publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Mon père m'a écrit

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Mon père m'a écrit





    J'ai vécu avec mon père une situation incestueuse alors que j'étais pré-ado. Il y a eu des attouchements, et des souvenirs très clairs de dérapage de sa part même si cela n'ait pas allé jusqu'au bout (au viol j entends). Ce n'était pas l'attitude normale et attendue d'un père envers sa fille en tous cas. Vraiment pas.

    J'ai aujourd'hui 36 ans, je suis maman d'un petit garcon de 4 ans que j'aime plus que tout. Quand j'ai appris que j'étais enceinte il y a 4 ans, j'ai ressenti le besoin viscéral de régler une bonne fois pour toute ce que je trainais de ce passé douloureux. De me repositionner en tant qu'adulte, capable de mettre au monde et d'elever un enfant,et plus en tant que jeune fille victime de mon père. Je n'avais pas le courage de me confronter directement à lui, mais je lui ai écrit. Cela faisait des années que je ne le voyais presque plus (mes parents ont divorcé quand j'avais 3 ans et une fois ma majorité atteinte, et n'étant plus tenue à me soumettre au droit de garde,j'ai coupé les ponts).

    A l'époque,entre 20 & 30 ans, j en avais parlé dans mon entourage, j'avais consulté un psy. Je pensais avoir déjà bien avancé. J ai eu vraiment envie de mettre un terme à cette souffrance quand j'ai su que j'attendais mon fils et bref je lui ai écrit. Ce dont je me souvenais, le mal que cela m avait fait. Et je lui ai demandé de me dire ce qu'il avait à me dire par rapport à cela, parce que je voulais tourner la page ,d'une maniere ou d'une autre. Je ne vous raconte pas le courage que cela m a demandé pour lui écrire cette lettre.

    A cette époque, il m'a répondu qu'il ne se souvenait de rien de semblable. Grosso modo, j'inventais tout cela et il est allé jusqu'a me proposer d'aller voir un psy avec lui pour qu'on y voit plus clair. C'était trop pour moi. A la lecture de sa réponse, j'ai tranché. Il ne voulait rien reconnaitre, ok, ma vie n'était plus derriere moi mais devant moi avec ce bébé qui arrivait et je me suis engagée intimement à couper définitivement ce lien à un passé détestable.

    Ce we, 4 ans après cet épisode, j'ai recu - par l'intermédiaire de ma mere , il n'a pas mon adresse- un courrier recommandé où il remet ça. Il me dit qu'il n'a vu que deux fois son petit fils (à l'occasion d 'un mariage et d'un enterrement, où je me suis sentie obligée d'aller) et qu'il veut parler avec moi de tout cela. Il évoque des souvenirs qu'il a de cette période là. Il est vrai que je n'ai pas de mémoire précise des dates pour cette période de ma vie, j'ai tellement refoulé tout cela,j'étais si jeune et cela fait si longtemps, que j'ai dévellopé une espece d'amnésie des détails. Je me rappelle juste de ce qu'il a fait et des ses comportements. Je me rappelle aussi m'être braquée tellement contre lui en splendide standard de l'ado que j'étais et l'avoir démoli à chaque fois que je le pouvais. Il me repropose de nous voir, de voir un psy ensemble (sérieux, je ne peux meme pas l'imaginer deux secondes dans le genre glauque). Mais il met ma famille dans la boucle. Il a envoyé ce recommandé à ma mere, c'est n'importe quoi. Et il faut que je puisse arrêter ca et je vais devoir me reconfronter une derniere fois à lui. Je ne vais pas lui repondre par écrit, le connaissant, psychopathe qu'il est, il considererait cela comme une breche ouverte pour reprendre contact. Je vais donc devoir l'appeler (le voir, c'est pas pensable, trop difficile) et lui dire que maintenant, cela suffit. Que je ne veux plus jamais qu'il me reparle de tout cela. Que je ne veux plus non plus le voir & qu'il doit me laisser tranquille.

    Mais dieu que c'est dur d'envisager ce coup de fil que je passerais je ne sais quand (je recule le moment au max mais il va bien falloir que je le fasse).

    Vous feriez quoi vous ? Vous lui diriez quoi ?

