publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Mycoses et cystites à répétition...

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Mycoses et cystites à répétition...



    Bonjour,

    Je souhaitais faire part de mon expérience personnelle. Cela fait 20 ans que j'ai tendance à faire des mycoses et des infections urinaires suite aux relations sexuelles ou juste parce-que mon maillot de bain a séché sur moi ou encore parce que j'ai fait du VTT... Du moins je le pensais.

    J'ai vu une collection de généralistes et grands pontes gynécologues, fait tous les examens (frottis, analyses de sang, échographies...) et suis jusqu'à ce jour restée sans réponse valable, laissée à ma propre auto-médication et aux forums sur Internet.

    Aujourd'hui, à l'occasion d'un déménagement, je suis allée consulter un simple généraliste de quartier qui en écoutant les symptômes, a diagnostiqué en moins de 1 minute, un herpès génital (confirmé par test sanguin à l'instar du VIH).

    Description pour toutes celles qui sont concernées : ça commence par un échauffement pendant les rapports sexuels, écoulement vaginal discret transparent et inodore comme de l'eau acide ou brulant : ça picote, ça démange voire ça brûle.

    Ca a tendance à entrainer des mycoses de tous poils (ce qui brouille les pistes pour les gynécologues) et des infections urinaires.

    Tous les 6 voire tous les 1 mois, c'est chronique, on ne peut jamais faire de folies de son corps sans le payer très cher.

    Si vous êtes dans ce cas, un test sanguin à la recherche du germe de l'herpès (2 germes herpétiques différents) suffit pour être fixé.

    Au quotidien lorsqu'on sait se soigner (1 zélitrex/j pendant 6 mois, puis 2 à 3 zélitrex en cas de symptômes de crise), ce n'est rien : fini mycoses, cystites, probiotiques et hygiène intime ultra compliquée.

    Par contre, lorsqu'on est enceinte il faut être sûre qu'on est pas porteuse de ce virus (MST), les femme herpétiques accouche systématiquement par césarienne pour éviter de grave complications pour l'enfant à naître. En contact avec l'oeil, l'herpès peut provoquer la cécité.

    Etonnant que ce virus ne soit pas plus souvent dépisté, surtout à la lecture de ce forum où tant de femmes se débattent avec ce type de problèmes qui génère beaucoup de souffrance et d'incompréhension au sein du couple. Surtout lorsqu'on connaît les risques en cas d'accouchement.

    J'espère que ce message sera lu et rendra service à de nombreuses femmes : ne rentrez pas dans l'engrenage marketing des produits vendus en pharmacie et ne restez pas dans l'expectative, beaucoup de médecins et spécialistes empochent leur prestation sans conscience professionnelle, on est obligé de le constater.

    Mamasso

  • Re: Mycoses et cystites à répétition...

    Quelques nuances et corrections...

    "Ca a tendance à entrainer des mycoses de tous poils (ce qui brouille les pistes pour les gynécologues) et des infections urinaires."

    Si les crises d'herpès génital sont souvent confondues avec des mycoses génitales et des infections urinaires c'est parce que les signes de crise d'herpès (brûlures intimes et lorsque l'on urine notamment) peuvent être similaires à première vue avec des infections urinaires et des mycoses génitales si l'on ne fait ni prélèvement vaginal ni ECBU. Ce n'est pas parce que la crise d'herpès en elle-même entraîne des mycoses ou des infections urinaires.

    Les infections urinaires sont en général liées au passage d'une bactérie issue des intestins (le plus souvent E.coli) au niveau du méat urinaire, puis de l'urètre et qui se multiplie dans la vessie. Ce passage est lui-même favorisé par le fait de ne pas assez boire, de se retenir d'uriner, de ne pas bien vider sa vessie, lors des rapports sexuels si l'on ne va pas uriner après, si l'on s'essuie dans le mauvais sens aux toilettes...

