publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Devons nous encore avoir espoir de garder notre enfant?

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Devons nous encore avoir espoir de garder notre enfant?



    Bonjour à toutes et à tous,

    Je me permets dintervenir sur ce forum pour vous faire part du vécu de mes premiers mois de grossesse et des difficultés auxquelles mon ami et moi-même sommes confrontés aujourdhui.
    Après avoir pris la pilule pendant 10 ans, nous avons décidé que ce serait le bon moment pour avoir un enfant nous avons donc démarrer cette aventure en début dannée 2008. Après 3 mois, je suis tombée enceinte, soit au début du mois davril 2008 et exactement 20 jours avant mon anniversaire. Mon médecin traitant ma dit à ce sujet que je devais être faite pour avoir des enfants ce qui ma plutôt réjouiecest en effet assez compliqué autour de nous pour des amis davoir des enfants que nous étions assez surpris que cela marche aussi vite. Rdv pris avec une gynécologue obstétricienne de lhôpital le plus proche de chez nous et première écho le 24 mai dernier. La gynécologue na pas été très bavarde et nous non plus dailleurs car nous ne savions pas trop quoi poser comme questionsnous avions cependant le certitude quil ny avait quun bébé dans mon utérus (nous avions la crainte de démarrer avec des jumeaux car il y en a eu dans nos familles respectives). Elles nous remets un ensemble de documents à lissue de la consultation et me demande de rappeler le secrétariat pour caler lensemble des rendez vous a venirjuste une précision, jai éclaté de rire pendant toute léchographiepar émotion je suppose et parce que je pouvais voir concrètement quil y a avait bien la vie dans mon ventrece qui navait pas forcément plu à la praticienne qui ne pouvait pas faire ses mesures correctement. En épluchant les documents remis, je me suis rendue compte que la longueur cranio caudale de mon enfant était légèrement inférieure à la courbe minimumet jen suis restée là en attendant de pouvoir refaire le point. Nous annonçons la bonne nouvelle à tous nos proches et partons en vacances. A notre retour, jeffectue la fameuse prise de sang pour lHT 21. Une dizaine de jours plus tard, je recontacte lhôpital pour savoir sil est nécessaire que les résultats me soient commentés avant de revoir ma gynécologue 3 semaines plus tard. On me fait rencontrer la semaine suivant mon coup de fil un confrère de ma gynécologue, celle-ci ne pouvant me recevoirce dernier mannonce que faisant partie de la population détectée à risque (1/100 au lieu de 1 / 250) il serait préférable de pratiquer une amniocentèse histoire décarter le doute et que cette intervention aura lieu 8 jours plus tard à lhôpital par ma gynécologuelà je fonds en larmescar au-delà des résultats qui pourraient en ressortir, cest la perspective de lintervention que je ne connais que de nom qui meffraieen sachant quil y a toujours un risque associé de fausse couche même sil est minime. Le praticien me rassure en me disant au moins vous aurez la certitude de savoir sil y a une anomalie contrairement à dautres femmes enceintes qui seront passées au travers de ce test lautre bonne nouvelle étant quil ny aurait quune chance sur 100 pour quil y ait un problème dordre chromosomique . Dans un premier temps, jaurai souhaité que lintervention puisse se faire dès le lendemain et finalement avec du recul je me rends compte que ce délai ma permis de morganiser au niveau du travail mais aussi de relativiser lintervention, me documenter et de me préparer sereinement pour le jour j. Ce mardi, mon ami ma déposée à lhôpital pour lintervention pour laquelle jai été hospitalisée jusquen début daprès midi. Je suis arrivée sur place détendue (même si javais une tension de 14, 6) avec lidée que tout allait bien se passerjai même blagué avec le personnel soignant. Lintervention en elle-même na durée quune vingtaine de minutes et réalisée par ma gynécologue et une sage femmeces dernières, ainsi que le personnel soignant de lhôpital ont été très gentilles avec moi pendant toute la durée de lhospitalisation. Jai pu voir une nouvelle fois mon bébé à léchographie alors que ma gynécologue faisait de nouveau des mesures et que par la suite elle pratiquait le prélèvement de liquide amniotique.
    Je suis ensuite retournée dans ma chambre en attendant que mes parents qui devaient déjeuner avec moi à lhôpital arrivent. On mavait informé que la sage femme devait repasser me voir afin de me faire une injection pour le facteur rhésus pour éviter une incompatibilité sanguine avec mon bébé suite à lintervention et avant mon départ de lhôpital. Cette dernière sest finalement présenté dans ma chambre après le déjeuner avec la gynécologue et ont demandé à mes parents de bien vouloir sortir quelques instantsdans ma tête, les choses commençaient à se bousculer Comment allez vous depuis tout à lheure ? .la gynécologue finit par me dire quelle a remarqué des anomalies a léchographieen effet, la longueur cranio caudale est toujours inférieure à la moyenne basse (ce qui avait déjà été observé un mois plus tôt lors de la première écho), de plus, elle constate un kyste au niveau du cerveau quelle a pu distinguer plus facilement car le bébé a grandi depuis la dernière foiscest un bébé qui a 18 sa et 8 j ne fait que 8,5 cm au lieu de 11un petit gabarit qui de part ce qui est constaté à lécho pourrait confirmer quil sagisse dun enfant atteint dune trisomie. La gynécologue ne sest pas prononcée en ce sens car daprès elle, les choses peuvent évoluer et les résultats définitifs de lamniocentèse pourront ou non confirmer cette théorie. Je suis restée très calme, posant les questions qui me venaient à lesprit comme essentielles pour comprendre ce que cela pouvait engendrer. Elle ma par ailleurs rassurée en me disant que dautres signes distinctifs dune anomalie chromosomique nétaient pas présentsCes données transmises, nous avons convenu de nous revoir très rapidement pour programmer de nouvelles échos et surveiller ce kysteen attendant les résultats du caryotype. Mes parents mont ensuite rejointmais je nai pas eu la force de leur dire ce que je venais dapprendre car je ne voulais pas partager cette douleur avec eux sans avoir des résultats définitifs comme si un espoir pouvait exister. De retour chez moi laprès midi, jai fondu en larmes me demandant pourquoi cela nous arrivait et nayant plus beaucoup despoir quand à lissue de cette grossesseaujourdhui, jaimerai que les résultats révèlent une anomalie chromosomique car la décision serait moins dure pour nous a prendre de devoir se séparer de cet enfantcar si les test sont négatifs, que le kyste ne disparaît pas et au vue des éléments concernant la taille et le crâne jai peur de mettre au monde un enfant déficient mais sans avoir de certitudes en la matière pour autant aujourdhui. Notre positionnement va peut être paraître choquant pour certains dentres vousDune autre côté je suis soulagée davoir connaissance de tous ces éléments aujourdhui car je me rends compte que bon nombre dentre vous nont pas eu la chance de pouvoir avoir le choix de poursuivre ou pas une grossesse de ce type. Malgré tout, ce nest pas comme cela que jenvisageais ma grossesse et appréhende les semaines à venir en me demandant comment nous allons pouvoir nous reconstruire après de telles épreuves et notamment peut être celles a venirdes personnes ont-elles étés confrontées aux mêmes résultats que nous et comment votre situation à telle évoluée ? Aujourdhui nous avons surtout besoin de réconfort dans cette période de notre viemerci pour vos témoignages.

