publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Crises d'angoisse et homéopathie

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Crises d'angoisse et homéopathie



    Cas clinique présenté par le Dr Pierre REYES.

    M G. André , 55 ans, consulte en décembre 97 avec sa femme.
    Il présente depuis plusieurs mois des crises d'angoisse qu'il décrit de la façon suivante : " d'un coup, j'ai une bouffée de chaleur qui m'envahit et gagne tout le corps avec une forte oppression sur la poitrine et des sueurs. J'étouffe. J'ai de fortes palpitations, des fourmillements dans les mains et sur le visage. Ça m'arrive surtout à la maison quand je suis seul, vers le soir. En pleine crise, j'ai besoin de marcher et de sortir sur la terrasse. Je ne supporte pas cette angoisse, ça me rend fou, j'ai peur que ça me prenne au boulot ou en voiture ".
    Les crises ont commencé en février 1996 après une intervention pour anévrysme de l'aorte découvert 1 mois auparavant. Le chirurgien avait jugé préférable d'intervenir. L'opération elle-même s'est bien déroulée. Au réveil en salle de réanimation, il a fait sa première crise d'angoisse : " J'ai cru que j'allais mourir ". Sa femme confirme les faits et précise : " je pense qu'il a eu très peur ".
    Depuis, les crises surviennent presque tous les jours. Il n'est jamais bien. Il a vu plusieurs médecins généralistes et psychiatres qui ont successivement prescrit en l'espace de 18 mois divers anxiolytiques, sédatifs, et même en dernier lieu des antidépresseurs. Pas de résultat notable sauf que le Lexomil soulage l'anxiété pendant la crise. Il en prend souvent. Il désespère d'être un jour à nouveau comme avant.
    Antécédents primo-infection à 19 ans, a séjourné en sanatorium Amygdales à 35 ans (a fait une hémorragie post-amygdalectomie) albumine dans les urines Luxation de la rotule d'origine traumatique à 40 ans en 3/ 95 hernie discale opérée frère : hémiplégie à la naissance
    Entretien Regard anxieux, se sent dépressif, inquiet pour des broutilles, notamment se sent submergé par de petites tâches professionnelles ou par le bricolage à la maison. " Je perds pied assez vite, je m'emporte ". Peur d'avoir un accident, de ne pas être à la hauteur Pas de désir alimentaire notable sauf qu'il mange vite et nombreux gaz dans l'après-midi Sommeil léger avec réveil en sursaut 1 à 2 fois par nuit. Somnambule depuis l'enfance. Mal à la tête par le vent Vertige des hauteurs Crampes à la cuisse jambe droite depuis l'opération de la hernie discale Il signale des picotements sur les mains et les bras avec un tressaillement des joues au coin des lèvres. J'ai prescrit le remède X en 200 K. Trois semaines plus tard, M. G André vient me revoir car les crises ont repris après une période de nette amélioration de son état d'anxiété. Les symptômes sont semblables à ceux de la première consultation mais sont atténués. Je prescris X à la dilution de MK.
    En mars 98 Nette amélioration pendant deux mois. Beaucoup moins de crises. Le visage est détendu, il plaisante facilement. Placebo
    En Juin 98 A nouveau des crises d'angoisse mais plus faibles. Pas d'apparition de nouveaux symptômes. Prescription : Remède X 1 dose MK
    Depuis, à la date d'aujourd'hui, le patient se porte bien. Ne prends plus aucun LEXOMIL. A retrouvé la joie de vivre.


    Solution : Quels sont les symptômes caractéristiques de ce cas ?
    D'abord, deux éléments étiologiques probables : une grosse frayeur et complications après une intervention chirurgicale.
    Suite de frayeur p37 et suite d'intervention chirurgicale p1615 Les références de page sont celles du Répertoire de Kent traduction de Broussalian 1998.
    La crise (d'angoisse ou de panique, peu importe comme on l'appelle) est marquée par : un début brutal une invasion subite comme une bouffée de chaleur ou un afflux de sang qui gagne tout le corps un sentiment d'anxiété mêlé de peur avec regard anxieux une agitation poussant à sortir et à marcher ce qui semble améliorer l'état général Sur le plan répertorial, cela donne :
    Soudaineté des manifestations p1610 Afflux de sang brutal p1526 Anxiété avec peur p13 regard anxieux p 459 Généralités Amélioration par la marche p 1589 et Amélioration plein air p 1528
    Un symptôme concomitant curieux : des picotements, des fourmillements que le patient décrit spontanément, ressentis dans diverses parties du corps notamment au niveau des mains et du visage (lèvres et joues).
    Picotements des mains p 1334 et du visage p 463
    L'ensemble de cette étude répertoriale indique ACONIT en premier, suivi loin derrière par LYCOPODIUM. La lecture de l'article ACONIT dans la matière médicale de BOERICKE (Traduction française de Guéniot,1996) confirme le choix d'Aconit, notamment les picotements signe caractéristique du remède. On peut retenir aussi le pressentiment de la mort (p 74) certes exprimé a posteriori par le patient mais qui semble coller avec le remède.
    Les autre symptômes (comme somnambulisme, désespoir de guérir, anxiété en hauteur ) font partie du remède mais ne sont pas au premier plan chez notre patient.
    Ce qui m'a poussé à présenter ce cas, c'est le fait d'avoir affaire apparemment à un ACONIT chronique alors qu'il est décrit souvent comme un remède agissant surtout dans l'aigu. A mon avis, on a trop tendance à réserver l'indication de certains remèdes dans la pathologie aiguë (BELLADONNA, NUX VOMICA, BRYONIA ) Il s'agit là d'un exemple prouvant le contraire.


  • Précision importante



    Ce texte ayant aussi été posté sur le forum des médecines douces, Kitérapie a fait une précision importante : le traitement homéopathique doit toujours être individualisé. Voici sa réponse complète que je me permets de citer :

    Merci de nous avoir copié ce cas précis et la solution d'un homéopathe.

    Ceci ne veut pas dire - loin de là - que toutes celles qui ont des crises d'angoisse peuvent se précipiter sur ACONIT et les voir disparaître. Ce cas est très particulier. L'anamnèse est spéciale (les crises se sont déclarées après une intervention chirurgicale qui n'était pas anodine) et le cas comporte des symptômes "accessoires" que l'homéopathe a judicieusement pris en considération.

    Ce que je trouve par contre intéressant dans cet article (et que tu as malheureusement omis) c'est, dans la discussion qui a suivi, le nombre d'autres homéopathes qui ont proposé des remèdes qui n'auraient eu aucun effet pour ce cas-ci: depuis Argentum Nitricum à Zincum en passant par Kalium Arsenicosum, Phosphorus etc.

    Ce qui prouve bien qu'il est extrêment difficile de trouver un bon homéopathe et qu'il ne faut pas accuser l'homéopathie d'inefficacité avant d'avoir précisément trouvé un bon homéopathe - et ils ne courent pas les rues!

    Donc, ne pas se jeter sur ACONIT si on a des crises d'angoisse, mais aller voir un bon homéopathe qui vous écoutera et prescrira ce dont vous avez besoin en fonction de votre cas très précis et des causes probables de vos angoisses.

    Amitiés
    Kit

    Commentaire

    Publicité

    Forum-Archive: 2005-09

    publicité

    Chargement...
    X