publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Si vous êtes intolérant sachez l'être pour de bonne cause!!!!!!!

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Si vous êtes intolérant sachez l'être pour de bonne cause!!!!!!!



    Je vais essayer une bonne fois pour toute de clore un débat comme à dit jusdicieusement quelques personnes n'a pas lieu ici....certaines pour prouver qu'elles ont raison d'être intolérantes mettent en parallèle l'incomparable...je vais vous raconter une excision puisque vous appelez ça la circoncision au féminin et je préviens coeur sensible accrochez vous bien...je ne commenterais aucune réponse c'est une article comme un autre. Il y a trente ans à peu près j'ai entendu parler et j'ai vu ce qu'était l'excision...je ne comprendrai jamais comment un cameraman a pu filmer cette horreur sans réagir, je me serais peut être fait lapider mais je n'aurais pas pu rester impassible. Une petite fille de six huit ans, est entrée dans la case de l'exciseuse accompagnée de tantes grand mère etc...sa mère ne l'accompagnait pas. On l'a allongée sur le sol, maintenue par les matronnes, les jambes écartées et l'exciseuse avec une lame de rasoir qui servait à chaque fois...a commencé sa sale besogne, elle a commencé à couper les petites lèvres puis le sclitoris laissant une masse sanguinolante, il y avait du sang partout, la gosse hurlait lorsqu'on sait que c'est la partie de notre corps la plus innervée....ensuite la femme a glissé une paille creuse dans le méat urinaire pour que celui ci ne se referme pas...si on faisait l'equivalent à un petit garçon on lui ferait l'ablation du gland et il n'en a jamais été question...ce sont les hommes qui ont inventé l'excision au nom de leur plaisir supprimant à la femme le sien...mais souvent cela ne se termine pas là puisqu'il y a l'infibulation, on les coud ne laissant qu'un minuscule orifice pour les écoulement urine et règle...elles ne sont décousues que pour leur mariage il parait que c'est une veritable infection l'odeur de la virginité assurée....et imginez la souffrance qu'elles endurent ces femmes, que ce soit de les découdre que les pénétrations...et combien meurent encore en couche de ne pouvoir accoucher tout est tellement induré qu'il n'y a pas de passage extérieur possible elles ne sont pas tout près d'un CHU alors vous imaginez quelles souffrances elles endurent....le premier procès contre l'excision a eu lieu en France après la mort à bout de sang d'une petite malienne de quelques mois....la mère n'y était pour rien sa belle mère était venue et son mari avait demandé à sa mère de s'en occuper pour lui pas question d'avoir une fille intacte et entière...Je n'ai jamais entendu parlé de mort de bébé après une circoncision que ce soit d'hémorragie ou d'infection...pour les excision c'est fréquent....et pensez aussi que ceux qui actuellement font la fête à la circoncision de leur fils ce sont les hommes, les femmes sont voilées cachées et eux fièrement exhibe le prépuce de leur fils comme plus tard on exhibera les draps de leur fille après la nuit de noce...Ces hommes qui fêtent la circoncision de leur fils, je ne les ai jamais vu manifesté contre ça....et ce sont les femmes qui se battent contre l'excision eux sont farouchement contre que l'on rende l'intégrité à leur fille et ainsi leur plaisir....réfléchissez que vous soyez contre la circoncision c'est votre problème mais ce ne sont pas seulement les femmes qui le demandent mais les hommes et eux sont circoncis et n'accepterait jamais un fils non circoncis....battez vous pour vos convictions mais avec de vraies arguments et contre les immam, les rabins etc....à propos ce sont des hommes eux et 3000 ans de circoncision bon courage...

  • Ah ah



    sur un autre forum un "povre circoncis" prone le viol, la mutilation féminine comme châtiment mérité et comparable des ses "povres tourments" j'ai beau lui expliquer que aucun homme circoncis que je connais (j'en parle pas mal maintenant autour de moi pour avoir l'avis des hommes à qui ont a fait "ça") ne considère ça comme une mutilation nous méritons toutes la torture et les tourments que tu décris (je savais pas ce qu'était l'infibulation brrrrr et les anti-circ osent dire que c'est comparable à la circoncision ? mon dieu... déja une épisio ça fait mal ..... mais là.... j'arrive même pas à imaginer !
    mais bon...
    ravie de voir qu'il y a encore des gens qui savent voir les choses à leur réelle valeur !!
    je devrais attaquer mon père en justice : il m'a fait percer les oreilles à 10 ans et j'avais rien demandé

    Commentaire


    • Morigane...



      Ma foi, Morigane, si le respect de l'intégrité physique en général et celui de l'enfant en particulier n'est pas une "bonne cause", je me demande, alors, ce qui peut l'être.

      Et la circoncision comme l'excision, au delà des différences de résultats catastrophiques qu'on peut aisément remarquer, sont une atteinte à l'intégrité physique d'un enfant, de quelque sexe qu'il soit, sans son consentement. Pour les deux cas c'est se substituer au droit fondamental d'un futur adulte de disposer de son propre corps.

      Cela influe sur la sexualité future de la petite fille, comme chacun sait, mais aussi sur la sexualité et la psychologie du garçon selon les ressentis qui ne sont pas toujours les mêmes d'une personne à une autre.

      Je pense, donc, personnellement, que ce sujet a tout à fait sa place dans ce forum "enfant-santé".

      Il n'y a pas, à mes yeux, de hierarchie dans l'irrespect de l'intégrité de l'autre, sur le simple fait que la cruauté de l'acte est plus spectaculaire et/ou douloureux qu'un autre acte.

      tout se tient Morigane. Permettre un acte irrespectueux même s'il ne paraît pas "grave" au premier abord, c'est permettre l'escalade d'autres actes invasifs plus ou moins "visibles" mais qui, par définition se rejoignent.

