publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Je suis en train de sombrer

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Je suis en train de sombrer



    Bonjour,
    je ne peux pas être plus claire dans ce qui m'arrive : je sens que je suis en train de sombrer. J'ai été dépressive il y a 4 ans, soignée quelques semaines sous anti-d et suivi psy d'une dizaine de séances. J'ai ensuite accumulé beaucoup de pression au boulot et dans ma vie perso : seule dan smon poste là où il fallait être deux, discréditée par mes chefs et par des collègues, peu soutenue par les autres alors que je bosse dans un milieu où la violence est quotidienne, j'ai toujours tenu le coup, deux ou trois fois par an avec l'aide d'anxiolitiques.
    Depuis peu : nouveau départ, on est deux, le hic c'est que je suis enceinte, fatiguée, plus sensible , or là où on traite certain(e)s collègues avec beaucoup de déférence et de compréhension, je me retrouve toute seule dans des situations de stress importantes (actes de violence, agressivité de certains interlocuteurs), mes chefs contrent mes décisions , et pour couronner le tout je me fais allumer au final, sur le ton de la plaisanterie ou du reproche , comme si j'étais la débile de service. Ce qui ne m'empêche pas de bosser efficacement avec les collègues "normaux".
    La pression est devenue trop forte, je suis au bout du rouleau, j'ai fini par craquer vraiment sur le dernier incident et je ne me sens absolument pas capable de reprendre le travail tant je me sens fatiguée et contrariée. Curieusement ce qui me contrarie encore plus c'est de ne pas y être, de ne pas faire mon travail alors qu'il n'y a personne pour me remplacer, et d'être incapable pour l'instant de remettre ces choses sur le tapis.
    Je suis complètement déstricturée, j'en fais une idée fixe, je me réveille avec ça le matin, j'ai des réactions où je ne suis pas moi, je ne supporte plus rien, et j'ai mal au coeur car je vois bien que mes enfants le ressentent et développent de l'anxiété. Le grand se réveille la nuit, la petite ne veut plus manger ni aler à l'école. Je n'en peux plus.
    J'ai pris rendez-vous chez un psy, je verrai bien si ça m'aide.
    Comment se remettre en tête les priorités : en l'occurence mes enfants, ma grossesse, un minimum de sérénité ?
    Merci à vous.
    Anne-Marie

  • Tu as très bien fait




    de prendre un rendez-vous chez un psy, car il arrive un moment où on a besoin d'aide et d'en prendre conscience est déjà un pas vers la guérison.

    Le travail à faire est d'essayer de lâcher prise avec tes angoisses, tes contrariétés, ta thérapie va te permettre de libérer tes profondes souffrances, de les comprendre, et aussi de les accepter.

    Tout rentrera naturellement dans l'ordre. Pour tes enfants, n'hésites pas à leur dire que c'est une période difficile pour toi, tout en les rassurant.

    Bon courage !!!

    Alena

    Commentaire


    • Tu as très bien fait
      Lâcher prise



      je n'arrive pas à me détacher de ce sentiment opressant, en plus j'ai eu des contrariétés avec le personnel médical quelques jours avant, je suis à bout, au point de faire des choses qui ne sont pas moi/ au quotidien je suis super correcte, compréhensive, je suis bien obligée de faire un peu de mise en scène dans mon boulot pour impressionner mes gamins et obtenir ce que je veux, mais je ne me mets jamais vraiment en colère, je maîtrise parfaitement, en temps normal, les situations d'agressivité, je sais désamorcer, je sais me positionner , choisir mes gestes et trouver les mots qu'il faut, autrement dit je suis dans la maîtrise quasi totale de mon comportement dans mon attitude professionnelle.
      Là je suis effondrée, dans la défensive j'ai envie de frapper le premier qui me touche et je sens que je vais passer à l'acte.
      À commencer par aujourd'hui : traversant la route, enceinte de 6 mois, j'ai explosé parce qu'un conducteur est passé en ne me cédant le passage que de mauvaise grâce. Combien de fois à cet endroit je me suis fait des angoisses parce-qu'ils préfèreraient écraser mes gosses plutôt que de perdre 3 secondes sur leur trajet ! cette fois j'ai , sans réfléchir et au vu des passants, claqué mon parapluie sur la vitre de la voiture en insultant le conducteur, sans même voir à qui j'avais affaire...lamentable, et devant des parents qui , comme moi, allaient chercher leur enfant à l'école. le type s'est arrêté , a ouvert sa portière et a commencé à m'invectiver. Tu imagines une bombonne de 6 mois au milieu de la route en train d'insulter le type "vas-y ... descends de ta bagnole, je vais te refaire la tête !". Je n'arrive pas à avoir honte parce que j'ai réellement le sentiment que ce n'était pas moi. Et cette réaction éhontée, ce n'est pas moi.
      J'espère que le psy m'aidera, et rapidement... ou alors faire appel à un exhorciste ? (non, je rigole, ... est moi).
      Marie

