publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Juste un rêve

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Juste un rêve



    J'ai rêver de toi cette nuit.
    Tu étais belle comme la mer, resplendissante comme le soleil.
    Nous étions tout les deux sur une sorte d'île déserte. Au début, allongé sur la plage nous laissions nos corps (nus? je ne me souviens plus, mais probablement en maillot) au soleil. A tour de rôle, nous nous passions de la crème solaire d'une manière très sensuelle, la douceur de tes mains parcourant chaque partie de mon corps me donnais la chair de poule (j'en frissonne encore). Puis ce fut à mon tour de laisser s'évader mes mains sur ton corps si beau, si doux. J'ai commencé par tes épaules, mes pouces formait des mouvements circulaires sur tes omoplates. Puis, tout doucement, mes mains glissèrent vers ta nuque. Quelques instants plus tard, mes mains suivaient la trajectoire dictée par ta colonne vertébrale. Une fois en bas de cette dernière, j'ai entamé la remontée pour, à nouveau, pouvoir la redescendre et me laisser aller. A chaque vertèbre, mes mains s'écartaient le long de tes cotes pour revenir aussi doucement qu'elles étaient parties. Me voici au niveau de ta chute de rein. Je te masse délicatement les hanches, je t'embrasse sensuellement dans le cou, dans le même temps, je prends la crème solaire. Je laisse s'écouler quelques gouttes sur tes si jolies fesses, tu frissonnes... Je masses ces deux petites dunes si chaudes jusqu'à disparition du voile blanc dû à la crème. Ensuite, je prolonge le massage sur tes cuisses. Tiens un bisou vient d'atterrir sur une de tes fesses... Après les cuisses, tes mollets, là encore ta peau est si douce que mes caresses sont aussi plaisante pour toi que pour moi. Enfin tes mignons petits petons. Je m'arrêtes quelques instants à te regarder, là, allonger devant moi. L'espace d'un instant, qui me semble durer une éternité, je te contemple croyant rêver devant cette si belle sculpture. Tu te retournes, avec un sourire complice, tu m'invites à continuer. Je ne me fais pas prier, je me mords la lèvre pour être sûr que je ne rêve pas, puis je reprends la crème. Après un instant d'égarement, certainement dû au fait de te voir étendue (sur le dos) devant moi, je commence à t'enduire le haut du corps. Mes mains longent les bords de ton haut (l'envie de toi atteint son paroxysme mais j'essaie de me contrôler), tu souris une fois de plus. Ce sourire me transporte encore plus haut que je l'étais déjà... Je me calme intérieurement, puis je continue avec ton ventre. D'abord je lui fait mille et un petits bisous, puis mes lèvres cèdent leur place à mes mains. Ces dernières, glissent doucement le long de bas de maillot, un baisers ou deux sont déposés au coin de ton entre-jambes. Je sens ton ventre se tordre légèrement. J'essaie de résister mais mes lèvres n'en font qu'à leur tête... Elles glissent si délicieusement le long de tes cuisses que je ferme pour profiter au maximum de cette partie de ton corps. Mais l'envie de faire qu'un avec toi est la plus forte. Je fais glisser légèrement ton bas sur la droite pour découvrir ton intimité. Ma bouche se rapproche, je sens une nouvelle fois ton ventre qui se tord cette fois-ci accompagné de battements de coeur de plus en plus rapide. Elle se rapproche jusqu'à effleurer tes lèvres... Ma bouche s'ouvre tout doucement. Ma langue ayant une envie incontrôlable de te goûter glisse sur tes lèvres si chaudes et humides... Je... Je n'en peux plus... Mon coeur tambourine mes cotes. Ma langue entre en toi... Là mon cur explose ma langue entre et sort de se coffre chaud et humide, le trésor est à quelques lapées de toi. Je reprends le contrôle d'un coup je retire ma langue de ce lieu si bon, si chaud. Mon collier de tendres bisous reprend. Mes mains glissent doucement le long de tes jambes si douces, elles accompagnent ma bouche qui descend inexorablement. Une fois à tes pieds je relève la tête. Un sourire coquin et complice illumine mon visage, toi, ton regard en dis long d'un côté la part du désir qui brûle en toi se jette sur moi, de l'autre il fusille du regard car je me suis arrêté alors que j'étais si près du but... Ma tête se tourne alors vers ton autre jambe et je réitère tout les bisous et caresses que j'ai pu faire à l'autre... De retour près de ton intimité ton désire se fait plus présent encore que quelques minutes avant. Je