      Je partage avec vous le fait que la circoncision (tout comme l'excision) est un acte patriarcal millénaire que les femmes reproduisent conformément à leur soumission à ce système. Mais laisser le choix des convictions aux imams et aux rabins (qui franchement ne devraient pas avoir voix au chapitre concernant l'intime de chacun ! Mais bon, c'est encore un avis personnel ) c'est nier la capacité de réflexion et de questionnement des parents...

      L'esclavage est également millénaire...Ce qui n'empêche pas de lutter contre lui que ce soit de façon personnelle ou juridique.


      Commentaire


      • Epilogue



        Je vous ai demandé quel était, pour vous, l'équivalent féminin de la circoncision masculine (un équivalent qui serait pratiquée sur les filles aussi systématiquement que la circoncision masculine), considérant qu'il devait bien y avoir un équivalent, puisqu'on dit les sexes égaux, équivalents, similaires, puisque on sait trouver un équivalent masculin aux mutilations génitales féminines. Vous n'avez pas répondu. Vous vous contentez d'une pirouette.
        Je parle d'un chat, vous parlez d'un chien.

        Je renonce à répéter 10_000 fois les mêmes choses; non que je n'y sois pas disposé, mais plutôt parce mon temps de vie est compté.
        Plus que jamais je suis conforté dans l'idée qu'instruire les gens sur la réalité de la circoncision est une tâche que je ne pourrais jamais mener à terme.
        Les gens sont massivement pétris de culture judo-échrétienne, de médecine vulgarisée, de folklore, de superstitions, de croyances, d'a priori...

        Il est vain d'aller à contre-sens. Je n'ai donc plus d'autre option que d'aller dans le sens des mutilations génitales... et de promouvoir les mutilations génitales féminines.
        Il ne fait plus aucun doute qu'à défaut de pouvoir abolir la circoncision masculine, je peux contribuer à faire instaurer la circoncision féminine.

        Je vous laisse à vos pirouettes de chimpanzés, mais ne croyez pas que vous avez bien agi en réagissant comme vous avez réagi, vous toutes qui colportez la bêtise humaine sans sourciller. Vous n'avez pas idée de ce que vous avez déclanché en moi.

        PS: Cela n'a aucune valeur, mais j'ai envie d'avoir une pensée pacifique pour les femmes réellement humaines, dignes d'êtres respectées.
        Voilà, c'est tout.

        *****************************

        1996 ou 1994, un petit arabe mort dans un hôpital d'arles durant sa circoncision, en Suède, en 2002, la circoncision rituelle a été interdite après la mort d'un petit juif (c'était une mort de trop), aux USA, années 80, l'histoire d'un garçon émasculé lors d'une circoncision (le bistouri électrique qui dérape...), il a été transsexualisé en fille avant d'être à nouveau reconstitué en "homme"...
        Simple cas parmi d'autres. Pour faire sensation, il faudrait faire comme les opposants --féministes-- à l'excision: rapporter les accidents de brousse en ignorant les excisions pratiquées sans complication aucune en milieux clinique.

        Comme je l'ai dis, je sais ce qu'il me reste à faire.
        ____________________
        L'explorateur britannique Wilfred Thesiger rapporte de ses voyages auprès des Bédouins d'Arabie, de 1946 à 1950, une forme hallucinante de circoncision qu'enduraient certains, au grand dam du pouvoir wahabbite, qui la punit du fouet ; punition bien dérisoire comparée à cette circoncision :
        " Chacun d'eux se tenait debout, les jambes écartées, les mains agrippées à sa chevelure, regardant sans sourciller le poignard fiché en terre devant lui ; pendant tout ce temps, un esclave manipulait son pénis et, dès que l'organe était en érection, l'écorchait sur toute sa longueur ". " C'était là une variante d'un rite remontant à une période bien antérieure à l'Islam. Dans les montagnes du Hedjaz, on pratiquait encore, généralement sur des hommes mariés ayant déjà eu des enfants, une circoncision totale qui consistait à leur enlever la peau, du nombril jusqu'à l'intérieur des cuisses. " " Même une fois la circoncision achevée, ces jeunes garçons n'étaient pas, pour autant, au bout de leurs souffrances. Tous les matins, on les maintenait au-dessus d'un petit orifice creusé dans le sol, de façon que leur sexe mutilé pende au-dessus d'un feu allumé tout au fond et soit exposé à la chaleur et à la fumée de ce feu. "
        Source : Le désert des Déserts " de Wilfred Thesiger - Terre humaine - Ed. Plon
        _____________________
        En Afrique noire, les cérémonies de circoncision et d'excision atteignent parfois une grande intensité folklorique ; beaucoup d'explorateur en ont rapporté des de...ions pittoresques. Aucune ne me semble atteindre le caractère hallucinant de celle du pays namchi ; au Nord-Cameroun, entre Poli et Fignolé, à la limite du Nigéria.
        Pendant 7 jours et 7 nuits, la population mâle et femelle ne dessoûla pas. […] Partout on tuait, on mutilait. Il y a avait 30 bêtes étendues sur le sol, percées de coups, lardées, tranchées, mutilées, étripées. Les hommes, hébétés, contemplaient l'holocauste. Alors le tam-tam résonna. Le forgeron-magicien, de la caste maudite mais privilégiée des batteurs de fer, menait le cortège. Derrière lui, des jeunes gens nus arrivaient, marchant à petits pas, sautillant, chaque testicule ligoté par une ficelle en fibre de baobab. Ces adolescent, candidats forcés à la circoncision, s'alignèrent et attendirent, l'air hagard, la suite des événements. Je présume qu'il étaient drogués, à moins que l'angoisse seule expliquât la détresse contenue dans leur regard.
        A ma grande surprise, je vis qu'un individu masqué était allé cherché des femmes.[…] Elles s'installèrent devant les garçons, une femme pour chacun. Sur un signe du chef de magie, les femmes se mirent à tripoter le sexe des garçons, à lui donner de petites claques, à le masser. Elles s'adressaient au pénis - qui commençait à gonfler - comme s'il avait pu comprendre ce qu'elles disaient. Quand les attouchements restaient sans effet, le forgeron s'approchait et fouettait 2 ou 3 fois le sexe récalcitrant avec une herbe aux propriétés vésicantes. Finalement, les candidats présentèrent tous un pénis en érection. Le tam-tam s'arrêta. Des hommes étaient venus se placer derrière les jeunes gens pour les immobiliser. Le forgeron-musicien s'approcha du groupe et rapidement, avec une lame acérée, d'un geste circulaire il coupa aux garçons, à tour de rôle, la peau de la verge au niveau du pubis. Les jeunes gens serraient entre leurs dents des morceaux de poumon de vache ; ils mordaient dans cette viande pour ne pas crier de douleur, mais on voyait à leurs contorsions et à leurs mimiques qu'ils atteignaient les limites du supportable. Le forgeron passa une nouvelle fois devant le groupe et fit à chacun une entaille profonde sur toute la longueur du pénis. Il déposa son couteau sur une pierre, puis il décortiqua les verges l'un après l'autre, entièrement, avec une coquille, et se mit à les dépouiller prestement en tirant dessus comme pour écorcher un lapin. Les patients devaient hurler dans leur morceau de poumon de vache. Les jambes s'agitaient de tremblements. Leur sexe, encore en érection, n'était plus qu'un moignon sanglant.

