publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Abou bakar victor hugo que dieu lui fasse miséricorde

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Abou bakar victor hugo que dieu lui fasse miséricorde



    Le plus illustre des poètes, HUGO, était musulman. (il s'est converti 3ans avant sa mort) Eh oui, et c'est ce que savent tous ceux qui ont fait de hautes études de lettres!

    Sagissant du livre dHenri GUILLEMIN HUGO , il commence par une citation du poète qui revêt toute sa signification aujourdhui :

    je mignore ; je suis pour moi-même voilé, DIEU seul sait qui je suis et comment je me nomme .

    Voici quelques extraits de poèmes islamistes de la Légende des siècles affichés tardivement sur INTERNET. Rien ne permet de se prononcer sur leur exhaustivité. Pire encore, des vers qui ne sont pas de HUGO y ont été rajoutés. Ces pratiques dun autre âge ne peuvent sexpliquer que par la volonté toujours entretenue de faire baigner le monde dans lignorance sur les écrits islamistes de HUGO plus dun siècle après sa mort

    Extrait du poème lAn neuf de lHégire dédié au prophète MOHAMmED (psl)

    Le lendemain matin voyant l'aube arriver:
    "Aboubèkre, dit-il, je ne puis me lever,
    Tu vas prendre le livre et faire la prière.
    Et sa femme Aïsha se tenait en arrière;
    Il écoutait pendant qu'aboubèkre lisait,
    Et souvent à voix basse achevait le verset;
    Et l'on pleurait pendant qu'il priait de la sorte.
    Et l'ange de la mort vers le soir à la porte
    Apparut, demandant qu'on lui permit d'entrer.
    "Qu'il entre."On vit alors son regard s'éclairer
    De la même clarté qu'au jour de sa naissance;
    Et l'ange lui dit:"Dieu désire ta présence.
    Bien", dit-il Un frisson sur ses tempes courut,
    Un souffle ouvrit sa lèvre, et Mahomet mourut

    Lauteur de ce poèmes inimitables, HUGO, prononça la profession de foi (chahada) attestant que DIEU est unique et sans associé et MOHAMED est son serviteur et son envoyé le 6 septembre 1881 dans son appartement à PARIS en présence du Scheik Ibrahim de TLEMCEN dALGERIE et adopta en conséquence le nom dAbou Bekr HUGO. Il mourut donc musulman en 1885. Mais les francs-maçons dirigeants de la Troisième République lui organisèrent des funérailles maçonniques grandioses à loccasion desquelles ils décidèrent de laïciser le PANTHEON de PARIS uniquement pour pouvoir ly enterrer et cacher ainsi sa religion musulmane au monde qui est donc toujours dans lignorance plus dun siècle après puisque la loi sur la séparation entre lEtat et lEglise en France ne fut adoptée que près de vingt ans après sa mort. Cest du reste ce que dissimule ignoblement Henri GUILLEMIN dans ce passage de son livre (p 77-78) : ses funérailles menées par Lockroy et léquipe gouvernementale ont tout recouvert, tout racheté, tout sauvé. Le cadavre offrait loccasion dun grand coup au bénéfice du sectarisme athée. On lui en fut reconnaissant . Cette attitude inhumaine dintolérance de GUILLEMIN peut trouver une réponse adéquate dans ce proverbe africain : celui qui ressent du dégoût pour un arbre, ne doit pas profiter de son ombre Laffluence de la population, plus dun million de personnes, lors des funérailles de HUGO est un record inégalé à ce jour en France. Cest HUGO qui attire huit visiteurs sur dix au Panthéon de Paris et il génère donc aujourdhui 80 % du chiffre daffaires de ce temple dont il est le produit phare depuis plus dun siècle. Les francs-maçons espéraient, par leur stratagème, recouvrir définitivement de leur voile pudique, luvre islamique de HUGO. La vérité éclatera inéluctablement au grand jour, sur lislamité du poète quils ont cachée au monde. Bien avant GUILLEMIN,.le journal La Croix, organe quasi-officiel du parti catholique français déclarait le 23 mai 1885, lendemain du décès de HUGO en guise doraison funèbre : il était fou depuis trente ans .. Au-delà de cette position de léglise, on ne peut plus, franchement hostile à luvre islamiste de HUGO, DIEU seul sait, si on ne pourrait pas affirmer que le poète avait adopté lIslam bien avant de prononcer sa profession de foi du 06 septembre 1881 lorsqu on se réfère à ses poèmes sur lIslam. Dans louvrage dAlain DECAUX aussi HUGO éditions Hachette, il est écrit à propos de ses dispositions testamentaires p 1019 ce qui suit : je refuse l'oraison de toutes les églises, je demande une prière à toutes les âmes. Je crois en DIEU . Une analyse élémentaire de ces propos insensés montre leur incohérence absurde qui exclue qu'ils puissent provenir du plus grand des poètes. En effet, on ne peut pas refuser l'oraison de toutes les églises et demander en même temps une prière à toutes les âmes. C'est comme si ceux qui ont une âme ne fréquentaient pas du tout les églises. Manifestement ces propos aberrants prêtés à ce poète résultent de substitutions postérieures à son décès par des francs-maçons ou par ceux qui ont pris fait et cause pour eux qui n'ont pas intérêt à ce que la vérité soit connue du monde. Pour reconstituer les véritables propos du poète afin de donner à lexpression un sens, il faut remplacer âmes par musulmans et lexpression devient: je refuse l'oraison de toutes les églises. Je demande une prière à tous les musulmans. Je crois au DIEU (unique et sans associé) , ce qui est entre parenthèses a aussi été probablement supprimé postérieurement. Alain DECAUX, ancien ministre de la francophonie, affirme dans son ouvrage de plus de mille pages de contre-vérités et de mensonges que le poète navait pas fermé lenveloppe contenant ses ultimes dispositions testamentaires (p 1018) remise à Vacquerie quelques semaines après le décès de Juliette DROUET, deuxième épouse de HUGO, intervenu le 11 mai 1883 là où Guillemin affirme que ce testament a été rédigé par HUGO dès le 26 juillet 1860 (p65) et confirmé le 02 avril 1883 donc bien avant la mort de Juliette DROUET. En fait tous ces deux auteurs ont menti de façon éhontée car ils savent que ce testament exhibé est bien une vile fabrication de francs-maçons, lislamité de HUGO se retrouve en toile de fond dans ses uvres. Il est particulièrement édifiant que la plupart des ouvrages sur le poète soient titrés HUGO uniquement, sans indication de son prénom comme si un cas de conscience se posait aux auteurs.