      Commentaire


      • Lâcher prise
        Tu n'as pas à avoir honte





        c'est simplement que tu exprimes ta colère, ta rage intérieure sur l'extérieur.

        Oui le psy va t'aider, car ils sont là pour ça

        La partie de toi qui s'est exprimée est une partie que tu n'exprimes probablement jamais , mais je te rassure on a tous une partie sombre en nous.

        Il est important que tu reconnaisses ce côté là afin de pouvoir l'exprimer différemment, avec plus d'Amour de toi-même.

        Pleins de courage pour toi , et n'oublie pas, tout problème a sa solution

        Alena

        Commentaire


        • A l'impiossible nul n'est tenu!!



          et pis faut ménager le ptit dernier avant le 14e

          Commentaire


          • Change...



            de travail...tu n'es pas fait pour ce travail, apparemment, trop sensible...

            Prends soin de toi, un enfant, c'est plus important qu'un travail avec pleins de névrosés....


            Cyrille

            Commentaire


            • Comment expliques-tu



              que tes chefs soient plein de déférence pour tes autres collègues ? Peut-être sentent-ils qu'il y a une "fragilité" chez toi ?

              As-tu un compagnon ou de la famille qui pourraient garder tes enfants de temps en temps pour que tu puisses souffler ?

              Ne te REPROCHE SURTOUT PAS de ne pas pouvoir travailler actuellement... Personne n'est une SUPERWOMEN, tu as ton stress à gérer et il est bien généré en partie à cause de ton travail. Tu as le droit de CRAQUER et de faire une pause...

              Je suppose que tu as déjà parlé avec tes chefs de tes difficultés au travail... Qu'en disent-ils ?

              C'est une bonne idée d'avoir pris rv avec un psy, cela te permettra de déposer ton fardeau, de t'alléger l'esprit...

              LA PRIORITE ABSOLUE, c'est cet enfant que tu portes... Repose-toi et pour le travail, attends d'être un peu plus "forte".

              Donne-nous de tes nouvelles...

              PRENDS SOIN DE TOI !!!


              Je t'embrasse


              Commentaire


              • Change...
                Merci



                merci pour le conseil, toutefois, je fais ce boulot depuis environ 13 ans, je l'ai choisi, et je n'ai jamais craqué de cette manière auparavant.
                Je sais que la grossesse altère la perception des choses parfois, et décuple la sensibilité.
                Il y a des fonctionnements à modifier et des choses à régler.
                Marie

                Commentaire


                • Comment expliques-tu
                  "fragilité"



                  oui, je sens bien qu'il y a quelque chose comme ça : soit on me sent plus sensible et on appuie là où ça fait mal, soit on me croit plus forte que je ne le suis parce-que je ne craque pas à cause du stress quotidien.
                  Il y a sans doute beaucoup de bubjectif dans ce que je décris, alonns-y voir plus profond...
                  Je te mail en privé.
                  merci à chacun pour vos réponses.
                  Marie

                  Commentaire


                  • Lâcher prise
                    Bonsoir mariecatou



                    Cela donne l'impression que tu as réprimé depuis des années
                    des tas d'émotions négatives suscitées par le stress du travail
                    et humiliations subies.
                    Tu n'en peux plus(et c'est normal il y a des limites à la résistance humaine) et il faut consulter impérativement ton médecin qui va sûrement te mettre en arrêt de travail et te conseiller de voir un psy pour sortir ce qui te mine de l'intérieur,mettre en mots,t'épancher.
                    Si tu subis un harcèlement au travail il y a des associations qui peuvent te soutenir moralement et te donner des conseils judicieux quant à la marche à suivre.
                    Bon courage et prends bien soin de toi.

