publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Mon histoire

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Mon histoire



    Avertissement : Je ne tiens pas à faire pleurer les chaumières. J'ai eu la nécessité de dévoiler ce que je ressens à travers mes écrits. J'ai envie de raconter mon histoire.

    Personnellement, j'ai du mal à trouver un commencement. Je suis juste un jeune homme de vingt-trois ans vivant dans la région parisienne. Je n'y ai pas toujours vécu dans ce lieu. Je suis originaire de Nice (le soleil, la mer, le Vieux Nice, la Promenade des Anglais...)

    J'ai vécu dans une cité avec ma mère, ma grand-mère et mes demis-frères et surs. Nous avons la même mère.

    J'avais une enfance plutôt heureuse, avec une mère aimante mais impulsive et possessive et des frères et surs très taquins. Je me vengeais souvent d'eux wahoo:{} .

    Concernant mon père, je ne le voyais que de temps en temps, il vivait au RDC et moi au quatrième étage.


    Ils se sont séparés parce que mon père a été promis à sa cousine il est musulman. À la base, j'ai été conçu par accident et mon père a voulu que ma mère avorte.

    Mon père me donnait de l'amour, mais étant enfant, jusqu'à mes douze ans, il me manipulait pour que je me convertisse à l'islam. Les seuls sujets de conversations qu'il avait, c'était la religion et rien que la religion. Je ne dénigre pas la religion musulmane, mais je pense que son engagement envers celle-ci m'a quelque peu traumatisé. En effet, lorsque je lui ai annoncé que je ne voulais pas m'y convertir, il m'a renié tout en disant :


    "Ce n'est pas grave. Tu iras en enfer."

    Entendre ça à douze ans de la part de son propre père est tout à fait plaisant...

    Il m'a renié pendant un an. Nous avions fait la paix. Puis m'a renié une seconde fois pendant six mois parce que je lui ai dit :

    "Laisse-moi tranquille."

    C'est invraisemblable mais vrai !

    Nous avions encore une fois fait la paix. Jusqu'à ce qu'il me reparle de religion et qu'il s'adresse à moi comme un bébé. Au bout d'un moment, j'ai définitivement coupé les ponts avec lui. J'avais dix-huit ans.

    C'est à partir de ce moment là que j'ai commencé à faire le ménage autour de moi. En commençant par les cousin(e)s du côté de ma mère parce que je ne supportais plus leurs réflexions dû à mon comportement.

    J'avais un tempérament plutôt ingérable et intransigeant. Je pense que c'est dû à ma période scolaire catastrophique dû à mon manque de communication avec mes camarades. Isolement, moqueries, mauvaises notes. À l'époque j'avais une voix terriblement aigu, donc on se moquait en imitant une voix de femme.

    Je pense que je n'ai pas à le subir de la part de ma famille réflexions, remarques, taquineries, blagues de merde.

    À dix-neuf ans, j'avais décidé de faire du théâtre pour combattre ma timidité et apprendre à me canaliser car j'encaisse beaucoup de choses au point d'exploser, comme une cocotte-minute.


    C'est LA révélation. :o J'ai décidé d'en faire mon métier, ma vie.

    Pendant trois ans, j'ai fait une formation dans une toute petite école privée plutôt méconnue mais très enrichissante.

    J'ai annoncé à ma mère que je voulais vivre à Paris. Ma mère m'en a énormément dissuadé, estimant que ce n'était qu'un hobby et rien de plus. Mais mon principal défaut, selon elle, est que je suis têtu comme une mule pour tout et pour n'importe quoi. on s'est fait les guerres pendant plusieurs mois. Jusqu'à ce qu'elle me soutienne à fond car elle m'avait vu jouer sur scène.

    J'ai fait la rencontre sur Facebook d'une personne Cycy.
    Nous avions sympathisé pendant des mois en parlant des sujets divers et variés et nous sommes rapidement devenus amis.
    Elle m'a proposé naturellement d'être son colocataire elle vit à Paris. Tout naturellement, j'ai accepté.

    J'ai donc annoncé à ma mère que je pars à Paris et que je ne reviendrais pas.

    À vingt-deux ans... les mois s'accumulent... nous y sommes, le jour J.
    Je comprenais notre tristesse commune, mais il était temps de m'envoler de mes propres ailes et de dire adieu à ma ville natale.

