publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Être aimé quand on est malade

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Être aimé quand on est malade



    Bonsoir

    Je suis nouveau sur le forum, et je voudrai avoir vos conseils, vos expériences.

    En fait, il y a peu de temps, j'ai appris que j'étais atteint de sclérose en plaques, et je me pose beaucoup de questions sur mon avenir. La plus importante est "Est-ce que je vais pouvoir fonder une famille comme tout le monde", je m'explique :

    Je suis assez solide mentalement, mais physiquement, même si je ne présente pas encore de traces d'invalidité (car ce n'est pas une forme sévère), je sens que je suis de plus en plus faible, et je ne pourrai plus faire ce que les autres hommes font. Et je suis conscient que les femmes aiment un homme pour sa force, et qu'elles méprisent les hommes faibles. De même, je sais que beaucoup de couples se désunissent suite à cette maladie.

    J'essaye toujours de rencontrer quelqu'un mais parfois même après avoir fait connaissance, j'évite et j'ignore la fille car j'ai peur qu'elle se rend compte de ma faiblesse (parfois je suis bien donc là pas de problème, mais parfois je vais mal), et je manque de confiance en moi.

    Pensez-vous qu'une femme puisse m'aimer pour ce que je suis ? Que pensez-vous d'un homme qui présente ce genre de maladie ? Si je rencontre quelqu'un, faut-il que je lui dise dès le départ ?

    Je vous remercie d'avance de vos réponses.


    Samuel

  • Bonsoir samuel



    je vais te répondre en tant que femme : non nous ne recherchons pas la force chez les hommes c'est même souvent ce qui nous irrite le plus chez eux...
    je comprends que tu ais peur qu'on te laisse mais si tu ne laisses personne rentrer dans ta vie (amicalement ou sentimentalement) par peur qu'on découvre cette faiblesse tu risques de passer à coté de quelque chose de beau...
    peut être trouveras tu plus de réconfort sur des sites spécialisés, je suis peut être maladroite, mais en tout cas dans mon cas cela ne serait pas un frein et je ne suis pas la seule dans ce cas !

    Commentaire


    • Fonce !!



      Slt Samuel !

      Tu c ds la vie on est confronté à des problèmes ou - difficiles à gérer, c vrai et je pense ne rien t'apprendre en te disant celà... Il y a une multitude de gens qui ns entourent de près où de loin, ou - compréhensif aussi, mais sache que malgré ta situation tu rencontreras j'en suis sûr une femme qui fera "abstraction" à ta maladie car elle t'aimera pour ce que tu es et non pas pour ce que tu représentes. Bien sûr on ne peut nier l'évidence mais celà ne fait pas de toi quelqu'un d'inintéressant loin de là mais SUREMENT le contraire car tu dois être très ouvert & réceptif que la plupart des gens que je qualifierai "sans problèmes". Sinon je ne pense pas qu'il faut que tu dises dès le 1er soir la situation que tu affrontes mais attendre quelques tps de de complicité entre vous car tu sais ce n'est pas la peine "d'étaler" c problèmes à tout va car la plupart des gens se moquent de toi malheureusement... Sache aussi que la maladie est pour tout le monde heureusement et malheureusement donc pas de koi te sentir "inférieur" par rapport au autres hommes et à quel être que ce soit... Je ne suis pas psy mais te parle comme je le ressens. Gross biz et ne faibli pas :sourire:
      Gregoriena

