publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Envie de me décomposer et me laisser dépérir.

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Envie de me décomposer et me laisser dépérir.



    J'ai des phases ou je n'arrive même plus à me lever debout, à me laver, à manger. Je reste là, nue, étendue sur le sol pendant des jours dans mon bordel, des vêtements pleins de sol, les meubles renversés, là à pleurer jusqu'à ce que je n'ai plus d'énergie et que je m'endors, et le cycle continue pendant des jours, en espérant que mon corps puisse dépérir et se désintégrer. Je n'ai pas d'idées suicidaires en tant que tel comme j'en ai déjà eu, parce que j'en suis venue à la conclusion que ça ferai beaucoup trop plaisir à certaines personne (l'abomination qui m'a donné naissance). Mais si ça devais arriver, je l'accepterai. Puis, lorsque j'y suis forcé, (par exemple: aller travailler), je vais prendre une douche, en restant en boule au fond, puisque je n'ai même pas la force de rester debout, je m'y prend 4 heures d'avance puisque j'avance de reculons, mais fini toujours par me rendre et mettre mon masque de bonne humeur, et lorsque c'est fini, je rentre en pleurant dans le métro ou je peux rester immobile dehors pendant des heures à regarder les ombres bouger sur les immeubles. J'ai souvent des trous de mémoire, le plus loin que je me rappelle c'est mon secondaire 3, et je m'en rappelle que de quelques fragments. On dirai que mon cerveau à tellement été traumatisé de tout ce que j'ai pu vivre qu'il a tendance à supprimer de l'information. De plus loin que je me souvienne, j'ai toujours eu ce sentiment de mélancolie profonde, avec des périodes plus intenses que d'autres. J'ai toujours su me débrouiller seule, en ayant l'enfance la plus difficile qu'il soit. J'ai toujours su mieux performer que les autres à l'école, surtout que c'était la seule chose de "stable" que j'ai eu dans ma vie, quoi que j'ai changé d'école de nombreuses fois. Je n'ai jamais eu vraiment d'amis, parce que tout le monde est trop loin de ma réalité. J'ai tellement mal à l'âme que lorsque je pense, j'ai envie de vomir tout l'intérieur de mes organes pour mes soulager, mais je suis en même temps éprise d'un grave manque d'énergie et d'une faiblesse de mouvement, ce qui donne que rien ne se passe et que l'intérieur de mon corps se meurt avec ce sentiment. J'ai n'ai déjà eu qu'un seul moment de bonheur dans ma vie, c'était lorsque je m'avais fait un copain, après 1 mois, je n'avais plus d'endroit où vivre et sa mère et lui m'ont accepté chez eux. C'était mon copain, mon meilleur ami, ma maison, ma famille; toutes des choses que je n'ai jamais eu se retrouvaient dans une seule et même personne que j'ai tout perdu après 5 ans. Je l'ai perdu, c'est de ma faute. Je suis une personne déséquilibrée qui n'a pas eu de bases et de fondements dans la vie. Je me dis que je ne mérite rien, je ne le mérite pas. Je ne demande jamais d'aide, je déteste déranger les autres parce que je n'en vaut même pas la peine. Je suis habituée à pourrir dans mon malheur et essayer de rattacher les morceaux pour essayer de me relever, parce que personne le fera pour moi. Mais mon armure se détériore et que j'ai de la difficulté à demeurer forte comme je l'ai toujours été. Je m'épuise et j'ai toujours une impression de fatigue extrême, je me désintéresse de tout. J'ai eu un billet pour aller consulter dans un hôpital psychiatrique, après m'être fait hospitalisé pour une nuit l'année passé. Je pense sans cesse à ce billet, que peut-être ça me ferai du bien. Mais je déteste demander de l'aide. Et j'ai une énorme peur de l'inconnu, ça me terrifie. Et puis peut-être qu'ils me diront que j'ai rien ou que mon billet est expiré ou un truc du genre. Puis je me dis que j'ai pas le temps et que peut-être que j'ai rien après tout et après je dédramatise et le cycle recommence.

    Je ne sais vraiment pas si ma situation peut sapparenter à de la dépression, ou j'ai entendu parler du trouble bordeline. Bref. Je suis perdue, vide, seule et incomprise. J'ose croire que si j'aurai eu une famille, ou au moins un ami sur qui je pourrai compter, ça aurai été l'accoudoir dont je m'aurai servi pour reprendre mes forces et me lever de moi-même, mais là, je suis au plus bas, je suis écrasée au sol.

  • C'est un peu ce que je ressent



    :-( Bonjour ma situation n'est pas la votre, mais ce que je peux dire sur votre post c'est que je vous comprends, vous n'êtes pas incomprise.Si vous voulais on peux discuter sur le forum, moi aussi, je suis seule même si je suis mariée je vis avec une ombre. Je n'est pas de famille, et pas d'ami, et la spy de ne me comprend pas;Bref, je connais ce vide extrême. Je vous dirais juste bon courage, tenez bon, une dépressive qui vous veut du bien. il ne faut pas baisser les bras mais je sais que cela est dur parfois.Si vous avez envie de discuter n'hésiter surtout pas.

