publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Retrouvailles - 1

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Retrouvailles - 1



    Isabelle pleurait à chaudes larmes dans le salon.
    Une fois de plus, cette soirée s était soldée par une dispute conjugale.
    Depuis quelques semaines, le couple de 10 ans ne semblait plus faire face à la vie. La routine s était installée, les habitudes avaient pris possession de leur quotidien. Les mots doux, les moments de complicité s étaient envolés avec le stress, les enfants, la vie qui passe
    La femme avait laissé place à la mère de famille.

    Bon dieu, je n arrive même plus à me rappeler quand est ce que nous avons passé un vrai moment ensemble. vociféra Alexandre.
    Le cul est même devenu une habitude bien rôdée. Je peux te dire que sera samedi matin, allez peut être dimanche matin. Alexandre avait raison.

    Isabelle était plutôt sexuellement passive. Cette posture était tout simplement due à son éducation stricte que ses parents avaient entretenue durant son adolescence.
    Alexandre plutôt timide au moment de leur rencontre s était progressivement dévergondé, ou plutôt, avait laissé le sexe entrer dans sa vie. Il avait lu des récits érotiques et découvert différentes facettes du sexe. Plusieurs fois, il avait tenté d initier le dialogue avec Isabelle mais cela s était toujours soldé par une indifférence totale, par peur d évoquer des sujets tabous, par désintéressement. Il ne savait pas trop.

    Une fois, Alexandre avait convaincu Isabelle de ne pas porter de culotte durant une soirée entre amis. Mais cela n avait évoqué aucun plaisir particulier.
    Je n en peux plus reprit Alexandre. Continuer ainsi n a aucun sens. Finit il par conclure.
    Isabelle sentit par ces simples mots que leur couple partait en éclat.
    Isabelle se mit à pleurer de plus belle tandis qu Alexandre se dirigea vers le lit conjugal, théâtre d une triste réalité.

    Isabelle pensait aux années passées. Les images filaient dans sa tête. Alexandre avait raison sur toute la ligne. Il avait essayé de l intéresser à de nouveaux jeux qui auraient pu mettre un peu de piment dans leur vie bien rodée.
    Isabelle entama une auto analyse dans sa tête. Qu est ce qui cloche ? Pourquoi laisser mourir notre amour. Je l aime, il m aime et il me l a prouvé. Tu aimes faire l amour avec lui. Oui répondit elle intérieurement. Isabelle menait son propre interrogatoire. Certes, je suis un peu bloqué côté sexe, côté cul devrais je dire !

    Isabelle le savait, d autant plus que les conversations qu elle avait eues avec Marie, sa collègue de bureau, amie depuis, l avait déroutée. Marie parlait sans détour de sa vie sexuelle. Isabelle n en revenait pas qu une femme puis s afficher ainsi, même fut elle une amie.

    Isabelle devait réagir. Alexandre était l homme de sa vie, un homme ouvert et sincère qui avait tout fait pour que leur vie sexuelle, leur vie amoureuse, leur vie à deux tout simplement s épanouisse et grandisse un peu plus chaque jour.
    Après tout la morale, c était quoi, philisopha t elle un instant.

    Isabelle entra dans la chambre où Alexandre lisait une revue.
    Tu as raison, je ne suis pas très avenante, pas très réceptive. Tu sais comment j ai été élevée, c est pas toujours facile pour moi mais je suis prête à essayer de repousser mes peurs, mes limites et peut être de me découvrir sous un nouveau jour.
    Essayons une dernière fois, je t en prie. supplia Isabelle

    Alexandre fut tout d abord surpris par ce discours. Cependant il semblait sortir du fond du cur. Ils discutèrent une bonne partie de la nuit et s endormirent enlacés.

    Le lendemain matin, Isabelle plantée devant son dressing chercha des vêtements prompts à révéler sa féminité.

    Alexandre lui avait laissé un mot sur la table de la cuisine.
    Ce soir, je passerai te prendre à ton bureau et nous irons dîner ensemble chez Alessendro. Je t embrasse signé Alex.

    Isabelle tomba sur une petite robe rouge, vous savez ce genre de vêtement que l on achète en pensant qu on le mettra peut être jamais.
    Elle fera parfaitement l affaire se dit elle. Elle farfouilla dans le tiroir des sous vêtements et arrêta son choix sur un ensemble de dentelle noire, ajouré de motifs rappelant des fleurs. Elle ajusta le soutien gorge et mit la culotte. Elle enfila la robe et agrafa les gros boutons vernis qui parcouraient le devant de sa robe.

    Une paire de petites chaussures ouvertes noires aux pieds et un imperméable léger au bras, Isabelle sortit de l appartement pour aller travailler.

    Arrivée au bureau, Isabelle s installa et commença sa journée en rêvassant déjà à leur soirée en amoureux. Elle voulait que cette soirée soit le signe d un nouveau départ. Alexandre avait raison, le tourbillon de la vie avait eu raison de leur amour. Ne pas s y opposer était tout simplement accepter de jouer le rôle de la victime. Or, tous les deux avaient compris et admis qu ils étaient coupables de leur amour qui s effritait.