    Lhistoire de HUGO dans sa vie comme dans son uvre est à réécrire Nous avons même été amené à expurger ces deux vers du poème dédié au prophète MOHAMED (psl) lAn neuf de lHégire en raison de la répétition quils recèlent qui nest pas du style de HUGO. Ils y ont été post-insérés probablement par des francs-maçons cherchant à avilir luvre islamiste de HUGO qui est décidément inimitable.

    Par moments, il faisait mettre une femme nue
    Et la regardait, puis il contemplait la nue,

    HUGO a aussi composé des poèmes sur JESUS (psl) à partir des Evangiles en se gardant dévoquer dans ses oeuvres la crucifixion qui est pourtant un moment capital dans la foi chrétienne alors quil a peint les dernières heures du prophète MOHAMED (psl) dans des vers sublimes. Cest comme sil se conformait aux enseignements du Coran qui rejette la thèse de la crucifixion. Par ailleurs, HUGO sest inspiré dune des plus importantes sourates du Coran (Secousse sourate99) pour en extraire un poème intitulé Verset du Koran dans la Légende des siècles :

    La terre tremblera d'un profond tremblement,
    Et les hommes diront : Qu'a-t-elle ? En ce moment,
    Sortant de l'ombre en foule ainsi que des couleuvres,
    Pâles, les morts viendront pour regarder leurs uvres.
    Ceux qui firent le mal le poids d'une fourmi
    Le verront, et pour eux Dieu sera moins ami ;
    Ceux qui firent le bien ce que pèse une mouche
    Le verront, et Satan leur sera moins farouche.