    Commentaire


    • Hello



      Je ne sais pas quel âge tu as pour avoir ce genre de réflexions mais pour ma part je vais avoir 30 ans et je commence aussi à flancher. J'arrive encore à me lever pour aller au travail mais je n'ai plus aucune motivation pour rien. Comme toi je ne me sens hyper isolé. J'ai des amis mais je n'ose pas les appeler de peur de les déranger surtout depuis que chacun a sa vie de famille et que je suis le seul célibataire de mes ex amis de fac. Je sais que certaines personnes voudraient m'aider, mais j'ai tellement de haine en moi, comme un sentiment d'injustice que j'en viens à rejeter les quelques personnes qui s'intéressent à mon cas. J'ai toujours été quelqu'un de très sociable, d'ouvert et de gentil. Tout le monde trouve que je suis un mec génial mais au final je suis toujours seul dans ma vie: pas vraiment d'amis, pas de copine, un manque d'amour évident et une très mauvaise opinion de moi malgré les points positifs qu'on me trouve.
      Ce qui est vraiment dur c'est de souffrir seul et que personne ne le sache. A chaque fois que j'entends mes collègues rigoler j'ai l'impression que c'est de moi que l'on rit et qu'ils font exprès de me narguer. J'ai l'impression de devenir parano. Je n'ai pas de maladie grave, je n'ai pas de handicap, je n'ai pas eu une enfance difficile mais j'ai cette douleur en moi d'être seul et personne pour la partager. Je comprends complètement ce que tu peux ressentir.
      Je n'ai pas encore de remède contre la déprime ou le mal être. J'ai pensé au suicide comme solution mais dans un but sado-maso afin que les autres souffrent de ma mort et puissent ressentir ma douleur. Mais pour l'instant je ne compte pas en arriver là. J'essaie de survivre malgré tout. J'ai lu sur un forum que le suicide était juste un déséquilibre entre la douleur et les moyens d'y faire face. Il faut donc que je trouve les "ressources" pour renverser l'équilibre. Problème je ne sais pas où trouver ces ressources mais ce que je sais c'est qu'il ne faut pas ressasser à longueur de journée les idées noires, sinon tu sombres...

      Commentaire


      • Hello
        .



        J'ai 21 ans. Et oui, moi aussi j'ai tendance à rejeter les personnes qui voudraient bien m'aider. Je me dis que ce n'est que superficiel, comme lorsqu'on demande "comment vas-tu?" alors qu'en réalité la personne s'en contre-fou. Alors m'aider moi? j'en doute fort. Je la vois comme une fausse aide, comme lorsque tu te sens contrait de faire quelque chose par gentillesse, par convention, pas parce que ça lui importe vraiment. Et oui, c'est évident que de ressasser les idées noires ne sert à rien. Mais je ne vais pas non plus me créer des scénarios absurde en me disant que tout vas s'arranger avec le temps. Le temps ne fat que créer de la distance, mais ne règle rien. J'essaie de ne simplement penser à rien, n,ayant pas de but précis. C'est comme vivre comme une personne âgée qui n'attend que les jours s'écoulent pour enfin arriver à une fin un jour certain.

        Je comprend ton sentiment. Et oui, si je m'aurai suicidé, ça n'aurai été que dans le but de faire souffrir les autres de ma mort. Mais j'en ai conclu qu'ils ne valent même pas la peine. Que d'être en vie doit surement leur être plus douloureux qu'autre chose.

        Merci de m'avoir partagé ceci.

        Commentaire


        • C'est un peu ce que je ressent
          .



          J'aimerai savoir, quesqu'y vous a poussé a aller voir un psy? Merci de me comprendre ne serai-ce qu'un peu, c'est apprécié. :-/

          Commentaire


          • ]]] aide positive



            ]]Salut ,pour te répondre, j'ai traversé beaucoup de moments difficiles dans ma vie (deuil,maladie ), puis dépression ,tentative de suicide...
            J'ai été angoissée à des moments et déprimée à la fois... Plus rien n'allait, envie de mourir.
            Je viens sur ce forum pour parler d'un traitement naturel que j'ai découvert et qui m'a fait beaucoup de bien. J'ai enfin pu réussir à me libérer de mes expériences négatives,arrêter les cachets et voir la vie positivement.
            si ça peut t' aider, regarde le site: juvezen.com. ,,, bon courage

            Commentaire


            • Re: Envie de me décomposer et me laisser dépérir.

              Ce teste ressemble à un passage de la nekuia


              Je suis à l'opposer de se que tu a décrit là, et je dois dire que te lire à provoquer chez moi d'étrange sentiment. Si tu en as besoin, je pourrais peut-être d'aider en discutant avec toi et t'aider à avoir un autre regard sur le monde. Tout n'est question que de point de vue.
              Sincèrement, je pense que tu trouvera ici les solutions à tes problèmes, les réponses doivent venir de toi.

              Simplement ne fait pas confiance au personne qui vont de dire qu'elles ont la solution à tes problème, on est tous foncièrement égoïste.

              Commentaire


              • Re: Envie de me décomposer et me laisser dépérir.

                Pour toi

                Bonjour tu ma beauc émue quand je t es lu j ai eu la sensation de lire ma vie je ne comprend pas bien tu et tj en couple ou non car moi voit tu je ne le suis plus depuis 1semaine nous étions mariée depuis 10ans moi j ai 34 ans alors tu sais je te comprend car aujourd hui moi aussi apres une enfance et adolescence de merde me voila maint femme et perdu a jamais sauf que j ai deux enfants alors je doit me relever mais je ne sais pas comment faire en plus toi tu sort tu voit du monde tu travail moi je reste a la maison pas de travail vu avec mon marie je m occuper des enfants donc oui je te comprend et j espérè que tu trouvera une solution a ton mal etre moi je vais essayer de me reconstruire mais ses pas gagnée

                Commentaire

                Publicité

                Forum-Archive: 2013-032013-10

                publicité

                Chargement...
                X