publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Je suis en train de détruire mon couple

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Je suis en train de détruire mon couple



    Je suis avec mon copain depuis 10 mois et nous avons des rapports sexuels depuis 7 mois (j'étais vierge avant).

    Au niveau des préliminaires, c'est plutôt câlins, caresses, mordillements et doigts. Qu'il me mette 1 ou plusieurs doigts, c'est toujours la même chose : je ne prends pas tellement de plaisir, j'ai du mal à me décontracter et la sensation que je ressens est un peu désagréable (comme une envie d'aller au toilettes et une petite douleur).

    Pour nos rapports sexuels, c'est encore pire. Je me force pour lui faire plaisir. Par exemple, sur 5 jours nous allons faire seulement 1 seule fois lamour et ce rapport va être très bref parce que mon copain vient très rapidement et il a trop mal au sexe pour recommencer ensuite. Du coup, ce n'est jamais une partie de plaisir pour moi qui vois nos rapport comme une corvée. Je veux juste lui faire plaisir et donc je ne me concentre que sur son plaisir. Je prie à chaque fois pour qu'il éjacule au plus vite afin que je sois libérée de cette "corvée".

    C'est tout le temps la galère :
    - Je suis trop fatiguée pour avoir des rapports, la plupart du temps.
    - Je n'arrive pas à me laisser aller et à me concentrer sur mon plaisir.
    - Nous ne varions pas souvent les positions parce que je n'aime pas faire l'amour dans une position inconfortable.
    - Je n'ai jamais envie faire l'amour, c'est toujours mon copain qui me le demande (pourtant il m'attire physiquement) et il commence à s'inquiéter que je n'ai jamais envie donc je trouve des bonnes excuses à chaque fois.
    - La pénétration est désagréable, je ressens un soupçon de plaisir mais surtout de la douleur (surtout quand la pénétration est trop profonde) et pourtant mon vagin est souvent lubrifié naturellement.
    - Je m'ennuie lors de nos rapports (les va et vient c'est bof...)
    - Je ne suis pas endurante donc c'est presque toujours mon copain qui bouge quand on fait l'amour (moi je reste limite immobile parce que quand c'est moi qui fait les mouvements, je suis crevée en moins d'une minute parce que mes muscles fatiguent très vite).

    C'est donc pour toutes ces raisons que je n'éprouve aucun désir d'avoir des préliminaires ainsi que des rapports sexuels et que je n'y prend aucun ou peu de plaisir...

    :?: Si vous avez déjà connu cette situation, quelles solutions avez-vous trouvées pour y remédier et sauver votre couple ?

  • Conseil éclairé



    Madame, je vous conseille de consulter un médecin. Il peut y avoir une origine organique à votre soucis, comme par exemple un pincement du nerf pudendal. Ecartez d'abord les causes fonctionnelles avant de rechercher d'autres causes plus personnelles ou psychologiques.

    Commentaire


    • Conseil éclairé
      Etrange...



      J'avais été voir une gynécologue avant d'avoir des rapports et une autre juste après en avoir eu. Elles m'ont dit que tout allait bien... Mais qu'est-ce qu'un pincement du nerf pudendal au juste ?

