publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

J'ai écrit suite au décès d'un de mes jumeaux

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • J'ai écrit suite au décès d'un de mes jumeaux



    Bonjour à toutes,

    Je m'appelle Nathalie, j'ai 26 ans et je suis maman de jumeaux, Pierre et Sarah. Mon fils est décédé in utero à 20 SA en 2006. Hospitalisée pour menace d'accouchement prématuré, j'ai mis au monde mes deux enfants à 30 SA.

    Mon cheminement du deuil de mon petit garçon Pierre m'a amené à réaliser un travail d'écriture qui est devenu un livre.

    Mon souhait est de mieux faire reconnaître la difficulté du deuil périnatal et plus particulièrement celui d'un jumeau.

    Je désire partager avec vous ce livre, dans lequel de nombreux parents endeuillés et des jumeaux esseulés témoignent de la complexité de ce deuil.

    Ne souhaitant pas faire de l'argent sur le décès de mon fils, le livre est vendu à prix coûtant (exclusivement sur le site Lulu.com) et son téléchargement en format PDF est gratuit. Voici le lien pour y accéder http://www.lulu.com/content/4225280


    Nathalie Z, L'un sans l'autre

    Ci-dessous une description du livre.

    Deux bébés ! Je portais en moi deux bébés ! Nous attendions avec un bonheur intense des jumeaux, nos premiers enfants. Quelle joie ! Deux petites vies si précieuses ! Deux enfants à aimer ! Mon coeur explosait d'amour pour mes petits bouts de choux.
    Le décès in utero de notre fils nous a plongé dans un abîme de désespoir. Rien n'est plus absurde, plus injuste que la mort de son enfant. Le deuil périnatal d'un jumeau est un deuil complexe puisque la vie et la mort se retrouvent liées dans un jeu insidieux de cache-cache. Les parents sont démunis et isolés face à de nombreuses problématiques. Ils sont soumis à des tâches psychologiquement opposées. Comment gérer la dualité des sentiments ? Doit-on se focaliser sur le jumeau vivant ? Faut-il cacher l'existence du jumeau décédé ? Quelles sont les conséquences de la mort d'un jumeau sur le jumeau esseulé ? Quel comportement adopter ?
    La mort au lieu de la vie dérange la société qui préfère étouffer, oublier l'existence de ces bébés. Les parents sont confrontés au mur du silence entourant le décès de leur enfant. Le bébé décédé doit-il figurer dans l'histoire familiale ? Quelles conséquences sur la fratrie à venir ? Quels rituels peut-on mettre en place ? Comment l'équipe médicale accompagne t-elle les familles endeuillées ? Comment gérer les réactions de l'entourage ? Que dire ? Quelles sont les conséquences transgénérationnelles des deuils non-faits ? Quelle place pour le papa ?
    Cet ouvrage tente d'éclairer des pistes de réflexion concernant ces problématiques.
    Reconnaître l'existence de ces tout-petits est nécessaire pour l'élaboration du processus de deuil.
    J'ai mis au monde mes deux bébés prématurément. La séparation brutale avec ma fille a été une épreuve. Comment gérer ce traumatisme ? Comment retrouver confiance en ses capacités de mère ?
    Ce livre a été rédigé à quatre mains puisque le père de mes enfants a pris la parole concernant le ressenti du papa, bien trop souvent oublié. Des parents ainsi que des jumeaux esseulés ont participé à mes réflexions sur la mort d'un tout-petit. Leurs témoignages poignants et émouvants vous bouleverseront. Ils nous font partager leurs doutes, leurs questionnements, leurs espoirs. Un grand merci à eux !
    À tous les parents de prématurés...
    À tous les jumeaux esseulés...
    À tous les parents qui ont perdu un bébé...

  • Bonjour




    moi c'est Audrey, j'ai 23ans
    j'ai 3 enfants un garcon de 3ans bientot, une petite fille de 7mois et mon fils qui est décédé 1 semaine avant la date prevu d'accouchement, qui est le jumeaux de fille.
    pour nous aussi ce n'est pas facile, on ne sait plus ou on est, je sais meme plus si j'existe moi meme, vous avez eu du courage de faire un livre, car ce n'est pas evident dans parler...
    ce n'est pas facile du tout, a ce concentré sur ces enfants,
    pour moi sa ne drevrait jamais arriver de perdre un enfant, ma mére aussi a perdu son jumeau, c'est horrible.
    il faut garder espoir, avec des moments trés difficiles et douloureux, surtout quand on a tout prevu, tout acheter....

    Commentaire


    • Moi aussi j'ai perdu la jumelle de mon fils



      Bonsoir,
      Moi aussi j'ai perdu la jumelle de mon fils, elle s'appelait Pauline, elle est née à 22 SA et a cessé de respirer dès que je l'ai mise au monde car trop petite 500g et trop prématurée. Mon fils lui est né à 28 SA donc un grand prématuré et il n'est rentré à la maison qu'au bout de deux mois.

      Cela a été très dur tout d'abord de perdre ma petite fille puis je me suis battue pour Nicolas, je suis restée hospitalisée jusqu'à sa naissance et quand il est né on me l'a pris tout de suite.

      J' y étais préparée car je savais que c'était pour son bien mais c'est très dur.

      Aujourd'hui Nicolas va avoir 11 ans, il est en bonne santé, c'est un amour de petit garçon mais je n'arrive pas à oublier Pauline, j'y pense chaque fois que Nicolas franchit un cap dans sa vie de petit garçon et je me dis qu'ils auraient du être deux mais là je me dis aussi que j'ai de la chance d'avoir Nico.

      je ne lui ai jamais caché la vérité et de temps en temps il m'en parle.

      J'ai également une petite fille de 6 ans, mais avant de tomber enceinte, je suis allée voir un psy car je n'avais pas fait le deuil de Pauline et j'avais peur par rapport à l'enfant venir, d'autant plus que c'est une fille.

      heureusement ces quelques consulttations chez la psy m'ont permis d'y voir clair
      en fait je suis la maman de trois enfants et Laura est mon troisième enfant, Pauline est mon ainée.

      en fait on oublie jamais la perte d'un enfant, simplement c'est un peu moins douloureux avec les années mais ma petite Pauline fera toujours partie de moi.

      Le plus dur c'est que les gens autour surtout la famille en font un sujet tabou et moi j'ai besoin d'en parler cela m'aide à moins en souffrir, elle restera toujours dans mon coeur.

      Commentaire

      Publicité

      Forum-Archive: 2009-012009-112010-11

      publicité

      Chargement...
      X