent se servir de la faiblesse des proches pour se faire plaindre. Bien entendu, lorsque l'on a des sentiments pour la personne que l'on aime, on a tendance à s'attendrir et le malade l'utilise à bon escient! C'est exactement ce qui s'est passé pour moi. Le fait de l'écouter, de lui envoyer un texto ne peut être que bénéfique pour lui, mais ne le fait pas trop, et attend qu'il te réponde en retour, car si cela marche dans un seul sens, tu va souffrir beaucoup de l'absence de ses messages à lui. Cela va te permettre à quelque part de prendre un peu de recul, d'atténuer tes sentiments pour lui et de montrer que tu n'es pas faible. Bien sûr c'est difficile à faire mais cela s'avère nécessaire pour estomper un peu tes émotions. Lui aussi doit faire des efforts, et donc il faut montrer que tu es capable d'attendre et d'oublier!... Donc, il est par conséquent important pour lui que tu comprennes sa dépression et que tu peux l'écouter lorsqu'il en éprouve le besoin tout en gardant toi même une certaine distance avec ton ami. Repartir sur de nouvelles bases, à mon avis est voué à l'échec dans la mesure ou il est replié sur lui même en ce moment; Il te dira qu'il ne peut pas puisqu'il est en crise! Jusqu'à quand? Dieu seul le sait! Cela peut durer longtemps malheureusement et l'attente est longue pour celui qui se retrouve seul et qui aime l'autre. Reste à savoir si dans la mesure ou ton ami est bien dépressif, si cette dépression n'est que passagère, ou risque de devenir chronique à la même contrariété de la vie quotidienne. As t-il eu déjà des épisodes de dépression? Tu me parle de tentatives de suicide de ton ami. Ce sont généralement des appels au secours, mais malheureusement, certains passent à l'acte et disparaissent et il faut être prudent lorsque le malade commence à prononcer le mot suicide! Tu peux donc renouer le contact avec lui, peut-être par SMS dans un premier temps et tu vois comme il se comporte en retour. Mais tu ne pourras pas le forcer et lui seul décidera de renouer lorsqu'il sortira de son état. Si tu as beaucoup de sentiments pour lui, les absences, le manque de contact avec ton ami vont être douloureux pour toi et tu dois composer avec et comprendre la dépression par la documentation qui t'apportera beaucoup et qui permettra d'estomper tes moments de souffrance et aussi de solitude. Mais tu vois, le temps passe vite et comme je te l'ai dit, j'ai perdu 10 ans de ma vie à attendre quelqu'un que j'aimais passionnément mais avec qui il est impossible de construire un avenir... Je reste bien sûr à ton écoute. Amicalement.

              Commentaire


              • Réponse au message de solitude tristesse du 20/07 à 15:08.
                Réponse à totof



                tes messages sont pleins de sagesse et je te remercie. Ils apaisent ma souffrance. Je t'ai envoyé un mp l'autre jour, je ne sais pas si tu l'as eu.

                J'ai fini par lui envoyer un message. Je n'attend pas de réponse de sa part, bizarrement. J'imagine qu'il va m'ignorer encore pour longtemps, surtout s'il va mal. Mais je suis en paix avec moi-même de l'avoir fait. Je m'en voulais beaucoup de l'abandonner. là, il sait que je ne veux pas perdre son amitié et que je suis prête à l'aidre à s'en sortir.

                J'essaie de relativiser et de ne pas être en attente ou de m'investir inutilement. Il a peu de chance qu'il reprenne contact, il est très fier et nous ne nous sommes pas quittés sur de bonnes bases.

                Il a vu son généraliste, depuis environ 1 an, il prend des médicaments. Au départ, je ne sais si il lui a dit qu'il s'agissait d'une dépression, je crois que non car son médecin pensait qu'il arriverait à reprendre le travail au bout d'un mois. Il en a été incapable car ses soucis venaient de là aussi. Ensuite, il a continué à prendre ses médicaments, il a essayé de les arreter un temps mais il les a repris. Il n'a pas vu de psy, bien que je lui ai conseillé. Et je ne crois pas que son généraliste le lui propose. Ou alors, il est tellement fier, qu'il refuse d'admetter qu'il est malade. Je lui propose dans mon message de l'accompagner à un 1er rendez- vous, j'espère que ça l'aidera à y penser.

                Commentaire


                • Réponse à totof
                  Réponse à bejoute37



                  Coucou, j'ai voulu répondre à ton message privé mais apparement tu n'acceptes pas les mp ou alors tu m'as bloqué par inadvertance

                  Commentaire


                  • Réponse à totof
                    Solitude tristesse: réponse à ton dernier message du 21/07



                    Tu lui a envoyé un message et c'est très bien et dis toi que tu ne l'a pas abandonné. Tu ne dois à aucun moment te culpabiliser, et connaître un dépressif pour essayer de vivre une vie commune, est quasiment une mission impossible, surtout si le malade fait des rechutes. Maintenant, il faut que tu attendes et que tu patientes. Jusqu'à quand? Impossible à dire! Il est en pleine dépression et donc replié sur lui même. De ton côté, il faut que tu te protèges et pour cela, il faut que tu sois capable de l'oublier un peu pour éviter de souffrir. Par conséquent, évite de regarder constamment ton mobile ou PC, pour voir s'il t'a répondu. Fixes-toi un objectif; par exemple, dans l'immédiat, ne regarde ton portable q'une fois par jour, ce qui va te permettre de prendre un peu de recul. Surtout, évite de te poser trop de questions, du genre: pourquoi ne m'envoie t-il pas de texto? Quand va t-il me répondre? Autre conseil, s'il répond à ton message, attend un peu (quelques heures, 24 H), avant de répliquer. S'il a réellement des sentiments pour toi, il te fera tôt ou tard un coucou, t'enverra un message, même bref. Mais toi de ton côté, tu as fait le premier pas et c'est à lui de répondre. S'il ne t'envoie rien, tu vas sans doute avoir mal et ressentir angoisse et anxiété. Il faudra que tu sois forte à ce moment précis et occuper ton esprit en parlant avec des proches, en lisant si tu aimes lire ou tout autre activité que tu apprécie. Tu peux aussi écrire sur le forum et je pourrai dans la mesure de mes moyens atténuer tes malaises et inquiétudes. Lorsque je me suis trouvé dans cette situation, je me suis fait aider par un proche qui a su trouver les mots nécessaires pour apaiser mes angoisses. Mon travail qui est aussi ma passion, ma vocation et qui a un rapport avec la Nature m'a beaucoup apporté pour me relever de cette période difficile. La montagne aussi m'a été d'un grand secours. Tu vois, lorsque mon amie a repris contact avec moi en avril 2O11, soit plus de 8 ans après la rupture, j'ai accepté de la revoir croyant d'après ses dires qu'elle était sorti de sa dépression. Mais 2 mois après, elle a rechuté et cela va faire bientôt 2 mois que je n'ai plus croisé son regard. Difficile d'accepter lorsque l'on aime quelqu'un mais j'ai appris à prendre du recul pour ne pas souffrir cette fois-ci comme cela avait été le cas en 2001.

                    Il a vu son médecin généraliste mais pas de psy à ta connaissance. Cela ne sera pas suffisant pour lui, car seul un spécialiste des maladies psychiatriques pourra réellement diagnostiquer son état personnel (dépression, bipolarité, hystérie...) Les médicaments aident mais ne font pas tout non plus. Le malade décide seul s'il doit en sortir ou pas! Beaucoup de généralistes, comme bon nombre de personnes ne prennent pas la dépression au sérieux, maladie qui reste encore un tabou et exprime une certaine honte. C'est vrai, que très certainement, il y a aussi une part de comédie de la part du malade et c'est pour cela qu'il faut de ton côté relativiser, ne pas trop s'accrocher à l'être aimé et prendre quelques distances avec lui pour te préserver de toute peine morale. Car le malade est dans son monde et c'est toi qui souffre de cette absence, de ne plus avoir de regard de sa part comme un amour perdu au milieu de nulle part... Le malade sait aussi utiliser l'autre lorsqu'il en éprouve le besoin. Lorsqu'il ne sera plus en crise, il émettra un appel, s'il a réellement des sentiments pour toi, car tu lui manquera et désirera être à ce moment là à tes côtés.