    Cleo


  • Pourkoi en recommandé?



    penses tu qu'il va demander un droit de visite?

    toutes ces souffrances ressenties pendant cette période incestueuse qu'il nie absolument..ne doivent pas être inutiles!!!!

    tu dois protéger ton enfant...c'est ton devoir de mère...ce ki me semble incroyable c'est ke c'est ta propre mère qui soit porteur de la lettre...

    ce n'est pas un psy qu'il te faut...c'est un avocat!

    ne te laisse pas manipuler par cet homme qui t'a abusé pendant ton enfance...

    en fait au tél puisque tu dois l'avoir... je lui dirais que maintenant tu es hors d'atteinte...et que puisqu'il ne reconnait pas ses actes répréhensibles tu le renies...sans compter ke si il insiste tu peux encore porter plainte!

    Commentaire


    • Aucune réponse : ni par écrit, ni par coup de fil



      le renier, oui, tout simplement le rayer de ma vie !

      Je ne sais pas si c'est ce que te conseillerait un psy mais un allergologue te dirait : en cas d'allergie, on fuit tout contact avec l'allergène.

      Commentaire


      • Aucune réponse : ni par écrit, ni par coup de fil
        Wé je pensais aussi lui dire de ne pas l'appeler...



        ne lui donne aucun moyen de renouer ...et surtout en parler à un avocat au cas où...

        Commentaire


        • Sincèrement



          un coup de fil équivaut à un contact direct donc difficile aussi et la porte ouverte pour lui d'abuser sur ta vie privée.

          En fait tu le penses, psychopathe, et bien piège le sur son terrain, rencontre avec un spy le tien, et il fera moins le fier mais une rencontre juste pour lui dire ce que tu comptais par téléphone à savoir qu'il te laisse en paix, la tierce personne elle se chargera de le dévoiler ne serait ce que d'une parcelle et cela te soulagera. Bien sûr il serait souhaitable que ce psy te prépare à cela.

          Ensuite si il te fait suer d'une manière ou autre, main courante si il le faut.

          Commentaire


          • Je ne pense pas que je l'appelerai



            en fait, au téléphone il peut totalement te destabiliser ou te faire encore pluss (si c'est possible ), de mal.
            je pense que tu devrais lui écrire, sous la même forme que lui de préférence.
            s'il te répond, tu peux toujours choisir de ne pas ouvrir la lettre.

            Commentaire


            • Je ne pense pas que je l'appelerai
              C'est clair



              Contrairement à ce que je pensais, je n'ai pas encore completement "digéré" ce passage de ma vie. Et je sais le pouvoir qu'il a sur moi, même si j'ai tout fait pour m'y soustraire.

              J'avais envisagé de lui répondre moi aussi en recommandé avec AR mais j'hésite. Je sais qu'il ne s'arretera pas là. Je pense que si je l'appelle et que je me montre suffisamment forte et convaincante, j'arriverai à enrayer cette spirale de reprise de contact (parce que je sais que c'est ce vers quoi il tend).Mais peut-être as tu raison, peut-être est ce que je m expose trop en l'appelant pour parler de cela(ca me fait si peur) et que ce serait une erreur.

              Je vais me laisser un peu le temps pour essayer d etre aussi sure de moi que possible, et pour choisir le media via lequel je gererais cette situation(tel ou courrier ou rien).

              Merci en tous cas bcp de ta réponse Gene,

              Cleo

              Commentaire


              • Sincèrement
                Yep tellement vrai



                Et de sucroit, connaissant mon père, il est évident qu'il ne lachera pas le morceau comme ça.

                D'un autre cote, le tel me parait plus direct que le courrier, moins sujet à essayer de contournement de sa part. Si tant est que j'arrive à assumer ce coup de fil, que je me sente assez forte pour lui parler et lui dire clairement que c'est "fini". On dirait que je parle d'un homme et pas de mon pere là,beurk.

                Le RV conjoint psys/nous, ca pourrait se faire j'imagine. Mais franchement, je ne me sens pas ce courage là tout de suite. Je sais qu'il n'y a pas urgence (encore qu'il me propose de le rencontrer dans son courrier fin mars!). Ce serait sans doute ce qu'il y aurait de plus constructif car je serais "protégée" quelque part par ma psy mais j'ai tellement pas envie de le voir "physiquement".... Je vais me laisser le temps de la reflexion.

                Main courante, pas sure qu'il n'y ait pas prescription. Et puis pas envie de rentrer là-dedans. Je crois que quelque part, il aimerait ça.