        Source " La Cité Magique et Magie en Afrique noire " de Jacques Lantier - Ed. Fayard 1972

        __________________

        Selon une étude de l'université de Washington, les risques de complications pour une circoncision pratiquée à la naissance est de 1 sur 476.
        Les chercheurs ont examiné les dossiers médicaux de 354297 garçons nés de 1987 à 1996 à l'hôpital d'Etat de Washington, où 130 475 y avaient subi une circoncision : 287 garçons ont eu des complications ; 230 cas de saignement et 52 cas de dommages au pénis.
        Source : Libération du 14.01.2000

        ________________

        Selon une étude de l'université de Washington, les risques de complications pour une circoncision pratiquée à la naissance est de 1 sur 476.
        Les chercheurs ont examiné les dossiers médicaux de 354297 garçons nés de 1987 à 1996 à l'hôpital d'Etat de Washington, où 130 475 y avaient subi une circoncision : 287 garçons ont eu des complications ; 230 cas de saignement et 52 cas de dommages au pénis.
        Source : Libération du 14.01.2000

        __________________

        En Afrique du Sud les rites initiatiques constituent encore des rites de passage vers l'âge adulte, des rites autour desquels se trouve le fondement de l'identité culturelle et sexuelle. Mais deux fois par an, (parce qu'un circonciseur a une file de garçons à traiter, et qu'il a pour seul soucis celui d'opérer vite pour éviter que les garçons n'ait le temps de réagir et de réaliser quelle souffrance leurs camarades endurent) les hôpitaux voient affluer des jeunes gens souffrant mille maux après des circoncisions qui ont mal tourné (déshydratation, infection, septicémie et gangrène sont monnaie-s courante-s). Ces jeunes gens meurent ou restent sexuellement mutilés à vie, errant dans l'avenir sombre que leur promet la société qui les frappe d'ostracisme et leur refuse désormais le titre honorifique d'homme. Ils sombrent alors dans la dépression et le suicide (comme ce jeune homme de 18 ans qui, amputé du pénis des suites d'une infection par circoncision, s'est tiré une balle dans la tête).

        L'idée qu'une circoncision puisse mal tourner est tellement refoulée, tellement inconcevable pour une pratique appartenant à l'ordre du divin, tellement contraire au principe qui prévaut à sa pratique (la formation d'homme vrais, forts, stoïques), que les victimes de complication refusent souvent, sous la pression sociale, culturelle et familliale, d'avouer les complications et de consulter. Lorsqu'ils ne souffrent pas en silence dans un coin de brousse, ils sont abandonnés par leur famille devant l'hôpital dans un état lamentable, rejetés comme des déchets et méprisés, accusés d'être responsables de leur triste sort (par superstition typiquement africaine, on prétend qu'ils sont punis de la sorte pour avoir fait œuvre du Mal, ou que, parce quelque sélection naturelle ils ne sont pas dignes d'être des hommes) ; hôpital qui devient ainsi le cloaque de la société traditionnelle, le lieu de la honte.

        Commentaire


        • Je n'arrive pas bien....



          a comprendre qui est contre qui est pour qui critique quoi?....
          jai beau relire plusieurs fois je n'y arrive pas.....
          j'ai cru comprendre a un moment qu'une personne voulait que l'excision soit plus courante parce qu'on ne pouvait pas empecher la circonsison chez les hommes et qu'il fallait qu'il y ait égalité......... mais j'espere que j'ai mal compris.....

          j'aime pas m'introduire dans ce genre de débats mais je voudrais juste comprendre vraiment de quoi ca parle.......

          petitoune

          Commentaire


          • Epilogue
            Briseovaires...



            "Il est vain d'aller à contre-sens"

            ==>Rien n'est jamais vain...Et même si cela l'est, il faut s'entêter...il faut perséverer et répéter, encore et encore...soigner son argumentation, raconter ce qu'on a vécu soi-même, sa propre expérience (je sais, ce n'est pas évident, mais cela marque plus les consciences que tous les textes et les sites que vous pourrez trouver)...