    Comment aurait-il pu composer ces poèmes islamistes sil nétait pas musulman ou sil ne croyait pas aux enseignements coraniques? Etait-il inconséquent à ce point, ce poète qui a donné au lyrisme ses lettres de noblesse ? Dans le monothéisme, cest seulement aux musulmans quest accordé le privilège de chanter les gloires de tous les prophètes de DIEU sans distinction comme HUGO la fait dans ses uvres conformément à la sourate 2 verset 137 du Coran Dites : nous croyons en DIEU et à ce qui nous a été révélé, et à ce qui a été révélé à ABRAHAM, à ISMAEL, à ISSAC, à JACOB et à ses enfants, et à ce que Le Seigneur a accordé à tous les autres prophètes. Nous ne faisons aucune distinction entre eux ; et cest à lui que nous nous soumettons . Ni HUGO, ni ses deux fils et petit fils morts avant lui nont été baptisés ou inhumés chrétiennement, ce que reconnaît Henri GUILLEMIN (p 65) qui na pas pu sempêcher de mentionner aussi, en de nombreux passages de son livre que HUGO chassait ces esprits et ces créatures impalpables qui assiégeaient souvent sa personne par des prières fréquentes (p65 ; 74). Nous savons maintenant que ses familiers lentendaient souvent prononcer dans la journée son invocation favorite de la Fatiha (préambule du Coran) : ihdina-sirà-ta-l-mustaqim (que DIEU nous guide dans le bon chemin) et quil passait de longs moments en invocations aux cours desquelles les larmes inondaient son visage au point dinquiéter ses proches.

    Son tapis de prière (sajjada) probablement offert par le Sheik Ibrahim de Tlemcen dAlgérie comportant un motif de la Kaaba est aujourdhui bien conservé daprès les assurances qui nous ont été faites. Que DIEU bénisse cet homme grand de piété, resté dans lanonymat et qui, en réaction à un article que nous avions publié sur INTERNET (Le Président Bush, le Boeing volé en Angola et lIslam), nous a permis daccéder à ces informations insoupçonnées sur HUGO quon cachait au monde. Le lecteur pourra aussi profitablement consulter notre article Le Président Bush contre lIslam, le plus grand des poètes HUGO était musulman sur le ... stcom.net cliquer sur archives juillet.

    Vis à vis de lhistoire, RIMBAUD, LAMARTINE, GOETHE et bien dautres grandes personnalités ont subi probablement le même traitement discriminatoire que HUGO en raison de leur foi en lIslam. De nombreuses contradictions, incohérences et zones dombre figurent dans la chronologie du poète sur lesquelles nous reviendrons sous peu insh Allah.

    En attendant que le transfert de ses restes à la Mosquée de Paris soit posé pour le respect de sa dernière volonté occultée par des francs maçons, une mention de son islamité sur le caveau de HUGO au Panthéon de Paris ou une reconnaissance publique de sa religion musulmane ne constitueraient pas seulement un premier pas dans le rétablissement de la justice mais garantiraient aussi la conservation dune mémoire collective véridique. HUGO a écrit des milliers de vers sur lISLAM dont la plupart nont jamais été publiés du fait de francs-maçons et aussi du fait du vandalisme de pseudo intellectuels qui ont commis des crimes contre la culture universelle en empêchant lintégralité de luvre de ce poète dêtre gravée dans la mémoire collective. Ses dispositions testamentaires du 31 août 1881 prescrivaient la remise de tous ses manuscrits à la Bibliothèque Nationale de Paris, future bibliothèque des Etats-Unis dEurope comme il aimait à le rappeler. Tous les manuscrits sur lISLAM non publiés de ce poète doivent être dores et déjà considérés comme des biens appartenant au patrimoine mondial de lhumanité et doivent être mis à la disposition de lUNESCO et de son pendant islamique lISESCO qui doivent conjointement lancer une campagne mondiale pour la sauvegarde de lintégralité de son uvre afin que le monde entier soit édifié sur la vérité cachée depuis plus dun siècle et quil puisse bénéficier enfin de lapport de la partie non publiée dans luvre monumentale de ce poète.

    Lobjectif de ce poète hors pair était de bâtir la genèse et lhistoire des quatre premiers califes les bien guidés de lISLAM. Dans les dernières années de sa vie, cet illustre poète dont les qualités majeures étaient la bonté et la charité envers les misérables aurait été gratifié selon les traditions, de plusieurs visions du prophète MOHAMED (psl). La dernière parole de ce poète aurait été en DIEU, tout, hors de DIEU rien, je viens cher compagnon .

