publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La lente descente

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • La lente descente



    Bonjour
    Je tourne en rond depuis des années à essayer de comprendre, d'aider, d'absoudre mon fils de 27 ans.
    On disait de lui quand il était petit, qu'il était un enfant tonique, puis on a dit que c'était un enfant turbulent, puis un jeune ado difficile, puis un grand ado imbuvable. Maintenant, il n'est plus question d'adolescence à problèmes, mais d'un jeune homme qui part de plus en plus à la dérive

    Il vient d'être renvoyé de son travail, et certains du bout des lèvres, disent qu'il est "un peu fou", le mot fou tout seul, on n'ose pas le dire.

    Grand fumeur de cannabis, il est capable d'avoir un comportement charmant, pour exploser dans la minute qui suit s'il se juge contredit. Personne ne peut donner son avis sur rien, il conteste aussitôt. Il est entouré de c.... et celui ou celle qui trouve grâce à ses yeux est toujours sur un siège éjectable. Il est incapable de cohérence dans un discours, semble avoir une très haute opinion de lui-même mais je suis certaine qu'il vit dans une perpétuelle angoisse car il ne peut vivre sans sa béquille cannabis. Il ne tient pas en place, est très maigre, a depuis peu des tics.

    Il ne pratique aucune activité de son âge : sorties, sport. Il n'a pas de copine.

    J'ai essayé de lui parler avec beaucoup de ménagement, d'un psy. Il m'a montré la porte en m'insultant

    Il n'est pas malade, c'est moi qui le suis.

    Il a commencé à déraper vers 16 ans, se faisant renvoyer de tous les collèges et lycées. J'en ai parlé à notre médecin de famille qui s'en fiche comme d'une guigne, je n'ose plus parler de lui en famille car personne ne comprend ou ne veut comprendre. Je me sens seule à crever. Je donnerais ma vie sans hésitation pour qu'il remonte de son puits où je le vois descendre, et la descente sera d'autant plus rapide maintenant qu'il est sans travail.

    Comment peut-on inciter son fils à consulter un psychiatre ? Je ne peux l'assommer pour l'emmener dans un hôpital ?

    Aidez moi

  • Change de médecin



    Il n'y a pas de fou, il n'y a que des gens qui ont des difficultés à vivre. Ton droit de mère c'est de lui dire que tu te fais du souci pour lui et que s'il a un peu d'amour pour toi, il doit faire attention à lui. Tu dis qu'il semble avoir une haute opinion de lui-même, je pense que ce n'est qu'une apparence : il a justement besoin d'une substance pour l'aider à se supporter et faire face aux autres peut-être. N'a-t-il pas de copains ? qui pourrait le remettre sur un bon chemin et dont tu pourrais te servir pour communiquer avec lui ? Et son père ? Son grand-père ? Quelqu'un de masculin dans son entourage en qui il pourrait avoir confiance ? Nous les mamans ne sommes pas toujours les mieux placées pour avoir une crédibilité auprès de nos enfants. La même chose dite par une autre personne que toi peut être entendue de lui alors qu'il te rejettera ! Moi, je changerais de médecin. A mon avis, tu aurais une meilleure écoute. Ne perds pas courage.

    Commentaire


    • Des réponses



      Je n'ai pas pour habitude de réponde aux messages des internautes. Mais là, je dois avourer que votre courrier ne me laisse pas sans voix. J'espère que depuis que vous l'avez écrit votre fils a pris conscience de sa maladie. Elle porte un nom : La schizophrénie et pour la première fois, je viens de lire un article remarquable sur Santé az qui explique vraiment les travers de cette maladie. Mon fils en est atteint. Il a 21 ans et il a fait une bouffée délirante en novembre dernier. Depuis il est avec nous et nous nous efforçons de trouver les mots et avoir les bonnes attitudes pour l'aider à guèrir avec l'aide indispensable de son psychiatre. Seulement, sa guérison ne passera que par les médicaments psychotropes et les consultations régulières chez ce psychiatre. Si votre fils continue à se soigner par le cannabis au lieu de se faire soigner par le corps médical, il risque de faire des bouffées délirantes de plus en plus graves et terminer à l'hopital psychiatre et d'être interné par des périodes de plus en plus longues. Je voudrais vous convaincre et le convaincre qu'il ne peut absolument pas se soigner avec du cannabis et que cette drogue est un cercle vicieux ...
      Je voudrais vous dire que depuis que mon fils se fait soigner, sa métamorphose est visible et que maintenant il retrouve petit à petit le goût de vivre, il n'a plus d'angoisse et que donc, il va de plus en plus vers les autres, chose qu'il avait du mal à faire quand, comme votre fils, il soignait sa maladie avec ce poison qu'est le cannabis pour les schizophrènes. Mettons les mots où ils doivent être mis, prenons conscience de cette maladie et soignons nos enfants pendant qu'il en est encore temps. Si vous ne l'avez pas déjà fait, Il faut vraiment lire la rubrique schizophrénie de ce site qui vous éclairera sur la maladie de votre fils.

      Commentaire

      Publicité

      Forum-Archive: 2008-112009-05

      publicité

      Chargement...
      X