                Merci bcp de ta réponse en tous cas guapettona. Ca m'aide à y voir plus clair sur ce que je peux faire ou non.

                Cleo

                Commentaire


                • Pourkoi en recommandé?
                  Regle tes comptes



                  une fois pourr toutes
                  vide ton sac en face a face ce que tu as sur le coeur
                  jai eu deux memes histoires ds ma famille
                  le trop non dit a conduit au drame
                  ce sera benefique pour ta future vie de femme et de maman
                  dis ce que tas a dire ,meme si les faits sont faits et que tu noublieras jamais
                  dis ce que tu ressens

                  Commentaire


                  • Aucune réponse : ni par écrit, ni par coup de fil
                    Marrant



                    Je suis allergique (aux chats, saleté de bestioles) et je vois très bien ce que tu veux dire.

                    Mais le coup du silence radio, c'est ce que j'expérimente depuis toujours avec lui et faut croire que ca marche pas, sinon il ne reviendrait pas à la charge. D'un autre coté, je n ai aucune envie de m'infliger ca : l'appeler , le voir (avec ou sans psy à côté), ou lui écrire. J'en ai pas envie meme si je sais que je vais devoir le faire.Je sais que d'une maniere ou d une autre, il va falloir que je le fasse une derniere fois. Parce qu'il va encore se servir d'intermediaires pour m'atteindre. Ma mere, ma soeur, les gens que j'aime. Et que c'est entre lui & moi, personne d'autre.

                    Cleo

                    Commentaire


                    • Garde bien les lettres



                      et reste muette.

                      Et prends peut-être conseil auprès d'un avocat ou d'une assistante sociale qui devrait te conseiller dans l'attitude la plus adaptée à ta protection et celle de tes enfants.

                      Ne flanche pas, et surtout bon courage !


                      Au fait, quelle est la "position" de ta maman dans cette affaire ?

                      Commentaire


                      • Wé je pensais aussi lui dire de ne pas l'appeler...
                        Idem



                        Merci Hereva de ta réponse...Le coup de l'avocat franchement non. Je suis sure qu'il gagnerait. Et pas certaine non plus qu'en plus il n'y ait pas prescription depuis le temps. Mes souvenirs sont trop sujets à discussion en terme de précision. Comme je le disais, je ne me rappelle pas des dates, ni des contextes. Je me souviens de ce qu'il a fait, je me souviens des lieux, pas bcp du reste. Je sais juste que je me souviens et que du jour au lendemain, je l'ai hai comme jamais je n'aurais imaginé pouvoir le faire, et que j'ai tenté par tous les moyens dès lors de le tenir à distance, de moi et ma soeur cadette. Je sais aussi que j'ai réussi et que c'est salvateur qque part.

                        Mais ce genre de souvenirs ne fera pas le poids si on en arrive au stade de l'avocat et du tribunal. Ca me fait déjà douter moi-meme. Et pourtant je sais que c'est arrivé mais je veux tellement évacuer tout ça.

                        Commentaire


                        • Pourkoi en recommandé?
                          Re hereva (j'avais pas vu que tu avais posté 2 fois!)



                          Oui je me suis dit qu'il allait jouer sur le droit de visite envers son petit fils, il en est capable même si à ce stade, il n'évoque rien de tel.

                          Je n'ai pas envie de me laisser manipuler non, et bien sur que je pense à mon fils dans le contexte. L'avocat j en sais vraiment rien comme je te le disais plus haut. Et puis dans cette lettre, il ne me menace pas, il ne me fixe pas d ultimatum (style, on se voit ou je t intente un proces pour obtenir un droit de visite vis à vis de mon petit fils). Il dit vouloir juste me parler de ça, en présence d'un psy si j'accepte ou sans.

                          En tous cas, je note tes conseils pour le tel si je finis par opter pour cette solution. Lui faire comprendre que je suis "hors d'atteinte" , meme si c'est faux, ca peut vraiment m'aider à l'éloigner définitivement de moi oui.

                          Cleo

                          Commentaire


                          • Regle tes comptes
                            Merci romance de ta réponse



                            Ca ne t ennuie pas de me raconter les histoires familiales que tu évoques ? Cela pourrait p-e m'aider

                            Je sais que les non-dits sont destructeurs. C'est pour cela que je lui avais écrit avant la naissance de mon fils. Je pensais lui avoir dit tout ce que j avais à lui dire, j'en suis moins sure aujourd'hui.Je sais en tous cas que je n'ai pas tout réglé de cette histoire.