    Pour faire prévaloir la justice et léquité sur tout autre considération, le monde compte sur Le Président de la République Française M Jacques CHIRAC qui avait bien accepté de signer le décret dadmission dAlexandre DUMAS au Panthéon de Paris en novembre 2002, après plus dun siècle dinjustice. Alexandre DUMAS, grand écrivain et ami intime de HUGO qui lui avait rendu un vibrant hommage à sa mort dans une lettre restée célèbre adressée au fils du défunt, était en fait un descendant de lesclavage africain.(consulter notre article Histoire du jugement de lAssemblée Nationale du Sénégal sur SENGHOR et CHEIKH ANTA DIOP dans lérection du Mémorial Gorée- Almadies en panthéon dans INFO 7 des 16 et 20 mai 2003) La communauté scientifique mondiale prie Le Président Jacques CHIRAC et le brave et vaillant peuple français connus pour leur attachement légendaire à la défense des causes justes dans le monde, de faire ouvrir au grand jour les archives de La France, cinquième puissance scientifique du monde, où sont conservés en ... interdit probablement, les manuscrits sur lISLAM non publiés de cet illustre poète.

    Le Président du Sénégal aussi, se doit de faire impulser au sein de lOrganisation de la Conférence Islamique (OCI), tout au moins dans sa composante francophone, une dynamique douverture détablissements denseignement Abou Bekr HUGO alias Victor HUGO et dintroduction de luvre du plus auguste des poètes dès le cycle primaire. Lintégralité de luvre de Abou Bekr HUGO constitue un bien inaliénable du patrimoine mondial de lhumanité qui doit par conséquent en bénéficier effectivement.

    Hommes de justice et de paix de quelque confession que ce soit et musulmans du monde entier, unissons-nous pour que son uvre intégrale profite à lhumanité tout entière et prions pour cet illustre poète de lISLAM, né le vendredi 26 février 1802, tombé malade le vendredi 15 mai et rappelé à DIEU le vendredi suivant 22 mai 1885, vendredi étant un grand jour de culte du DIEU unique et sans associé pour les musulmans. Le poète avait adopté le nom dAbou Bekr HUGO comme le premier calife de lISLAM à qui il avait voulu sidentifier en écrivant en Octobre 1883 vers la fin de ses jours : je ne connais rien de plus sublime et de plus grand dans lhistoire de lhumanité que ces paroles dAbou Bekr sadressant aux croyants : peuple, quiconque adorait MOHAMMED saws, quil sache quil est mort vraiment. Mais quiconque adorait DIEU, quil sache que DIEU est vivant et ne meurt jamais . JESUS (psl) avait dit : rendez à César ce qui est à César et à DIEU ce qui est à DIEU . Rendez donc Abou Bekr HUGO aux musulmans.

    M.HANE Ibrahim Institut Supérieur de Gestion ex ENSUT
    Université CAD DAKAR

  • Tu as des textes, voire des biographies, sur les saint-simoniens - 19e siècle



    (au lycée, juste entendu parlé au travers des phalanstères qu'ils ont essayé d'instituer) qui sont partis en Afrique du Nord, s'y sont implantés, et fait souche pour certains ?

    Commentaire


    • Tu as des textes, voire des biographies, sur les saint-simoniens - 19e siècle
      Je t'ai envoyé un mp!



      ...

      Commentaire


      • En fait, je ne suis pas étonnée maintenant que tu le dis : tu connais son poème "les djinns"



        Les Djinns

        ---------------------------------------------------------------------------------

        Murs, ville
        Et port,
        Asile
        De mort,
        Mer grise
        Où brise
        La brise
        Tout dort.

        Dans la plaine
        Naît un bruit.
        C'est l'haleine
        De la nuit.
        Elle brame
        Comme une âme
        Qu'une flamme
        Toujours suit.

        La voix plus haute
        Semble un grelot.
        D'un nain qui saute
        C'est le galop.
        Il fuit, s'élance,
        Puis en cadence
        Sur un pied danse
        Au bout d'un flot.

        La rumeur approche,
        L'écho la redit.
        C'est comme la cloche
        D'un couvent maudit,
        Comme un bruit de foule
        Qui tonne et qui roule
        Et tantôt s'écroule
        Et tantôt grandit.

        Dieu! La voix sépulcrale
        Des Djinns!... - Quel bruit ils font!
        Fuyons sous la spirale
        De l'escalier profond!
        Déjà s'éteint ma lampe,
        Et l'ombre de la rampe..
        Qui le long du mur rampe,
        Monte jusqu'au plafond.

        C'est l'essaim des Djinns qui passe,
        Et tourbillonne en sifflant.
        Les ifs, que leur vol fracasse,
        Craquent comme un pin brûlant.
        Leur troupeau lourd et rapide,
        Volant dans l'espace vide,
        Semble un nuage livide
        Qui porte un éclair au flanc.