            Je vous avais dit que c'est un travail de titan...La peur est le facteur le plus puissant du conditionnement...

            "Je renonce à répéter 10_000 fois les mêmes choses; non que je n'y sois pas disposé, mais plutôt parce mon temps de vie est compté"

            ==>A défaut d'éclaircissements, silencieuse empathie...


            Commentaire


            • Je n'arrive pas bien....
              Petitoune...



              Je me permets de vous donner quelques éclaircissements :

              Deux avis différents se confrontent à propos de la circoncision d'un bébé ou d'un jeune enfant de sexe masculin

              -Un avis considérant que le corps d'un enfant lui appartient en premier lieu, et que les parents ne devraient peut-être pas décider de cet acte définitif sans son consentement...le laissant ainsi faire son propre choix (religieux, "esthétique" ou "hygiénique") à l'âge adulte...

              -Et l'avis contraire, considérant que les parents ont le droit de choisir et d'appliquer ce qui leur semble "bon" pour leur enfant, à savoir la circoncision, pour une raison religieuse ou autre...

              "j'ai cru comprendre a un moment qu'une personne voulait que l'excision soit plus courante parce qu'on ne pouvait pas empecher la circonsison chez les hommes et qu'il fallait qu'il y ait égalité......... mais j'espere que j'ai mal compris....."

              ==> Vous avez lu là, les posts d'une personne qui a très mal vécu sa circoncision, en souffre encore aujourd'hui et lutte farouchement contre...Il utilise des contre exemples très provocateurs qui veulent signifier "ok ! puisque vous trouvez que l'atteinte à l'intégrité physique d'un enfant de sexe masculin vous semble normale,et ce, pour des raisons religieuses, esthétiques, hygiéniques...
              Pourquoi ne pas mettre les deux sexes à égalité en mutilant (excision) également les petites filles et ce, pour les mêmes raisons...?

              Il tente de faire passer, à sa manière, ce qu'il juge incohérent en matière d'explications justifiant la circoncision.
              Il tente d'appliquer la même incohérence justificative au sexe des filles afin de faire, à sa manière, saisir le message aux mamans de ce forum....

              Le résultat est très mitigé, voire suscite la colère des mamans qui se sentent agressées, car les contre-exemples sont aussi provocateurs que peut l'être le vécu douloureux de cet intervenant... ce "second degré" virulent, est effectivement difficile à saisir sur le mode écrit...

              Amicalement.

              Commentaire


              • Ah ah
                Tu nous assommes



                Avec ta sotisse.Si on peut lutter contre la circonsition ou l'excision ,je constate qu'on ne peut rien faire contre la betisse congenitale,Retourne aux couches de ton bebe,tu y truveras mieux ton compte....

                Commentaire


                • Petitoune...
                  Merci.........



                  pour ce résumé clair et objectif

                  sans critiquer les autre ou tenter de les convaincre je dirai simplement que je suis plutot d'avis de laisser libre choix a l'enfant devenu adulte pour la simple et bonen raison que je n'ai rien subit et aurais été extremement malheureuse a l'heure u'l est si j'avais subit quoique ce soit....

                  de meme que l'on n'impose pas une religion a quelqu'un puisque le principe d'une religion est avant tout d'y croire et je n'ai jamais ... u qu'on puisse forcer quelqu'un a croire en quelque chose....

                  mais c'est mon avis

                  petitoune

                  Commentaire


                  • Merci.........
                    Le mot manquant.....



                    etait bien sur c0nçu....

                    euh une précision, pour ce qui trouverait a dire que je parle de qqchose qui n'a rien a voir...
                    j'ai pris l'exemple des religions car pour moi cela fait parti des choix que l'on a a faire seuls, d'ou le rapport avec l'excision et la circoncision...

                    Commentaire


                    • Briseovaires...
                      Nourouz



                      "Rien n'est jamais vain..."

                      Tout à fait. Tout peut être utile à tout, mais quand il s'agit d'attendre un objectif, certaines choses, oui, sont vaines, inapropriées.

                      L'échec de ma démarche ne tient pas à une question d'arguments, de raison, de logique, d'entendement, mais de méthode.

                      Le problème qui se pose est que les gens sont conditionnés dès l'enfance et qu'il n'y pas moyen de revenir sur leur conditionnement sans les détruire. La méthode à employer ne doit pas être douce, elle doit nécessairement être cruelle, destructrice.

                      L'argumentation est vaine avec les idiots, les pervers, les gens de mauvaise foi.
                      Voyez-vous les, toutes, esquiver le fond du débat, voyez-vous éviter la question fatidique de l'équivalent féminin à la circoncision masculine, de l'égalité de traitement des sexes, etc.

                      La cervelle des gens est enfoncée dans leur crâne comme le bâton qu'on leur a mis dans fion; bien tassée, bien profondément enfoncé.

                      Si la circoncision était remplacée par une sodomie, les abrutis qui se feraient sodomiser se croirait investis par le divin.

                      Rien de plus à dire.

                      Commentaire


                      • Nourouz
                        Briseovaires...



                        "Le problème qui se pose est que les gens sont conditionnés dès l'enfance et qu'il n'y pas moyen de revenir sur leur conditionnement sans les détruire. La méthode à employer ne doit pas être douce, elle doit nécessairement être cruelle, destructrice"

                        ==>Si on suit votre raisonnement,les personnes conditionnées, et nous le sommes tous et toutes doivent-ils donc subir 2 injustices au lieu d'une ?

