publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

A lire absolument svp !!

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • A lire absolument svp !!



    "Je crois que le fait que l'on administre de la Ritaline à plusieurs milliers d'enfants (en déficit d'attention ou hyperactifs), au détriment de leur santé ou de leur vie, ou que l'on électrochoque des milliers de personnes venues demander de l'aide ne peut laisser personne indifférent."

    Docteur Jean Philippe LABREZE



    Bonjour à tous et toutes,

    Je retranscris ici et souhaite diffuser (et vous engage à faire de même) une information des plus importantes pour nos enfants (et toute notre société):

    Une LETTRE OUVERTE adressée au Ministère de la santé par un collectif de médecins (à lire à la fin de ce message).

    On continue toujours à traiter la santé à l'envers en nous empoisonnant artificiellement avec du chimique plutôt que de faire sain et naturel et de prendre les problèmes à la base (le Vivant a besoin de vivant et naturel our vivre, quand le comprendra t-on et le respectera t-on ??!!).En attendant, naturellement, cela fait les profits de l'industrie chimico-pharmaceutique (comme les vaccins, autre empoisonnement majeur), mais ça ne résout en rien les problèmes de santé, au contraire !!...
    Cette fois-ci, ce sont des milliers d'enfants (dont peut-être les vôtres, déjà) qui sont en danger.

    Le problème de déficit d'attention ou d'hyperactivité des enfants qui est souligné ici, a pour origine un environnement pour le moins peu respectueux de la nature humaine profonde et de la grande sensibilité et intelligence de nos enfants. Il est au même titre que bien d'autres faits de société, la preuve flagrante de l'échec de nos principes de société. Le traitement superficiel et artificiel de cela par la chimie, pour faire les choux gras de l'industrie pharmaceutique, est à peu près le pire que l'on puisse imaginer !!!...

    Quand comprendra t-on que dans cette société on fait tout pour maintenir l'homme dans l'ignorance, dans un piètre état de santé, dans de basses énergies de destruction, d'asservissement, ... ?!

    Réagissez citoyens, réagissez êtres humains !!! Réveilez-vous !!! Comment a t-on pu déjà en arriver à ce stade déplorable du monde actuel ?!



    Docteur Jean Philippe LABREZE
    ALLEINS, le 24 Novembre 2004
    Collectif des médecins et des citoyens contre
    les traitements dégradants de la psychiatrie.
    449 Rue de LEgalité
    13980 ALLEINS

    Monsieur DOUSTE-BLAZY
    Ministère de la Santé et de la protection sociale.
    8 Avenue SEGUR
    75007 PARIS

    Copie adressée à Monsieur le Premier Ministre, Jean Pierre RAFFARIN.




    Monsieur le Ministre,


    Le Collectif des médecins et des citoyens contre les traitements dégradants de la psychiatrie a, par un courrier recommandé en date du 16 avril 2004, souhaité attirer votre attention sur les problèmes graves soulevés par la pratique de la sismothérapie dans notre pays. Les inquiétudes dont je vous faisais alors part se sont majorées par la suite puisque les nombreux témoignages adressés au collectif ont démontré quun grand nombre détablissements privés (cliniques psychiatriques) administrent des électrochocs. Je souhaite également attirer votre attention sur le fait que la plus grande opacité entoure ces pratiques dans notre pays et, quà ce jour, aucun organisme na été en mesure de me fournir des statistiques concernant la fréquence dadministration des électrochocs. Il apparaît en effet que les actes effectués dans les établissements publics ne sont pas répertoriés et que ceux des établissements privés ne sont pas codés.

    Ce premier courrier étant resté sans réponse, je vous saurais gré de bien vouloir me faire savoir sil vous est parvenu et de bien vouloir également éclairer le collectif sur la suite que vous entendez lui donner.

