publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Comment aider un schyzophrène à se soigner?

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Comment aider un schyzophrène à se soigner?



    quelqu'un de ma famille a cette maladie ,mais il refuse de soigner. C'est devenu un enfer pour ses parents. Quelqu'un connait-il ce problème? J'aimerais pouvoir en discuter pour tenter de trouver des solutions. Merci d'avance: REUMAKEUM

  • Bonsoir



    Désolé, mais c'est une maladie grâve où le patient est completement inconscient de sa pathologie. Pour lui, qui vit actuellemnt dans une quatrieme dimension, les autres sont des ennemis ( extraterrestres, comploteurs politiques ou religieux, etc..), il lui est impossible de se connecter à la réalité. Il pense que les autres peuvent capter ses pensées, le manipuler et rien de sensé ne peut l'atteindre. La meilleure solution est le Psy, qui saura ( a peu près) quoi faire. Mais il faut le sortir de là, car il vit une sorte de rêve ou de cauchemar éveillé.

    Commentaire


    • ...



      Mon oncle est reconnu schyzophréne par les psychiatres et donc se fait soigner et réguliérement hospilatiser mais il est trés dur à vivre ( crises , méchanceté , paranoÏa ... ) !
      Moi même malheureusement je suis sur le même chemin et j'ai décidé de me prendre en main avant qu'il ne soit trop tard , je vois un psy depuis peu ( avant c'était mon médecin traitant qui me suivait car je refusait le psy )car j'ai un bébé maintenant et je veux pas devenir "folle" !
      IL y a beaucoup de cas psychiatriques dans ma famille et j'ai donc trés peur pour moi mais je veux me battre !
      Mon médecin traitant me dit maniaco-dépressive à tendance schyzophréne , mon psy lui m'analyse encore pour le moment !

      Le psy est absolument nécessaire dans ce cas précis mais comment obliger quelqu'un à se faire soigner quand il ne veut pas ?
      Qui est comme ça dans votre famille ?
      Son âge ?
      Se rend lui compte de son état ?
      Que fait lui pour dire qu'il est schyzophréne ?

      J'attend votre réponse !
      Bye

      Commentaire


      • Bonsoir



        Un schizophrene est quelqu'un qui a une autre porte de sortie que nous tous. Je m'explique: quand la réalité devient insuportable, l'être humain a tendance à fuir. Ce sera vers l'alcool, la drogue, les contrées lointaines, l'hyperactivité professionnelle, le sexe à outrance, la mort par suicide, etc...
        A la base il y a un mal-être , souvent causé par des faits réels et qui ont entrainé peu à peu un état dépressif. Le schizophrène a, lui, la capacité de s'échapper dans une quatrième dimension, le délire. Comme disait un de mes patients "pourquoi vous m'avez ramené à la réalité, j'étais tellement bien quand je pensais avoir un chateau, des écuries, des maitresses et que j'étais milliardaire". C'est vrai que les neuroleptiques ramènent le patient à la réalité qu'il a voulu fuire car il est hypersensible, mais sans lui permettre de lutter, et certains se suicident faute de pouvoir s'échapper. C'est pourquoi il me semble, en contradiction avec tout ce qu'on apprend en fac et après des années d'une telle pratique, qu'un traitement antidépresseur est indispensable chez tout délirant. Ce devrait être le traitement de première intention.
        Si je puis vous conseiller, essayez de convaincre votre frère de prendre un antidépresseur en lui expliquant ce que je viens d'écrire. Un antidépresseur est un médicament qui , sans effet secondaire et surtout pas la sédation des neuroleptiques, va lui permettre de "retrouver la pêche" et d'affronter avec plus de force la réalité si douloureuse et de trouver des solutions. Le convaincre sera difficile, c'est une question d'entrer dans son esprit à ses rares moments de "réalisme", mais çà doit être possible. Ce qu'il faut comprendre avant tout c'est qu'il souffre terriblement, plus que vous, et vous devez faire preuve d'empathie, c'est à dire vous mettre à sa place, ressentir ce qu'il ressent et alors vous pourrez communiquer.

        Courage

        Minos

        Commentaire


        • Bonsoir
          Attention?



          Je trouve un peu bizarre ce que vous racontez. Qu'est-ce que c'est que cette prise en charge par antidepresseurs? Comme ça, sans consultation psy? Dans ce genre de pathologie lourde, on a plutôt tendance à faire une psychothérapie et à donner des neuroleptiques. Alors peut-être que ça ne règle pas le problème de la souffrance du schizophrène, mais il est au moins un minimum cadré...
          Prendre des antidepresseurs comme on mange des bonbons, sans contrôle, c'est déjà peu recommandable chez des personnes déprimées de façon "banale" mais chez des schizophrènes, ...!!
          De plus les traitements actuels chez les schizophrènes dysthymiques comprennent des ATD (en plus des NRL!!)

          Moi ce que je conseillerais, ce serait déjà d'ammener la personne à consulter un psychiatre qui décidera du traitement à mettre en place..non?

          Commentaire


          • Attention?
            Cette personne ne veut justement pas consulter



            Alors, méthode brutale avec intervention de la police et des pompiers avec Hospitalisation à la demande de la famille ou bien tentative de méthode douce par le dialogue( c'est le conseil que j'ai donné)
            Si l'on parle ici de schizophrénie c'est probablement qu'un diagnostic a déjà été posé par quelqu'un de compétent. Quant à savoir si les ATD devraient être prescrit dans toute shizophrénie, c'est un débat d'expert.
            Au fait, vous êtes psychiatre ou d'une autre spécialité?

