publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Se retrouver à 21 ans

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Se retrouver à 21 ans



    Bonsoir tout le monde,

    Je m'appelle Mélanie et j'ai 21 ans bientôt 22. Je viens de terminer ma Licence de Géographie mais malheureusement je suis tombée en dépression en cours d'année et cela empire jusqu'à aujourd'hui. Je n'ai donc fait aucun choix concret pour l'année à venir et cela m'embête moi et mes parents un peu plus tout les jours.

    Cette dernière année je suis allée là passer seule à Lyon, loin de mon cocon familiale dans la banlieue parisienne. Il y a un an d'aujourd'hui, j'étais très enthousiaste et fière de partir vivre ma vie car c'était mon initiative de partir. Il faut dire que l'ambiance était lourde à la maison.

    J'ai commencé à tomber en dépression lorsque j'ai eu à concevoir mon avenir professionnel. J'ai essayé mais je n'ai pas réussi, et depuis je m'imagine dans tout les métiers, mais je n'imagine avoir les capacités nécessaires dans aucun.

    J'ai alors commencé une psychothérapie assez importante qui a duré 6 mois et qui vient de se terminer. Mais je sens que mon état psychologique a empiré depuis lors et mon esprit est presque constamment assailli par des remises en cause.

    Je souffre d'angoisses plus particulièrement le matin. Ma psychologue m'a pointé du doigt que j'avais et peut-être que j'ai encore une relation fusionnelle avec ma mère et donc je crois souffrir d'anxiété de séparation. Plus d'être un "enfant de remplacement" comme un bébé mort de mort subite a précédé ma naissance.

    J'espère que mon expérience ici résumée aura au moins le mérite de parler à d'autres, que cela reflétera en quelques points d'autre. Pour l'instant je m'arrête là et je serais très contente si certains posteront un commentaire Bonne soirée !


  • Friend :-d
    Merci



    Je trouve ton message tellement gentils de ta part, ça me fait plaisir^^ Merci de vouloir me rassurer car mes parents sont les seuls à essayer, mais des fois font tout l'inverse et m'angoisse plus qu'autre chose.
    Si tu souhaites m'aider alors il faudra que tu me parles de toi pour que cela soit un échange juste De plus, j'ai toujours souhaité aider les gens qui m'entourent (à défaut de pouvoir m'aider moi sûrement) donc j'aimerais essayer de t'aider.
    Je suis rentrée chez mes parents vu que je ne faisais plus rien et j'étais mal dans mon appart. Mais les choses ne sont pas améliorées et je me sens de plus en plus déconnectée et les angoisses reviennent. Heureusement ma mère veille un peu sur moi et puis si il m'arrive quelque chose ils sont là.
    J'ai l'impression de n'avoir plus de vie: je deviens l'assistée de la famille (mes frères et surs étant partis). Je peine à faire des choses seule. J'ai presque l'impression d'être dans un coma éveillé. Les uniques moments où je me sens reprendre place c'est quand je parle à mes parents.
    Le seul objectif que j'ai désormais c'est guérir. Inverser l'évolution de la dépression au plus vite et reprendre des initiatives, des contacts avec mes quelques amis car pour l'instant j'ai trop honte de ce qu'il m'arrive.
    J'essaye donc à tout prix d'être suivie par un psychiatre mais la période est malheureusement très mal tombée pour en trouver un. Sinon je fais mon lot de sites internet qui traitent de la dépression (forums surtout) pour comprendre et pour me rassurer en me disant que je ne suis pas la seule à vivre ce trou noir.
    La seule hypothèse qu'il me reste pour guérir rapidement et seule c'est d'arrêter mon anti-dépresseur, le seroplex. Car j'ai l'impression qu'il débranche une partie de mon cerveau et c'est pour ça que j'ai du mal à être en phase avec moi-même et mon environnement. Mais bon arrêter brutalement le médicament pourrait être dangereux désormais.
    Alors bon je continue à m'auto-analyser et à chercher le pourquoi du comment je me trouve comme ça aujourd'hui mais bien que je crois commencer à comprendre je ne pense que cela suffise pour reprendre ma vie où je l'ai arrêter il y a 2-3 mois.
    Voilà pour le moment ce que je puis te dire. Je vais essayer maintenant de sortir comme tout les jours et d'en profiter tant qu'il ne pleut pas.
    Merci encore de proposer ton soutien, pour les autres et pour moi, je trouve ça très généreux de ta part. J'attends ta réponse, prends soin de toi biz

    Commentaire

    Publicité

    Forum-Archive: 2013-08

    publicité

    Chargement...
    X