                    Commentaire


                    • C'est un sac de problèmes...



                      Où il y a une intrication de questions sociales (travail...), familiales, psychologiques ... avec pour "couronner" le tout, une grossesse en cours.
                      Combien de temps te reste t il avant ton congé de maternité?
                      Penses tu pouvoir tenir dans ce job aussi longtemps?
                      Ou alors peux tu changer de travail facilemetn?
                      Il ne faut pas oublier que démissionner est toujours très risqué (risque de perdre ses droits au chomage, retrouver du travail, pas toujours évident): il vaut mieux "pousser" l'employeur à la faute, à l'excès (voir Prud'hommes si employeur est une entreprise privée).
                      Ton post me rappelle que souvent la vie est une guerre... aller voir un collègue à moi peut être une bonne idée...
                      Ne pas oublier tout de même de se "durcir" en connaissance de droit du travail.

                      Commentaire


                      • C'est un sac de problèmes...
                        Pour mariecatou



                        quand dutronc dit "un collègue à moi" il parle d'un psy(chothérapeute).

                        Pour dutronc:
                        Ce que vous dite n'est pas faux, démissionner rend la situation encore plus pénible qu'elle ne l'est, mais au lieu d'en arriver à la guerre alors qu'on est déjà en position de faiblesse et seul(e) contre l'employeur et la boîte, il y a parfois moyen de négocier un licenciement. Ca arrange les deux parties à ce moments-là. Mais si on veut que ça marche, il faut pouvoir être prêt à renoncer à certains droits (indemnités)

                        Pour ce qui est de pousser l'employeur à la faute, vu le climat de travail, elle a sans doute déjà commencé malgré elle. Ils me semblent tous en bonne voie pour qu'on puisse constituer au moins une plainte pour harcèlement en construisant bien son dossier.

                        Une chose à ne pas négliger: là, les arrêts de travail vont les faire sortir de leur gonds, et ils peuvent essayer de vous faire démissionner. C'est alors aux plus résistant des deux. On se retrouve dans une guerre où l'employeur veut pousser l'employé à la faute et l'employé prépare la contre-attaque, les deux cherchant à faire craquer l'autre.

                        Je l'ai testé pour vous, j'ai enchaîné quelques arrêts maladie, commencé à constituer un dossier, (harcèlement) réclamer mes droits, et j'ai fini par me faire licencier, mais j'étais vraiment sur les rotules et j'ai été hospitalisée peu après. Donc, si on choisit ce que préconise Dutronc, c'est à double tranchant: oui, on se prépare pour la suite, financièrement, mais si on n'est pas bien, ça fait plonger encore plus bas. Il faut pouvoir se détacher mentalement de cette situation, ce qui est loin d'être facile quand on n'en peut plus.

                        Commentaire


                        • Pour mariecatou
                          Pardon



                          ou psychologue.

                          Pas psychiatre ni psychanalyste, non. Essaie de prendre RDV, pour t'aider à faire face.

                          Commentaire


                          • Pour mariecatou
                            Démissionner



                            j'ai choisi ce boulot, j'aime ça, je sais faire. La face insupportable est le manque de soutien poussé jusqu'au discrédit. Heureusement j'ai aussi des collègues que j'estime, qi sont reconnus pour leur grande compétence et avec qui ça se passe très bien. je peux me passer de la reconnaissance de mes chefs, si ce n'est qu'ils bloquent mes décisions.
                            J'ai cru comprendre que la dernière décision que j'ai prise avant mon congé est en train de passer quand même, mon chef va se trouver le bec dans l'eau pq il finit par céder à la pression des collègues (preuve qu'ils ont bien la même vision des choses que moi).
                            Curieusement je ne pense pas que le but soit de me faire partir, mais mon tempérament gêne pq je ne me cache pas, et j'ai tendance à me remettre souvent en question. D'autres cultivent la mauvaise foi et un certain sens de l'attaque...c'est ec que je dois apprendre.
                            Merci pour vos conseils
                            Marie