      Commentaire


      • Rassure toi samuel



        Les gens atteints de sclerose en plaque ont le même droit au bonheur et à l'amour que les gens "normaux".
        Je suis l'exemple vivant. J'ai déclaré la maladie il y a 5 ans ( j'ai 25 ans à présent). A cette période, je sortais avec le garcon qui allait devenir mon futur mari. Il aurait très bien pu prendre ses jambes à son cou et me quitter devant une telle maladie. Il est rester (et pas pour la pitié je te le garantis) parce qu'il m'aimait ( et moi aussi d'ailleurs!!!) et cette maladie n'a fait que renforcer l'amour que l'on se porte. Je peux donc t'assurer que si tu rencontres une personne qui t'aime réellement, elle t'aimera dans ta GLOBALITE, c'est-à-dire avec cette maladie car elle ne te quittera jamais et il faut s'en faire une alliée plutôt qu'une rivale. N'aies crainte du jugement des filles quant à ce que tu penses être un manque de force et donc de virilité. Les femmes adorent materner et protéger tout ceux qui les entourent!!!!(en ce qui me concerne en tous cas).
        Il te faut juste tomber sur LA bonne personne et le tour sera jouer. Ce qui ne te différencie en rien de tous les gens en bonne santé qui doivent avoir la même chance de tomber sur leur deuxième moitié.
        Pour se qui est de révéler ton secret, je pense qui faut "le sentir". Cela ne s'est pas posé avec monépoux puisqu'il m'a connu en bonne santé et puis ensuite malade. Mais pour ce qui concerne tout mon entourage (les amis etc), je l'ai caché jusqu'à il ya deux mois.
        En effet, j'ai fait une poussée à ce moment et j'ai ressenti le besoin que les gens que j'aime et qui m'aiment me connaissent dans ma REALITE c'est à dire avec ma maladie. Je voulais pouvoir dire que j'étais fatiguée sans devoir me justifier. Je voulais tout simplement ne plus avoir à me cacher et donc me révéler telle que j'étais.
        Cela est sans doute dû au travail de thérapie que j'ai entrepris il ya 2 ans. Cela m'a fait un bien fou et m'a permis de dépasser toutesd mes angoisses liées à la maladie.
        Tout ce roman pour te dire qu'on peux être très heureux avec une sclérose en plaque, et qu'il ne faut pas avoir peur de l'avenir. Il faut avoir confiance en la vie et croire en soi. Cette maladie m'a appris une chose : profiter de chaque jour et faire comme si c'était le dernier!
        Bon bourage et n'hésite pas à me demander conseils.
        A

        Déborah

        Commentaire


        • Rassure toi samuel
          Bonjour déborah



          Je te remercie pour ton témoignage, cela me redonne de l'espoir quant à l'avenir.

          Je profite de chaque jour comme toi, je fais toujours du sport, et des activités physiques, je suis même plus fort que des "bien portants" mais parfois je suis extrèmement fatigué, et dans ces périodes, je suis très très faible, je préfère fuire le monde. C'est pour cela, les filles que j'ai rencontré pensent que je suis lunatique, et instable. Et c'est dur de rattraper mon comportement après, en fait il faudrait que je leur dise, mais je n'ose pas.

          La prochaine fille que j'aimerai, penses-tu qu'il faut que je lui dise dès le départ, j'ai peur que si j'avoue ma maladie tout de suite, elle ne voudra même pas me découvrir ?

          Je te dis bon courage aussi. Je te tiendrai au courant. A

          Samuel

          Commentaire


          • Je suis d'accord avec les autres



            Toi aussi tu as le droit au bonheur!! et ne t'en prive pas.
            Je ne pense pas que tu devrais le dire des le debut, mais lorsque tu te sentiras bien ,en confiance avec qq1.

            J'ai moi meme fais une poussee de SEP il y a 4 mois 1/2, mon mari a ete super pour me soutenir dans toute l'epreuve des symptomes de la decouverte du diagnostique. Il ne s'est pas sauve et n'a pas l'intention de le faire plus tard . Il m'a simplement dit "c'est comme ca... mais on est ENSEMBLE" .On venait de se marier a peine quelques mois auparavant(9-10mois).

            Au fait es tu suivi par un neurologue?
            Es tu sous traitement a l'interferon?

            Bon courage

            Fouilla

            Commentaire


            • Je suis d'accord avec les autres
              Salut



              Merci de ton témoignage, cela m'encourage.

              Oui, je suis suivi par un neurologue suite à mon IRM, et un psy, mais je prend des médicaments seulement pour traiter ma dépression suite au verdict, car ma sclérose en plaques est légère, je n'ai que des grosses fatigues, des vertiges, des troubles de la sensibilité,et de la mémoire. Mais je ne sais pas comment elle va évoluer.