                            Cleo

                            Commentaire


                            • Y'a pas de raisons






                              pour affronter toutes ses peurs et ses angoisses.



                              s'il était capable de reconnaître son geste, il l'aurait fait... Peut-être ne veut-il pas laisser de trace écrite, par peur que ça se retourne contre lui...

                              mais rien ne justifie qu'il essaie de t'atteindre comme il le fait aujourd'hui.


                              du silence ne lui fera pas de mal, et, si vraiment ta curiosité est trop forte , vas-y, mais ne t'attends pas à avoir la révélation du siècle... s'il avait voulu avouer, il l'aurait fait, ou t'aurais retrouvé et pas par le biais d'un LRAR...



                              qu'est-ce que ça va t'apporter à toi de parler avec lui s'il continue de nier ? est-ce que tu vas supporter ? et s'il avoue ?
                              et lui parler de quoi ? de ta souffrance ? mais, tu l'as déjà fait dans ta lettre, et il n'a pas daigné y répondre... enfin si, il s'est planqué...


                              Commentaire


                              • Y'a pas de raisons
                                Bonjour lucy



                                Oui tu as raison.

                                De fait, je sais que cette "deuxieme confrontation" ne m'apportera rien à moi. Effectivement il n'y avait aucune chance qu'il reconnaisse ce qu'il a fait et ressenti par écrit, trop dangereux pour lui.

                                Le silence me paraissait une bonne "punition" en effet comme tu le soulignes mais bon, il revient encore à la charge, c'est que ca ne doit pas suffire. Je me dis qque part que si je trouve la force de l'appeler et d'aller au bout du truc et de lui dire fermement, calmement : "Ecoute, je sais ce que tu as fait et je t'ai laissé une chance d'en parler, mais face à ta réaction, en ce qui me concerne c'est fini, on ne se reverra plus, ne me recontacte plus", il sortira peut être enfin completement de ma vie.

                                Ce que cela va m'apporter à moi, en effet tu as raison, rien. Je lui ai déjà donné une chance et je ne savais déjà pas à l'époque cela allait m'apporter. Donc pour moi basta.
                                Je ne cherche pas à le faire "avouer". J'aurais aimé qu'il le fasse quand je lui ai parlé il y a 4 ans. Maintenant c'est trop tard.

                                Ce qui m'ennuie c'est qu'il mette ma mere dans la boucle (le recommandé envoyé à son adresse, à défaut d'avoir la mienne). C'est douloureux pour elle aussi et pas simple à gérer non plus. La prochaine fois, il ecrira à ma soeur j'imagine. Ensuite à je ne sais qui. Ca, ca m'ennuie. Enfin j'en sais rien. Je me dis que si j'opte pour le silence radio, il reviendra à la charge, en demandant à ma mere si elle a bien transmis son courrier. Je sais que c'est con et que cela ne devrait pas influer sur mon choix, mais j'ai du mal avec ça. Elle m'a conseillé de mettre une bonne fois pour toutes les points sur les I, parce que tant que je ne le ferais pas, il reviendrait toujours, et que cela lui donnerait un moyen de l'atteindre elle (le divorce a été plus qu'houleux et c'est rien de le dire), et de m'atteindre moi, mais peut être n'est ce pas le cas.

                                Je me sens qque part le devoir de proteger tout le monde.

                                Cleo

                                Commentaire


                                • Yep tellement vrai
                                  J'entendais main courante



                                  pour les actions néfaste qu'il pourrait avoir maintenant, pression, menace, ne serait-ce qu'avec une lettre.

                                  Quand à une éventuelle rencontre évidemment c'est à toi de décider quand (ou jamais), il propose et tu disposes, une manière de t'affirmer après tout c'est lui qui quémande.