    Par ailleurs, je souhaiterais attirer votre attention sur un autre problème majeur de santé publique, menaçant la santé et la vie de nombreux enfants. Je veux parler du TDHA (trouble de déficience de lattention / hyperactivité) et du traitement de ce trouble par des médicaments psychostimulants de la classe des amphétamines ou apparentés. Permettez moi de rappeler ici quelques éléments clé :

    1987: les membres de l'APA (Association psychiatrique américaine) votent à main levée l'introduction dans le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) d'un nouveau trouble psychiatrique: le TDAH (Troubles déficitaire de l'attention/hyperactivité).
    En l'espace d'un an, 500 000 enfants américains reçoivent ce diagnostic. Aujourd'hui, étiquetés hyperactifs, plus de 6 millions d'enfants américains prennent le chemin de l'école après avoir avalé leurs pilules de psychostimulants (Ritaline, pour ne citer que la plus employée).

    Les effets hautement délétères de la Ritaline (methylphénidate) et des autres stimulants (dextroamphétamine et metamphétamine) sont indiscutables et largement documentés, quil sagisse de leur impact sur le système nerveux central, les appareils gastro-intestinal, cardio-vasculaire ou endocrinien. (cf. documents ci-joints)

    Entre 1990 et 2000 , 186 décès liés à la Ritaline ont été rapportés à la FDA, ce qui ne représente, selon le docteur BAUGHMAN, membre de l'Académie américaine de neurologie, que 10 à 20% du nombre réel de décès imputables à cette drogue ! Des enfants âgés d'une dizaine d'années décèdent de troubles cardiaques et présentent des anomalies similaires à celles présentées par les consommateurs chroniques de cocaïne! Dans les hôpitaux américains, les admissions dans les services d'urgence pour abus de Ritaline sont aujourd'hui, chez les préadolescents, plus nombreuses que celles dues à la cocaïne !

    La Ritaline se deale dans les cours d'école et de nombreux enfants la sniffent ou se l'injectent en IV. Il est intéressant de rappeler que la Ritaline est une drogue du tableau II (convention des Nations Unies sur les substances psychotropes. 1971) au même titre que la cocaïne, la methamphétamine, les opiacés ou les barbituriques les plus puissants. Peut on réellement être surpris de sa toxicité et de son pouvoir addictogène ?(cf. témoignage du Pr BREGGIN devant le congrès des Etats-Unis, joint en annexe). De nombreux cas de suicides, lors du sevrage du produit, ont également été rapportés.

    Où est la logique lorsque, dune part, le gouvernement français essaie de se donner les moyens dendiguer le fléau de la toxicomanie et que, dautre part, la psychiatrie drogue sans raison des milliers décoliers français ?

    Les médecins sont parfois placés dans des situations où ils doivent, dans le cadre d'une démarche thérapeutique, évaluer soigneusement la balance bénéfices/risques. Mais, s'agissant du TDAH, nous sommes en face d'une situation inacceptable car la "maladie" qu'il s'agit de traiter est une pure invention de la psychiatrie. De nombreux experts médecins nient la réalité de cette "maladie" (en tant que processus morbide résultant dune cause reconnue, en loccurrence un supposé dysfonctionnement du cerveau), et condamnent fermement la mise sous drogue de nos enfants.

    Ici encore, la logique de la psychiatrie a été strictement la même que celle que dénonçait déjà le Pr ZARIFIAN dans le rapport quil vous avait remis en 1995. Mais de quoi sagit-il précisément ? Sagissant du problème de TDAH, la démarche de la psychiatrie sest limitée à la définition dun groupe de symptômes (dont la dimension pathologique est éminemment subjective et critiquable), au fait de coller une étiquette diagnostique sur lensemble (dans ce cas spécifique par un vote à main levée) et, bien entendu, à la préconisation de la ou des molécule(s) censée(s) résoudre le problème. Que sont devenues la rigueur scientifique et la prudence absolument fondamentales dans un domaine tel que celui-ci ?

    Pour le Professeur BREGGIN, psychiatre, psychopharmacologue, expert près les tribunaux, il est important de comprendre que le diagnostic de TDAH a été développé spécifiquement dans le but de justifier l'utilisation des drogues visant à modifier le comportement des enfants en classe.(...).De plus, alors que certains comportements sont inhibés pour une durée de quelques semaines, il n'existe aucune preuve tangible de l'amélioration du comportement scolaire, social ou psychologique. Au contraire, les preuves existent démontrant une altération des fonctions cognitives, un retrait social et l'existence d'un état dépressif .