                    J'ai bien reçu ton mp et tu as bien fait de me le dire; j' avais oublié de vérifier. Si tu préfères m'envoyer des mp, tu peux le faire, et agit comme tu le ressent. A bientôt et n'hésite pas si tu en éprouves le besoin. Amicalement.

                    Commentaire


                    • Solitude tristesse: réponse à ton dernier message du 21/07
                      Réponse au message de totof171 (posté le 22/07)



                      merci pour tes précieux conseils. j'essaie de relativiser. Cest vrai que je men veux beaucoup de ne pas avoir fait des recherches plus tôt. Mais il ne parlait pas de dépression, en fait il ne la jamais dit. Juste que parfois il avait besoin de sisoler quand il navait pas le moral. Sa généraliste lui avait prescrit des anti-dépresseurs il y a un an déjà, quil avait arrêté très vite lorsquil allait mieux. Je pense que les généralistes ont tendance à en prescrire un peu vite à la moindre baisse de moral. Ensuite il a eu un gros coup dur, il a eu besoin dun arrêt de travail, et rebelotte : anti-dépresseurs . Cest aussi pour ça que sur le moment, je ne suis pas vraiment inquiétée , je pensais que ça irait mieux.
                      Et puis, lorsquon sest vraiment rapprochés lui et moi, son chômage est arrivé, et il pensait retrouver très vite un emploi. Et en plus, chaque fois quon prévoyait de se voir, il lui arrivait une tuile (vrai ou pas, je me pose des questions). Il a fini par senfoncer au fur et à mesure et jai vraiment réalisé quil était dépressif au sens propre du terme lorsquil ma dit dans son dernier message que sa souffrance et son mal être prenait toute la place. Là je me suis dit que javais été dure avec lui lorsque je lui disais quil me manipulait et ne cherchait rien de sérieux.
                      Jai lu des témoignages de personnes dans mon cas, et cest dingue, je retrouve toutes ses attitudes, ses paroles. Cest là que je men veux de ne pas avoir réagi plus tôt. Je suis quasi sure à 100% quil na pas vu un psy, je le lui avait conseillé i l ya quelques mois, mais il ne ma jamais répondu sur ce sujet, ce quil fait quand il veut éviter quelque chose. Il a essayé un temps darrêter les médicaments seul, mais il les a repris. Il prend : 3 antidépresseurs par jour (50mg ! ) un anxiolytiques et un somnifère. A mon avis, il ne doit pas avoir les idées très claires.
                      Ne tinquiète pas, jessaie de relativiser, de ne pas me prendre la tête pour linstant, si je nai pas de nouvelle. Il faut aussi quil digère mon message, quil accepte sa maladie. Et puis cest aussi son genre de me laisser mariner si jai fait pareil. Nous sommes très fiers tous les deux, alors à mon avis, même sil a envie de me répondre, il va mettre du temps à le faire, histoire que je réfléchisse un peu.
                      Je suis comme toi : sil réapparaissait dans ma vie dans un an ou deux, voir plus, je craquerai à nouveau car je suis sure quon est passé à côté de quelque chose. Et toi, tu te sens comment ? Tu arrives à gérer le manque, la déception à ses silences ?

                      Commentaire


                      • Réponse au message de totof171 (posté le 22/07)
                        Réponse au message de solitude tristesse du 22/07



                        Tu sais, les dépressifs évitent de dire qu'ils ont cette maladie et il n'est pas étonnant qu'il te l'ai caché. Cette maladie reste tabou et exprime de nos jours toujours une certaine honte. Mon amie ne me l'a jamais dit et je l'ai appris un peu par hasard, en parlant à un proche qui est psychologue et qui m'a aidé à surmonter mes épreuves. J' ai su après qu'elle avait une dépression récurrente, autrement dit des épisodes ou son comportement et son humeur feraient qu'elle s'isolerait pour un temps indéterminé!!! Comment veux-tu concevoir une vie commune? Le dépressif dira qu'il faut attendre et que demain cela ira mieux. En fait, tu attends, parce que tu y crois et parce que aussi tu as des sentiments pour la personne que tu désires. Et cela fait souffrir terriblement, surtout quand tu sais que tu es sérieux et que tu ne désires pas vivre une simple aventure avec quelqu'un, mais plutôt construire une vie de couple sérieuse et durable. Je sais aujourd'hui pour moi, qu'il est impossible d'envisager mon avenir avec elle et que de toute façon, il y aura des récidives et qu'à chaque fois, je serais mis sur la touche, car elle ne pourra pas gérer le quotidien et refusera de voir le monde y compris la personne pour qui pourtant elle a des sentiments. La maladie fait que la personne est véritablement repliée sur elle même avec des conséquences dramatiques pour ses proches y compris pour son ami. Au mois d'avril, lorsqu'elle a repris contact avec moi, elle était bien; textos, appels téléphoniques, mais par contre très peu de contacts réels, visuels. Les quelques moments privilégiés étaient associés à des rencontres où j'effectuais des travaux pour lui faire plaisir (jardinage, remise en état de ses haies, de son terrain). En fait, elle se forçait ce qui lui permettait de nous voir un minimum, mais c'était presque impossible pour elle, car j'avais compris très rapidement (expérience des années 2001/2002), qu'elle était à nouveau en rechute. Chaque fois que j'aspirais à la revoir (un dimanche après-midi par exemple), elle rejetait au dernier moment la rencontre en prétextant qu'elle était fatiguée, ou qu'une migraine survenait. Il s'agit bien des signes caractéristiques de tout dépressif; je viens, je ne viens pas! je sais, je ne sais pas! ... Impossible de gérer une vie comme cela pour le conjoint, l'ami! Elle a même annulé volontairement ou involontairement l'illimité partagé, parce qu'elle ne pouvait plus appeler! Je ne peux plus gérer cela!! Ton ami a agit de manière identique; il t'a dit qu'il ne pouvait pas venir parce qu'il lui arrivait une "tuile"! c'est un argument pour se désister et annuler un rendez-vous prévu: il ne peux pas!!! Effectivement, il ne peux pas, trop dur à accomplir, à gérer, à entreprendre... Je limite au maximum ce que je dois faire dans ma journée, parce que je ne peux pas... Le mal être est bien profond, prend toute la place, mais toi, tu n'es pas responsable de ce qui lui arrive et tu ne dois en aucun cas te culpabiliser. Il ne faut pas t'en vouloir et je m'aperçois que tu comprends bien maintenant ce qu'est la dépression d'un proche que l'on aime. Comme tu me le signale, il prend 3 anti-dépresseurs, anxiolytique et somnifère, ce qui prouve bien qu'il doit être dans une dépression sérieuse. Naturellement, il doit s'efforcer de respecter son ordonnance, car l'arrêt brutal de tout traitement pour soigner les dépressions peut engendrer des rechutes terribles de la maladie. Il a sans doute déjà vu un psychiatre avant que tu le connaisse et maintenant son généraliste lui prescrit la médication adaptée à son cas.

                        J'arrive à gérer ma situation personnelle, contrairement à 2001/2002, mais je ne me fais guère d'illusion. On est impuissant devant la dépression, surtout lorsque l'on ne vit pas sous le même toit. Elle a eu un divorce douloureux qui a duré plus de 1O ans avec son ex mari, perdu son père et cela a été les facteurs déclenchant de sa maladie. Il s'en est suivi par la perte de son emploi, et les tracas de la vie pour s'enfoncer un peu plus dans la dépression. Maintenant, la moindre contrariété fait que la rechute est là et l'emporte à nouveau. Je ne peux que l'écouter lorsqu'elle en éprouve le besoin tout en ayant appris à prendre du recul pour ne pas trop souffrir. Mais j'existe moi aussi et j'ai droit au bonheur, à espérer à rencontrer quelqu'un pour enfin entreprendre... Il est heureux de discuter avec des semblables qui connaissent les mêmes situations. Merci.