    Nadège

  • Même avis que toi



    Bonjour Nadège,

    Je suis tombée enceinte il y a de ça 8 ans (j'avais à l'époque 18 ans) car le préservatif de mon compagnon s'était fissuré. Je ne le savais pas (je m'en doutais mais n'avais pas fait de test) jusqu'à ce que le bébé soit tombé seul au bout de 2 mois. Je n'ai pas consulté de médecin mais j'étais persuadé que si ça s'est fait, c'est que la nature l'avait voulu ainsi. Même jeunes, mon mari et moi (aujourd'hui nous sommes toujours ensemble et mariés!) étions très tristes, mais pour autant ça nous a pas décourager d'essayer dans le futur.
    Aujourd'hui, j'ai 26 ans et je suis enceinte de 8 mois et demi. Si on m'avait dit que mon bébé présentait une anomalie, nous ne nous serions pas posés deux fois la question, nous aurions arrêté la grossesse. Pourquoi? car je connais des personnes autour de mois atteintes de trisomie par exemple et malgré le fait qu'ils ne paraissent pas malheureux, ils le sont réellement au fond. Ils m'expliquent qu'est-ce que c'est d'endurer les moqueries et les regards des autres dans la rue, car ils ont consciences qu'ils sont différents. Même regarder un film est insupportable: ils savent qu'ils ne pourront pas ou difficilement faire une vie aussi simple que de faire des études longues, avoir un travail qui leur plait et fonder une famille. Nous ne voulons pas de cette vie pour nos enfants.
    Pour bien vivre ta décision je pense que vous devez être en accord toi et ton chéri, c'est vraiment dans ces moments là qu'il faut s'assurer que vous partagez le même point de vu afin que ça puisse vous permettre de bien continuer, sinon gare aux reproches. Moi je veux encore pleins de bébés, si je ne pouvais pas garder ma petite fille, j'essaierai encore et encore.

    Courage à vous deux et ne laisser pas tomber, si ce n'est pas pour aujourd'hui, ça sera pour demain, il faut simplement le vouloir très fort.

    Bizz

    Commentaire

    Publicité

    Forum-Archive: 2008-082008-10

    publicité

    Chargement...
    X