        Ils sont tout près! - Tenons fermée
        Cette salle ou nous les narguons
        Quel bruit dehors! Hideuse armée
        De vampires et de dragons!
        La poutre du toit descellée
        Ploie ainsi qu'une herbe mouillée,
        Et la vieille porte rouillée,
        Tremble, à déraciner ses gonds.

        Cris de l'enfer! voix qui hurle et qui pleure!
        L'horrible essaim, poussé par l'aquillon,
        Sans doute, o ciel! s'abat sur ma demeure.
        Le mur fléchit sous le noir bataillon.
        La maison crie et chancelle penchée,
        Et l'on dirait que, du sol arrachée,
        Ainsi qu'il chasse une feuille séchée,
        Le vent la roule avec leur tourbillon!

        Prophète! Si ta main me sauve
        De ces impurs démons des soirs,
        J'irai prosterner mon front chauve
        Devant tes sacrés encensoirs!
        Fais que sur ces portes fidèles
        Meure leur souffle d'étincelles,
        Et qu'en vain l'ongle de leurs ailes
        Grince et crie à ces vitraux noirs!

        Ils sont passés! - Leur cohorte
        S'envole et fuit, et leurs pieds
        Cessent de battre ma porte
        De leurs coups multipliés.
        L'air est plein d'un bruit de chaînes,
        Et dans les forêts prochaines
        Frissonnent tous les grands chênes,
        Sous leur vol de feu pliés!

        De leurs ailes lointaines
        Le battement décroît.
        Si confus dans les plaines,
        Si faible, que l'on croit
        Ouïr la sauterelle
        Crier d'une voix grêle
        Ou pétiller la grêle
        Sur le plomb d'un vieux toit.

        D'étranges syllabes
        Nous viennent encor.
        Ainsi, des Arabes
        Quand sonne le cor,
        Un chant sur la grève
        Par instants s'élève,
        Et l'enfant qui rêve
        Fait des rêves d'or.

        Les Djinns funèbres,
        Fils du trépas,
        Dans les ténèbres
        Pressent leur pas;
        Leur essaim gronde;
        Ainsi, profonde,
        Murmure une onde
        Qu'on ne voit pas.

        Ce bruit vague
        Qui s'endort,
        C'est la vague
        Sur le bord;
        C'est la plainte
        Presque éteinte
        D'une sainte
        Pour un mort.

        On doute
        La nuit...
        J'écoute: -
        Tout fuit,
        Tout passe;
        L'espace
        Efface
        Le bruit.


        Victor Hugo



        Commentaire


        • Et nos amis rastos



          ils sont où maintenant...

          la vérité fait mal parfois :bien:

          Commentaire


          • En fait, je ne suis pas étonnée maintenant que tu le dis : tu connais son poème "les djinns"
            Whaw non je ne connaissais pas!



            et je suis ravie de le lire, merci beaucoup! c'est bien dommae qu'on nous fasse pas étudier ca au collège..

            Commentaire


            • Et nos amis rastos
              Pffiut! envolés! mais je prefere ca à leurs 5/6 lignes jetées hativement



              et qui à chaque fois ne comportent AUCUNE AUCUNE AUCUNE argumentation, preuves... donc finalement ca prouve bien que ce que nous avancons à chaque fois est reel et fondé.

              Commentaire


              • Pourtant..
                Eh bien les sources y sont



                (dans le texte) il suffit de vérifier, ce que j'ai moi meme fait il ya quelques semaines

                Commentaire


                • Pourtant..
                  La seule vérité est que



                  arabicboo tente de nous faire croire que tous les grands de ce monde sont ou ont été musulmans.

                  Commentaire


                  • La seule vérité est que
                    "les grands de ce monde" dis tu? lesquels? cite les moi donc! jamais je n'en n'ai parlé



                    alors cesse de mentir stp! suis-je bete! le mensonge est l'une de vos armes preferées avec la manipulation!

                    Commentaire


                    • Whaw non je ne connaissais pas!
                      C'est au lycée que je l'ai découvert !



                      mais je te parle d'un temps que les moins de 20 ans etc... :fou:

                      Commentaire


                      • Pourtant..
                        Je l'avais déjà entendu dire, même de napoléon ()



                        mais bon, bientôt ce sera le peintre Delacroix, ou va savoir qui...

                        Mais effectivement il y a eu quelques français de cette époque qui se sont convertis (ne serait-ce que certains Saint-Simoniens dont je parle plus bas)

                        Commentaire


                        • Pourtant..