                        Commentaire


                        • Réponse au message de solitude tristesse du 22/07
                          Réponse à totof (message du 23/07)



                          Coucou, ça me fait du bien aussi de parler avec des gens qui ont vécu et vive encore la même situation.

                          comme ton amie, le mien a annulé de nombreux rendez-vous, toujours une bonne excuse. Il y a des soirs où je n'ai pas mes enfants, il aurait pu se libérer, mais chaque fois une bonne excuse : pas seul, pas là car dans sa famille etc .... Et chaque fois il me promettait de tout mettre en oeuvre pour trouver un créneau, mais ne proposait rien.

                          A ma connaissance, il n'a jamais vu de psy, il pensait que les médocs siffiraient. Et évidemment, à un moment donné, il a fini par perdre son travail, car ça aussi ça lui devenait insurmontable. Après un très long arrêt maladie, au cours duquel il était très présent avec moi (tél, rdv, mails, sms) il a fini par démissionner. Il est donc dans une stituation financière très difficile, en plus de ses problèmes autres. C'est après sa démission qu'il a rennoncé à me revoir, me disant qu'il avait honte (de quoi ? ) ou peur de revoir après son attitude de con à mon égard. J'ai essayé en vain de lui dire que je lui pardonnais, mais je sais que c'est aussi typique des dépressifs. Et que pour un dépressif, revoir l'être aimé est aussi source d'angoisse. C'est paradoxal.

                          Il m'a envoyé un sms pour me remercier pour mon message et me dire qu'il avait été très touché. ça m'a fait très plaisir, même si je sais que rien n'est gagné. J'ai compris ausis qu'il ne faut pas que je l'envahisse. Je lui ai répondu, car son message le sous-entendais. ça me fait du bien de savoir que je ne l'ai pas complètement perdu, c'est avant tout un ami et je veux repartir sur de bonnes bases maintenant que j'ai compris combien il souffre. Je vais le laisser tranquille et attendre son prochain message sans l'étouffer.

                          meric pour ton soutien, ça fait du bien de partager son expérience avec des personnes qui me comprennent.

                          Commentaire


                          • Réponse à totof (message du 23/07)
                            Réponse au dernier message de solitude tristesse: une situation analogue.



                            Il a répondu à ton message et cela signifie bien qu'il est attentif et qu'il a réellement des sentiments pour toi. Son message a dû par contre être bref, car il a dû déployer une énergie considérable pour t'envoyer quelques mots. Sa dépression est là et il faut qu'il se force pour te répondre. Attends maintenant un peu, peut-être 2 ou 3 jours si tu le peux avant de répondre. Cela va te permettre de prendre un peu de recul et d'atténuer tes souffrances, même si tu trouves que l'attente est longue. Surtout, inutile de lui proposer de l'accompagner voir un psy ou d'aller se promener ou de venir te voir... Il te diras qu'il ne peux pas et pour lui ce sera une pression supplémentaire!! Lorsque tu lui enverra un message, envoie lui quelque chose qui peut le valoriser et qu'il aime personnellement, ce qui lui fera beaucoup de bien et il sera sensible à ta délicatesse et à l'attention que tu lui porte. Moi, par exemple, je lui envoie par sms des multimedia (photos de montagne, un milieu que je fréquente à travers mes randonnées qui constituent une de mes passions, photos de ma roseraie, photos de scènes paysagères que je réalise chez ma clientèle...). Tout cela ne peut être que bénéfique pour lui et il appréciera cette approche et les gestes amicaux que tu lui adresse. Attends à chaque fois qu'il réponde à tes messages, mais les siens risquent d'être très brefs. Mais peu importe. Ils sont là! De toute façon, comme tu le dit et tu as parfaitement compris la dépression, te revoir pour le moment est pour lui une angoisse supplémentaire impossible à gérer. La perte de son travail a fait qu'il a sombré un peu plus encore dans la dépression. Chez les dépressifs, le replie sur soi même est la règle et les poussent à fuir les autres et les relations avec autrui. Le malade s'auto déprécie et tes sms ne pourront qu'être bons pour lui. Surtout, garde des distances et ne cherche pas à le plaindre et à te rabaisser devant lui. Sa douleur morale, la perte de son élan vital, le manque d'intérêt, la lassitude morale, la difficulté de penser, la fatigue psychique sont des signes caractéristiques de la dépression. Il y a toujours une certaine irritabilité chez les malades qu'il est difficile d'accepter pour le conjoint et bien entendu lorsque vous vous êtes emportés l'un envers l'autre, cela n'a pas arrangé la situation. Mais dis-toi que tu n'es pas responsable de cette situation, même si ton caractère n'est pas toujours aimable. Sa maladie est bien responsable de cette humeur désagréable que l'on ressent au moment ou le malade sombre dans la dépression. J'espère que tu me suis, car je veux t'apporter mon soutien de part mon expérience personnelle et il est important pour moi de trouver une personne qui vit une situation identique et parallèle à la mienne. Peu de personnes peuvent nous comprendre et disparaîtraient rapidement des écrans!!! Ceci étant, elles n'ont pas forcément tort, car on n'avance pas!!!! Mais lorsque les sentiments sont là pour quelqu'un, il est difficile de les oublier du jour au lendemain. Il faut par contre savoir prendre du recul et pour cela, il est nécessaire de trouver de l'aide. Je te souhaite une bonne soirée et une bonne nuit. A plus si tu en éprouves le besoin.

                            Commentaire


                            • Réponse au dernier message de solitude tristesse: une situation analogue.
                              Réponse au message de totof du 23/07 à 22h07



                              Coucou, message bref mais il a employé un terme affectif et ça compte beaucoup pour moi. On sappelle toujours comme ça, sauf lorsque lon est fâché. Donc je pense quil veut lui aussi repartir sur de bonnes bases, même si cela ne changera pas son comportement tant quil sera malade. Je pense que sil navait pas effacé mon numéro alors que nous ne nous étions pas quittés en très bon terme du fait de son refus de me revoir cest que je compte pour lui.

                              A moi dessayer de gérer ses silences, mais maintenant que je sais quil ne maîtrise pas forcément ses réactions, ça fait moins mal. Lorsque tu penses que la personne joue avec tes sentiments, cest très dur, là je sais que ce nest pas le cas. Je lui avais répondu de suite car il me souhaitait de bonnes vacances (lui ne peut partir à cause de son chômage) donc je lui ai précisé mes dates et jen ai profité pour lui faire un compliment. Merci pour tes conseils, la prochaine fois jessaierai de lui envoyer des photos de magnifiques paysages comme il aime.
                              On voit au travers de tes messages que tu tes beaucoup renseigné sur la dépression. Jai limpression de parler à un pro (un psy par exemple) et ça fait beaucoup de bien, ça maide beaucoup.

                              Ce que tu dis au sujet de la colère est vrai. Notre dernière dispute est partie du fait que je lui disait quil navait même pas les cou de me revoir. Il la très mal prix mais je comprends mieux à présent. Je pensais le faire réagir car habituellement cest quelquun de très fier (et de susceptible) mais jai du provoquer tout leffet inverse : je lai braqué contre moi.

                              Comme tu dis, lentourage te dis de laisser tomber, que cette personne se moque de toi et ne taime pas vraiment. Mais je me rends compte à quel point ils ont tords mais aussi combien mon ami doit souffrir de sa dépression. Et il est vrai aussi quil est plus facile de dire laisse tomber que de le faire. Si on aime un(e) dépressif, comment labandonner alors quil a tant besoin de nous ? Je veux repartir sur de bonnes bases, le comprendre, et le soutenir. Jai compris quil faut que je sois présente mais sans létouffer et surtout ne pas trop attendre en retour ? A moi de trouver un équilibre, heureusement, jai une vie à côté, un côté, des amis, ça aide à penser à autre chose.