    En novembre 1998, le texte final de la Conférence de Consensus sur le TDAH du National Institute of Health (NIH) aux États-Unis déclarait sans équivoque : Il ny a aucune donnée qui indique que le TDAH soit causé par un dysfonctionnement du cerveau. (...)
    Chez les sujets médicamentés, les psychostimulants semblent améliorer la concentration et leffort tout en minimisant limpulsivité et augmentant la docilité pour une courte période initiale denviron 7 à 18 semaines, pour ensuite perdre toute efficacité .

    Que certains comportements puissent être parfois source de difficultés pour l'enfant et son entourage, et traduire un réel problème de santé, j'en conviens sans difficultés. Mais alors, pourquoi essayer d'atténuer certains symptômes, qui plus est pour une période de temps limitée et au prix d'effets délétères majeurs, alors qu'une démarche médicale logique et appropriée serait de traiter la cause sous-jacente ?

    De nombreux facteurs sont susceptibles d'affecter l'équilibre psychique et le comportement des enfants (carences affectives ou éducatives, difficultés scolaires, problèmes de santé tels que des allergies ou des carences nutritionnelles...). Parmi ceux-ci, les erreurs alimentaires (surconsommation de sucre et d'hydrates de carbone raffinés, de graisses saturées ou dénaturées par la chaleur) génératrices de carences en vitamines du groupe B et en acides gras essentiels, de déséquilibre glycémique, jouent très probablement un rôle déterminant.

    Le Dr L.M PELSSER, du centre de recherche sur l'hyperactivité et le THADA, à Middleburg (Pays-Bas) a découvert que "le comportement de 62% des enfants diagnostiqués comme souffrant de THADA s'était grandement amélioré après un changement d'alimentation d'une durée de 3 semaines".
    Une étude réalisée par le sociologue Stephen SCHOENTALER, démontre que chez plusieurs centaines d'adolescents incarcérés auxquels on a donné une alimentation stabilisant la glycémie ainsi qu'une supplémentation en vitamine B1 et en magnésium, on a constaté une réduction des agressions physiques de 82%, des vols de 77% et du refus d'obéir de 65%.

    Ces éléments sont aujourdhui incontournables. LAssemblée parlementaire du Conseil de lEurope, en date du 7 mai 2002, invitait dailleurs les gouvernements des états membres à :
    a : Contrôler plus étroitement le diagnostic et le traitement des enfants présentant des symptômes de troubles déficitaires de lattention / hyperactivité ou de troubles similaires.
    b : Coordonner et intensifier les recherches portant sur la prévalence, les causes, le diagnostic et le traitement (en particulier les traitements alternatifs tels que lalimentation souligné par nos soins-) de ces désordres et, en particulier, sur les effets à long terme des psychostimulants prescrits à titre de traitement ainsi que sur le rôle des facteurs sociaux, éducatifs et culturels.
    c : Elaborer et mettre à la disposition des parents denfants atteints de ces troubles, les documents expliquant les possibilités existantes pour améliorer leur condition.
    Aujourd'hui, dans notre pays, plus de 6000 enfants sont sous Ritaline! A en croire les psychiatres, 5% des écoliers français seraient atteints de ce trouble. Si nous ne faisons rien pour empêcher cette nouvelle tragédie, qui peut dire combien de dizaines de milliers d'écoliers français seront, dans un futur plus ou moins proche, sous traitement chimique, à l'image de ce qui se passe aujourd'hui en Angleterre par exemple et dans plusieurs autres pays de la communauté européenne ?
    Cest la raison pour laquelle nous vous demandons, Monsieur le Ministre, considérant quil existe aujourdhui un faisceau de preuves indiscutables permettant de mettre en cause la validité du diagnostic de THADA et lapproche thérapeutique médicamenteuse à base de psychostimulants, de suspendre lautorisation de mise sur le marché du methylphénidate sous toutes ses formes (Ritaline ou Concerta) et de constituer une commission pluridisciplinaire chargée de faire toute la lumière sur le sujet. Outre des psychiatres, cette commission devrait selon nous comprendre des médecins dautres spécialités (pédiatres, neurologues, médecins généralistes) mais également des acteurs susceptibles dapporter une contribution précieuse à ce débat, tels que des philosophes, des éducateurs et des membres du corps enseignant.
    Il me semble également important de rappeler ici que daprès une enquête publiée en 2003 par la CNAM, 120 000 enfants et adolescents de moins de 18 ans consommeraient des antidépresseurs. Or de très nombreuses études convergentes concluent que non seulement cette classe thérapeutique na démontré aucune efficacité dans cette tranche dâge mais que par ailleurs, il a été mis en évidence une multiplication par 2 du risque suicidaire dans le groupe traité par antidépresseurs par rapport à un groupe de dépressifs du même âge traité par placebo.
    Le comité consultatif dexperts de la FDA vient pour sa part de terminer lexamen de 24 études, conduites sur un total de 4 000 enfants et adolescents, et concernant 9 molécules appartenant pour la plupart à la nouvelle génération des antidépresseurs et a conclu que le rapport bénéfice risque des antidépresseurs pour les enfants et les adolescents était négatif.
    Devant lévidence des preuves, la Grande Bretagne a pris en décembre 2003 la décision dinterdire cette classe de médicaments chez les moins de 18 ans.

