publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Schizophrénie

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Schizophrénie



    bouffées délirantes et rémission??

    Non classé
    Bonjour et bienvenue sur mon blog,



    Ayant moi même vécu 2 bouffées délirantes, lune en 2000 et lautre en 2003 souhaite par mon témoignage aider ceux qui sinterroge sur les bouffées délirantes et la schizophrénie en général.

    Bien sur ce nest quun témoignage donc il ne sera pas authentique dans le sens où cest moi même qui raconte Cependant pour tout ce que je raconte ici jessaye de faire preuve de la plus grande sincérité possible.

    Le récit de ma traversée de lenbas comme jaime à lappeler est le suivant;



    Jai eu une grosse et longue bouffée délirante fin 99 début 2000, délire mystique paranoiaque de persécution.
    Jai été diagnostiqué à un moment donné comme schizophrène.( octobre 2000)
    On avait prédit que jaurais des médicaments à vie et je prendrai 20 kg!!!

    Pour moi la bouffée délirante est de la schizophrénie, le gros avantage de la bouffée délirante cest quelle est passagère. De même avoir un accès de folie et faire une bouffée délirante nest pas la même chose, tout est question de durée et de handicap que cela provoque pour la vie sociale.

    Les bouffées délirantes ou la schizophrénie sont causés par plusieurs choses, on ne sait pas vraiment lesquelles;

    Fragilité, sensibilité exacerbée, hérédité, usage de drogues, terrain dépressif, choc émotionnel Tous saccordent à dire quil sagit en fait dune combinaison de facteurs.



    Pour ma part cest dans lordre dimportance je dirai;

    La dépression
    Une sensibilité particulière
    Lusage de drogue pendant ladolescence
    Comme beaucoup de jeunes ce qui me conduit à la dépression fut un échec amoureux
    un amour raté, un acte manqué, des regrets, une jeune femme de mon passé hanté mes nuits et mes rêves.
    Pour échapper à son souvenir, je fuyais, job dété loin de chez moi (sud de la France 98), licence Erasmus aux Pays-Bas Utrecht (98-99),job dété en Irlande (été 99), début de maîtrise Erasmus Bilbao en Espagne. Les chaudes larmes furent mes seuls vrais compagnons de solitude. Un horrible cauchemar de la dame en noire avec sa faux durant lété 99 fut aussi le déclencheur dun véritable effroi qui se calma mais revint sournoisement.
    Une sensibilité particulière, disons que jai toujours été quelquun dentier et de curieux. En philo, jaimais Baudelaire, nietzsche, je me rappelle que je disais que je voulais quon écrive sur ma tombe; mort davoir trop vécu . Il marrivait décrire des poèmes où la mort, labsolu et linfini avait bonne place. Jinterpellais également mon professeur de philo, a qui bon philosopher si on ne se pose pas la question de lexistence de dieu. Certainement que le fait davoir une mère croyante et dun père athé renforcait mon conflit intérieur.

    Au vue de ma personnalité décrite ci dessus vous comprendrez donc pourquoi les drogues mattiraient. Se sentir encore plus vivant, sortir de lennui, explorer de nouvelles sensations, cétait à lépoque de la sortie du film the Doors sur la vie de Jim Morisson. Jétais aussi séduit par lunivers mélodieux et psychédélique de Pink Floyd (Dark side of the moon)


    Le gros de la crise a eu lieu en janvier 2000 (cétait mon bug à moi de lan 2000, lol!!)

    Jai été plusieurs fois en hôpital suite à des tentatives de suicide avec somnifères
    10 mois plus tard je fonçais en voiture à de 90km/h sur le mur dune église avant finalement de choisir de me jeter du haut dun arbre sur une pierre tombale de cimetière. Je men sortis avec une luxation de la jambe, de lépaule et une fracture du crâne.



    Cest là que le diagnostique fut établi.
    Jétais dit schizo par le psychiatre qui soccupa ensuite de moi.

    J avais un traitement médicamenteux à base de risperdal. Cest un médicament neuroleptique qui joue sur la sérotonine et la dopamine En gros ça calme toutes les émotions du patients, les bonnes comme les mauvaises et ça baisse la libido. Les doses nétaient pas excessives.(8 mg/jour)On avait renoncé aux nouveaux type de médicaments.(Zyprexa)

    Mon état se stabilisa, mes envies suicidaires sestompèrent,vers pâques 2001 je réussis lentrée à lIUFM ( évaluation en math, français , culture général) à ma grande surprise pour la préparation au concours de professeur des écoles.