                              Toi aussi nhésites pas si tu as besoin de parler.

                              Commentaire


                              • Réponse au message de totof du 23/07 à 22h07
                                Réponse au message de solitude tristesse du 25/07 à 17:22



                                Bonjour et un grand merci pour tes compliments qui me touchent beaucoup. Je suis pro dans le paysage, mais pas dans la psychiatrie malheureusement, ce qui m'aiderait davantage à comprendre. Le principal est que je puisse t'aider à quelque part, à t'éviter trop de souffrances surtout lorsque l'on est attaché à sa moitié, mais aussi pour se protéger et prendre du recul face à un dépressif. C'est vrai que je me suis beaucoup renseigné sur la dépression pour comprendre le malade, mais aussi pour passer le temps ce qui occupe l'esprit et évite de trop penser. Le fait qu'il éprouve le besoin de te répondre est bien évidemment réconfortant pour toi et remonte un peu le moral et lui même ne peux du jour au lendemain effacer les sentiments qu'il a pour toi. Gérer son silence va sans doute être difficile pour toi. Il faut maintenant que tu saches espacer tes messages que tu lui adresse, pour ne pas sombrer dans la routine du texto quotidien à heure fixe! Cela t'évitera de trop penser et de te poser trop de questions, du genre: Pourquoi ne me réponds t-il pas, alors que je lui ai envoyé un message? Quand va t-il me répondre? Change tes habitudes de communication envers lui. Evite les jours fixes, les heures programmées... Espace tes envoies de messages. Tout cela va te permettre de te détacher par l'esprit d'une situation personnelle pour en juger plus objectivement. Les SMS, les photos le toucheront sans aucun doute, car cela lui fera du bien. Mais surtout, attend de ton côté qu'il réponde à chaque fois. Patiente s'il ne répond pas, même si cela est dur pour toi et que tu éprouves le besoin de lui envoyer un autre texto, alors qu'il ne t'as pas répondu. Ne fait pas les mêmes erreurs que moi, car j'ai enduré pendant trop longtemps et trop souvent les silences de mon amie en cédant. Tu verras, si tu sais par moment être absente de ses pensées, il se posera des questions lui aussi et cherchera à reprendre le fil de la conversation avec toi. Prudence, car les dépressifs savent aussi adopter une certaine manipulation avec leur moitié et utilise bien des stratagèmes pour reprendre contact avec l'autre et se déculpabiliser. Il ne peux pas pour le moment te revoir mais il pense à toi et aimerait que lui lui réponde!!! Alors laisse faire, il doit lui aussi faire un pas! L'attente est longue pour toi, mais cela est nécessaire. Je l'ai testé avec mon amie, qui après plusieurs jours de silence de ma part, angoissait et engageait un nouveau rapprochement... Peut-être que la dépression de ton ami est différente, mais lorsque l'on a des sentiments réels pour l'autre, on ne peux pas les oublier rapidement. Tu me dis qu'il est fier et susceptible, mais je crois que cela doit être commun chez les dépressifs, car mon amie est exactement identique. Tu avais dû probablement remarqué tous ces points communs que l'on retrouve chez les dépressifs: troubles du sommeil, manque d'énergie, de motivation, humeur triste, asthénie, mal de vivre, troubles de la mémoire, baisse de la libido, que la vie est un échec et une grande irritabilité . Tout cela est dur à accepter pour soi même et tous ces ingrédients font qu'ils se replient sur eux mêmes en refusant de voir l'autre. En espérant que tu trouveras un certain réconfort dans ces quelques lignes, je te laisse en te disant à bientôt si tu en éprouve le besoin. Merci pour m'écouter et de communiquer, car cela fait toujours du bien. Cela ne peut- être que réciproque.

                                Commentaire


                                • Merci totof



                                  Bonjour,
                                  Tu sais parler à la nature, cela doit taider dans les relations avec les autres. Je me suis acheté un livre comprendre les déprimés, vaincre la dépression , jai hâte de le recevoir afin de mieux comprendre mon ami. Depuis que jai compris que sa dépression est en grande partie la cause de son attitude à mon égard, je vais mieux et je gère le manque. Je nai pas eu dautres nouvelle, mais je suis tellement occupée en ce moment que bizarrement ça ne me manque pas. Et puis jai compris que de toute façon, sil est en période basse il ne mécrira pas ou ne répondra pas à mes sms. Je lui ferai un petit coucou en fin de semaine. Cest vrai quavant javais tendance à me faire du mal lorsquil ne répondait à mes sms ou mes mails, javais limpression quil jouait avec mes sentiments. Maintenant je comprends quaussi facile ça peut être pour nous, autant cest très dur pour lui et lui demande beaucoup defforts.
                                  Je ne lai jamais harcelée de texto , sil ne me répondait pas, je zappai. Mais en règle générale, lorquil réapparaissait (par mail ou sms) jétais dure avec lui car je lui en voulais. Maintenant jai pris du recul et men veut davoir agis de la sorte avec lui. Ce que tu dis à propos de ton amie est valable pour le mien aussi : il marrivait de ne pas lui écrire et hop, il réapparaissait en sinquiétant de mes silences. Il faut aussi savoir créer le manque, même si cest très difficile. Il ma toujours dit que je restais dans son cur et ses pensées, quoiquil arrive, y compris lorsquon se prenait la tête et que je voulais tout arrêter. Il disait me comprendre et ne pas men vouloir.
                                  Contrairement à ton ami, je nai pas vu la dépression venir. Comme je te lai dit, il a été plusieurs mois en arrêt maladie. Et pendant ce temps on sappelait au tél et on sécrivait beaucoup. Mais on se voyait rarement et à chaque fois il était heureux de me revoir et ne me montrait pas son côté sombre. Cest pour ça quensuite je nai pas fait le rapprochement entre déprime et réelle dépression.
                                  Et toi, de ton côté, depuis quand nas-tu pus de nouvelle ? Est-ce que ton amie travaille ? As-t-elle des enfants qui lobligent à tenir la tête hors de leau ?
                                  Merci pour ton soutien, bisous

                                  Commentaire


                                  • Merci totof
                                    Réponse au message de solitude tristesse du 27/07 à 14h30.