    J'arrive à Paris, j'étais sur un petit nuage avec mes valises. Cycy est venue avec l'une de ses amies, Lolo.

    J'étais dans le 19e. En deux semaines, j'ai trouvé un boulot, l'entente avec ma colocataire était plus qu'agréable et j'allais commencer mon année dans un célèbre cours privée ce n'est pas le Cours Florent. Tout était parfait.

    Au bout de trois mois, dans un 25 m2 avec ses chats qui pissaient partout, l'humidité de son appartement, la saleté parce qu'elle est crade, le fait que ma colocataire ne travaille pas et qu'elle ne faisait aucun effort... tout a pété.
    Son vrai visage s'est révélé : provocatrice, éteinte, insultante, lâche, manipulatrice.

    N'ayant personne à qui parler et par abus de confiance, j'ai fait l'erreur de parler à Lolo qui était au même cours de théâtre que mois face à la situation et face à ce comportement plus que grossier et égoïste. Lolo a répété certaines choses à Cycy . Je lui ai dit de se taire car c'était entre elle et moi...

    Lolo est le genre de personnes qui a besoin de vivre dans l'ombre de quelqu'un pour se sentir aimer.


    Apprenant cela, et fou de rage, j'ai réglé mes comptes avec elle en ayant eu des propos très violents à son égard pas de menaces.
    Bien-sûr elle a tout répété et Cycy , m'a mis à la rue avec mes valises... du jour au lendemain... au mois de Novembre.

    J'ai donc essayé d'appeler le peu de connaissances que j'avais et des amis qui ont déménagé à Paris pour suivre la même destinée... personne ne m'a répondu. on se rend compte dans ce genre de situations qui sont les vrais amis. Je partageais entre l'auberge de jeunesse et le métro de Paris à dormir sur le quai. Heureusement que j'ai encore mon emploi.

    J'étais sale, fatigué et j'allais quand même au cours de théâtre, mais voir Lolo dans le même cours que moi me scandaliser. À cause d'elle, j'étais à la rue... et à cause de moi, parce que je lui ai fait trop confiance. Quelques camarades sont venus vers moi pour voir ce qu'il se passait, je n'arrêtais pas de pleurer, j'ai également mal vécu au sein de ce cours. Des gens trop faux-culs, individualistes et qui font semblant d'avoir de la compassion... ça me dégoûtait.

    Le dernier cours du mois de Décembre, histoire de finir l'année en beauté. Je ne pouvais plus me retenir, je suis monté sur scène et j'ai annoncé à tout le monde ce qui m'est arrivé et que c'est à cause d'une personne du cours là où j'en étais. Sans révéler son nom. J'ai réglé mes comptes je suis descendu de scène et je suis parti. Le 31 Décembre j'ai été renvoyé.

    Des personnes de mon entreprise m'ont aidé à faire l'acquisition d'un appartement à Aubervilliers et j'ai emménagé le 24 Décembre. Après cet épisode cauchemardesque, je suis enfin au chaud.

    Noël seul, le jour de l'An seul. Ma mère a été au courant que j'étais à la rue au bout de deux semaines. Je lui disais que tout allait bien, jusqu'à ce que j'ai craqué.

    Il y a juste trois personnes de ce cours qui m'ont soutenu, les autres, à la poubelle. Faux-culs, carriéristes de merde etc...

    Ma mère m'a énormément soutenu durant et après mon petit épisode SDF mais j'ai été complètement odieux avec elle. Je pleurais, je hurlais de rage, de douleur, un sentiment d'injustice me détruisait. J'insultais tout le monde dans le métro parce que je jugeais que les gens étaient cons, parce que les gens puaient, j'en voulais à la terre entière.

    Depuis des mois je suis isolé, je suis seul, je pleure, je suis éteint, fatigué de tout. J'ai fait un court métrage et je me juge trop éteint, trop absent, trop désemparé lorsque je me vois à l'écran.

    Ma mère veut que je vois un psy mais je refuse catégoriquement, je ne veux pas parler dans un bureau glacial, limite ça me dégoûte.