                                  Commentaire


                                  • Garde bien les lettres
                                    Bonjour aoede



                                    Décidement, l'option silence radio fait l'unanimité on dirait

                                    Comme je l'écrivais plus tôt, l'avocat, je ne sais pas. Idem pour l'assitante sociale.Je ne me sens pas en "danger" physiquement. Je n'ai pas peur non plus pour mon fils, d'autant qu'au vu de cette histoire, l'instinct de protection que j'ai développé pour les êtres qui me sont chers (ma soeurette en l'occurence, pour qui j'ai éprouvé le besoin de la proteger de lui pendant toute mon adolescence & au dela), surpasse tout ce qui est imaginable. Maintenant c'est clair que physiquement, je ne suis pas inquiete, mais que psychologiquement, je suis loin d etre sortie d affaire et que de ce point de vue, cette confrontation peut s averer dangereuse pour moi.

                                    Pour revenir à ta question concernant la position de ma mere dans cette histoire, c'est assez compliqué dans ma tete. Lors des faits, j'ai le souvenir (confus) d'avoir essayé de lui en parler à notre retour de vacances (nous allions passer ma soeur & moi les vacances scolaires chez lui, droit de garde oblige), mais je ne sais pas, je crois qu'elle n'a pas compris à l'époque. Je me souviens lui avoir dit qu'il ne fallait pas qu'on y retourne et elle a invoqué le fait qu'il allait faire d'énormes pbs si tel était le cas, et que ce n'était pas possible. Je crois aussi que je ne lui ai pas dit clairement "Papa m'a fait ça et je ne veux plus y aller". J'avais honte, je culpabilisais et j'étais tellement contente de la retrouver. En tous cas, on y est retournées ma soeurette & moi. J'ai continué à y aller au dela de ce que j'étais tenue de faire, j'ai attendu que ma soeur soit majeure (nous avons 3 ans de différence d'age) parce qu'il m'était insupportable de la savoir seule avec lui.

                                    Cleo

                                    Commentaire


                                    • Bonjour aoede
                                      Tu ne penses pas



                                      que tu devrais un jour essayer d'aborder le sujet avec ta mère ?

                                      C'est atroce ce qu'une enfant peut sacrifier pour protéger ceux qu'elle aime de son bourreau.
                                      Ca reste ancré dans notre instinct de femme pour le reste de nos vies.

                                      Je n'ai pas vécu la même chose que toi. J'ai eu des problèmes avec le père de mes enfants. Je me suis battue pour que mes enfants soient protégés de lui. La justice m'a entendue et donné raison.

                                      Mais je pense que mon plus grand soulagement fut d'avoir pu en parler librement. De déculpabiliser et de faire fuir ce sentiment de honte qui collait à mon malêtre. Mai saussi d'avoir pu exorciser ce que j'avais vécu et m'en servir pour aider ceux qui ont souffert de situations identiques.

                                      Tu sembles être une femme bien équilibrée, avec une analyse des choses très intelligente et posée.

                                      Félicite-toi d'avoir réussi tout ce que tu as entrepris et je pense vraiment que le mieux est de tirer un trait sur lui et de ne pas répondre à ses demandes.

                                      Bon courage et bonne continuation

                                      Commentaire


                                      • Merci romance de ta réponse
                                        Je tai envoye un message en mp



                                        bon courage a bientot

                                        Commentaire


                                        • Merci romance de ta réponse
                                          Je tai envoye un message prive



                                          bon courage a bientot

                                          Commentaire


                                          • Bonjour lucy
                                            Et c'est donc ainsi






                                            qu'il t'atteindra...


                                            tu ne peux ni ne doit protéger les autres.

                                            à force de te mettre entre lui et les autres, tu finiras par y laisser ta peau ou ton âme...




                                            laisse-le donc s'enfoncer tout seul.





                                            à force d'entendre ma soeur me dire que je ne pouvais pas rester fâchée avec mon frère ainé... ben, je lui ai dit la vérité. Et là, elle s'est rendue compte de mes raisons.

                                            ma mère m'a fait la même chose, et elle ne m'a plus parlé pendant six mois.


                                            et puis mon frère cadet ensuite... qui pensait que je ne pouvais pas rester silencieuse aussi longtemps.



                                            le plus dur, c'est peut-être de se rendre compte, après-coup, qu'aucun n'a pris parti, même si je ne le leur demandais pas. Mais j'ai trouvé ça un peu dégueulasse pour moi... comme si la prescription jouait partout, même en famille.


                                            aujourd'hui, plus personne ne me demande de lui parler, je fais le strict minimum, comme toi, lorsque rien ne peut l'éviter.

                                            Commentaire

                                            Publicité

                                            Forum-Archive: 2007-02

                                            publicité

                                            Chargement...
                                            X