    Nous vous demandons également ce que vous entendez faire pour que des dizaines de milliers denfants ne soient plus victimes des actions coordonnées de lindustrie pharmaceutique, sans cesse à la recherche de nouveaux marchés , et de certains experts psychiatres, fortement liés à cette même industrie pharmaceutique.

    Ne pas agir aujourdhui avec une détermination à la hauteur des risques encourus par nos enfants et des enjeux pour notre société serait partager avec la psychiatrie biologique et lindustrie pharmaceutique, la responsabilité de cette tragédie sanitaire et des décès qui ne manqueront pas de survenir.

    Restant à votre disposition pour tout complément dinformation et persuadé que lextrême gravité de la situation ne saurait vous échapper, je vous prie dagréer, Monsieur le Ministre, lexpression de mes très respectueuses salutations.






    Docteur Jean Philippe LABREZE

  • Un vrai problème. mais pourquoi toujours diaboliser...



    En ciblant la prescription de Ritaline, vous accusez les résultats d'un laboratoire de l'industrie pharmaceutique qui a trouvé ce moyen de remercier ses actionnaires. Je ne sais rien de la Ritaline, mais j'avoue que j'ai un doute sur la ritualisation d'un médicament qui traite des effets, sans que soient nécessairement assumées les causes... et les sociologues (en particulier) auraient sans doute de bonnes raisons de croire que la société qu'on offre à ces enfants n'est pas innocente des effets qu'elle produit sur eux. De là à faire un appel, par extension, à la nature et au vivant... j'ai un doute. Ne serait-ce pas votre confort de citadin probable qui vous invite à ce naturalisme béat? Les labos de mon jardin produisent sur un mode assez fréquent et assez menaçant pour que je me garde du moindre label nature en espoir d'innocuité.
    Des labos offriraient la réponse usuelle et unique à des comportements que la société ne sait pas ou plus assumer(existaient-ils voilà 50 ans?), ce serait effectivement une solution unique et minable à un problème complexe. Mais pourquoi faire de ce cas une condamnation des réponses médicamenteuses à des problèmes de santé ? un cas n'est pas une règle.
    Et je remercie certains laboratoires d'avoir gardé mon père en vie par 5 fois (en 37 ans, , alors qu'il entrait dans des zones où la nature l'aurait mené en terre avec la sereine certitude qui est la sienne.

    vous l'avez compris, je l'espère : je suis plutôt d'accord avec les réserves de ce médecin concernant l'utilisation par habitude de la Ritaline pour normaliser le comportement de ces enfants...
    Il est vrai qu'on ne se pose jamais la question de leur rendre leurs mamans, caissières jusqu'à 22 heures dans des hypermarchés, quand elles seraient mieux productives à les border, leur lire des histoires, les rassurer, à l'heure où le sommeil les attend... ceci juste pour initier les pistes sociales de ces perturbations...
    Combien parmi eux souffrent d'un déficit d'attention, y compris quand leurs parents sont présents? Constatons simplement qu'un petit écran est trop souvent plus attractif dans ce monde-ci qu'un appel ou que le sourire d'un bambin....
    Des causes probables, je peux vous en dresser des listes infinies...