                                    Bonsoir solitude tristesse. Je suis heureux que tu ailles bien, que tes journées soient bien remplies et que l'absence de ton ami n'est pas trop dure à vivre pour toi. Cela prouve bien que tu es capable de prendre le recul nécessaire face à cette situation qui n'est pas simple à gérer. Occupe ton esprit en permanence, pense à ton travail, à ton entourage et à ceux qui te soutiennent dans cette épreuve. C'est agréable que l'on puisse bavarder sur ce forum tous les 2, car cela nous permets de parler de notre histoire, de comprendre et d'échanger nos impressions et nos avis respectifs. j'aime la nature dans sa plénitude et elle m'a beaucoup aidé dans des périodes difficiles de ma vie sentimentale. En plus, elle me permets d'être attentif et d'écouter les autres. La passion pour le jardin, qui est aussi ma vocation, ainsi que la montagne me permettent de soulager mes souffrances, car je suis une personne sensible qui est passionnée pour certaines choses mais qui peut l'être aussi pour quelqu'un. La passion est quelque chose de beau à vivre, mais peux aussi faire souffrir et j'en ai fait malheureusement l'expérience sentimentalement parlant.
                                    Tu vas pouvoir lire ton ouvrage "comment vaincre la dépression", ce qui va te permettre de mieux cerner le dépressif, comprendre la maladie et peut-être l'accepter. Certains malades s'en sortent définitivement, mais d'autres restent dépressifs toute leur vie ou récidivent sous la forme d'épisodes qui peuvent durer un temps plus ou moins long. Il ne faut pas que tu t'en veuilles d'avoir cru qu'il jouait avec tes sentiments. Tu n'as pas à te culpabiliser parce que tu te fâchais envers lui. Tu ignorais tout de la dépression, et bien entendu beaucoup de personnes pensent que la déprime passagère et la dépression sont identiques. Il n'en est rien bien évidemment. Tu es dans son coeur, ses pensées et sans doute est-il sincère. Tu peux lui envoyer des messages, mais comme je te l'ai déjà dit, ne te rabaisse pas. Par contre, n'hésite pas à lui dire que tu comprends la maladie. Il ne pourra qu'être attentif à ta compréhension face à son égard, et constatera que tu peux lui être d'une aide appréciable. Il fut une période où vous vous appeliez souvent et les textos étaient innombrables. Par contre peu de contact. Attitude normale, les dépressifs ont toujours l'impression de déployer une énergie considérable pour accomplir le quotidien. Mon amie réagit exactement de la même façon; se voir est une chose difficile à faire pour elle et son éducation durant son adolescence a fait qu'elle n'arrive pas à se débarrasser d'un certain nombre de barrières, de tabous qui l'emprisonnent et l'empêchent de vivre correctement et d'accepter la vie telle qu'elle se présente. Je ne l'ai pas revu depuis le 06 juin, journée où je suis allé travailler chez elle. Je viens de passer 3 jours sans lui envoyer de SMS ou de photos, et aujourd'hui elle a réagit, car à quelque part elle s'inquiète de ne rien recevoir de ma part. J'ai reçu une photo de son jardin avec un texte plus long que d'habitude, ce qui prouve qu'elle peux réagir aussi quant elle le veux bien. Je vais attendre un ou deux jours avant de lui répondre et ce sera beaucoup plus bref que d'habitude. Elle comprendra ainsi que je peux être absent de ses pensées, que je suis resté à quelque part un peu indifférent à son message et que rien n'est urgent de lui répondre!!! Et en plus, cela prouve que tu es capable de prendre du recul et de laisser faire le temps sans souffrir.
                                    Mon amie ne travaille pas non plus, la rechute l'ayant empêché de continuer son activité. Cela n'est pas fait pour arranger le moral et c'est ce qui se passe aussi pour ton ami. Elle a 2 enfants qui effectuent des hautes études, et bien entendu, ils sont tout pour elle ce qui lui permet de rester la tête hors de l'eau. Elle a aussi sa mère qui habite à proximité et qui lui rend d'énormes services en assumant une partie de la vie quotidienne, comme faire les courses, préparer les repas, etc... Au plaisir de te lire et n'hésite surtout pas si tu éprouves un mal quelconque ou si tu désires parler. Bisous.

                                    Commentaire


                                    • Réponse au message de solitude tristesse du 27/07 à 14h30.
                                      Réponse au message de totof du 27/07



                                      Bonjour Totof,
                                      Comment vas-tu aujourdhui ? Moi je vais très bien, jai eu droit à un petit mail. Il my annonce quil a enfin eu une bonne nouvelle . Je suis heureuse pour lui, ça faisait longtemps que je navais pas lu de bonnes nouvelles de sa part. Je lui ai bien sûr répondu mais jai attendu plusieurs heures, je ne suis plus à sa dispo comme avant. Il faut quil comprenne aussi que jai ma vie à côté et que je ne menferme pas dans ma souffrance à lattendre, même si je laime. Il mappelle de nouveau mon amour, alors que jétais restée plutôt évasive lors de mon dernier message. Je pense que cette nouvelle va lui redonner un coup de fouet mais que pour autant il est encore loin le temps où il trouvera le courage de me revoir.

                                      Tu sais, je gère mieux son absence depuis que jai compris quil était malade. Ça ma aidé à ouvrir les yeux et à arrêter de me torturer lesprit sur sa sincérité. Jai la chance davoir une vie à côté de lui, un travail, des amis et mes enfants. Tout ce quil na plus, sauf ces enfants. Il sest coupé de tout et cela na pas du sarranger avec le temps. Je pense que le break que nous avons fait durant quelques semaines a été bénéfique pour tous les deux. Cela nous a permis de réfléchir à nos sentiments respectifs. On essaie doublier nos querelles et de repartir sur de bonnes bases.

                                      Tu précises la clé : il faut savoir soccuper lesprit. Avoir des passions qui nous permettent de nous évader. Moi jadore lire et si en plus je peux me mettre au soleil dans le calme de mon jardin, cest encore mieux. Ça me détend et me permet de moins me prendre la tête. Je suis comme toi, passionnée en amour, je ne fais pas les choses à moitié. Mais jai aussi tendance à vouloir attendre la même chose de lautre, ce qui nest pas forcément une bonne chose.

                                      Cela doit être très dur de ne pas avoir vu ton amie depuis presque 2 mois, mais rassure toi, moi ça fait 8 mois. Il faut faire avec, cest très dur, le manque à gérer. Jai besoin de sa présence, et je suppose que tu as besoin delle, dêtre auprès delle pour la réconforter. Et le fait quelle séloigne est encore plus incompréhensible pour toi, mais le dépressif ne sen rend même pas compte bien quil dit souffrir lui aussi de ce manque (enfin le mien me le dit). Cest paradoxal : tu me manques tellement mais je suis incapable de te revoir . Comme toi jai remarqué que les périodes de silence peuvent parfois obliger le dépressif à réagir. Mon ami fait ça aussi au bout de quelques jours de silence de ma part. Je pense que cela prouve que nos amis tiennent à nous. Tu as raison dattendre un peu pour lui répondre et décourter ta réponse. Il marrivait de le faire, et en général, javais un nouveau message de sa part, parfois court, parfois très long. Comme tu dis, comme quoi quand ils veulent, ils peuvent !!! Il lui arrivait aussi de menvoyer des sms la nuit juste pour me dire que je lui manquais ou me souhaiter bonne nuit. Mais prendre son tél pour mappeler, cest au dessus des ses forces. Par contre comme tu le dis, les sms ou les mails pouvaient être quotidiens, entre deux périodes de longs silences.

                                      Je regrette que les médias ne parlent pas plus de la dépression. Les rares fois où ils abordent le sujet cest pour parler des médicaments ou confondre avec la déprime. :-/ Mais ils devraient beaucoup nous alerter sur les réactions des dépressifs. Dune part, cela permettrait aux gens dans notre cas de réagir plus vite (jaurai moins souffert si javais su plus tôt quil ne maîtrisait pas toutes ses réactions à mon égard) mais surtout cela permettrait à lentourage daider plus vite le malade plutôt que de croire à une simple déprime que le médecin traite par antidépresseurs. Cest dommage, jai perdu beaucoup de temps. Si javais su plus tôt quil était dépressif, jaurai pu laider différemment et ne pas réagir comme je lai fait. :-( On manque clairement dinformation sur cette maladie, même si on en parle beaucoup, cest très loin de la réalité et la souffrance de lentourage nest pas prise en compte.

                                      Dans mon dernier mail, je lui avais dit comprendre quil était malade et jai aussi essayé de le valoriser. Hier il ma écrit quil en était encore ému . Jessaie de réagir différemment, et il a lair dapprécier. Jessaie quand même de peser mes mots, car il peut aussi interpréter de travers une remarque anodine de ma part.

                                      Jespère pour toi quelle aura très vite besoin de son jardinier préféré et que tu la reverras. Si ce nest pas trop indiscret : est quil y a des rapprochements entre nous vous lorsque tu la revois (baiser, câlins, tendresse) ? Jappréhende un peu ce côté si on se revoit, est ce quil aura toujours envie de me serrer dans ses bras ?
                                      @ bisous

                                      Commentaire


                                      • Réponse au message de totof du 27/07
                                        Réponse à solitude tristesse: ton message du 28/07 à 16:31.



