publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ruminations ou réalité ?

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Ruminations ou réalité ?



    Alors voilà, j'ai 15 ans et je suis une fille. En ce moment je ne m'en sort plus. Pourquoi ? J'ai peur d'être lesbienne. Rien que d'écrire le mot me fait mal. Ca m'est venu comme ça, en vacances. Je regardais une fille sans trop savoir pourquoi, à la plage et BAM ! La question: "Pourquoi je la regarde ? Je suis lesbienne ?". A partir de là, l'enfer commence ! J'ai laisser passer, puis, au magasin, je détail les vêtements d'une fille, ce que j'aimais, ce que je n'aimais pas. La question revient. Ensuite, un de mes oncles est venu à me dire quelque chose en finissant pas: "A moins que tu sois lesbienne, t'aurais le droit hein mais je ne pense pas, ce serait du gachis". Re question. Un jour dans le jeu "les sims" mon "personnage" à une "petite amie potentielle". La question revient encore. Et puis en rentrant, l'obsession.

    Je me teste sans cesse en regardant les filles "Est-ce qu'elle t'attire, elle ?" et les garçons: "Tu le trouves beau ?". Mentalement aussi en me disant: "Je suis lesbienne", "je suis hétéro" pleins de fois et en scrutant mes réactions. Cependant je ressent comme une "excitation" dans les bas ventre quand je me dis "je suis lesbienne" au bout d'un certains nombre. Depuis je me lève le matin avec cette question, mange avec, m'endors avec sans pouvoir la chasser de mes pensées. Je pleure sans cesse pour une simple et bonne raison: je ne veux pas l'être ! Je ne suis pas homophobe mais je ne me vois pas aimer une fille. Je suis toujours tomber amoureuse de garçon et imaginer l'inverse me dégoute (désolée du mot). Même avec mes amies, je n'ai jamais ressentit de sentiment autre que de l'amitié envers elle. Et je suis certaine de n'avoir jamais été attirée par les femmes avant.

    J'en arrive à chercher dans mon passer et je me suis souvenue m'être masturber devant un porno lesbiens. Crise d'angoisse à partir de là. Petite je regardais les images miniatures de femmes en sous-vêtements dans les magasines. Vous savez les pubs pour le chats ? Avec une amie, on se frottait nos fesses l'une contre l'autre et faisions semblant de s'embrasser pour "faire comme les grands" mais je devait avoir 8 ans ! Je ne m'en sort plus, me dit que je suis homo refoulée. Ou alors complètement l'inverse en me disant "tu es folle" ! Je pleure sans cesse et c'est horrible. L'angoisse est tout le temps là. Je ne me sort pas ces questions de la tête.

    J'ai déjà eu peur d'avoir une maladie grave aussi, après avoir tater des ganglions dans mon coup. Je pleurais tout le temps, persuader que j'allais mourir. Peur de perdre mes proches aussi, qu'il leur arrive quelque chose. J'ai eu autre chose dans le genre, peur de la fin du monde, donc, peur de mourir. J'en pleurais sans cesse aussi, lisait des choses sur internet. Je me rapelle que, vers 10 ans j'ai eu peur d'être enceinte. Une chose totalement incensée !

    J'espère sincerrement que vous pourrez m'aider, j'ai entendue parler des "ruminations", je me retrouve dans les symptomes mais ne suis sûre de rien. Je n'en peu tout simplement plus...

  • Votre témoignage est extrêment touchant



    Je vois plusieurs éléments dans ce que vous dites.
    Premièrement l'adolescence qui est un moment charnière de votre vie à plusieurs égards, entre le monde "insouciant" de l'enfance et le grand inconnu angoissant de l'adulte que vous allez être, mais que vous ne connaissez pas encore. C'est déjà en soi une source de questions et de questionnement.
    Deuxièmement, votre féminité vous pousse à vous fier à ce que vous resentez. Il est très courant chez une femme de sentir son coeur battre et donc, de conclure avec étonnement qu'elle doit probablement être amoureuse, puis de rechercher les raisons du "pourquoi" elle est amoureuse. Intuitivement, les hommes le savent bien et en jouent. C'est pourquoi, pour vous séduire, ils s'acharnent à vouloir vous faire rire, à vous provoquer ou vous bousculer un peu, ou à vous mettre dans une situation un peu sportive : afin que votre coeur batte soudainement plus vite ! Il me semble que c'est ce qui vous est arrivé à partir de cette situation sur la plage : Vous avez resenti une émotion et de là, vous vous êtes mise à la recherche de son explication.
    Troisièmement, vous vous construisez votre identité sexuelle (chose que l'on construit toute sa vie d'ailleurs). En matière sexuelle, on n'est pas homme ou femme rien qu'en naissant homme ou femme. La naissance décide juste de qui sera apte à porter un enfant et qui ne le sera pas, ainsi que des caractères morphologiques. Tout le reste se contruit petit à petit. Vos jeux d'enfant, votre expérience de plaisir solitaire, vos sensations corporelles, font partie de votre construction. C'est votre chemin sur la découverte de votre sexualité et non les quelconque signes d'une prédétermination. Laissez vous guider par ce que vous aimez et ce que vous n'aimez pas. Parallèlement, il y a des situations qui vous exciteront mentalement uniquement et celles que vous aurez plaisir à vivre dans la réalité : C'est la différence entre les fantasmes et sexualité avec un partenaire. Et ça n'est pas parce que vous avez pris plaisir à vous caresser en regardant un film lesbien, que pour autant, vous avez secrètement l'idée d'avoir une relation sexuelle avec une autre femme. Les deux n'ont strictement aucun rapport. On peut adorer l'un et avoir horreur de l'autre...
    J'en viens à mon quatrième point, celui de l'angoisse face à son destin. Ce que vous décrivez des questions morbides que vous vous posez à partir d'un évènement ou d'une information (avoir une maladie, perdre ses proches, la fin du monde) est un problème fondamentalement humain : Peut-on deviner l'avenir ? Certains prétendent que oui. Ils sont croyants, ou supersticieux et calment ainsi leurs angoisses. Vous, vous doutez. C'est le cas de beaucoup de personnes. On peut très bien vivre en apprenant à accepter que nous ne savons rien de notre propre destinée et que nous n'en maitrisons qu'une toute petite partie. Vous apprendrez même à accepter que vous aviez tous les éléments pour deviner tel évènement, mais que vous ne l'avez pas vu venir... C'est le grand hasard et je dirai même le grand bazar, de la vie...
    En conclusion, vous vous posez de très bonnes questions et je vous trouve d'une maturité exceptionnelle. C'est le caractère obsédant de ces questions qui vous pose problème. Si celà vous gâche la vie, je vous conseille de consulter un psychologue qui vous aidera à vous apaiser.

    Commentaire

    Publicité

    Forum-Archive: 2011-092011-10

    publicité

    Chargement...
    X