                        -La première, ce conditionnement qui spolie notre capacité à penser par nous-mêmes, à nous sentir responsable de notre propre dignité, spoliation faite par l'éducation, la culture, la religion...

                        -La seconde, la violence exercée, pour, selon vous, contrer ce conditionnement.

                        La violence n'est-elle pas une forme de conditionnement également ?

                        Vous me disiez sur un autre post que la prostitution n'était pas une violence...

                        ==>Si vous ne voyez pas la violence exercée envers le corps d'un être humain (femme ou homme) par le fait de le louer pour satisfaire des besoins pressants (même si la personne en face de vous paraît consentante) comment voulez-vous que les femmes, habituées à voir leur corps marchandé, exhibé, transformé selon les diktats du moment, dénudé ou voilé, ne se disent pas, "bon, le corps est peu de chose en vérité ! Il peut-être donc loué, vendu, scarifié, coupé...Cela fait partie de la vie...."

                        Comment voulez-vous que les hommes qui se sentent en droit d'effectuer des transformations sur leur propre corps ou celui du voisin, puisqu'à leur yeux le corps, tel un objet, peut être transformable, achetable, violable à souhait, pourquoi ces hommes ne saisiraient-ils pas un scalpel pour transformer, scarifier, couper un corps qui dans leur tête n'a aucune valeur ?

                        Vous pensez que vous pouvez louer une partie du corps d'une femme parce que vous avez été conditionné à penser que la sexualité masculine est élevée au rang de besoin irrépressible... que la société doit se faire un devoir de calmer au plus vite...

                        A ce propos, j'ai reçu la proposition d'un jeune SDF qui voulait s'occuper de ma sexualité en échange d'un règlement financier...Mon époux était absent, je me sentais seule Pensez-vous qu'il eut fallu, pour moi, louer la dignité humaine de ce jeune homme parce que j'avais des besoins ? Malgré son apparent consentement ?
                        Vous ne voyez pas la violence ? Moi je la vois...Comme je l'ai dit à Morigane, ce n'est pas parce qu'un acte n'est pas spectaculaire, qu'il parait allant de soi, qu'il n'est pas une marque d'irrespect...de violence...de conditionnement à la violence...

                        J'ai vécu les attouchements d'un grand-père, d'un oncle, d'un professeur...J'ai échappé de justesse à un viol collectif (dérive qui ne date pas d'hier)...Devrais-je pour autant m'ériger en "brisetesticules" pour punir les hommes de
                        leur "conditionnement" ?

                        Ne serait-il pas possible, jeune homme, de "briser" justement cette spirale pour trouver autre chose ?

                        Je ne veux pas reproduire sur un autre la violence que j'ai reçue...Je suis à même de comprendre le respect de l'intégrité d'un corps humain en général, et d'un enfant en particulier...Pourtant je n'ai jamais été mère. J'aurais pu passer outre vos propres souffrances d'homme puisque je suis une femme...je n'aurais dû m'occuper que de mes droits "féministes"

                        Mais je pense que tout se tient...la violence des mots (vous dites être attaché à la liberté d'insulter une personne selon son sexe), entraîne la violence des comportements (irrespect, inattention, mépris, discriminations, inégalité) qui entraîne la violence des actes (agression,viols, prostitution, meurtres,vengeance, guerres...) quelque soit l'âge et le sexe...

                        Je suis toujours étonnée de remarquer la réaction véhémente concernant les agressions sur les enfants alors que bien d'autres agressions sur l'adulte passent inaperçus...Et pourtant, ces agressions, cet irrespect, sont étroitement dépendants les uns des autres, me semble-t-il.

                        Vous vous trouvez, vous-même, à la croisée de deux ou trois cultures, et cela n'est pas simple. Vous avez pu relever au-travers de votre histoire les choses qu'il y avait peut-être à modifier...

                        Il va vous falloir faire un choix...soit faire perdurer la spirale de la violence en la perpétuant...soit choisir une autre voix, la moins facile, j'en conviens, pour voir ce qu'il serait possible de faire pour laisser une trace de votre passage qui permette d'ajouter une pierre à l'édifice de la dignité humaine...

                        Vous pourrez vous venger, contre vous-même ou contre les autres... comme vous le dites, la mort est la chose la plus facile...

                        -Contre vous-même...mais alors vous vous serez "puni" 2 fois...

                        -Contre les autres, mais ils ne verront que la violence de votre action au détriment du véritable message...

                        Amicalement.



                        Commentaire


                        • Briseovaires...
                          De quoi occuper une soirée d'hiver...



                          "==>Si on suit votre raisonnement,les personnes conditionnées, et nous le sommes tous et toutes doivent-ils donc subir 2 injustices au lieu d'une ?"

                          J'ai eu cette attitude de penser que les gens n'étaient pas responsables, qu'ils ne savaient pas ce qu'ils disaient, ce qu'ils faisaient... et puis quoi? pendant que je philosophais, que j'excusais, les gens se gargarisaient, méprisaient, forfantaient... et les choses empiraient.
                          Il arrive un moment où il faut secouer les gens; et il y arrive un autre moment ou l'expression "secouer" est un euphémisme. Il faut avoir le courage de faire passer des mesures utiles à l'humanité en sacrifiant sa carrière, ses intérêts personnels; les têtes d'affiche politique n'y sont pas disposées.
                          Les féministes ont secoué les hommes. J'entends secouer les féministes, les femmes, les adeptes de la circoncision.