    Les mycoses sont liées à la prolifération excessive d'un champignon normalement présent au niveau des muqueuses génitales. Ce champignon prolifère à cause d'une flore déséquilibrée, ce déséquilibre étant lié à la fatigue, la prise d'antibios, certaines variations hormonales...

    "Tous les 6 voire tous les 1 mois, c'est chronique,"

    Même si le virus responsable de l'herpès génital ne disparaît pas de l'organisme, cela ne veut pas dire pour autant que tout le monde fera des crises tous les 6 mois voire tous les mois. Certains n'auront qu'une crise dans toute leur vie!

    "Si vous êtes dans ce cas, un test sanguin à la recherche du germe de l'herpès"

    La prise de sang recherche des anticorps contre le virus de l'herpès et pas le virus lui-même. D'ailleurs la technique de choix pour rechercher le virus de l'herpès est de prélever directement au niveau des vésicules lors d'une crise. La prise de sang n'a des indications que très limitées.

    "les femme herpétiques accouche systématiquement par césarienne"

    Absolument pas systématiquement. Tout dépend si la femme fait une première crise d'herpès pendant la grossesse ou si c'est une récidive, tout dépend quand interviennent la crise ou la récidive par rapport à la date d'accouchement, tout dépend si la crise a été traitée ou pas... La césarienne n'est pas du tout systématique en cas de portage du virus de l'herpès.

    Etonnant que ce virus ne soit pas plus souvent dépisté

    En même temps 80% de la population serait porteuse du virus de l'herpès, donc bon... C'est juste que l'on ne le sait bien souvent pas du tout car on n'a jamais eu de crise (et la plupart des personnes sont porteuses du virus sans ne jamais avoir de crise), car les crises sont passées inaperçues, car les crises n'ont pas été identifiées comme telles.

    Et puis sachant que la technique de choix pour détecter le virus est de prélever directement sur les vésicules en cas de crise...

    C'est tout à ton honneur de venir témoigner sur l'herpès génital qui est encore mal connu du grand public mais attention aux infos que l'on donne.

    Bon courage dans tes démarches!

    Commentaire


    • Re: Mycoses et cystites à répétition...

      Réponse pour brunette...

      "En même temps 80% de la population serait porteuse du virus de l'herpès, donc bon... C'est juste que l'on ne le sait bien souvent pas du tout car on n'a jamais eu de crise (et la plupart des personnes sont porteuses du virus sans ne jamais avoir de crise), car les crises sont passées inaperçues, car les crises n'ont pas été identifiées comme telles."

      C'est bien le problème : lorsque 80 pour cent de la population est atteinte par le virus et qu'on le sait facilement assimilable aux mycoses et autres problèmes gynécologiques, la moindre des choses est de tenter de l'identifier afin de le traiter au lieu de renoncer complètement à le soigner. C'est vraiment dommage qu'une majorité de gynécologues raisonnent ainsi.

      Bien à toi.

      Commentaire


      • Re: Mycoses et cystites à répétition...

        Réponse pour brunette...
        Le souci

        c'est que le seul moyen de l'identifier est de faire un prélèvement local au niveau des vésicules ou des lésions récentes en période de crise, quand on a un doute diagnostique. Ce n'est pas forcément facile de le faire pour tout le monde.

        Les mycoses génitales sont parfois un diagnostic posé par excès... Ce n'est pas que les médecins ne veulent pas soigner les crises d'herpès, c'est juste qu'ils ne savent pas forcément tous les reconnaître, et ne prescrivent pas tous des examens complémentaires (prélèvement vaginal, prélèvement sur lésions, ECBU...) quand on a le genre de signes que tu as présenté, même quand c'est récurrent...

        Bon courage

        Commentaire


        • Re: Mycoses et cystites à répétition...

          Le souci
          Réponse le souci...

          Le rythme normal de visite chez une femme, en terme de visite de routine est d'environ un an un an et demi, les gynéco pratiquent souvent frottis, prélèvements, c'est totalement indolore, remboursé par la sécu et ça prend 5 minutes... Ca vaut le coup de tenter le dépistage.