                            Commentaire


                            • C'est un sac de problèmes...
                              Encore un mois



                              Bonjour,
                              il reste un mois avnt mon congé. Je ne suis pas capable de reprendre pour l'instant pq j'ai constaté qu'en situation de stress, même minime, jen'ai plus les réactions qu'il faut : je risque de me mettre en position de danger dans les situations que j'aurais à gérer. La grossesse joue, évidemment : on dit que les femmes enceintes détectent toutes les odeurs, c'est vrai, et il n'y a pas que les sens qui sont exacerbés, je sens bien que ma perception des choses est différente, et ce boulot ne me permet pas de me replier un peu sur moi-même, comme j'en aurais besoin à ce stade de la grossesse.
                              J'ai vu une psy hier : grand apaisement pour la soirée, ce n'est évidemment pas la même chose que lorsque j'en parle à mon mari ou une copine. Je vais continuer ce suivi, je pense jusqu'à la naissance ; cela me permettra de liquider des sujets que j'ai rangé bien soigneusement et qui me pèsent.
                              Merci pour tes conseils.
                              Marie

                              Commentaire


                              • Pense à ta grossesse



                                Je pense qu'il serait préférable de te faire arrêter par un médecin. Est-ce que tes enfants vont à l'école ? Essaie de te faire aider par des membres de ta famille pour prendre en charge les plus grands . Ainsi, tu te concentreras sur ta grossesse. Surtout ne perds pas confiance en toi, tu es quelqu'un de bien et il est important que tu t'imposes. Bon courage. laisse-moi un message en privé si tu en a besoin, je te répondrai pour te réconforter le plus vite que je le pourrai. Emma

                                Commentaire


                                • Merci
                                  Oui...



                                  la grossesse fait exploser la sensibilité psychique et physiologique...

                                  Tu sais, le fait de faire un boulot durant XX années n'indique pas que tu n'es pas douée pour ce métier, mais si tu es hypersensible de nature (il faut que tu saches avant la grossesse comment tu étais) et bien certains métiers te sont "interdits"....

                                  Si tu peux t'arrêter AVANT la période légale, ça serait bien...

                                  Cyrille

                                  Commentaire


                                  • "fragilité"
                                    Je t'ai répondu,



                                    j'espère que ma réponse te sera parvenue. Parfois il y a des problèmes avec la messagerie...

                                    Commentaire


                                    • Normal toutes ces préoccupations, tu es enceinte



                                      et les hormones chez toi ont l'air de se livrer une bataille assidue entre elles !!!... RELATIVISE, RELAXE TOI, INSPIRE LENTEMENT ET EXPIRE, écoute des cassettes de ralaxations, va te promener et observe la nature.... des choses si simples auxquelles on ne pense pas !!! et surtout un peu de bonne volonté allez zou au travail mentalement !

                                      Commentaire


                                      • Normal toutes ces préoccupations, tu es enceinte
                                        C'est amusant



                                        ça fait deux fois que je tombe sur un message de toi en 1/4 d'h, et deux fois que je suis perplexe devant tes remarques. Observer la nature est une excellente idée, ceci dit, en plein novembre ce n'est pas une évidence, surtout que je vis en milieu urbain.
                                        Quant à la notion de "bonne volonté", elle dit assez à quel point tu es éloignée de la compréhension du sujet.
                                        Bonne réflexion, ça ne peut pas faire de mal, avant de parler.
                                        Marie

                                        Commentaire


                                        • Merci



                                          à ceux et celles qui m'ont répondu et apporté un peu de soutien ou de réconfort.
                                          Marie

                                          Commentaire


                                          • Merci
                                            On fait ce que l'on peut...



                                            ...mais c'est peu.

                                            Commentaire


                                            • Ne sais plus quoi faire



                                              a 24 ans je suis depressif depuis 10 ans j'en souffre enormement peu oupas de vie social une pression familliale enorme une vie proffessionnel caotique ma depression a commencer par ladolescence avec bocoup dacne le rejet et le degout de lautre une vie familliale ou je ne suis que le boulet de service qui ne sert a rien et qui kom on me di souvent de la "merde" sur terre o fil du tps perte de confiance totale en soit ne pe pas quitter le cercle familliale pour eviter les QUAND dira ton etouffer par les parent qui surveille fait est geste impossible devasion de faire sa vie d'essayer de senvoler soi meme je n'en peu vraiment plus je prefere mourir pluto que de vivre kom ca mes propos peuvent choquer mais je suis vraiment a bout help

                                              Commentaire

                                              Publicité

                                              Forum-Archive: 2006-112011-06

                                              publicité

                                              Chargement...
                                              X