publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Une vie dans la dépression

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Une vie dans la dépression



    Bonjour, j'ai rarement le besoin d'exprimer mes émotions ou encore mes soucis. Mais aujourd'hui, je suis comme qui dirait dans une impasse... Je m'appel Tony, bientôt âgé de 21ans et je vais essayer de vous expliquer au mieux possible la dépression suivit d'une bipolarité à tendance suicidaire. Je vécu tout seul avec ma mère depuis ma tendre enfance, nous avons une relation très fusionnelle qui permit de la booster mais durant qu'un brève temps, elle c'est confié à moi son fils âgé de 6 ans qui lui demandais ce qu'il n'allait pas, pourquoi était-elle toujours triste ?

    Ma mère naît en 1972, a eu une vie très difficile, cela commença dès son enfance, ou elle a subit de multiples violences physiques, psychologique par ces parents qui ne lui ont donné aucun amour ( cette période étant si difficile que son jeune frère se suicida au début des années 2000). A ces 18 ans elle quitta son enfer familiale pour enfin être heureuse, elle trouva un travail, et elle arriva à maintenir une situation convenable. Dans les années qui suivies elle rencontra mon père qui lui offrit "une année de pure bonheur"; dès lors qu'elle fut enceinte, il changea, devenant agressif violent avec... Le 23 février 1994 me voilà dans les bras de ma mère mais le cauchemar ne faisait que commencer. Elle vécu environ 2 années après ma naissance avec mon père, il a commencé à rentrer dans des trafics illicites (cocaïne), pour ensuite droguer ma mère de force avec des piqûres, il a battu à t'elle point qu'elle souhaita la mort à plusieurs reprises, ruées de coup et sans aide, ni protection elle se sentait impuissante et totalement rabaissée. A mes 2 ans la police arrêta mon père pour son trafic, pour l'envoyer en prison (depuis je n'en ai plus de nouvel). De mes 2 à 4 ans j'ai été placé en famille d'accueille, ma mère étant emprisonnée 6 mois (d'ou elle fit plusieurs TS) pour complicité alors qu'elle n'était que victime, puis il lui fallut 1 ans et demi pour se remettre en forme face à ce qu'elle avait vécu.
    La drogue dure étant trop difficile à arrêter complètement, elle se mit à prend un substitue prescris par les médecin : le "Subutex" qu'elle prenait en pique jusqu'à mes 10 ans. Je me rappel encore les fois ou je faisais attendre la voisine à 6 ans devant la porte pour qu'elle puisse finir sa piqûre...
    A mes 10 ans ma mère me dit qu'elle n'avait pas d'autre solution d'allais se faire Hospitaliser sinon elle allait mourir dans les mois à venir, elle fut obliger de me laisser à ma grand-mère qui sans surprise était aussi méchante que ma mère me l'avait décrit. Après un mois et demi d'hospitalisation elle fut obligé de revenir en urgence, ma situation étant trop ingérable... Malgré cela elle arrêta les piqûres et pris de la "Méthadone" avec des antidépresseurs et des anxiolytiques. Cela lui permis pendant un certain temps de tenir, elle était vivante, avec une force de soulever des montagnes... Mais cela est éphémère à mon grand regret, des périodes hautes mais toujours suivit de périodes basses où votre mère la seule personne que vous aimez de tout votre coeur vous dit qu'elle veut mettre fin à ces jours. Actuellement je ne compte plus les jours, les fêtes que je passais en espérant que ma mère aille mieux dans ces hospitalisation, qu'elle guérirait, qu'elle serait avec une joie de vivre sans précédent, que le rêve de chaque enfant est de voir les personnes qu'on aime de tout note coeur heureuse et en pleine santé.
    Aujourd'hui, je vis avec la peur de recevoir un coup de téléphone, m'annonçant le décès de ma mère, chaque instant je pense à comment elle va ... Mais maintenant après 21ans ou j'ai essayé d'être la pour elle, de prendre une place d'adulte alors que je n'avais que 10 ans, je me rend compte, je réalise et cela me fait mal de l'intérieur que je ne faisais que repousser l'inévitable. Aujourd'hui encore elle est à l'hôpital, m'annonçant hier : "Qu'elle avait envie de prendre un couteau, et de s'ouvrir la gorge pour arrêter la douleur intérieur qui l'a ronge", une souffrance si forte qu'elle voudrait mettre fin à ces jours, mon petit frère et moi.
    Je ne crois plus en dieux depuis, je ne crois plus en rien, j'essais de lui montrer que je suis fort, qu'elle peut compter sur moi, mais à quelle prix ? tant d'effort pour revenir toujours au même stade cela est décevant, voir même révoltant, j'ai envie de taper partout, d'hurler ma rage face à l'impuissance que l'on face à cette maladie... Sachez que vous n'êtes pas seul dans cette situation, préservez vous, car si il y a une chance de sauver la personne que vous aimée juste en lui montrant que vous êtes la pour elle, que vous l'aimez, elle s'en sortira : "Un choc dans une vie peut-être réparable, mais une vie de chocs c'est comme une vie fragmentée sans qu'il n'y est un bout qui correspond à l'autre".
    Sa vie est une vie remplit de malheur et de chocs violents, c'est une dépression trop longue pour être guérit, maintenant je m'en rend compte et cela me fait mal de l'admettre, mais je ne peux plus être la pour elle.

  • Re: Une vie dans la dépression

    Mon affection

    Je pense à toi , je suis loin désormais mais tu peux avoir mes coordonnées par AT si je peux un jour t aider , de gros bisous ,Dominique

    Commentaire

    Publicité

    Forum-Archive: 2014-12

    publicité

    Chargement...
    X