publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Vaginisme

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Vaginisme



    Je ne connais pas grand chose à ce problème, donc je demande votre avis: j'ai un copain qui m'a raconté qu'il ne pouvait pas avoir de rapports sexuels avec sa copine. Puis elle a fait des examens médicaux pour savoir quoi, et ils lui ont dit qu'elle faisait du vaginisme (ça se constate par examens médicaux?)
    Elle lui a dit que ça lui faisait si mal qu'elle ne pouvait même pas mettre 1 tampon (ca peut aller jusque là?)
    Ainsi, grosse question: comment cela se passe lors de la visite chez le gyneco? Eh bien il le fait "par derriere" (c'est possible ça?). mais tout ça me chiffone. Le medecin ne peut donc pas faire son travail entièrement, ensuite, il se serait bien rendu compte du probleme non?
    ca me semble étrange, merci pour vos avis.
    Léna.

  • Le point de vue médical



    Le vaginisme est un processus psychophysiologique complexe qui interdit toute pénétration vaginale. L'acte sexuel est ainsi impossible, le pénis ne pouvant entrer sans être à l'origine de vives douleurs.

    Les organes génitaux sont normaux mais, à chaque tentative de pénétration, l’orifice vaginal se referme : il y a une contraction (spasme) involontaire des muscles péri-vaginaux.
    L’examen gynécologique est parfois difficile, voire impossible, même pour l’examen des organes génitaux externes. Les jambes se resserrent à toute approche. Il est malgré tout important car il permet d’établir le diagnostic et de confirmer qu’il n’y a pas d’anomalie des organes génitaux.
    Le trouble s’apparente parfois à une phobie du coït.
    Le vaginisme n’est pas toujours incompatible avec la vie de couple : certains couples développent une sexualité de plaisir sans pénétration. Le mariage non-consommé est défini par l’absence de pénétration vaginale, soit à cause de troubles de l’érection de l’homme, soit du fait du vaginisme de la femme.
    Le trouble n’est jamais organique (Voir douleurs lors des rapports sexuels chez la femme, cette page aborde toutes les causes de douleurs lors des rapports sexuels) : le terme de vaginisme est réservé aux causes non-organiques.
    Le vaginisme est primaire s’il débute avec la vie sexuelle de la femme ;
    Il est dit secondaire s’il survient après une période de vie sexuelle sans problème de pénétration.
    Causes et traitement du vaginisme primaire :
    La non-intégration du vagin dans le schéma corporel : en clair, la femme connaît mal son corps. Elle se représente un vagin petit, étroit ou pense avoir un hymen scléreux et épais qui obstrue complètement l’orifice vaginal. Elle n’a jamais regardé avec une glace sa vulve, jamais mis un doigt dans le vagin, et souvent elle n’utilise pas de tampons périodiques.
    Ce trouble peut être superficiel : une information sexuelle et une sexothérapie permettront de le régler en quelques mois ;
    Il peut également être lié à des conflits inconscients, ou à l’ambivalence vis à vis de la venue d’un futur enfant etc. Dans ce cas, seule une psychothérapie analytique ou une psychanalyse permettront son traitement ;
    La femme connaît son corps, mais le spasme des muscles se produit malgré elle à chaque tentative de pénétration : le trouble est alors psychologique. Un sexologue décidera avec elle de la démarche à suivre : psychothérapie, sexothérapie, désensibilisation sous relaxation ou hypnose, autres thérapies.
    Les causes et traitements du vaginisme secondaire
    Le vaginisme survient après une période de sexualité sans problème, du moins sans problème de pénétration. Souvent c’est après une période de dysparéunie (douleurs lors des rapports sexuels) que s’installe le vaginisme. La crainte de la douleur amène le corps à se défendre de manière réflexe. Les muscles se contractent pour empêcher la pénétration qui a été de nombreuses fois douloureuses.

    Une sexothérapie de couple permettra de retrouver la détente et la confiance, de déjouer ce réflexe.