      Commentaire


      • Etrange...
        Nerf pudendal



        C'est un nerf qui se ramifie en trois branches et qui commande toute la région qui va du clitoris à l'anus. Ce nerf suit un chemin compliqué entre les os du bassin et les muscles internes si bien qu'il arrive qu'il soit pincé chez certaines personnes. Celà provoque certains des symptômes que vous décrivez. Chez la femme : Désir sexuel très présent, lubrification importante, mais pénétration extrêmement désagréable. La sensation exprimée comme "une envie d'aller aux toilettes" est évoquée par les personnes atteintes de cette lésion. Autre symptôme, mais que vous n'évoquez pas, c'est l'état d'excitation fréquente, voire permanente, du clitoris, que la personne tente de calmer par la masturbation, mais celle-ci est insatisfaisante, voire désagréable elle aussi. Tout ceci est lié à une contraction fréquente, voire permanente, de certains muscles de la région commandée par le nerf. Le diagnostic de cette lésion se fait par la pose d'électrodes et l'enregistrement des réponses musculaires.
        Voilà en gros ce qui concerne ce nerf. Ceci dit, je ne suis pas docteur en médecine. Donc considérez celà simplement comme un exemple, une illustration, de symptômes proches de votres et qui ont une base organique. Je pense réellement que vous devriez consulter un médecin, parce qu'il n'est pas normal que vous vous plaigniez et que l'on vous réponde "tout va bien" sans pratiquer d'examen particulier et sans vous expliquer en quoi ce que vous éprouvez est "normal". Celà arrive, mais ça n'est pas bien. Insistez en décrivant le mieux possible tous les problèmes que vous rencontrez et jusqu'à ce que vous compreniez la réponse qui vous est faite. C'est vrotre droit en tant que patiente et le médecin est responsable de son diagnostic. De plus, il n'a pas le droit de passer à côté de quelque chose (obligation de moyens). Si possible, passez par une consultation hospitalière, car ils peuvent disposer plus aisément d'équipements et de spécialités complémentaires.

        Commentaire


        • Nerf pudendal
          Merci pour cette réponse très complète



          En effet, la pénétration est désagréable (et même les va et vient) et cette envie d'aller au toilettes est quasiment toujours présente. De plus, je me masturbe très fréquemment mais ce n'est pas du tout désagréable et j'en suis très satisfaite.

          Cela dit, le désir sexuel est trop absent (sauf quand je me masturbe) et je ne ressens pas cet "état d'excitation fréquente voire permanente du clitoris" que vous décrivez...

          Je ne pense donc pas que le nerf prudendal soit la raison de ce mal être.

          Mais vous avez raison, il faut que j'insiste plus sur le problèmes avec les médecins jusqu'à trouver une solution. La consultation hospitalière peut être une bonne alternative aux gynécologues (rdv trop rares) mais quel est le prix à payer ? Et peut-on s'y rendre dès qu'on le désire ?

          Commentaire


          • Merci pour cette réponse très complète
            Pour aller plus loin...



            En ce qui concerne les consultations hospitalières, les coûts et les rendez-vous sont les mêmes que chez un libéral. La disponibilité n'est pas meilleure, dans la mesure où il y a pénurie de ces spécialistes... Contactez le service hospitalier le plus proche et demandez s'il est possible d'obtenir un rendez-vous. Je sais également que certains médecins généralistes ont une spécialité gynécologie, ou au moins une bonne pratique de celle-ci (parce qu'il faut bien compenser la pénurie de spécialistes). N'hésitez donc pas à vous renseigner auprès des cabinets médicaux autour de chez vous.
            Ceci dit, il se peut aussi que vos troubles soient liés à votre fonctionnement et votre rythme personnel.
            Si la masturbation est pour vous agréable, fréquente et satisfaisante, c'est un bon point.
            Il se peut donc que l'incomfort de vos relations sexuelles avec votre partenaire puisse expliquer à lui seul votre absence de désir. Par exemple, s'il vous pénètre alors que vous ne vous sentez pas prête, ouverte, pour l'accueillir, celà peut provoquer douleurs et même, sous certains angles de pénétration, une brûlure ressemblant à une infection urinaire ou une envie d'aller aux toilettes. A force ce qui devrait être agréable ne l'est plus et cela devient même "une corvée" comme vous le dites très bien. La solution est d'accompagner votre ami pour qu'il s'approche davantage de votre rythme. Mais vous seule pouvez sentir ce qui se passe en vous. Vous devez donc lui parler, lui expliquer et expérimenter différentes choses avec lui, tout en ayant tous deux en tête qu'un échec n'est pas une catastrophe. Cherchez les positions dans lesquelles vous vous sentez parfaitement à l'aise, à quel moment vous acceptez la pénétration, différentes manières de vous pénéter, différents rythmes. Le cunnilingus, par exemple, permet de détendre les lèvres et de les humidifier extérieurement, ce qui facilite le tout début de la pénétration. En tout cas, vous n'avez aucune obligation à avoir des rapports désagréables. Tous les rapports ne sont pas nécessairement et constamment agréables. Ils ne se résument pas non plus à la simple et unique pénétration. Il faut donc savoir dire stop quand ça n'est pas bien, sans en faire un drame pour autant, ni pour l'un, ni pour l'autre et explorer ensemble dans un esprit de complicité.