                                        Bonsoir et me revoilà moi aussi. Je vais bien et je t'en remercie. Content de voir que tu as le moral et tu vois, nous ne pouvons pas nous passer de notre petit courrier, ce qui prouve que nous ne sommes pas dépressifs, contrairement à notre moitié chacun de notre côté!! Il a repris le fil de la conversation, il est satisfait que tu comprennes sa maladie, et doit apprécier ta délicatesse face à son état dépressif. Il ne peut-être qu'ému de l'attention que tu lui porte.
                                        Pour autant, tu as parfaitement compris qu'il faut que tu restes en arrière plan pour ne pas trop souffrir et lui faire comprendre que tu as ta vie de ton côté et bien des préoccupations à gérer au quotidien. Le fait que tu sois rester évasive dans un de tes derniers messages que tu lui a envoyé, le contraint à réagir et modifier un peu son regard et son attitude face à toi. Il doit lui aussi s'efforcer de réagir positivement et se dire qu'il n'a pas le droit de te laisser en permanence sur la touche et à quelque part de te manipuler!!
                                        Tu es comme moi, et tu peux avoir un amour passionnel pour quelqu'un, et tu aimerai avoir en retour la même chose. Ce serait l'idéal et là, on pourrait parler d'amour passionnel et fusionnel. Le top en quelque sorte!!!
                                        Leur absence est difficile à accepter et c'est vrai qu'ils disent de leur côté que nous leur manquons. C'est effectivement paradoxal, alors qu'il serait si simple d'être ensemble pour éviter de s'infliger des souffrances!!! Difficile à comprendre, n'est-ce pas!!! En fait, les dépressifs se sentent tellement dévalorisés, qu'ils ont ce sentiment de culpabilité, d'être insignifiant, abattu, de ne plus avoir confiance en eux et ne veulent plus voir les autres, y compris les proches. L'activité sociale est dure, voire impossible et cet état durable de profonde tristesse et d'abattement les ronge au quotidien. Ils perdent même l'intérêt qu'ils pouvaient avoir pour des activités qui leur étaient pourtant agréables.
                                        Mon amie m'envoyait aussi des texto la nuit, du genre "texto pipi", messages que j'interceptais le matin, lorsque j'allumais mon portable. Lorsqu'elle a repris contact avec moi en avril, elle me téléphonais 2 à 3 fois/jour. Puis, en juin, elle a subitement arrêté de m'appeler et a même supprimé l'illimité partagé, puisque nous sommes chez orange tous les 2, pour ne plus avoir à m'appeler, étant donné que c'était pour elle devenue impossible à accomplir. Autant dire qu'elle a réussi au début à me faire croire que c'était une erreur de chez orange, que cela était indépendant de sa volonté!!! Après vérification auprès du fournisseur, j'ai su qu'elle avait supprimé volontairement cet illimité téléphonique partagé. Bien entendu, elle n'a pas voulu accepter mes dires et m'a profondément reproché d'avoir su la vérité auprès de chez orange!! Leur humeur est bien changeante et difficile à vivre!!!
                                        Les dépressifs ressentent la difficulté de dormir ou sont capables de se réveiller très tôt. Ils sont fatigués la journée et font souvent des siestes, car ils disent qu'ils sont épuisés. Ils ressentent une fatigue générale, et perdent de ce fait souvent leur travail après une période d'arrêt maladie. Le manque de concentration, la perte de mémoire les handicapent au quotidien et ils ne peuvent gérer la moindre petite charge, même l'ouverture de leur courrier!! Ton ami vit-il seul ou se fait-il aider par ses proches lorsqu'il est en crise? Comment assume t-il son quotidien? Connais-tu ses occupations de la journée?
                                        Effectivement, les médias parlent très peu de la dépression, maladie cachée et mal acceptée et pour cause! Quant à la souffrance réel de l'entourage, on ne l'envisage même pas!! La dépression reste un tabou et est de plus en plus fréquente dans nos sociétés occidentales.
                                        Je ne sais pas quand je la reverrai. Sans doute, quand elle sortira de son état dépressif ou si la rupture est proche de mon côté comme cela avait été le cas à plusieurs reprises il y a plus de 8 ans. Chaque fois, elle arrivait à me récupérer!!
                                        Il y a de nombreux types de dépression: dépression névrotique, endogène, réactionnelle, mélancolique, ... Mon amie a une dépression récurrente et je l'ai su pour l'avoir vu de marqué un jour sur une de ses feuilles arrêt maladie, lorsqu'elle avait accepté que je la conduise chez son psychiatre. Cette forme de dépression est caractérisée par des accès dépressifs à répétition. La fréquence de ces récurrences n'est jamais tout à fait prévisible. Cependant, plus les accès dépressifs ont été nombreux et plus le risque de récidive est important. Entre ces accès dépressifs, l'humeur peut soit rester normale, soit rester imparfaite.
                                        Concernant les rapprochements quand ils ont lieu, et cela n'est pas indiscret (ne te gênes pas, je reste très ouvert à la discussion), l'appréhension de se revoir est toujours palpable et les retrouvailles sont remplies d'émotions. Généralement, un échange de baisers ne pose aucun problème. Par contre câlins amoureux, c'est autre chose, surtout quand on sait que la maladie engendre baisse de libido, ainsi que les effets secondaires des antidépresseurs.
                                        Au plaisir de te lire et de partager avec toi cette discussion. cela est toujours agréable de te parler sur ce forum. Je te souhaite une bonne nuit si tu découvres le message avant de te coucher ou une bonne journée si tu le vois demain. A très bientôt. Bisous.

                                        Commentaire


                                        • Réponse à solitude tristesse: ton message du 28/07 à 16:31.
                                          Répons au message de totof du 28/07



                                          Coucou, contente que tu ailles bien toi aussi. Je suppose quil doit y avoir des jours plus ou moins faciles. :-/ Je ne sais si mon ami réagit face à ma distance et se dit quil risque de me perdre. Il a tendance à réagir à chaque fois que je veux arrêter mais ensuite, sa dépression reprend très vite le dessus. Doù nos prises de bec régulières tant que je navais pas compris quil état malade. Le fait quil sache que jai compris peut le rassurer mais cest à double tranchant, il peut aussi en jouer. Les jours où il ira vraiment très mal, il ne fera plus leffort de mécrire puisquil se dira que je le comprends et ne lui en voudrait pas.

                                          La dépression est une maladie très difficile à comprendre. On a limpression que cest une question de volonté, hors le dépressif ne maîtrise pas vraiment ses réactions. Jai plutôt tendance à être positive, même si jai eu des périodes de grosses déprimes, notamment lorsque jétais au chômage. Mais je ne suis jamais tombée si bas, je gardai un contact régulier par mail avec mes amis et lêtre aimé (qui nétait pas lui à lépoque). Alors, là, forcément je ne comprends pas quil refuse de me voir , surtout quil disait au début de sa dépression que le moindre instant passé ensemble de visu ou au tél valaient tous les antidépresseurs ! Jai du mal à accepter et à comprendre que je suis devenue source dangoisse mais cest pourtant la réalité des dépressifs. Cest vrai ce que tu dis, même les choses quils aiment faire leur deviennent trop difficiles à accomplir. Le mien avait prévu de se réinscrire au sport, sa dépression est arrivée en même temps et il ne la jamais fait. Il en parlait, mais je suppose que faire la démarche était devenue aussi difficile (médecin, inscription, horaires à tenir ).

                                          Jimagine que tu tes senti trahi lorsque tu as compris que ton amie avait mis fin à lillimité partagé. Je ne sais comment jaurai réagi à ta place, surtout face au mensonge. Je préfère encore lhonnêteté qui fait très mal quun mensonge. Je ne sais si à ta place jaurai pardonné, la dépression nexcuse pas tout non plus. Mais lamour malheureusement oui. Le mien mavait demandé au début de notre histoire de prendre les sms illimités. Si ce forfait a beaucoup servi les 2-3 premiers mois, il y a bien longtemps que je nai pas dépassé les 5 sms par mois ! Du coup je suis revenue à un forfait normal, tant pis pour lui.