                          "Enfer chrétien, du feu. Enfer païen, du feu. Enfer mahométan, du feu.
                          Enfer hindou, des flammes. A en croire les religions, Dieu est né rôtisseur."
                          (Victor Hugo / 1802-1885 / Choses vues )

                          Commentaire


                          • Pourtant..
                            Oui il l'a bien dit, mais vérifie la date



                            j'ai bien précisé qu'il s'était converti 3 ans avant sa mort

                            Commentaire


                            • Au temps de sa splendeur avant la naufrage



                              .
                              http://www.clionautes.org/spip.php?article586

                              XIXe siècle. Discours électoral de Victor Hugo après les élections de 1848

                              samedi 4 septembre 2004, par Caroline Jouneau-Sion

                              Date : 1848

                              Espace concerné : France - Deuxième République

                              Source et édition : Victor Hugo, Actes et Paroles, Avant lexil (1841-1851), tome 1, éditions Nelson, Paris, Pages 164 et ss.

                              Mes concitoyens,

                              Je réponds à lappel des soixante mille électeurs qui mont spontanément honorés de leurs suffrages aux élections de la Seine. Je me présente à votre libre choix.

                              Dans la situation politique telle quelle est, on me demande toute ma pensée. La voici :

                              Deux républiques sont possibles.

                              Lune abattra le drapeau tricolore sous le drapeau rouge, fera des gros sous avec la colonne, jettera à bas la statue de Napoléon et dressera la statue de Marat, détruira lInstitut, lécole polytechnique et la légion dhonneur, ajoutera à lauguste devise : Liberté, égalité, fraternité, loption sinistre : ou la Mort ; fera banqueroute, ruinera les riches sans enrichir les pauvres, anéantira le crédit, qui est la fortune de tous, et le travail, qui est le pain de chacun, abolira la propriété et la famille, promènera des têtes sur des piques, remplira les prisons par le soupçon et les videra par le massacre, mettra lEurope en feu et la civilisation en cendres, fera de la France la patrie des ténèbres, égorgera la liberté, étouffera les arts, décapitera la pensée, niera Dieu ; remettra en mouvement ces deux machines quine vont pas lune sans lautre, la planche aux assignats et la bascule de la guillotine ; en un mot, fera froidement ce que les hommes de 93 ont fait ardemment, et, après lhorrible dans le grand que nos pères ont vu, nous montrera le monstrueux dans le petit.

                              Lautre sera la sainte communion de tous les français dès à présent, et de tous les peuples un jour, dans le principe démocratique ; fondera une liberté sans usurpations et sans violences, une égalité qui admettra la croissance naturelle de chacun, une fraternité, non de moines dans un couvent, mais dhommes libres ; donnera à tous lenseignement comme le soleil donne la lumière, gratuitement ; introduira la clémence dans la loi pénale et la conciliation dans la loi civile ; multipliera les chemins de fer, reboisera une partie du territoire, en défrichera une autre, décuplera la valeur du sol ; partira de ce principe qui veut que tout homme commence par le travail et finisse par la propriété, assurera en conséquence la propriété comme la représentation du travail accompli, et le travail comme lélément de la propriété future ; respectera lhéritage, qui nest autre chose que la main du père tendue aux enfants à travers le mur du tombeau ; combinera pacifiquement, pour résoudre le glorieux problème du bien-être universel, les accroissements continus de lindustrie, de la science, de lart et de la pensée ; poursuivra, sans quitter terre pourtant et sans sortir du possible et du vrai, la réalisation sereine de tous les grands rêves des sages ; bâtira le pouvoir sur la même base que la liberté, cest-à-dire sur le droit ; subordonnera la force à lintelligence ; dissoudra lémeute et la guerre, ces deux formes de barbarie ; fera de lordre la loi des citoyens, et de la paix la loi des nations ; vivra et rayonnera ; grandira la France, conquerra le monde ; sera, en un mot, le majestueux embrassement du genre humain sous le regard de Dieu satisfait.

                              De ces deux républiques, celle-ci sappelle la civilisation, celle-là sappelle la terreur. Je suis prêt à dévouer ma vie pour établir lune et empêcher lautre."

                              Discours électoral de Victor Hugo après les élections de 1848
                              _

                              Commentaire

                              Publicité

                              Forum-Archive: 2006-072007-07

                              publicité

                              Chargement...
                              X