publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Mycose = parfois psychologique ??

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Mycose = parfois psychologique ??



    pensez vous que nous pouvons nous les déclencher, par le stress ou par l'angoisse d'en avoir une.
    car moi j'en ai sans cesse et une fois que je suis traitée j'ai tellement peur que ça récidive que parfois j'ai l'impression qu'elles reviennent pcq je suis focalisée par ça.

    je n'arrête pas de regarder avec un miroir si c'est rouge etc ....
    j'ai tout le tps mal , ça me brule à l'entrée du vagin et malgré les ovules médoc pour restitution de la flore ça n'y fait rien.
    donc je me demande même si le fait d'y penser tout le tps n'y fait pas ???

    merci pour vos témoignages, je n'ai vraiment pas le moral .......

    mamoun78

  • Alors
    Ah oui !! reponse a mone96



    mais qu'est ce que c'est exactement ?
    ce n'est pas une magnétiseur ???

    merci de ta réponse en tous cas,
    mamoun78

    Commentaire


    • Alors



      plutot que psychologique, et plutot que mycose

      ca peut etre dû au stress...


      et d'après certains gynécos, on a eu une mycose une fois, on en aura régulièrement...

      après ca peut être dû a la pilule, a du stress, a une allergie (lessive, tissu, ...).

      et plutot que mycose ca peut aussi etre des inflammations dues a des rhino mal soignées etc (ce que j'ai eu) et qui sont soignées comme des mycoses.

      Commentaire


      • Ah oui !! reponse a mone96
        Pas forcément!



        J'ai souffert de mycoses récidiventes pendant 3 ans avec des périodes plus ou moins calmes. Mais même lorsque je n'avais rien, je ressentais parfois une sensation de brûlure ou inconfort.
        A noel, j'ai fait une cystite avec un gonflement au niveau des lèvres et près du vagin qui ressemblait à une bonne grosse mycose. Je n'ai pas fait de prélèvement, le médecin m'a aussitôt donné des ovules etc. Mais depuis, ça ne part pas. J'ai pourtant fait des tests prouvant que la mycose et la cystite sont absentes mais malgré tout, la sensation de brûlure est bien là.

        Moi aussi, j'ai fini par croire que tout était dans ma tête. Que la peur, l'angoisse de récidiver provoquait ces douleurs et même ces récidives. Puis hier j'ai enfin trouvé ce que j'avais. J'ai enfin compris que tout ça n'était pas dans ma tête mais bien les conséquences d'une maladie souvent mal diagnostiquée par les médecins et pourtant bien existente. Il s'agit de la Vulvodynie. (irritation de la vulve)
        J'ai fait de nombreuses recherches depuis sur le net. Voici ce que j'ai trouvé:

        "La vulvodynie est définie comme un inconfort vulvaire chronique, sans lésion visible pertinente. Linconfort est le plus souvent une brûlure, plus rarement une autre sensation (élancement, pincement, tiraillement, etc.). Cet inconfort est diffus ou localisé (hémi-vulve, vestibule, clitoris, méat urétral). Il est chronique, parfois émaillé de rémissions. Aussi la durée des vulvodynies se compte-t-elle en mois ou années. Un événement traumatisant est souvent noté au début de la maladie : il sagit tantôt dun événement de vie (deuil, divorce, chomage, infidélité du conjoint, etc.), tantôt dun événement affectant la région uro-génitale (hystérectomie, traitement dune infertilité, accouchement compliqué, infection urinaire, candidose, herpès, etc.)."
        "..."
        "La classification des vulvodynies fait lobjet de controverses. En pratique, il est utile de les diviser en trois catégories :

        les vulvodynies spontanées sont caractérisées par un inconfort présent en dehors de tout contact local ;

        les vulvodynies au contact concernent des femmes plus jeunes qui consultent pour une dyspareunie orificielle. Le vestibule est douloureux non seulement au cours des rapports sexuels, mais aussi lors de tout autre contact (port de vêtement serré, mise en place de tampons hygiéniques). Cette douleur est reproduite lors de lexamen clinique (test au coton-tige) ;

        les vulvodynies mixtes associent inconfort spontané et de contact."
        "..."
        "Le retentissement commun à toutes les douleurs chroniques sans étiologie organique peut comporter :

        une anxiété due à la résistance de linconfort aux différents traitements proprosés, à la perplexité des médecins consultés, à labsence de cause, à la crainte que la douleur ne soit due à une maladie grave qui naurait pas été identifiée ;

        une dépression due à la résistance de linconfort aux traitements proposés et à limpossibilité de prévoir la durée de la maladie.

        Le retentissement spécifique aux douleurs chroniques de la vulve comprend :

        pour lesv ulvodynies spontanées et au contact :

        la crainte davoir contracté une maladie sexuellement transmissible ;

        la sensation dêtre sale ;

        le sentiment de perte de la féminité ;

        la honte en raison de la localisation vulvaire des symptômes ;

        pour les vulvodynie au contact :

        lévitement des rapports sexuels ;

        lévitement de certaines activités de loisir : bicyclette, équitation, piscine ;

        les restrictions vestimentaires ;

        la réduction de la libido ;

        la crainte de perdre le partenaire en raison de lespacement voire de labsence de rapports sexuels ;

        le vaginisme (contraction involontaire des muscles périnéaux lors de toute tentative dintromission) ;

        le défaut de lubrification."

        Voilà en gros quelques points pouvant vous aider à savoir si vous souffrez vous aussi de Vulvodynie.

        Solar00



        Commentaire


        • Pas forcément!
          Solutions ?



          Merci de toutes ces informations ! =)
          Il y a des solutions à ce problème ?
          Ou comme cela est sans doute psycologique ca part avec le temps ?

          Commentaire


          • Solutions ?
            En fait...



            Peu de solutions, hélas. Je te conseille d'aller voir un dermato spécialisé dans les problèmes de la vulve. Il y en a sur Paris.

            Je rajouterai ceci, provenant du même article que le précédent:
            "La vulvodynie ne reconnaît actuellement aucune étiologie organique, mais lon ne saurait affirmer pour autant que sa cause est psychologique . La dimension psychologique de cet inconfort chronique doit néanmoins être prise en compte.

            Comme pour toute douleur chronique, une approche multifactorielle du problème est nécessaire (gynécologique, dermatologique, psychologique, sexuelle)."

            En gros, ça demande un long et douloureux effort avant de s'en tirer.. ça peut prendre des années. -__-


            Commentaire


            • En fait...
              C'est quand même l'angoisse



              après des heure de lecture sur le sujet (mycose à répétition), je viens de tomber sur ton post, Merci d'avoir partager cela. C'est vraiment pas évident, surtout quand le diagnostique du médecin généraliste et du gynéco sont nul alors que les sensation et la rougeur est bien présente.
              Merci
              Avec l'espoir que chacune trouve la solution à son problème.

              Commentaire

              Publicité

              Forum-Archive: 2007-012007-022011-08

              publicité

              Chargement...
              X