              Bon courage

              Samuel

              Commentaire


              • Le moral



                c le plus important.
                Je suis moi aussi atteinte d'une SEPdepuis l'age de 14 ans (j'en ai 37) et meme si parfois c difficile tres fatiguée et évidement diminuée par toutes ces choses que l'on ne peut plus faire comme avant...
                Mais le principal c vivre j'ai un fils de 8 ans il sait ce que maman a et comprend avec ses mots à lui et j'ai surtout un homme formidable a qui j'ai dit tout de suite ce que j'avais et qui est toujours là et qui m'épaule.

                Tu sais devant la maladie hommes et femmes sont égaux.
                Et quand parfois je n'ai pas le moral je viens sur le site rencontrer d'autre sclérosée en plaques.

                Reviens si tu en as besoin.
                Véronique

                Commentaire


                • Bonjour déborah
                  Tu es comme moi



                  avant d'avoir accepté intégralement ma maladie. Dès que j'étais en poussée (il ny en n'a pas eu bcp : 2 avant celle-ci)je fuyais le monde et ne voyais plus personne. Les seules personnes qui me connaissaient lorsque j'étais dans la tourmente étaient mon entourage familiale et mon mari (qui vit la maladie comme moi sauf qu'il n'a pas les sensations corporelles). Jusqu'au jour ou j'ai ressenti le besoin d'en parler et finalement de ne plus avoir honte ni peur d'elle.Je t'assure que les gens à qui je l'ai dit m'ont énormément soutenu tout au long de cette poussée sans jamais me prendre par pitité ce dont j'ai HORREUR (la raison pour laquelle je l'avais sans doute cachée). Je suis une battante et je me bat tous les jours pour que la maladie reste là ou elle est sans prendre davantage de terrain. Moi aussi je fais du sport tous les jours (1 heure de fitness). C'est bon pour le moral et important pour continuer à faire travailler tes muscles et articulations. Evidemment lorsque je suis en période de poussée tout tourne au ralenti et c'est normal, il faut l'accepter.
                  Sache que si tu rencontres une fille que tu aimes vraiment et avec laquelle tu te vivre une grande histoire d'amour, rien ne sert de lui mentir. Si cette même fille a des sentiments similaires pour toi elle ne fuiera pas. Elle t'épaulera dans tes périodes ou tu es fatigué et vous vous eclaterez dans les périodes ou tu as la force et l'énergie.
                  Après tout il faut bien expliquer au gens que c'est une maladie qui ne se voit pas (à proprement parler tant qu'on n'est pas en fauteuil ) mais qui peut se manifester par des épisodes de grande fatigue et de baisse de moral.

                  N'hésite pas à me contacter directement sur mon mail si tu veux : deborah_sdika@hotmail.com

                  A samuel et bonne journée

                  Débo

                  Commentaire


                  • Bonjour samuel



                    je suis moi meme une grande rescapée de maladie ( ytumeur au cerveau ) mais avec pas mal de sequelles .
                    j'ai rencon tre mon mari arpes l'operation, donc il a vu tous les stades de mon evolution ( paralysie et le mieux ).
                    nous sommes maries , heureux , il me suit dans ma bataille contre la douleur , soualge mes maux apr des massages ou par des attentions .
                    je lui ai dtide s le debut ce dont je souffrais car cela fait partie integrante de moi .

                    Une autre histoire : j'ai connu un homme qui avait une maladie que l'ondit orpheline ; je ne connais pas son nom mais par frottement sa peau se durcit jusqu'a devenir solide . cela commence par les vaisseaux sanguins , les pieds, et imagine le restant .
                    J'etais prete a vivre avec lui malgre cela, parce que je l'aimais
                    cela ne s'est pas fait a cause de convictions religieuses et de sa famille. Mais on reste toujours en contact

                    Une maladie fait partie integrante de nous , nous donne une force et je trouve une certaine maturite . Il faut accepter sa maladie , ce que l'on est , car sinon l'image que l'on renvoit est negative.
                    Une femme peut parfaitement t'aimer pour ce que tu es ce que tu degages , ta personne entiere, et ta maladie en fait partie .