                          Conditionné, je l'étais, et je le suis encore, forcément, et ce n'est pas sans douleur, sans angoisse, sans tourment, que l'on se libère affectivement, intellectuellement, moralement.
                          Je veux être libre. Les gens le veulent-ils? Non. Les gens ne veulent pas la liberté, ils veulent juste l'illusion, l'apparence de la liberté. Les gens ne veulent pas être réellement adultes, autonomes, responsables, ils veulent jsute qu'on leur donne les moyens d'avoir l'air adultes, autonomes, responsables. La vérité est que la masse est infantile, dépendante, irresponsable.

                          Il ne faut pas prétendre parler de liberté de conscience, de liberté de culte, de choix délibéré de se faire couper le sexe...
                          Tout le monde parle au nom de la liberté, même les obscurantistes qui entravent l'explorateur, l'aventure, la découverte, la recherche, la publication, les intégristes qui s'acharnent sur le libre-arbitre, les esclavagismes, les privateurs de liberté.
                          Tout est galvaudé.
                          Je refuse de faire le jeu de l'apparence qui permet aux tueurs de dire qu'ils tuent par amour, aux voleurs de liberté de dire qu'ils offrent la liberté.

                          Tout le monde s'attribue des qualités que l'on a pas, comme le libre choix, la conscience spirituelle, l'humanité... juste parce que "ça fait bien", "c'est classe", "ça en jette" (d'être libre-peuseur, libertain, ou toute chose "dans le vent").

                          Dans les 80's, les femmes aimaient se dire --sexuellement, intellectuellement, professionnellement-- épanouies, parce que c'était l'image à la mode de la femme moderne. Elles se faisaient mmonter par le plus gauche des manchots, mais elles trouvaient à se dire "heureuse, épnaouie, réalisée". Mascarade!
                          Se dire frigide, sexuellement frustrées, mal dans sa peau, dans son job... pouah! dans les années frime et fric, c'était impensable.

                          Etre circoncis et se dire impuissant, frutré, diminué, amputé, mal dans sa peau coupée... c'est impensable ! c'est tellement pas dans la norme, cela ne correspond pas tellement pas à l'image que le circoncis se doit s'exhiber...

                          Des trous de Kul et des têtes de ... voilà ce que sont les gens.


                          ---------------
                          "La violence n'est-elle pas une forme de conditionnement également ?"

                          Et l'instinct de survie aussi, et la non-violence aussi...

                          ------------------------
                          "Vous me disiez sur un autre post que la prostitution n'était pas une violence..."

                          Non, je disais sur le fil "circoncision" que le sujet de la prostitution demandait à être discuté.

                          Oui l'acte sexuel forcé est une violence. Maintenant imaginez un monde où les gens ne se dévorent pas la figure, où le rapport à l'autre est humain, l'acte sexuel est serein, sans déception, sans rancoeur, sans blessure, aussi spontané qu'une bise amicale, un "bonjour" sincère... considérant ensuite que l'argent est, en soi, un vecteur d'échange, et non un moyen de domination ou d'aliénation (c'est la nature de l'argent qui est détournée, c'est son utilisation qui est pervertie; comme le sexe lui-même, quand il sert à blesser, à dominer)...
                          en quoi échanger un acte sexuel contre de l'argent est-il un acte cruel, violent, inhumain?

                          Ce qui fait dire que la prostitution est inhumaine, ce n'est pas la prostitution en soi (l'acte sexuel en échange d'une contrepartie).
                          Se faire payer pour accomplir une tâche n'est pas indigne en soi. Se faire payer pour tuer, pour sodomiser, pour être pénétrée alors que c'est douloureux, fait dans des conditions sordides... là, c'est toute la démarche qui est à revoir.

                          Il est certain aussi que la cadence joue. Boire est naturel et même vital, mais boire 1 litre d'eau toutes les heures, pendant 10 heures (10 clients par journée), c'est insupportable, voire fatal. Quand il s'agit d'abattage, on rejoint le gavage d'oie... la c'est carrément de la torture.
                          L'humain a besoin des autres mais il a aussi besoin d'un cocon; il ne supporte pas le stress soutenu, la foule compacte, les rapports rapprochés, les relations réellement intimes.

                          Et enfin, complimenter une fille pour s'attirer ses faveurs, c'est un acte de clientélisme. Et se laisser flatter pour succomber aux désirs sexuels de l'autre, c'est de la prostitution.
                          La séduction, c'est quoi? sinon un viol bienséant.

                          Cela pour dire que l'humain n'invente rien, il met l'ordre naturel à sa sauce.

                          -----------------
                          "==>Si vous ne voyez pas la violence exercée envers le corps d'un être humain (femme ou homme) par le fait de le louer pour satisfaire des besoins pressants (même si la personne en face de vous paraît consentante) comment voulez-vous que les femmes, habituées à voir leur corps marchandé, exhibé, transformé selon les diktats du moment, dénudé ou voilé, ne se disent pas, "bon, le corps est peu de chose en vérité ! Il peut-être donc loué, vendu, scarifié, coupé...Cela fait partie de la vie....""

                          Oula, faudrait voir à ne pas être torteux. Il est clair qu'on peut faire dire tout et n'importe quoi aux choses, mais il faut bien s'entendre sur le sens initiale des notions élémentaires. Si on commence par définir le "bonheur" par une signification à géométrie variable, on s'en sort pas.

                          Certaines Africaines ont une image d'elle qui fait qu'elles subissent avec fatalité, comme une normalité universelle, la prostitution ou les mutilations génitales... mais il est totalement erroné de dire que les occidentales ont la même approche, particulièrement les occidentales d'aujourd'hui.
                          Prétendre que les femmes occidentales justifient la circoncision masculine parce que le corps féminin est dénigré, c'est plutôt fort, ça!
                          Si les femmes étaient aussi peu nobles dans leur propre coeur, ce sont les femmes qui seraient mutilées. Ce qui permet aux occidentales de se prostituer, c'est une culture qui fait des femmes des personnes consacrées à l'amour et à la sexualité; davantage que des objets sexuels dépersonnalisés.
                          Vous n'êtes pas s'en savoir que dans la culture judéo-chrétienne le sexe féminin est sacralisé, et les femmes tenue pour petites choses fragiles à protéger, envers et contre leur souhait.

