publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Help, qui suis-je ? :???:

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Help, qui suis-je ? :???:



    Bonjour à vous,

    Je suis nouvelle sur ce forum et m'y suis inscrite pour plusieurs raisons dont une principale : le sentiment d'être "anormale".
    Je sais que ce terme est beaucoup utilisé et ne veut - au fond - rien dire, mais je ne sais comment qualifier autrement cette impression que j ... y a quelques années (1, 2 ou 3, je n'sais plus vraiment), j'ai coupé le peu de relations que j'avais. J'avais quelques bonnes amies ; du jour au lendemain je les ai bloqué d'MSN et n'ai plus répondu à leurs textos.
    A bien y réflechir, il me semble que c'était afin de ne plus avoir à les "voir" IRL (In Real Life) car cela me demandait une grande énergie que je n'avais plus.
    Par la suite, je suis entrée dans un état d'inertie, si je puis dire. J'étais là sans être. Devenue étrangère à moi-même et au monde m'entourant. Je n'ai plus ressenti aucune émotion, plus de tristesse, de joie, plus le goût à rien.
    Ce qui m'intéressait auparavant me lassait sitôt commencé, me lassait ou m'épuisait, je ne sais pas vraiment.
    Je vivais (et vis toujours) reclue dans ma chambre (et dans le noir).
    Bref, par la suite j'ai eu une courte période où je pleurais (chose totalement inconcevable avant, je ne pensais pas être capable de pleurer) sans raison, de grosses crises de larmes.
    Depuis, je ne parle toujours à personne, le moindre contact me stresse et est une épreuve.
    Je ne vois d'intérêt à rien, n'arrive plus à regarder un film car mon attention n'est plus là. La lecture et la musique, n'en parlons pas.
    Mes parents me reprochent mon inactivité, mais je n'arrive pas à faire autrement. Si beaucoup de jeunes travaillent l'été, je n'en suis pour ma part pas capable. Je l'ai fait quelques jours l'année précédente mais me sentais extrêmement mal (crise d'angoisse le soir à l'idée de penser qu'il faudrait y retourner le lendemain). De ceci, mes parents n'en savent rien.
    J'ai de plus en plus de difficulté à suivre de simples conversations : d'une je ne vois pas l'intérêt de ce que l'on peut dire, mais -aussi et surtout- je ne sais pas quel comportement je dois adopté. Je n'ai pas l'impression d'être claire et vais donc illustrer : Si une personne me dit quelque chose, je vais me dire "dois-je adopter l'attitude de quelqu'un de triste, de compatissant ?". Et du coup, j'ai l'impression que mes réactions semblent chaque fois inappropriées.
    Je n'ai d'avis sur rien, et cela me "mine". Si l'on me demande (grossier exemple servant uniquement à mieux me faire comprendre) "es-tu pour ou contre la peine de mort ?", je ne vais savoir que répondre. Je vais répondre "pour" tout en me disant que j'aurais pu également répondre "non". Je ne vois de vérité nulle part, et ceci est vraiment handicapant. Tout me semble vide, vain. Je vois les hommes courir et ne comprends pas le pourquoi. Je n'vois autour de moi que du "flou", que des "pourquoi ?" laissés sans réponse.
    Aussi - et j'arrêterais là - je n'ai jamais ressenti de désir pour quelqu'un. Je n'ai donc jamais été amoureuse. Bien sur je peux trouver des personnes belles, mais je vois alors leur beauté comme la beauté d'un tableau, rien de plus.
    Mon cerveau ne s'arrête jamais, je ne vis pas, je me vois vivre, je réflechis à tout, et chaque fois cela me pousse dans des délires pseudo-métaphysiques aboutissant toujours à la réponse "tout cela est dénué de sens".
    J'ai toujours été assidue en cours, mais depuis 6 mois maintenant n'y vais quasi plus.. Il m'arrive de réussir à sortir de chez moi, de prendre le bus, puis de faire demi-tour et de rentrer.
    Je voudrais vouloir des choses, je voudrais voir le monde autrement mais n'y arrive pas.
    Ce qui me pousse à écrire est, je crois, ce sentiment d'être consciente de tout ça (quelque part c'est logique, si je n'en étais pas consciente je n'écrirai pas pour raconter cela puisque ça me semblerait banal).
    Je ne suis pas dépressive pour autant, je ne ressens pas de tristesse ni rien (même si parfois, cela me rassurerait d'en ressentir je crois)
    Voilà, je vous remercie de m'avoir lu jusqu'au bout.. Beaucoup de "je" pour un fantôme.

    Je ne sais pas vraiment ce que j'attends de tout cela, peut-être juste vos réactions quant à ce post : )
    Bonne soirée à vous.

  • /!\



    Bonjour à toi, je suis étudiante en médecine, et ce que tu me décrit semble être soit une sévere dépression peut être du à un grand traumatisme ou peut être souffre tu d'une dépersonnalisation ? te sent tu détacher de ce monde ? de ton identité physique ? en tout cas je te rassure le faite que tu en parle et que tu décrit tous sa très clairement montre que non tu n'es pas folle =) je te conseil d'aller voir un Psychiatre ( habiliter a délivrer des ordonnances pour des médicaments) car un psychologue ne peut pas te donner de traitement, et parle lui de tes symptômes, ils existent beaucoup de personne qualifiés et de solutions pour t'aider. et surtout ne reste pas seule , va consulter et explique, car mettre des mots sur ce qu'on ressent, parfois même à travers un PC sa aide énormément.

    Commentaire

    Publicité

    Forum-Archive: 2011-052011-11

    publicité

    Chargement...
    X