    Je ne sais pas si je fais une dépression, je pense, je ne sais pas, tout s'embrouille... j'ai tellement mal, j'ai souvent envie de mourir, je ne dis pas aux autres que je veux mourir, mais je me le répète à moi-même parce que je n'en peux plus de tout. Des gens, des injustices etc... pourtant je sais que ma vie n'est pas terminée et qu'il me reste d'autres épreuves mais je me sens las, je suis totalement au bout du rouleau.

  • Re: Mon histoire

    ...

    Salut Laazarus,
    C'est la première fois que je viens sur ce site, et je m'y suis inscrite afin de te répondre.
    Ton histoire m'a beaucoup touché, et également indigné..
    Tous les jours j'essuie de nouvelles déception, car énormément de personnes manquent cruellement d'humanité. Et dans ton cas, cela t'a même conduit à vivre dans la rue. C'est scandaleux.
    Un homme qui prends des risques pour réaliser ses rêves ne devrait pas être récompensé de la sorte. Rien qu'en lisant ton histoire, j'ai l'impression que tu comprends la vie, bien plus que tous ces cons qui n'ont pas su te tendre la main. Mais ne désespère pas, il y a encore des gens sur cette terre qui connaissent les véritables valeurs humaines, même s'ils sont de plus en plus difficile à trouver.
    En ce moment, je traverse une période assez similaire à la tienne, toute mes envies m'ont quitté, il n'y a plus que du vide en moi, bref, je suis dans un état dépressif. Mais je sais pour ma part, que cet état s'est ajouté à de réel problèmes de fond, et que c'est ma situation actuel qui me vide de toute vie. Dans ton cas, je ne serai pas étonné que cela en soit de même, tu as tellement été déçu et blessé par la vie.. Après, je ne veux surtout pas jouer les psychologues de comptoir, mais je veux simplement te dire que cet état dépressif n'est pas forcément en toi : il n'est que conséquence d'un mal-être sans doute assez profond.
    Je te sens assez rebuté contre les psy, mais je peux te dire que c'est important pour pouvoir aller mieux. Bien sur, tu as le temps, tu n'es d'ailleurs pas forcément prêt tout de suite, il ne faut pas que ton entourage te mette la pression la dessus. Et puis, c'est dur d'en trouver un qui te convient, j'ai moi même mis plus de deux ans avant de pouvoir me livrer dans un lieu rassurant.
    Bref, tout ça pour te dire que je ne peux que comprendre ton état actuel, que je vis également depuis presque 4 mois, et que c'est l'enfer. C'est l'enfer, et on est seul dans notre quotidien, face à notre condition. Alors je te souhaite tout le courage du monde, car des solutions, il y en a, et la mort n'en est pas une.

    Mes sincères amitiés, et ce serait cool que l'on puisse discuter ensemble de temps en temps,( pas forcément de sujets morbides !) mais simplement pour s'entraider.
    Je m'appel Manon et j'ai 21 ans.

    Commentaire


    • Re: Mon histoire

      Merci

      Je te remercie de m'avoir répondu, déjà le fait de l'écrire me soulage légèrement... Je ne peux pas aller chez le psy, des tas de trucs me bloquent et j'estime que c'est une perte de temps à titre personnel (même si ce n'est pas raisonnable) J'ai si mal au cur de voir des gens qui font des choses de la sorte. Je ne dis pas que je suis tout rose.
      J'ai parlé derrière le dos de Cycy, parce que toute communication était coupée, je n'avais personne à qui me confier à part Lolo...

      Commentaire


      • Re: Mon histoire

        Merci
        .

        Je vois, je comprend la réaction que tu as pu avoir sur le moment, mais maintenant, cette histoire est terminé, il faut arrêter de ressasser ses erreurs, il faut que tu oublies ces deux personnes qui t'ont fait du mal.
        Où en est tu à présent ? tu as un travail, des amis sur Paris ? Quel est ton quotidien ?

        Ne t'inquiète pas, je ne jhttp://static.afcdn.com/world/communaute/forum/imforum/smiley/g29.gifuge rien ni personne, je te pose ces questions dans l'unique but de te conseiller autant que je le puisse..

        Commentaire


        • Re: Mon histoire

          .
          .

          Merde ça a buguer, je te disais : je ne juge rien ni personne, ces questions sont uniquement ds le but de te conseiller !

          Commentaire

          Publicité

          Forum-Archive: 2014-06

          publicité

          Chargement...
          X