publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Pour sarahsaturne spondyalrthrite

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Pour sarahsaturne spondyalrthrite



    Voici des éléments trouvés pour toi sur le sujet

    La spondylarthrite ankylosante
    (pelvispondylite rhumatismale, spondylose rhizomélique)

    Définition

    C'est une maladie inflammatoire chronique qui touche le rachis et les articulations sacro-iliaques. Deuxième des grands rhumatismes inflammatoires chroniques par sa fréquence et sa gravité, elle est quand même dix fois moins fréquente que la polyarthrite rhumatoïde et n'atteint que 0,1 à 0,2 % de la population. Elle représente 85% des rhumatismes des hommes de moins de 30 ans.
    Le sujet présente dans 90 % des cas l'antigène HLA B27.

    Dans 10 à 20% des cas, la maladie est associée à une autre affection :

    un syndrome oculo-urétro-synovial (OUS)
    une maladie intestinale chronique
    un rhumatisme psoriasique...
    Symptômes

    La spondylarthrite ankylosante débute entre 20 et 40 ans par des douleurs au bas des reins (lombalgies) ou des douleurs dans les fesses dans la moitié des cas. Ces douleurs ne sont pas calmées par le repos mais au contraire sont plus importantes la nuit et le matin au réveil. Elles résistent à l'aspirine.

    D'autres fois, les symptômes révélateurs sont :

    une sciatique
    des douleurs rachidiennes
    une arthrite périphérique
    une douleur inflammatoire du talon.
    L'arthrite sacro-iliaque est constante : ce sont des douleurs fessières irradiant vers l'arrière des cuisses et pouvant simuler des douleurs de sciatique.
    Les douleurs lombaires sont fréquentes, accompagnées de raideur surtout matinale, ainsi que les douleurs thoraciques. L'articulation manubri-sternale est douloureuse. Des douleurs du cou sont possibles. Si les hanches sont souvent touchées, toutes les articulations peuvent être atteintes y compris les doigts et les orteils qui sont gonflés.

    Les autres signes sont :

    une iritis ou uvéite antérieure (il rouge douloureux non larmoyant soulagé par les corticoïdes)
    une urétrite non gonococcique (ou une cervicite chez la femme)
    une diarrhée aiguë contemporaine de l'arthrite
    une sacro-iléite à la radiographie
    la présence de l'antigène HLA B27
    l'amélioration remarquable des douleurs par les AINS.
    Une insuffisance aortique peut être associée.

    Evolution

    La maladie évolue par poussées. La spondylarthrite ankylosante bloque progressivement les articulations du bas du dos. Dans les cas les plus sévères, elle va jusqu'à souder la colonne vertébrale en un seul bloc. L'évolution se fait en 10 à 20 ans par poussées qui touchent successivement toutes les articulations.

    Examens complémentaires

    La radiologie montre des images d'arthrites.
    Les lésions sacro-iliaques sont typiques : élargissement de l'interligne, flou articulaire...
    Les lésions rachidiennes débutent à la charnière dorsolombaire. Il existe des images d'ossification intervertébrale (syndesmophytes) et une calcification des ligaments intervertébraux. Au maximum est réalisée l'image radiologique de "colonne de bambou".
    Sur le plan biologique, la vitesse de sédimentation est accélérée pendant les poussées. L'antigène HLA B27 est retrouvé dans 90 % des cas.

    Traitement

    Le traitement repose sur le repos, la rééducation fonctionnelle et les médicaments:
    Le repos est indispensable, en particulier au moment des poussées.
    La kinésithérapie active avec gymnastique respiratoire et posturale est également très importante pour éviter des déformations.
    Les médicaments sont déterminants dans le traitement de la crise et éventuellement dans le traitement de fond de la maladie.

    Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont utilisés en première ligne lors des poussées.
    Une association antalgique de paracétamol et de dextropropoxyphène est parfois prescrite en complément lorsque les AINS seuls sont insuffisants pour réduire la douleur due à l'inflammation.
    Un traitement local sous forme d'infiltration (injection intra-articulaire) de corticoïdes ou une synovitorthèse (injection intra-articulaire de substances chimiques visant à détruire la membrane synoviale enflammée) sont aussi parfois pratiqués.
    Dans certains cas (cas très sévères ou pathologie associée : psoriasis, rectocolite hémorragique, etc.), un traitement de fond peut être prescrit. Il est basé sur la prise de salazopyrine ou de méthotrexate ou d'azathioprine ou de ciclosporine.
    Pour les formes de la maladie qui sont très déformantes et ankylosantes, un recours à la chirurgie orthopédique peut s'avérer nécessaire.

    Maladies associées
    Linflammation oculaire (uvéite) constitue lune des maladies qui sont le plus souvent associées à la spondylarthrite ankylosante. Un tiers des personnes touchées environ souffre au moins une fois dune inflammation oculaire.
    En dehors des yeux, des organes internes comme le cur, les poumons, les reins ou le foie peuvent aussi être atteints par linflammation mais ceci est rare.
    Maladies apparentées
    Une série de maladies présente des symptômes analogues à la spondylarthrite ankylosante. Elles sont regroupées sous le terme de spondylarthropathies. En font partie: larthrite psoriasique, le syndrome de Behçet, luvéite antérieure aiguë, larthrite réactive, larthrite juvénile chronique, la maladie de Wipple, la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse et le syndrome de Reiter.
    Symptômes au stade initial
    Les symptômes suivants apparaissent au stade initial de la spondylarthrite ankylosante:
    douleurs fugaces et dintensité variable au sternum, à la nuque, aux vertèbres, aux fesses, au genou ou au talon
    douleurs au niveau de la cage thoracique lors des mouvements respiratoires, déternuements ou de toux.
    douleurs nocturnes au sacrum qui réveillent le patient
    douleurs rachidiennes atténuées par le mouvement
    raideur matinale de la colonne vertébrale
    inflammations et douleurs au genou ou à larticulation du pied
    douleurs ressemblant à la sciatique
    inflammations oculaires
    état général altéré: fatigue, manque dentrain au travail, perte de poids, état dépressif

    rse

  • Hop !



    Commentaire

Publicité

Forum-Archive: 2003-07

publicité

Chargement...
X