            Commentaire


            • Pour aller plus loin...
              .



              Oui c'est en parti linconfort de mes relations sexuelles qui explique mon absence de désir... Quand il me pénètre, je suis la plupart du temps naturellement lubrifiée et la pénétration est pourtant un peu douloureuse. Lors des va et vient, je n'ai pas mal mais c'est désagréable ou alors ça ne me procure aucune sensation exceptionnelle... On essaye quelques fois d'expérimenter de nouvelles choses mais au final, ce n'est jamais aussi bien que ce que j'avais imaginé ou alors nous ne réussissons pas à faire telle ou telle position. Puis peu de positions sont confortables, ce qui me donne encore moins envie de faire l'amour.

              Commentaire


              • .
                Vaginisme ?



                Hors diagnostic dysfonctionnel, et hormis une attitude maladroite de votre partenaire, il resterait l'hypothèse que vous êtes peut-être sujette au vaginisme, c'est à dire à un blocage reflexe envers la pénétration qui remonte à votre passé, ou à vos premiers rapports, ou qui s'est installée au fur et à mesure de vos rapports insatisfaisants. Le fait que votre niveau de lubrification vous paraît correcte, même lors de vos contacts avec votre partenaire, écarte néanmoins déjà le diagnostic de dyspareunie.
                Etant donnée l'impossibilité pour vous de faire une description détaillée de vos pratiques sexuelles et de ce que vous ressentez, je ne saurai donc que vous conseiller encore une fois de consulter.

                Commentaire


                • Vaginisme ?
                  ?



                  Qu'est-ce que le vaginisme précisément ?

                  Tout ce que je sais, c'est que j'ai subi des attouchements sexuels étant très jeune. Sauf que ceux-ci ne m'affectent pas du tout. C'est comme si j'avais tout oublié...

                  Sinon le garçon avec qui j'ai actuellement des rapports est celui qui m'a donné ma première fois. C'est donc mon seul et unique partenaire.

                  Commentaire


                  • Tu n'aimes pas le sexe, et alors?
                    :bien:



                    Merci pour le site !

                    Commentaire


                    • ?
                      Explication



                      Le vaginisme est une contraction involontaire de certains muscles commandés par le nerf pudendal et qui rend les rapports désagréables, voire douloureux. Cette contraction est fréquemment liée à des phénomènes psychologiques que rejet de la pénétration. Les attouchements dont vous avez été victime peuvent en être inconsciemment à l'origine, même si consciemment vous avez l'impression d'avoir "digéré" ces évènements. Cela peut également vous faire préférer la stimulation clitoridienne, voire la masturbation (que vous effectuez vous même et que vous controlez) aux attouchements d'un homme.
                      Je vous conseille encore et toujours de consulter et de parler de tout cela avec un spécialiste.