          Je n'ai jamais rencontré le cas d'un traitement herpès, en l'absence du germe, ce serait plutôt le contraire qui se passe, de façon massive et ce serait au pire, une erreur inoffensive.

          C'est dommage parce que depuis j'ai transmis le virus, à mon insu à un certain nombre de partenaires, qui à leur tour l'ont transmis aux suivantes etc. j'ai également accouché de mes deux garçons sans savoir que j'étais herpétique et et... j'ai beaucoup souffert ainsi que mes relations de couple.

          Mais je te remercie de répondre à mes commentaires, c'est gentil aussi de me souhaiter bon courage mais à l'heure qu'il est ce serait plutôt "enjoy yourself" !! lol

          Thanks à mon nouveau doc', il sera surement mon nouveau médecin traitant

          Mamasso

          Commentaire


          • Re: Mycoses et cystites à répétition...

            Réponse le souci...
            Bonsoir

            "Le rythme normal de visite chez une femme, en terme de visite de routine est d'environ un an un an et demi, les gynéco pratiquent souvent frottis, prélèvements, c'est totalement indolore, remboursé par la sécu et ça prend 5 minutes... Ca vaut le coup de tenter le dépistage."

            Mais on ne peut PAS dépister... La prise de sang ne sert pas à grand chose voire à rien du tout dans le cadre du dépistage. Le prélèvement local ne peut se faire que sur des lésions fraîches (au mieux vésicules, sinon ulcérations) en cas de crises uniquement. Les prélèvements vaginaux et frottis de dépistage ne servent pas à dépister l'herpès.

            "Je n'ai jamais rencontré le cas d'un traitement herpès, en l'absence du germe, ce serait plutôt le contraire qui se passe, de façon massive et ce serait au pire, une erreur inoffensive."

            Une erreur inoffensive de traiter par excès une crise d'herpès avec des antiviraux? Non, vu les effets secondaires potentiels des antiviraux, mieux vaut les prescrire que si l'on suspecte vraiment une crise d'herpès. Après, je sais pertinemment que c'est une pathologie encore trop mal prise en charge, mais c'est un peu comme la balanite de l'homme que l'on prend bien souvent pour une mycose alors que là est loin d'être la seule cause de balanite possible... La médecine n'est pas parfaite, les médecins et autres soignants non plus non plus...

            C'est dommage parce que depuis j'ai transmis le virus, à mon insu à un certain nombre de partenaires, qui à leur tour l'ont transmis aux suivantes etc. j'ai également accouché de mes deux garçons sans savoir que j'étais herpétique et et... j'ai beaucoup souffert ainsi que mes relations de couple.

            Que tu aies souffert ça, je veux bien le comprendre... Après, il ne faut pas non plus dramatiser... Tes partenaires avaient déjà de grandes chances d'avoir ce virus et, mis à part t'abstenir à vie, je ne vois pas trop comment tu aurais pu les protéger à 100% de la transmission de ce virus par toi-même... On peut en effet transmettre ce virus à son partenaire en dehors des crises perceptibles, et c'est très facilement transmissible (un simple contact peau/peau ou muqueuse/muqueuse suffit).

            Pour les accouchements là encore, stop à la dramatisation. L'herpès néonatal est certes quelque chose de grave mais c'est RARE. En plus, les risques de transmission de ce virus à son enfant ne sont pas les mêmes selon que ce soit la première crise ou une récurrence, que l'on ait été traitée ou pas, du délai entre la crise et l'accouchement... Bref, l'herpès génital et la grossesse pour le coup, les gynécos' et les SF connaissent bien la pathologie. Quand il y a vraiment un risque on ne fait pas accoucher par voie basse et c'est tout. Si l'on fait accoucher par voie basse c'est que le risque de transmission du virus à l'enfant est bien plus faible que celui de la césarienne.

            Commentaire

            Publicité

            Forum-Archive: 2013-10

            publicité

            Chargement...
            X