                                          Mon ami se couche très tard (1-2h du matin) et se lève très tard. Il dort quand même car il prend un somnifère, mais je me souviens quil me disait quil faisait de moins en moins deffet. Logique aussi vu quil na plus dactivité physique dans la journée. Il me dit quil occupe ses journées entre la télé, le ménage, et un peu dentretien de son jardin (le courant comme la tonte). Pour le ménage, il est maniaque, donc je pense quil continue à le faire. Et puis vis-à-vis de ses enfants, il est bien obligé den faire un minimum comme les courses ou faire à manger. Il reste quand même très évasif sur ses occupations car à mon avis il reste devant la télé, à ne rien faire, sans pour autant sintéresser aux programmes. Typiques des dépressifs daprès ce que jai lu. Il aime lire, mais na pas du ouvrir un bouquin depuis des lustres car il ne men parle plus du tout. :-(

                                          Cest normal que ton ami te récupère à chaque fois car elle sait que tu laimes. De ton côté, tu es patient et compréhensif par rapport à sa maladie. Je suis dans le même cas que toi. Jai souvent voulu rompre mais je finis par craquer au bout de quelques semaines, parfois quelques jours. Je ne sais pas exactement de quelle dépression souffre mon ami, mais cest vrai que depuis environ 2 ans, il multiplie les mauvaises nouvelles et les tuiles. Chaque fois quil va mieux, un nouveau truc lui tombe dessus, et il replonge. Jusqu'à présent il tenait le coup, mais il y a environ un an il a craqué et cela a vraiment marqué le début de sa dépression

                                          Merci pour ton honnête sur vos retrouvailles. Jappréhende beaucoup de le revoir, comment me comporter avec lui : lembrasser ou lui faire la bise ? Ça fait tellement longtemps que je ne lai pas vu, même si on entretient une relation virtuelle, je ne sais pas comment réagir. Pour le reste, nen parlons pas, jappréhendais déjà plus ou moins, lui aussi, peur de ne pas être à la hauteur, de le (de me) décevoir. En plus, je sais que ces médicaments outre une baisse de libido entrainent aussi des problèmes dérection. Il doit être mort de trouille à lidée que ça arrive ce qui repousse dautant nos futures retrouvailles. On verra bien si on se revoit, laissons faire les choses sans se prendre la tête.

                                          Je te souhaite un très bon weekend, occupes toi un maximum et pense à toi aussi. Gros bisous

                                          Commentaire


                                          • Réponse à ton message solitude tristesse du 29/07 à 1o:59



                                            Bonsoir solitude tristesse. Reprise de la conversation de nos récits, de nos témoignages tellement similaires. Tu vois, je ne lui ai pas envoyé de texto depuis le 24, autrement dit dimanche dernier. Le temps passe et cela me permet de prendre un peu de large et de penser de moins en moins à mon amie. Cela est nécessaire pour mon moral qui est bon et notre correspondance ne peux qu'atténuer la souffrance. De son côté, voyant que je ne lui envoie plus de sms, elle s'inquiète de mon silence qui doit lui peser. J'ai reçu depuis plusieurs textos, mais je tiens bon et lui montre que je ne suis pas forcément disponible lorsqu'elle a décidé elle même que je le sois pour elle. Les dépressifs ne demandent pas notre avis et voudraient que l'on soit à leur service quand ils en éprouvent le besoin!! Les écouter, oui, mais nous existons nous aussi. Je vais maintenir ma position et voilà comment elle va dans quelques temps réagir face à la situation. Je la connais et l'expérience des années 2001/2002 m'a servi de leçon. Je t'explique: je décide pour un certain temps de ne plus m'exprimer et de garder le silence. Je m'attends de sa part à recevoir peut-être encore un ou deux texto, puis un jour ou l'autre un coup de téléphone et elle va utiliser une ruse bien réfléchie pour prendre de mes nouvelles, mais tout en faisant comprendre qu'elle me téléphone pour me demander un renseignement ou service quelconque. Tu comprendras que cela lui permet de reprendre le fil de la conversation sans pour autant faire voir qu'elle est inquiète de ne plus recevoir de sms et photos que je lui adressais régulièrement. De mon côté, il va donc falloir que je sois ferme et ne pas m'apitoyer sur ses lamentations à demi cachées. A partir de là, il faudrait que je sois capable de lui dire: stop, c'est fini comme je l'avais fait début 2003, après plusieurs mois de silence de sa part...

                                            Je suis content que tu sois positive et je crois que nos conversations respectives et nos 2 histoires similaires nous aident à surmonter nos épreuves. Comme tu le dis si bien, on a du mal à accepter que notre présence soit une source d'angoisse pour le malade. En fait, on a l'impression d'être abandonné du jour au lendemain, dès qu'ils rentrent dans leur état dépressif et l'on ressent beaucoup de peine, de chagrin au quotidien, parce que nous sommes des êtres sensibles ayant de forts sentiments pour notre moitié. Il faudrait que l'on puisse faire notre deuil, et se dire une bonne fois pour toute que cette vie n'est pas faite pour nous et donc que l'on ne peux rien attendre de l'autre pour construire quelque chose ensemble. En ce qui me concerne, il me faut du temps pour réagir et décider que la relation ne peut pas durer pour telle ou telle raison. Je vais devoir pourtant l'envisager et le fait que les jours, les semaines, les mois passent sans la voir permettent de prendre ce recul nécessaire pour stopper une relation qui ne peut aboutir!

                                            Comme tu le dis, la suppression de l'illimité partagé m'a fait beaucoup de mal et lorsque j'ai voulu rétablir cet illimité, les services de chez orange n'ont pas pu donner suite, car mon amie, outre ses 2 enfants qu'elle avait en illimité avec elle, m'a remplacé par sa mère, étant donné que l'on ne peut pas avoir plus de 3 illimités partagés! Je ne lui en ai pas voulu mais elle a été furieuse que je cherche à savoir pourquoi cet illimité partagé avait été suspendu. Elle a agit consciemment ou inconsciemment et la dépression a fait qu'il lui était impossible de communiquer avec moi. Tu es en haut de l'échelle, et tu passes directement au premier échelon, voire au sol!!! Dur d'accepter cet état de fait et comment ne pas être triste face à une réaction comme celle ci. Pour te consoler, tu fais porter la responsabilité de cette nouvelle situation sur le dos de la dépression. Effectivement, c'est la maladie qui les conditionne à agir de la sorte, car les neurones ne réagissent plus convenablement. D'ou l'importance des antidépresseurs qui rétablissent le circuit mais qui ne font pas non plus des miracles!! D'autre part, lorsqu'elle m'envoie des sms (assez rarement et brefs) , elle s'arrange à me les faire parvenir sur le journal de mon portable et non plus sur l'icône messages comme c'était le cas auparavant et qui t'averti qu'une personne cherche à te joindre. Cela lui permets à quelque part de faire passer inaperçu ses messages pour un temps et ne pas avoir à trop communiquer avec moi!!

                                            Ton ami reste évasif sur ses occupations quotidiennes et mon amie réagit de la même façon. Du fait de leur fatigue générale et de leur manque d'intérêt pour des activités quelconques, ils se sentent dévalorisés et ne veulent pas parler de leur passe-temps, qui se résume en fait à pratiquement rien faire dans la journée!!

                                            Concernant la sexualité, le manque de libido les handicape très fortement et occasionne une gêne lors des rencontres. C'est d'ailleurs cette absence du désir qui les renferme d'autant plus sur eux mêmes et il dédaignent alors de revoir leur partenaire.

                                            Je te dis à bientôt et te souhaite un excellent week-end. Je te fais de gros bisous moi aussi. Au plaisir de te lire.