            Commentaire


            • Attention aux mots



              ce mot schyzophrène n'est qu'un chapeau facile
              a faire porter a des personnes souffrant de troubles mentaux ou - graves.
              Il ne correspond pas à une maladie clairement identifiée même si on décrit des symptomes de délires, paranoïa, repli autistique observés sur des durées de plusieurs années.
              Il faut donc faire très attention avant d'employer ce jargon pour désigner des troubles mentaux ...
              Personne ne saurais donner de conseil par mail interposé, je pense qu'il faut considérer la personne concernée en la considérant comme une personne qui souffre terriblement et qui doit être aidée par des professionnels (psychiatre) et un traitement adapté.
              Cette approche est déjà un angle différent de l'approche maladie/traitement.
              Ses parents peuvent eux aussi se faire aider et soutenir par des professionnels pour mieux endurer la situation.
              Bon courage

              Commentaire


              • Attention?
                Il va chez un psy



                mais refuse de prendre des médicaments. Il est malade depuis l'age de 18 ans et c'est la première fois ou il refuse de se soigner. Ses parents sont à moitié dépressifs car dans ses délires il ne reconnait plus ses parents, dit que dans ses souvenirs ils sont différents et pourtant il reconnait sa soeur en tant que telle et ses neveux aussi. Lorsqu'il prenait des traitements ses crises se calmaient et tout finissait par entrer dans l'ordre. Je reproche au psy de ne pas assez communiquer avec les parents qui ne savent pas accepter parfois son délire de persécussion . Merci à toutes pour vos témoignages. REUMAKEUM

                Commentaire


                • Nous connaissons cela aussi



                  bonjour,

                  C'est qqch dont je parle très rarement, mais là je vois que tu es dans le même cas que nous : mon frère est atteint de schizophrénie depuis le jour de ses 18 ans très exactement. Ou plutôt devrais-je dire que les premiers signes extérieurs se sont manifestés ce jour-là. Cela fait maintenant 3 ans, et il se reconnaît malade, ce qui n'a pas tj été le cas.

                  Lui aussi peut être très méchant, il refuse d'ailleurs de voir nos mères et grands-mères. Il a des lubies subites, qui lui passent aussi brusquement qu'elles sont venues (ex: partir vivre à l'étranger). Mais on ne peut pas en vouloir à un schizophrène, il n'est pas méchant volontairement. Mon frère sait qu'il est malade (c'est d'ailleurs très bizarre d'entendre qqn dire "je suis schizophrène", avoir emmagasiné ectte réalité sur lui-même), mais il dit aussi qu'il ne peut pas lutter contre les voix qu'il entend et qui le poussent à agir démusérément.

                  Nous avons connu l'enfer : je l'ai trouvé en pleine nuit un couteau à la main pesant le pour et le contre de le porter conter lui, toute la famille dormait en se demandant s'il n'allait pas mettre le feu à la maisn... Tout cela pour te dire qu'un schizophrène, au début, ne peut pas croire à sa maladie, et que c'est normal. Ces choses qu'il ressent font partie de lui, alors pkoi seraient-elles anormales? Ce nest que petit à petit qu'il se reconnaîtra comme malade et pourra alors accepter de se soigner.

                  Si comme pour nous il devient urgent d'agir sans le consentement de la personne, il existe une procédure de placement par un tiers (très dure pour ce tiers car la personne placée ainsi en HP lui en veux et se cojsidère trahie). Il est important par la suitre de ne pas flancher et demander la sortie de la personne, ma mère n'a cessé de le faire et cela fait plus de mal qu'autre chose.

                  C'est une maladie dont on ne guérit pas. On la stabilise avec des médicaments, mais souvent la personne refuse de les prendre, car elle n'en voit pas l'intérêt (elle ne se sent pas malade), et de plus ils ont des effets secondaires malheureux (tremblements à soigner à leur tour par des médocs contre la maladie de Parkinson, impuissance, réactions pyramidales...). Donc si on constate que la personne recrache ses cachets, on peut lui administrer le traitement par piqûre spour un edurée de un mois je crois.

                  Il est cependant difficile de trouver un traitement adapté, mon frère ne cesse d'en changer.

                  Voilà, j'espère ne pas avoir dressé un tableau trop noir de la situation. Sache que mon frère a maintenant un appartemlent thérapeutique, c'est une avancée.

                  Tu peux m'écrire si tu le veux : hiphiphourra@aufeminin.com

                  Je te souhaite beaucoup de courage

                  Commentaire


                  • Cette personne ne veut justement pas consulter
                    Ok



                    c'est sur que l'HDT c'est pas ce qu'on a trouvé de plus subtil mais parfois, les schizophrènes sont dangereux (cf. les autres témoignages) et on n'a pas trop le choix.
                    En plus, j'ai déjà vu d'autre solutions possibles. Par exemple faire venir un psy chez lui (il suffit d'aller consulter au CMP = centre d'aide psychiatrique) et eventuellement, une infirmière psychiatrique ou un medecin peut se rendre chez la personne pour lui parler...
                    Bref, il faut quand même "cadrer" le problème avant de donner des médicaments comme ça...
                    C'est tout ce que je voulais dire!!

                    Je ne suis en effet pas psychiatre et je ne cherchais pas à dire quel traitement il faut donner, c'est simplement que les ATD seuls me paraissent un peu "légers" dans tous les sens du terme.

                    Commentaire

                    Publicité

                    Forum-Archive: 2002-01

                    publicité

                    Chargement...
                    X