                    Comme je dis a mon mari , moi j'ai peut etre ça mais lui il a une oreille plus basse que l'autre, de petits mollets chacun son truc


                    Je te souhaite plein de courage,


                    Laurence

                    Commentaire


                    • Tu es comme moi
                      Salut déborah !



                      C'est vrai, moi, aussi j'ai peur que l'on est pitié de moi, si je vois çà dans les yeux des autres, cela n'exaspèrerai. Je pense que je vais le dire à mes proches, mais pas à tout le monde. Je suis content d'avoir tous ces témoignages, comme quoi, tu n'es pas perdu.

                      Je te recontacterai bientôt sur ton mail, mais je ne sais pas, si le mien de "auféminin" marche bien.

                      A

                      Samuel

                      Commentaire


                      • Meme pensée



                        Cher Samuel

                        Et oui j'ai cru me reconnaitre en lisant ton message . En effet j'ai la meme pensée que toi depuis quelques temps et surtout depuis l'annonce de ma sclerose en plaque. J'ai 31 ans , je suis celibataire et voila maintenant 6 mois que j'ai appris le diagnostic. J'ai deja eu 2 poussées et j'ai mis en route le traitement de betaferon il y a maintenant 15 jours, les effets indesirables du traitement sont tellements presents que j'ai l'impression d'etre une "loque humaine" et de ne rien pouvoir faire à coté du fait du court repis qui separe les injections (2 jours).
                        C'est en effet une sale maladie tu ne sais pas ou tu mets les pieds , tu ne connais pas ton avenir et en effet tu te dis est ce que la personne que je rencontrerais sera prete a accepter ma maladie et surtout ce que cela engendre dans les moments de poussée et est ce que elle sera me comprendre dans mes moments de doute et est ce qu'elle sera comprendre ma fatigue qui est imprevisible et difficile a gérer .
                        Mais gardons l'espoir car comme on dit l'espoir fait vivre et pensons aux moments où celle ci se fait oublier et nous laisse du repis.
                        Bonne route à toi.
                        cécile

                        Commentaire


                        • A samuel



                          bonjour

                          Je ne connais pas ta maladie mais je connais d'autres maladies toutes aussi graves soient elles ou minimes soient elle aussi bien par ma propre personne que mon entourage familiale .la douleurs et tout ce qui s'en suit . J'ai connais la souffrance et le désire de rester seule sans vouloir parler et dans une chambre . Mais je sais aussi que ça n'est pas du tout une solution que de se retirer du monde et se poser un tas de questions au lieu d'aller vers.

                          Moi ma relation avec mon homme s'est encore et encore renfocée durant ma maladie là j'ai réellement compris qu'il m'aimait pour ma propre personne et non pour autre chose.

                          Oui tu trouveras une personne qui t'aimera et qui ne fera pas attention à ta maladie pour la simple raison qu'elle en est indifférente sûrement souffrira t'elle de te voir par moment souffrir mais pas plus. Je ne pense pas que la maladie détruit le vrai amour qui est basé uniquement sur les sentiments et non sur les intérêts.

                          C'est vrai que la maladie rend plus fort mais c'est bon aussi de montrer ses faiblesses et ses peurs aux gens qu'on aime car ils ne te comprendront que mieux ce ne sera pas certainement pas de la pitié comme tu pourrais le comprendre.

                          J'ai un frère suite à un accident qui s'est retrouvé sur une chaise roulante. Et bien je peut te jurer que malgré celà beaucoup de filles le voulaient pour la vie car il a un côté charmant et doux de se faire aimer.

                          On a tous ce côté là il faut l'utiliser pour se faire aimer et être honnette dans la vie pour réussir en tout.

                          Oui il faut le lui dire mais sauf si tu sens qu'il y a réciprocité de sentiments. ça sert à absolument à rien de cacher sa maladie. ça t'évitera aumoins d'éviter le pire.

                          Les filles aiment les hommes qui savent les aimer tout simplement.

                          meilleure santé.

                          sali

                          Commentaire

                          Publicité

                          Forum-Archive: 2003-062004-08

                          publicité

                          Chargement...
                          X