                                            Commentaire


                                            • Réponse à ton message solitude tristesse du 29/07 à 1o:59
                                              Réponse au message de totof du 29/07



                                              Bonjour Totof,

                                              Jespère que tu vas bien et que tu as passé un très bon weekend. Je vois que tu arrives à prendre tes distances, ça ne peut quêtre bénéfique pour toi. Ton amie doit avoir des sentiments pour toi car elle réagit à tes silences, ce que ne fait pas forcément mon ami. Mais ce que tu dis est vrai : il faut quon soit à leur dispo même si linverse nest pas vrai. Dur dur à gérer ! Ce qui est bien pour toi, cest quau bout dun moment, elle fini par te téléphoner, peu importe quelle trouve une excuse futile, elle trouve la force de le faire. Mon ami ne ma plus appelée depuis des mois !!!! je ne sais pas si tu dois de nouveau mettre un terme à votre relation mais par contre, ce qui est sûr, cest quelle doit comprendre que tu naccepteras plus de revivre ce quelle ta fait subir en 2003. Elle doit elle aussi prendre en compte ta souffrance mais je sais que les dépressifs ne le font pas (je le sais pas expérience surtout, car je lai souvent reproché à mon ami).

                                              Ton histoire, ton expérience maide à prendre du recul, à le comprendre. Le dernier mois que nous avons passé sans nous donner de nouvelle, ma permis de prendre un peu mes distances. Je vis ma vie, et essaie de prendre ce quil veut bien me donner avec grand plaisir mais sans trop me prendre la tête sil ne me donne rien . Cest vrai que dès quils vont mal, nous aussi, car on est abandonné au profit dune souffrance quon voudrai apaiser, mais on se sent impuissant. Comme je lai déjà dit, jai tout essayé : colère, compréhension, patience, mettre un terme à la relation. Mais il na jamais réagi, me disant plutôt quil comprenait que je lui en veuille et souhaite tout arrêter, même sil en souffre. Une façon comme une autre (ou plutôt une de plus) de me faire culpabiliser.

                                              Jai reçu un mail de sa part, juste me disant je taime mon amour . Cest pas grand-chose, mais il y a longtemps quil ne me lavait plus écrit. Même sil me disait que je restais dans son cur à tout jamais, ce nest pas pareil. Je nai pas répondu, jattends de plus amples nouvelles (je tenvoie un mp). Il ne sait pas que je nai plus le forfait illimité sur les sms, donc je limite ce que je lui envoie, et pour les mails cest pareil, je limite et reste évasive sur mes sentiments pour lui. Je veux quil réagisse, quil comprenne ce que je peux ressentir lorsquil prend ses distances.

                                              Je ne connais rien à Orange et à ce que me tu me dis au sujet des messages. Mais effectivement, cest une bonne manière pour elle ne pas avoir à engager la conversation avec toi. Le mien menvoie un mail au lieu dun sms quand il veut faire ça. Ça coupe court à tout dialogue.

                                              Je n'ai pas encore reçu mon livre, j'ai hâte. Je m'en vais de ce pas t'écrire un message privé. bisous

                                              Commentaire


                                              • Réponse au message de totof du 29/07
                                                Réponse au message de solitude tristesse du 01/08 à 14h28



                                                Bonjour solitude tristesse. Je vais bien et j'ai passé un bon week-end. Je t'en remercie, et j'espère qu'il en a été de même pour toi. Merci aussi pour le mp à laquelle je vais te répondre après le forum.

                                                J'arrive à prendre maintenant suffisamment de recul après ces 2 mois d'absence de mon amie. Tout d'abord 2003 m'a servi de leçon, cette année ou j'ai terriblement souffert d'avoir arrêter ma relation, car je savais que sa dépression récurrente ne me permettait pas d'envisager un avenir radieux pour construire quelque chose avec elle. J'ai été souvent mis sur la touche durant 2001/2002, lorsqu'elle avait des épisodes dépressifs où je ne la voyais pas durant plusieurs mois. Elle finissait par me rattraper chaque fois, mais il a fallu que je stoppe ma relation, car je risquais moi aussi d'être entrainé dans une dépression. A l'époque, une de mes clientes, une excellente psychologue m'a beaucoup aidé. Elle était à mon écoute et je lui en serais toujours reconnaissant. Son aide m'a été précieuse pour me détacher de mon amie dépressive. Aujourd'hui, je sais prendre du recul pour faire face à nouveau à sa dépression, ce qui ne m'a pas empêché de souffrir durant les 3 premières semaines après son repli sur elle même. J' ai su rebondir, grâce à mon entourage, mes amis, mon travail, ma passion et aussi grâce à toi, car la discussion avec quelqu'un qui traverse une épreuve similaire ne peut être que positive pour se relever et oublier. Je te remercie très sincèrement pour tous ces échanges. Lorsque mon amie a repris contact avec moi en avril de cette année, elle n'a pas été honnête en me disant que sa dépression était derrière elle, alors qu'il n'en était rien, puisque j'en fais l'expérience maintenant, et après avoir lu ce que c'était qu'une dépression récurrente, je sais aujourd'hui que je ne pourrais jamais entreprendre une vie avec elle, puisque cette forme de maladie psychosomatique reviendra par épisodes successifs, à la moindre contrariété. Pour te donner un exemple, elle n'a pas fait encore le deuil de son chien qui est décédé l'an dernier en août!! Comme elle me l'a dit récemment, cet évènement a été un facteur déclenchant pour une récidive!

                                                Tu vois, le monde paraît vide pour une personne dépressive et rien ne peut avoir assez d'intérêt pour atténuer cette situation pénible, où l'avenir n'est plus porteur d'espoir. L'ennui, la monotonie, la douleur morale caractérisent cette tristesse, qui est d'ailleurs quelquefois associée à des idées suicidaires. La tristesse d'une personne dépressive est une vraie douleur morale qui engendre une souffrance importante. Et le conjoint, dans tout cela subit lui aussi cette souffrance, les troubles du comportement du malade. Les troubles de l'humeur de ma compagne, que l'on appelle la dépression hostile sont caractéristiques. En effet, une certaine irritabilité, une forme d'agressivité me blessent terriblement. J'ai remarqué qu'elle était sensible à toutes les émotions et devenait très facilement irritable, irascible et s'énervait pour un rien ou parfois fondait en larmes. Difficile pour le conjoint d'accepter cela, n'est-ce pas!!

                                                J'ai essayé beaucoup de choses moi aussi pour la sortir de la dépression; elle aime le jardinage, j'ai beaucoup travaillé gratuitement pour elle dans son jardin même avec mon salarié et je ne le regrette pas. J'ai toujours été à son écoute, rendu service à ses enfants, oeuvré pour partir en vacances et une fois en voyage (2001). J'ai été patient, attentif, solidaire de sa douleur et me suis même culpabilisé, car les dépressifs savent à quelque part se servir de cet argument!! Je ne me suis jamais découragé et mon côté battant m'a aidé à garder de l'énergie pour essayer de lui remonter toujours le moral. Mais tu vois, on reste impuissant devant une situation comme celle ci; même les psychiatres sont désarmés devant la dépression et on ne peux que subir!

                                                Tu vas recevoir ton livre et tu apprendras beaucoup sur la dépression. Quelques chiffres que j'ai eu l'occasion de lire: 60 % des déprimés récidivent dans les 2 ans qui suivent la dépression initiale. 1 individu sur 7 est déprimé. 1 suicide toutes les 40 mn. 1 tentative toutes les 4 mn. 1 homme sur 10 est atteint par la dépression et 1 femme sur 5. Guère réjouissant tout cela, n'est-ce pas! Je te fais des bisous et je réponds à ton mp. Si tu ne le reçois pas, fais le moi savoir.

                                                Commentaire


                                                • Réponse au message de solitude tristesse du 01/08 à 14h28
                                                  Réponse à totof message du 01808



                                                  Coucou, j'ai compris pour les mp : il ne faut pas faire "répondre" mais créer un nouveau message. J'ai eu le même bug que toi. Je répondrai à ton message ce soir si je peux car aujourd'hui, je suis en réunion. Gros bisous

                                                  Commentaire

                                                  Publicité

                                                  Forum-Archive: 2011-062011-072011-08

                                                  publicité

                                                  Chargement...
                                                  X