    Le Bip de la messagerie sortit Isabelle de son travail.
    Le message provenait d Alexandre. Cela n était pas à son habitude.
    Le visage d Isabelle s illumina et afficha un large sourire.
    Je pense à toi, à nous. Je t aime. A ce soir. Signé Alex

    Isabelle était ravie à l idée qu Alexandre puisse lui écrire un petit mot et le finir par un Je t aime . C était la première fois qu elle voyait ces mots destiner pour elle.
    Elle sentit l aube d un amour nouveau, plus ouvert, moins tabou et sincère. Après tout, n était ce pas cela la vie à deux. Savoir s accepter, s écouter. Ne pas avoir de peur de faire part de ses désirs. Ne pas se sentir juger constamment.

    Vers midi, Isabelle marchait Rue de la chaussée d Antin parmi la foule de touristes et d employés de bureaux. Elle avait repéré une petite enseigne d esthétique dans une rue perpendiculaire, une rue beaucoup moins fréquentée.

    Elle entra dans le salon et parlementa avec la femme.
    Pas de problème, installez vous dans cette pièce, Karine va s occuper de vous .
    Isabelle ôta son imperméable et s installa pour une épilation des jambes, des aiselles et des cils.
    Karine, l esthéticienne s activait autour d Isabelle.
    A la vue du maillot qui laissait apparaître quelques poils s échapper de l échancrure de sa culotte, Karine proposa de faire le maillot. Isabelle acquiesça.
    Les deux femmes papotaient de choses et d autres.
    D ailleurs, la mode est à l épilation totale depuis quelque temps .
    Ah bon. Cela ne fait pas mal .
    Non, c est supportable. D ailleurs je m épile totalement depuis. Les hommes semble adorer cela, tout du moins, mon mari est ravi. finit elle en souriant.
    Isabelle réfléchit un instant et demanda Ce n est pas trop long pour une épilation totale ? Avant que Karine réponde. J ai bien envie d essayer, vous pouvez faire cela maintenant ?
    Je vais voir car je ne sais si d autres rendez vous sont prévus.
    Karine sortit de la pièce et alla consulter le carnet de rendez vous.
    Ca marche fit elle en revenant vers Isabelle.
    Karine termina les aisselles.

    Vous pouvez ôter votre culotte, on va commencer.
    Isabelle s exécuta et offrit son sexe à la vue de Karine.
    Au bout d une demi heure, l épilation était terminée.
    Vous voilà toute lisse ! . Vous verrez, cela procure des sensations qui ne sont pas du tout désagréables .

    Isabelle se redressa et observa son sexe qui était devenu parfaitement lisse. L épilation totale laissaient apparaître ses grandes lèvres qui semblaient plus proéminentes, presque disproportionnées par rapport à son clitoris qui surplombait son sillon.
    Isabelle écarta un peu les jambes, tira sur la peau pour contempler son sexe dans les moindres replis. Le travail était parfait. La vue de son sexe excita ses pensées.
    Attendez, je vais vous passer un peu de crème pour estomper le feu de l épilation .
    Isabelle s allongea. Karine déposa une noix de crème sur le pubis ce qui déclencha un sursaut.
    Oups, désolé, c est un peu froid dit Karine.
    Ca va dit Isabelle en décontractant ses fesses.

    Karine entama un léger massage en étalant la crème apaisante sur le sexe lisse d Isabelle.
    C était bien la première fois qu elle se trouvait dans une telle situation.
    Isabelle, les jambes écartées, se faire masser son sexe lisse.
    Sans aucune explication, Isabelle sentit la chaleur envahir son ventre. Elle prit peur que son émoi soit découvert par Karine.
    Ouf fit elle intérieurement elle a terminé son massage .
    Karine alla chercher quelque chose derrière puis revint vers la table.
    Alors qu Isabelle se relevait.
    Attendez, j ai senti quelques poils en appliquant la crème. Je vais les ôter. Il y en a pour deux secondes.

    Isabelle se rallongea à nouveau. Son cur s emballa à l idée que Karine puisse découvrir son excitation qui montait inexorablement.
    Karine posa sa main sur les grandes lèvres pour retenir la peau et ôta quelques poils.
    Au bout du cinquième poil, l excitation d Isabelle étant telle que le bout des doigts de Karine entrèrent un peu dans le sexe trempée d Isabelle.
    Ni Isabelle et Karine ne pipèrent mot.

    Voilà, c est terminé, je ne vous embête plus, vous pouvez vous rhabiller
    Isabelle se releva et remis chacun de ses vêtements. Le contact de sa culotte sur sa peau était une sensation nouvelle. Cependant, le feu de l épilation était encore trop présent pour profiter pleinement du plaisir que cela pouvait procurer.

    Doucelea, je te laisse le choix de la suitedis moi ce que tu préfères....

  • Ca sent



    "presque " du vecu...
    donc un bravo!

    nalar

    Commentaire


    • Là, je reste sur ma faim.....



      Frustrée même !

      Mais mon cher ecritou, ta proposition est tentante....
      A très bientôt, pour la suite !

      BISES de Léa

      Commentaire

      Publicité

      Forum-Archive: 2007-01

      publicité

      Chargement...
      X