    Un monde malade ne peut engendrer des enfants sains.

    De là à inclure les vaccins dans la croisade !!!
    je cite l'info AFP de ce jour dans mon quotidien local :

    "C'est à Vannes que se déclencha, le 1er janvier 1955, la dernière épidémie française de "petite vérole" : 98 habitants furent atteints, 17 en moururent.L'action énergique du Dr Georges Cadoret, permit, à l'époque, d'éviter une plus forte contagion. En pleine Saint Sylvestre, il envoya à Paris et Tours des véhicules chargés de rapporter des doses de vaccin."

    Contre l'usage qui est fait de la Ritaline actuellement, pourquoi pas, surtout si les pistes ciblant la critique raisonnée autant que l'alternative sont clairement documentées.
    Mais suivre un médecin qui donne dans l'amalgame général, et les principes généraux, ça me les briserait menues, pour être parfaitement explicite.

    Commentaire


    • Un vrai problème. mais pourquoi toujours diaboliser...
      Erratum



      Je confirme; plutôt d'accord avec le médecin à qui je présente mes plus infinies excuses de lecteur trop rapide : c'est son exégète qui condamne les vaccins.
      L'exégète en celà n'est pas très honnête : on ne défend jamais mieux le combat de quelqu'un qu'en le respectant à la lettre.

      Ce citateur mérite, pour être à jour dans son combat anti-chimie, d'être renvoyé à ce qu'est un manuel de botanique un peu pointu (pour exemple) : Botanique Générale de Wilhelm Nultsch, traduit de l'allemand aux éditions De Boeck Université/Thieme Verlag...
      Il comprendra mieux la fatuité de se prétendre à l'abri de la chimie, base unique de la nature !

      Commentaire


      • Erratum
        Réponse à papysaitoo...



        Je me permets d'apporter quelques éléments de réflexion et de réponse par rapport à tes propos et mon "débordement", selon toi.

        Voici quelques extraits de l'Appel de Paris, lancé le 7 mai de cette année, " Déclaration internationale sur les dangers sanitaires de la pollution chimique "... (signé par plus de 210 associations en France, de nombreux chercheurs, médecins, Nicolas Hulot, Hubert Reeves, Corinne Lepage, Albert Jacquard, ...)

        "Considérant que la situation sanitaire se dégrade partout dans le monde ; que cette dégradation, bien que de nature différente, concerne aussi bien les pays pauvres que les pays riches ;"

        "Constatant que lHomme est exposé aujourdhui à une pollution chimique diffuse occasionnée par de multiples substances ou produits chimiques ; que cette pollution a des effets sur la santé de lHomme ; que ces effets sont très souvent la conséquence dune régulation insuffisante de la mise sur le marché des produits chimiques et dune gestion insuffisamment maîtrisée des activités économiques de production, consommation et élimination de ces produits ;"

        "Considérant que ces nombreuses substances ou produits chimiques contaminent de façon diffuse lenvironnement ; quelles peuvent interagir les unes avec les autres et exercer des effets toxiques additionnels et/ou synergiques dans les organismes vivants ; quil est dès lors devenu extrêmement difficile détablir au plan épidémiologique la preuve absolue dun lien direct entre lexposition à lune et/ou lautre de ces substances ou produits et le développement des maladies ;"

        "Considérant que lHomme est un mammifère consubstantiel à la flore et à la faune environnante ; quil est à lorigine de la disparition de plusieurs milliers despèces chaque année ; que toute destruction ou pollution irréversible de la flore et de la faune met en péril sa propre existence ;"

        "Considérant que la pollution chimique sous toutes ses formes est devenue lune des causes des fléaux humains actuels, tels que cancers, stérilités, maladies congénitales etc.; que la médecine contemporaine ne parvient pas à les enrayer ; que, malgré le progrès des recherches médicales, elle risque de ne pas pouvoir les éradiquer ;"

        "Nous, scientifiques, médecins, juristes, humanistes, citoyens,

        convaincus de lurgence et de la gravité de la situation,

        déclarons que,



        Article 1 : Le développement de nombreuses maladies actuelles est consécutif à la dégradation de lenvironnement



        Article 2 : La pollution chimique constitue une menace grave pour lenfant et pour la survie de lHomme



        Article 3 : Notre santé, celle de nos enfants et celle des générations futures étant en péril, cest lespèce humaine qui est elle-même en danger."