                          --------------------------------
                          "Comment voulez-vous que les hommes qui se sentent en droit d'effectuer des transformations sur leur propre corps ou celui du voisin, puisqu'à leur yeux le corps, tel un objet, peut être transformable, achetable, violable à souhait, pourquoi ces hommes ne saisiraient-ils pas un scalpel pour transformer, scarifier, couper un corps qui dans leur tête n'a aucune valeur ?"

                          Là, l'argumentaire est tendancieux. Autant il certains individus sont des sadiques qui font leur lit sur le dos des masochistes, autant la plupart des gens sont grugés, bercés par des illusions, des mensonges, bassement flattés dans leur égo.
                          Il y a une poignée de meneurs qui font faire tout et n'importe quoi à la masse; une masse qui préfèrent viscéralement être menée à la carotte et au bâton plutôt que d'être livrée à elle-même, à son esprit, à sa conscience.

                          ---------------------
                          "Vous pensez que vous pouvez louer une partie du corps d'une femme parce que vous avez été conditionné à penser que la sexualité masculine est élevée au rang de besoin irrépressible... que la société doit se faire un devoir de calmer au plus vite..."


                          10 millions de célibataires en France. Considérons 5 millions d'hommes célibataires. Que doivent-ils faire pour trouver une femme qui écarquille les yeux à leur vue? Se faire circoncire? Se faire féministe. Se transformer en caniche, en canaris?

                          Trouver une compagne ou un compagnon n'a jamais été aisé. Cela a toujours été soumis à conditions, plus ou moins contraignantes. Que la charge familiale incombe aux hommes est une des raisons qui ont fait que les hommes ont toujours cherché des relations sans avoir une corde au cou.

                          "Le besoin sexuel" n'est rien d'autre qu'une expression du "souffle vital". Les relations sexuelles débridées ne sont pas indispensables à la survie, mais si vous supprimez les relations sexuelles, affectives, intellectuelles... là c'est la frustration qui s'installe, l'irritation, la folie, l'agressivité, le suicide...

                          Nombre d'individus, hommes et femmes, "baisent" comme ils urinent et défèquent. Parmi eux, nombreux sont clients de prostituées. Mais croire que tous les clients sont des individus qui ne savnet pas se tenir, qui méprisent la prostituée, qui cherchent à dominer... c'est méconnaître la réalité.
                          Le milieu de la prostitution n'est qu'une caricature de la vie; ce n'est pas un milieu en marge de la vie, et ce n'est pas toute la vie, ce n'est qu'une partie, sans doute une des moins glorieuse.

                          ------------------------
                          "A ce propos, j'ai reçu la proposition d'un jeune SDF qui voulait s'occuper de ma sexualité en échange d'un règlement financier...Mon époux était absent, je me sentais seule Pensez-vous qu'il eut fallu, pour moi, louer la dignité humaine de ce jeune homme parce que j'avais des besoins ? Malgré son apparent consentement ?
                          Vous ne voyez pas la violence ? Moi je la vois...Comme je l'ai dit à Morigane, ce n'est pas parce qu'un acte n'est pas spectaculaire, qu'il parait allant de soi, qu'il n'est pas une marque d'irrespect...de violence...de conditionnement à la violence..."

                          On peut également voir un rapport violent et attentatoire à la dignité humaine (à l'amour-propre plutôt, à l'orgueil, à la vanité) dans la démarche d'une personne qui postule pour un emploi.
                          Si cet sdf hypothétique vous avait accosté en vous proposant une scéance SM qui serait à la mode, genre, il vous aurait autorisé à le circoncire contre 1500 euros, si cet sdf vous avait proposé son rein contre 1500 euros... là on aurait de quoi tiquer. Mais je rappelle que le rapport sexuel est un rapport humain par excellence (une façon de ne pas dire "naturel", puisque le rapport sexuel forcé est également naturel, comme l'acte meurtrier), même s'il est marchandé; ce n'est pas le cas pour une relation SM comme celle du circoncis et du circonciseur.

                          Il est désormais acquis que le rapport forcé n'est pas souhaitable. Le rapport marchandé est-il souhaitable? A mon sens non.
                          Une question se pose cependant. Peut-on éviter de marchander, de calculer, de sélectionner, pour vivre, survivre?
                          Si j'ai le choix, je préfère une relation humaine sincère, un rapport sexuel spontané, harmonieux. A-t-on le choix? En apparence oui, en apparence seulement.

                          Les relations humaines sont-elles sincères, spontanées? Chez les jeunes enfants qui n'ont pas été imprégnés des adultes, oui.
                          Les bébés circoncis sont-ils encore des êtres humaines sincères, spontanés, ou ne sont-ils plus que des copies non conformes d'adultes dépravés, programmés, conditionnés comme de la viande hachée? Ce qu'ils sont est moches à mes yeux, très moches. Moches comme des prostituées maquées; de la plus arrogantes qui se prétend fière et heureuse de son état jusqu'à la plus ravagée qui se noie dans les drogues diverses pour ne pas se voir dans son état.

                          ---------------
                          "J'ai vécu les attouchements d'un grand-père, d'un oncle, d'un professeur...J'ai échappé de justesse à un viol collectif (dérive qui ne date pas d'hier)...Devrais-je pour autant m'ériger en "brisetesticules" pour punir les hommes de leur "conditionnement" ? "

                          Si vous aviez réellement été détruite par des faits accomplis, vous ne vous proseriez pas la question (dois-je ou pas?). Votre démarche s'imposerait à vous.