sens ton bassin vouloir guider ma tête. Je me laisse faire... Mes mains glisse sur ton ventre pour entourer doucement tes seins puis je commence à "jouer" avec... Pendant ce temps ma langue ressort de ma bouche pour te goûter à nouveau. D'abord, elle joue avec tes lèvres puis elle se mets à danser avec ton clitoris. Je ressens des ti mouvements de bassins qui me montre une très forte excitation de ta part, mais je résiste à cet "appel" et continue mon "jeu" avec ton corps. (Je veux le faire craquer, s'effondrer dans un plaisir si intense que son souvenirs te hanteras tout ta vie.) Ce jeu se prolonge quelques instants, jusqu'au moment où tu me dis "Je te veux". Je suis surpris, je te regardes, excité et plus amoureux que jamais. Tu me regardes. Ton regard me dévore sur place. Tu te lèves, me prend la main et te dirige vers notre habitation de bambou et de feuilles de palmier. En te suivant, mon imagination tourne à plein régime. Mais voilà pas le temps de réfléchir plus. Nous passons à peine la porte que je te plaque contre le mur. Je t'embrasse à pleine bouche sauvagement. Enfin l'envie qui brûle en moi sort, s'exprime par des gestes sec, plein de désir. Ton bas de maillot sévanouit, tu me stoppes. Tu enlèves délicatement mon boxer en me donnant quelques bisous au fur et à mesure que le boxer descend. Je deviens fou, j'essaie de faire en sorte que tu te relève mais rien n'y fait (tu veux me faire payer mon jeu). Doucement tu embrasses mon pénis, puis les baisers se font de plus en plus appuyés. Ta bouche s'ouvre... Puis descend sur ma verge, dans un élan d'excitation ma tête se lève au ciel, je sens mes jambes flageoler. Je pose mes mains sur tes cheveux. Tu joues avec moi, quelques instants de plus passent, tu accélères le rythme... Je me sens partir. Je te stoppe et te fais comprendre par un regard complice que je n'ai jamais autant voulu une femme. Ton regard est brûlant. tu te relèves, te retournes dos à moi. Je me colle contre toi. Tu sens mon sexe entre tes fesses. Je t'embrasses dans le cou et je pénètre en toi. A ce moment précis, j'ai l'impression de décoller, que je ne suis plus sur Terre. Que le ciel est à portée de main. Mes dents te mordent (doucement) le cou et je te prends sauvagement. Puis, d'une main, tu me pousses le bassin. Je me retire de toi. Tu t'en vas sur le premier "meuble" à porté. C'est le lit. Tu t'y allonges. Je te suis, monte sur toi et te prends plus doucement. Chaque aller-retour me provoque des frissons qui parcourent tout mon corps. Les yeux dans les yeux nous continuons ce jeu quelques instants (le temps semble comme s'arrêter). Tu me retournes et monte sur moi. La chevauchée devient vive, brutale, je ne sens plus mes jambes. Mes mains parcours chaque courbe de ton buste. Tu es si belle. C'est à mon tour de te repousser. Je te dis que j'aimerais te prendre sur la table à quelques pas de là. Tu t'y diriges sensuellement. Je te rattrape. Mes mains agrippent tes bras, je te plaque dos au mur. Je t'embrasse délicatement. Celà à l'air de t'étonner mais d'un coup tu me sens en toi. Je lis une nouvelle surprise dans ton regard (tes yeux sont ouvert si grand). Je te prends doucement puis la douceur laisse une nouvelle fois place à la bestialité de notre envie. Notre regard n'a pas bougé une seule seconde. Nous communions. Je me sens partir, mon coeur s'emballe encore plus, je sens la sève chaude sortir de moi, dans de terribles soubresauts, pour venir en toi. Je t'embrasse alors amoureusement ma main au niveau de ta nuque. Nous nous regardons une dernière fois dans les yeux. (Tu sais ce regard qui mêle un "Ce moment a été magique", "je t'aime" et "tu es la femme de ma vie"). Nous nous collons l'un contre l'autre en espérant arrêter le temps pour que le plaisir qui est en nous dure pour toujours... Fin.

  • Wouaou



    jai adoré!!! mdr bon ben jai plu ka partir en vacance moi !! hihi

    Commentaire


    • Wouaou
      msg



      Merci.

      Bonne vacances

      Commentaire


      • Trop tard !!



        hé oui elle son deja passer !!! lol

        Commentaire


        • Trop tard !!
          Dommage



          J'espère qu'elles ont été bonnes alors

          Commentaire






          • oui elles était pas trop mal ... hihi

            Commentaire

            Publicité

            Forum-Archive: 2011-072011-092011-10

            publicité

            Chargement...
            X