                      Commentaire


                      • Explication
                        Un grand merci



                        Je vous remercie pour cette réponse. Ça expliquerait peut-être pourquoi j'arrive difficilement à me détendre et à me laisser aller lors de mes rapports. Ça expliquerait également le fait que ceux-ci soient désagréables et un peu douloureux. J'ai toutefois du mal à accepter que ces attouchements soient peut-être la cause de cette vie sexuelle pas vraiment épanouie. J'ai vraiment l'impression que ce n'est pas ça mais c'est vrai que ce qu'on a vécu durant l'enfance est toujours la conséquence de ce qu'on est aujourdhui, de notre comportement, de nos peurs, de nos goûts... Et il est exact que je préfère largement la stimulation clitoridienne et la masturbation mais en solo car je ne ressens pas grand chose quand c'est quelqu'un d'autre qui me masturbe ou me caresse le clitoris. Comme vous le dites très bien, le fait qu'on maie attouchée pourrait avoir fait naître ce besoin de contrôler mon plaisir seule et de ne pas laisser celui-ci entre les mains d'un homme. Malheureusement je ne peux pas même pas savoir ce qui se passe dans ma propre tête. Il faudrait aller chercher loin et creuse beaucoup plus pour trouver la cause de mon problème. Je n'ose même pas en parler à ma psy car ça fait longtemps que je n'ai pas pris de rendez-vous avec elle et je n'ai pas tellement envie de ressurgir d'un coup pour lui dire "J'ai été attouchée quand j'étais petite, pensez-vous que cela est la cause de ma libido peu palpitante ?" Je me demande si en parler autour de moi et si écrire pour parler de ce qui s'est passé aurait une influence positive sur ma vie sexuelle actuelle (parce que je n'ai vraiment pas le courage de revoir ma psy).

                        Commentaire


                        • Un grand merci
                          A vous de voir...



                          C'est à vous de voir si en parler vous ferait avancer ou non. Ce que je peux vous dire, c'est que j'ai connu une femme qui avait subi des attouchements et avait eu un début de vie sexuelle très douloureuse. Comme vous, elle aimait plutôt la masturbation et la stimulation clitoridienne. Elle pouvait avoir plusieurs orgasmes relativement rapprochés, mais la pénétration n'était pas une sensation extraordinaire pour elle, sauf lorsqu'elle utilisait des sex-toys elle même, ou après trois ou quatre orgasmes clitoridiens. Cela s'est grandement amélioré pour elle vers 50 ans, lorsqu'elle a trouvé un partenaire (après deux mariages désastreux) plus jeune qu'elle et qui acceptait complètement sa manière de vivre son corps et sa sexualité. Cette relation lui a assurément donné des ailes. Néanmoins, elle a été incapable d'envisager une vie commune avec son amant, cela lui faisait peur...
                          Votre corps vous appartient, vos sensations aussi. A votre partenaire de l'accepter et à vous de savoir le lui faire partager.
                          En tout état de cause je suis à votre écoute (hormis pendant les 15 prochains jours, car je pars en vacances jeudi matin).

                          Commentaire


                          • A vous de voir...
                            .



                            Merci pour ce témoignage et pour votre aide. J'ai parlé de mon problème ce week-end avec mon copain et je lui ai dit que tout cela pouvait être la cause des attouchements que j'ai subi. Il m'a dit que c'était complétement impossible que ce soit ça...

                            Commentaire


                            • .
                              Je comprends...



                              Me voici de retour pour vous répondre.
                              Je crois vous avoir donné quelques pistes, c'est maintenant à vous de trouver votre voie, votre explication et vos solutions. Personne d'autre que vous même ne peut déterminer si telle explication ou solution est satisfaisante pour vous, ou ne l'est pas.

                              Commentaire


                              • Je comprends...
                                .



                                Après consultation chez ma gynéco, j'ai découvert que j'avais peut-être un léger vaginisme et que ma pilule était aussi la cause de mon absence de désir sexuel.

                                Commentaire


                                • Tu n'aimes pas le sexe, et alors?



                                  Il y a des gens qui aiment le foot. Certains carrément passionnés, qui paieraient une fortune pour assister à un match de leur équipe fétiche.
                                  Il y a d'autres gens que le football ennuie, qui ne voient pas l'intérêt de regarder un match.

                                  Et ben le sexe, c'est pareil ! Il y a des gens qui aiment ça d'autres non.
                                  Il n'y a pas à avoir honte ou à s'inquiéter. Ce n'est pas une question de santé mais juste de gout.

                                  Faut juste t'accepter comme tu es !

                                  Commentaire

                                  Publicité

                                  publicité

                                  Chargement...
                                  X