                          Quand j'étais gosse, un pédo tournait quelque temps dans le quartier... Les ainés voulait lui régler son compte, on ne l'a plus revu, sauf une ou deux fois.
                          Une fois, je prenais le soleil au bord d'un fleuve en lisant un truc. Y'avait un type, normal, avec son taxi. Il s'avance en souriant comme n'importe quelle personne civilisée et pas farouche. Il établit le contact. Finalement on échange des mots, et voilà-t-il pas que ce trou duC commence à me toucher subrepticement pendant qu'il parlait. ça m'a fait bizarre, comme impression, une impression de trahison, l'impression que l'on ne peut se fier à personne.
                          Cela suffit-il pour faire de moi un mec qui a envie de tuer les pédophiles?
                          Je ne vais pas comparer cette épisode de ma vie avec le vécu de VRAIES victimes.

                          Les gens deviennent procéduriers et voient des abus mentaux et physiques dans des choses qui relèvent purement et simplement de l'ordre naturel, qu'il faudrait sans doute revoir en profondeur, mais sans détruire l'espèce humaine, je vois pas comment.

                          -------------------------
                          "Ne serait-il pas possible, jeune homme, de "briser" justement cette spirale pour trouver autre chose ?"

                          Je crains que le "jeune homme" ait pris un coup de vieux...
                          J'ai essayé de trouver autre chose. Avec mes 20 ans et toute la vie que je croyais avoir devant moi, j'ai férocement essayé de trouver autre chose.
                          Il a été atrocement cruel de me rendre à l'évidence: j'ai échoué dans mon entreprise.
                          Mes plus belles années se sont écoulées vainement.

                          Les gens n'ont d'yeux que pour ceux qui réussissent. Ils n'ont aucune considération pour tous les prédécesseurs qui ont, certes échoués, mais surtout préparé le terrain.
                          C'est ainsi, plus les gens sont petits, plus ils méprisent les troisièmes pour aduler en masse les premiers.
                          Les gens sont ... trop ... pour être aimés.

                          ----------------------------
                          "Je ne veux pas reproduire sur un autre la violence que j'ai reçue...Je suis à même de comprendre le respect de l'intégrité d'un corps humain en général, et d'un enfant en particulier...Pourtant je n'ai jamais été mère. J'aurais pu passer outre vos propres souffrances d'homme puisque je suis une femme...je n'aurais dû m'occuper que de mes droits "féministes" "

                          Que la plupart des gens soient incapables de se mettre dans la peau de l'Autre explique pourquoi la prostitution existe, et la circoncision; parce que le lien qui relie les humains n'est pas humain, mais matérialiste, intéressé, pervers.


                          "Mais je pense que tout se tient...la violence des mots (vous dites être attaché à la liberté d'insulter une personne selon son sexe), entraîne la violence des comportements (irrespect, inattention, mépris, discriminations, inégalité) qui entraîne la violence des actes (agression,viols, prostitution, meurtres,vengeance, guerres...) quelque soit l'âge et le sexe..."

                          Tout à fait, mais à ce jeu on ne fait plus rien.

                          -----------------------
                          "Je suis toujours étonnée de remarquer la réaction véhémente concernant les agressions sur les enfants alors que bien d'autres agressions sur l'adulte passent inaperçus...Et pourtant, ces agressions, cet irrespect, sont étroitement dépendants les uns des autres, me semble-t-il."

                          Les gens se donnent de la valeur à bon compte en se faisant passer pour des amoureux protecteurs des enfants, comme les hommes se donnent de la valeur à bon compte en se faisant passer pour des amoureux protecteurs des femmes. Tous ces gens limitent leur amour et leur protection à ce que la sté ... oit comme de l'amour et de la protection.
                          La plupart des "mères" limitent leur rôle à celui qui est socialement reconnu. Elles donnent à l'enfant ce que la sté donne aux femmes; et rien d'autre.

                          -------------------
                          "Il va vous falloir faire un choix..."

                          "-Contre vous-même...mais alors vous vous serez "puni" 2 fois... "

                          ça s'appelle des maladies psychosomatiques, auto-immunes, plus ou moins chroniques, plus ou moins dégénératives, mais cette violence contre soi, on ne la décide pas plus que celle qu'on vous inflige. Elles aussi, on la subit.

                          ------------------------
                          "-Contre les autres, mais ils ne verront que la violence de votre action au détriment du véritable message..."

                          Mais... c'est que je suis en train de devenir ce que j'ai toujours détesté: haineux, réellement haineux; misogyne, misanthrope, si plein de rancoeur, de ressentiment, d'aversion...

                          Je crois aussi que je n'ai pas choisi. J'aurais préféré que tout s'arrange, j'aurais préféré pouvoir à nouveau aimer les filles, les femmes, pouvoir les trouver merveilleuses... malheureusement je ne suis pas disposé à m'abreuver de mensonges. Mon plus grand tort est de vouloir la vérité, de ne pas vouloir m'accommoder du mensonge. Je n'aime pas la comédie; la comédie humaine.

                          Je me souciais du sort des filles, des femmes, jusqu'au jour où j'ai ressenti un amer sentiment de trahison: pendant que les hommes se faisaient une fierté de dénoncer la circoncision féminin, les femmes se faisaient une fierté de légitimer la circoncision masculine.

                          Les femmes ont creusé leur propre tombe en creusant la mienne.

                          Commentaire

                          Publicité

                          Forum-Archive: 2002-12

                          publicité

                          Chargement...
                          X