    .
    Je minterdisais bien sur lalcool et surtout pas les joints.

    Une fois alors que jétais à jeun et sobre, mon père et ma famille m ont raconté que je sorti de ma chambre et que jai déblatéré des choses bizarres, que jétais presque violent et jai finis par vomir. Je me réveillais pour ma part normalement et je ne comprenais rien à ce quon me reprochait, nayant aucun souvenir de tout ça.

    Mes idées loufoques étaient toujours présentes (peur de la lune et limpression dêtre cerné par la mort) mais jarrivais à faire en sorte quelle ne mempêche plus de vivre normalement, le soutien de ma psychothérapeute a été prépondérant. Le religieux et lésotérique font toujours partie de ma vie mais ils ne mempêche pas de rester lucide et de me concentrer sur le réel.

    Juin 2002, aprés avoir suivi une année universitaire je rate largement les examens, jai toujours beaucoup de mal à me concentrer et mon esprit divague énormément. Durant cette année détudes qui me remis dans le bain socialement jaurais quand même à affronter des vertiges et migraines, qui heureusement ne sétalèrent pas plus que sur une dizaine de jours. Les anxiolytiques furent bien utiles dans ces moments là. La lecture de roman fut aussi une bonne thérapie, avec en première position ceux de lécrivain Paulo Coehlo.

    Eté 2002 je passe et réussi le 1er niveau du Bafa,( brevet danimateur), le tout en internat, quel épreuve pour moi que la promiscuité des autres dérange!!

    Automne 2002, je travaille à mi temps, assistant éducatif dans un centre social et moniteur de voile les mercredi et samedi. depuis lété jai redécouvert un corps dathlète, je cours régulièrement, jai perdu du poids. Jai baissé mes médicaments avec laccord de mon psychiatre mais un peu trop car je diminue encore plus la dose de moi même.

    Fin 2002 je suis en train de refaire une bouffée délirante. Je me suis isolé des autres, javais beaucoup de foi en lavenir, javais beaucoup didées mystiques, jen fait part à ma marraine, mais dans lensemble je garde tout pour moi. Mon entourage nest pas prêt à entendre mes croyances. Petit à petit je misole et je me sens mal à laise au contact des autres personnes, jai pour ainsi des réactions épidermiques, gorge qui gratte ou pique, mal dans ma peau, je me gratte, éternuement , jai des tics en présence des autres..etc..

    Jétais très agité, javais passé une nuit sans dormir il y avait des bruits dans la chambre toute la nuit. En fait je fis quasi 2 nuits blanches daffilée et ne dormit donc que la 3ème nuit.

    Les murs qui craquaient (bruits), javais eu des démangeaisons toute la nuit. Ça me grattait, javais des crampes dans les membres.Une crampe dans plus ou moins chaque membre à tour de rôle.

    Jai fini un moment paralysé sur mon lit, javais dû toucher plusieurs endroit de mon corps.(les démangeaisons se déplaçaient dun endroit à un autre.( gorge, joue, nez ,crane, comme des petites piqures que l on a tous fréquemment (dordinaire on y prend pas attention)sauf que là ça ne sarrête jamais et de plus elles semblent sassocier avec tous les bruits environnants.(comme quelque chose de logique).Jétais alors très tendu, je me sentais manipulé par des forces extérieures.Je ne pouvais plus bouger dun poil, seul les larmes permirent de rompre cet état.



    Heureusement ma marraine, un jeune ami psychiatre et une jeune femme vont me permettre de traverser cette crise sans dommage. Cette jeune femme sera celle que jépouserai 3 ans plus tard en 2006

    A suivre....