        Voici aussi les propos du Professeur Dominique Belpomme, un des artisans principaux de cette déclaration :

        " Pour vivre et prospérer, tout organisme vivant doit être en parfaite adéquation biologique avec son milieu. Il sagit dun principe universel fondamental, relevant non seulement de la physico-chimie classique, mais aussi des lois de lévolution, de linformation et de la cybernétique. Cest pourquoi lécologie est une discipline complexe et incontournable du vivant. Toute transgression de ce principe ne peut conduire quà la mort de lorganisme concerné et aboutir à la disparition de lespèce quil représente. Dans la nature, lhomme nest quune espèce parmi dautres, qui ne saurait faire exception. Cest ce que doivent comprendre les chimistes, les industriels et les hommes politiques."

        Pour résumer, toute nourriture ou traitement du Vivant (dont l'homme fait partie !!) par autre chose que du vivant et du naturel est un non-sens biologique, qui ne peut conduire qu'à de profonds déséquilibres, à la maladie et à la mort au final.

        A vouloir traiter le Vivant, toute sa nourriture, tout son environnement et lui-même (sa santé) avec de l'artificiel et du chimique, l'homme n'en récolte, comme évoqué ci-dessus, que pollution généralisée, destruction de l'environnement, crises sanitaires d'ampleur mondiale, augmentation constante des cancers et diverses autres maladies (comme quoi notre médecine occidentale et la chimie sont inefficaces, et ne font que rajouter de l'huile sur le feu), mauvais état de santé général de la population, ...

        Voici un extrait parlant des travaux du docteur Jeanne Rousseau :

        " jai pu réaliser de nombreuses mesures bioélectroniques sur différentes plantes et constater la grande différence entre une plante cultivée selon les règles de lagriculture biologique et une plante cultivée chimiquement. Dans le premier cas (biologique, naturel), les mesures des potentiels électromagnétiques montrent un niveau proche de léquilibre, qui correspond à une vitalité maximum. Dans le deuxième cas (chimique, artificiel), les mesures montrent systématiquement un " survoltage " du milieu, signe dun déséquilibre. Il en va de même dune terre travaillée biologiquement ou chimiquement. " Idem pour l'homme, bien sûr !!...


        Tant qu'on ne prendra pas les choses à la base, avec une vision d'ensemble, et qu'on ne respectera pas les lois universelles du Vivant et de la Vie, l'homme continuera de se détruire, et sa planète avec...

        " Pour lheure, beaucoup de nos prétendues avancées ne sont que des trompe-lil, des illusions démenties par des effets secondaires redoutables ". Nicolas Hulot, dans "Le syndrome du Titanic"

        Commentaire


        • Re: A lire absolument svp !!

          Avec la bronchite bactérienne, il peut prendre au sérieux si vous avez aussi l'asthme, la fibrose kystique ou la MPOC. Vous pouvez avoir une forte fièvre et des muqueuses décolorées. Après une visite à votre médecin, vous saurez quel genre vous avez et comment la traiter. Vous pouvez avoir besoin d'une radiographie si vos symptômes sont assez graves. Le traitement est différent avec les deux formes de la bronchite. Si vous avez le genre viral, vous pouvez boire plus de liquides. Reste, et si vous avez des douleurs musculaires, prendre de l'acétaminophène. Plus de médicaments en vente libre peuvent aider, aussi. Une douche chaude va ouvrir vos voies respiratoires et vous aider à crachez muqueuse.
          <lien supprimé par le modérateur>

          Commentaire

          Publicité

          Forum-Archive: 2004-122016-05

          publicité

          Chargement...
          X