    Quelques conseils

    Bien sûr, il ne faut pas hésiter à consulter un sexologue compétent.

    Mais en attendant, voici quelques conseils :

    Tout d’abord ne tentez plus de réaliser la pénétration. Il y a des étapes à franchir auparavant ;
    Vérifiez par vous-même que rien ne gêne la pénétration en regardant votre vulve avec un petit miroir ;
    Mettez un doigt dans votre vagin pour voir si les parois sont souples, si les muscles sont décontractés. S’ils sont contractés, essayez de les détendre ;
    Si cette étape s’est bien déroulée, demandez à votre partenaire sous votre contrôle de mettre un doigt dans votre vagin doucement, en utilisant un lubrifiant. Ensuite, s’il n’y a pas de douleur, il pourra en mettre deux ;
    La reprise de la pénétration se fera de préférence, dans la position où vous serez sur votre partenaire.
    Ces conseils doivent être suivis dans la douceur, sans douleur, la moindre douleur déclenchant à nouveau le processus de défense du corps et donc la contraction des muscles péri-vaginaux.

    Si vous ne pouvez pas mettre en œuvre ces conseils, n’hésitez pas à consulter un professionnel qui vous sera d’un grand secours.

    Commentaire


    • Le point de vue un peu plus sentimental...



      le point de vue médical est tt a fait concis...
      moi j'ai souffert de vaginisme de 15 a 18 ans...
      j'ai essayé en vain de comprendre pourquoi...et en fait le jour ou je suis tombée amoureuse, et que surtout j'ai été aimé aussi, tout c fait petit a petit,et j'y suis arrivé...et maintenant j'ai une vie sexuelle tt a fait normal...
      conclusion : l amour et l'acceptation de son corps c ça ki va bouleverser ta vie sexuelle.

      Commentaire


      • Le point de vue un peu plus sentimental...
        Merci mais



        on dirait que vous me conseillez moi.
        Je ne souffre pas de vaginisme, en fait je voulais me documenter là dessus, parce que ce mec raconte à ses copains ce genre de choses, et je me demande si c'est vrai...
        En tout cas, si dc'est vrai, je la plaind, tout le monde est au courant de son probleme, et il va voir ailleurs pour compenser...
        merci
        Léna.

        Commentaire


        • Le point de vue médical
          Brûlures et douleurs



          Suite à un cancer du sein opéré en 92, et après chimio (un an) traitement hormonal pendant 7 ans, j'ai subi une ovarectomie en 99.
          La sexualité n'avait jamais été un problème pour moi ; hors depuis la sécheresse vaginale ne fait que s'aggraver et les rapports sont de plus en plus douloureux, entraînant un vaginisme, et une peur de plus en plus grande de ces relations sexuelles. Et vice-versa.C'est le cercle infernal.
          J'ai essayé des injections de Replens (aucun effet), l'application de vaseline ou de lubrifiants (démangeaisons s'en suivent), je supportais assez bien le Colpotrophine et maintenant cela me brûle et me démange aussi.
          Existe-t-il une autre solution ?
          La gynéco et autres personnes censées m'aider prennent cela à la légère, et pourtant je souffre.
          Votre "point de vue médical" est vraiment très bien expliqué ; aussi je pense que vous pourrez m'aider. Un très grand MERCI d'avance.

          Commentaire


          • Merci mais
            C'est pas un excuse



            du copain pour précisément voir ailleurs? En tout cas c'est pas ça qui va arranger le problème de la fille au contraire.
            Quand à par derrière pour l'examen gynéco, j'aimerais bien voir... Parce que ce n'est pas vrai du tout. Et comment le médecin s'y prendrait-il?
            Cette histoire est plutôt louche. Il y a des filles qui font du vaginisme mais déjà elles ne le crient pas sur les toits (c'est pas facile à admettre) et l'histoire de l'examen je la trouve bizarre.
            Voilà pour mon opinion.

            Commentaire

            Publicité

            Forum-Archive: 2002-102002-11

            publicité

            Chargement...
            X