  • Bravo!



    je viens de vous lire, et je suis emue et aussi en comprehension totale avec vous.
    je vois un peu mon fils dans vos ecrits...
    enfant precoce, brillant, fragile et tres sensible....prise de canabis et autres derivés avant ses 15 ans , changement total, absenteisme en classe, il vivait la nuit, m injuriait, avait des delires et propos incoherents parfois.....insomniaque, il a ete vu rapidement et a ete admis au centre mathilde salomon a phalsbourg....il etait mieux, et a repris ses etudes...pour rechuter apres, quand il a voulu son appart...beaucoup de tentatives de suicide, etc......jusqu au drame ce 29 mai, ou les voix etaient presentes(je le sais car depuis il a accepté sa maladie et a pu enfin me parler de tout ca)...ce n etait plus lui, il a tenté de me tuer, mon autre fils m a sauvé la vie, a moi et aux autres jeunes qui etaient la....c etait un coup de folie, car mon fils m adore et il est tjrs en soin, ...il s en sort bien, il y a une bonne equipe medicale, et j ai pu comprendre sa maladie quand ca ete decelé il y a 1 mois.....a ce jour, il a enfin envie de vivre depuis 7 ans.....est un poete et adore lire, et est un jeune tres cultivé...en tant que parent, j ai pas vu, pas su comprendre ce qui se passait, j ai ralé apres lui, , ses delires etaient effrayants.......et redevenait bien apres....je suis a unefam, et j ai beaucoup lu de livres , j en lis encore sur la schisophrenie.......j ai retrouvé mon fils, iaussi doux et gentil qu avant.....il a 21 ans....et je l entoure enormement, jamais je ne le laisserai et il le sait....c est tres dur d accepter que son enfant a une maladie avec des troubles mentaux....mais ca n entrave en rien l intelligence......et il va s en sortir car il le desire....il parle de choses positives et n est plus triste comme avant......le traitement a ete changé, risperdal et abiliphyde.....je savais que mon fils avait un probleme mais a l ahosto avant, on m a tjrs dit c est une petite psychose ...et rien d autre.......il a fallu ce drame pour mettre un mot sur tout ca...................et en tant que maman, les pieces du pulzzle se construisent......car on revient en arriere et on cherche les failles....le pourquoi!
    je viens d apprendre qu un enfant sur 100 sera schisophrene ......par contre les medias mediatisent mal cette maladie.
    merci de m avoir lu.

    Commentaire




    • Bravo!
      je viens de vous lire, et je suis emue et aussi en comprehension totale avec vous.
      je vois un peu mon fils dans vos ecrits...
      enfant precoce, brillant, fragile et tres sensible....prise de canabis et autres derivés avant ses 15 ans , changement total, absenteisme en classe, il vivait la nuit, m injuriait, avait des delires et propos incoherents parfois.....insomniaque, il a ete vu rapidement et a ete admis au centre mathilde salomon a phalsbourg....il etait mieux, et a repris ses etudes...pour rechuter apres, quand il a voulu son appart...beaucoup de tentatives de suicide, etc......jusqu au drame ce 29 mai, ou les voix etaient presentes(je le sais car depuis il a accepté sa maladie et a pu enfin me parler de tout ca)...ce n etait plus lui, il a tenté de me tuer, mon autre fils m a sauvé la vie, a moi et aux autres jeunes qui etaient la....c etait un coup de folie, car mon fils m adore et il est tjrs en soin, ...il s en sort bien, il y a une bonne equipe medicale, et j ai pu comprendre sa maladie quand ca ete decelé il y a 1 mois.....a ce jour, il a enfin envie de vivre depuis 7 ans.....est un poete et adore lire, et est un jeune tres cultivé...en tant que parent, j ai pas vu, pas su comprendre ce qui se passait, j ai ralé apres lui, , ses delires etaient effrayants.......et redevenait bien apres....je suis a unefam, et j ai beaucoup lu de livres , j en lis encore sur la schisophrenie.......j ai retrouvé mon fils, iaussi doux et gentil qu avant.....il a 21 ans....et je l entoure enormement, jamais je ne le laisserai et il le sait....c est tres dur d accepter que son enfant a une maladie avec des troubles mentaux....mais ca n entrave en rien l intelligence......et il va s en sortir car il le desire....il parle de choses positives et n est plus triste comme avant......le traitement a ete changé, risperdal et abiliphyde.....je savais que mon fils avait un probleme mais a l ahosto avant, on m a tjrs dit c est une petite psychose ...et rien d autre.......il a fallu ce drame pour mettre un mot sur tout ca...................et en tant que maman, les pieces du pulzzle se construisent......car on revient en arriere et on cherche les failles....le pourquoi!
      je viens d apprendre qu un enfant sur 100 sera schisophrene ......par contre les medias mediatisent mal cette maladie.
      merci de m avoir lu.

      Commentaire

      Publicité

      Forum-Archive: 2012-11

      publicité

      Chargement...
      X