publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Eizemer et parkinson

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Eizemer et parkinson



    Mon beau peré serait atteint d'un mal qui s'apparente à ces deux maladies . pouvez vous m'en dire plus car ma belle mère ne sait pas bien nous expliquer et nous sommes un peu perdus. merci

  • Voila pour toi



    A l'origine d'une dégénérescence de certaines cellules nerveuses, la maladie d'Alzheimer altère le fonctionnement du cerveau. Dans un premier temps, les malades éprouvent des difficultés à se souvenir et à comprendre. Cette maladie rejaillit sur l'entourage. Lorsqu'un proche en est atteint, il est parfois utile faire le point. Doctissimo vous y aide en huit étapes.

    1 - Les soins médicaux entrant dans le cadre de la maladie d'Alzheimer sont pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale ;

    2 - Toutes les associations spécialisées vous aideront à mieux comprendre la maladie. Elles participeront aux conseils de tous les jours que ceux-ci concernent la personne malade ou ses proches ;

    3 - Il existe actuellement 434 000 cas recensés de maladie dAlzheimer en France ;

    4 - La maladie dAlzheimer survient après soixante ans, sauf de très rares cas de formes familiales qui débutent plus tôt. Dans ces formes génétiques des tests de confirmation sont possibles ;

    5 - Lanxiété ou la dépression qui surviennent dans la maladie dAlzheimer doivent être traitées médicalement. Suivez scrupuleusement les conseils et lordonnance du médecin qui soccupe du malade ;

    6 - Le traitement de la maladie elle-même est nécessaire. Il permet de diminuer les signes de la maladie en particulier les troubles de mémoire et d'améliorer la qualité de vie des patients atteints. Cependant ils n'agissent pas sur la cause de la maladie. Les médications actuelles donnent parfois des troubles digestifs (diarrhées, vomissements). Parlez-en à votre médecin pour quil les change si nécessaire ;

    7 - Le passage domicile-institution se fait lorsque laidant nest plus en mesure dassurer son propre rôle, que la sécurité du patient est en jeu ou que la totalité des soins ne peut plus se faire à domicile. En moyenne il se fait pour 70 % des patients après sept ans d'évolution de la maladie ;

    8 - Les coordonnées de lassociation France Alzheimer sont : 21, Boulevard Montmartre. 75002 Paris. Téléphone : 01 42 97 52 41. Nhésitez pas à consulter les bénévoles qui répondront à toutes vos demandes.

    La maladie dAlzheimer

    La maladie dAlzheimer représente aujourdhui dans les pays développés la principale cause de démence et de dépendance chez les personnes âgées. En France, le nombre de personnes touchées se situe vraisemblablement entre 300 000 et 400 000 et létude Paquid, qui a été réalisée dans notre pays, a montré que 15 % des sujets de 85 ans environ sont concernés par ce problème. Parce que son expression est favorisée par le vieillissement, les experts craignent toutefois que 600 000 Français soient atteints à lhorizon 2020, ce qui constituerait un redoutable défi pour notre société en raison des problèmes importants de prise en charge sociale et médicale que posent ces patients.

    La maladie dAlzheimer se différencie des autres affections du cerveau pouvant entraîner une démence, des maladies dorigine vasculaire par exemple, par lexistence daltérations spécifiques des cellules cérébrales. Au début, la maladie se manifeste par de simples troubles de mémoire portant essentiellement sur les faits récents, mais peu à peu les capacités intellectuelles des patients diminuent et ceux-ci éprouvent de plus en plus de difficultés pour communiquer avec leur entourage ou pour effectuer des gestes courants de la vie quotidienne.

    Les biologistes ont découvert, il y a quelques années, que la dégénérescence puis la perte des neurones saccompagne dune diminution des taux dacétylcholine, un médiateur qui joue un rôle important dans le fonctionnement cérébral, notamment dans le processus de mémorisation. Des médicaments, capables de sopposer à cette réduction graduelle de lacétylcholine cérébrale, sont donc aujourdhui proposés pour retarder lévolution de la maladie, comme la tacrine, ou plus récemment le donézépil et la rivastigmine, moins toxiques pour le foie...

    Ces thérapeutiques possèdent une certaine efficacité, à condition dêtre prescrites suffisamment tôt. Doù la nécessité de reconnaître les formes précoces de la maladie. Dans ce but, diverses consultations de la mémoire ont été créées dans les centres hospitaliers français. Grâce aux données de linterrogatoire et à des tests psychométriques, les médecins arrivent à prévoir avec une certaine fiabilité les sujets qui risquent de développer par la suite une maladie dAlzheimer et à les différencier de personnes dont les troubles de mémoire sont en rapport avec une autre maladie neurologique ou une simple tendance dépressive ou anxieuse.

    Différents facteurs favorisants ont été mis en évidence dans la genèse de la maladie dAlzheimer, tels des paramètres génétiques, certaines formes particulières dune lipoprotéine, lapolipoprotéine E, et comme vient de le confirmer une étude effectuée par léquipe du Pr Jean-François Dartigues (Université de Bordeaux) une trop forte teneur en aluminium de leau du robinet.

    Les progrès thérapeutiques restent modestes. Cependant, la mise au point dun vaccin expérimental dénommé provisoirement AN-1792 a été annoncée en juillet 2001 par la firme Elan Pharmaceuticals, lors du dernier congrès mondial sur la maladie dAlzheimer. Ce vaccin qui a retardé la progression de lésions cérébrales chez des souris présentant une forme proche de la maladie humaine a été testé mondialement chez des patients. Mais début 2002, l'essai mondial portant sur 97 personnes a été arrêté suite à l'apparition de quatre cas de méningites !

    La maladie de Parkinson

    La maladie de Parkinson représente la troisième maladie neurologique après la migraine et la maladie dAlzheimer, et survient, en moyenne, vers la soixantaine. Les statistiques donnent à penser quelle toucherait 100 000 personnes en France. Cette affection découle dune dégénérescence des neurones dune petite zone du cerveau, le "locus niger", qui est responsable du contrôle de la motricité des mouvements et fabrique normalement un médiateur chimique, la dopamine. Chez les Parkinsoniens, la dopamine nest plus produite en quantité suffisante et, de ce fait, apparaissent différents troubles neurologiques comme un tremblement des extrémités au repos, une augmentation anormale du tonus musculaire et une rigidité des membres, une lenteur et une diminution de lactivité physique. La marche est peu à peu perturbée ; lécriture déformée ; la mimique est figée, mais à linverse de la maladie dAlzheimer les fonctions intellectuelles sont en règle générales conservées.

    Lorigine de la maladie de Parkinson demeure inconnue, mais on sait que cette affection est plus répandue chez les boxeurs en raison des microtraumatismes crâniens répétés que peut induire cette activité sportive. Par ailleurs, certains toxiques en favorisent la survenue (insecticides, oxyde de carbone) et une affection très proche de la maladie de Parkinson a été décrite chez des toxicomanes américains qui avaient pris de lhéroïne de mauvaise qualité. Ce syndrome constitue donc un modèle détude de la maladie de Parkinson habituelle pour les neurologues.

    Le traitement repose, en général, sur ladministration de lévodopa qui se transforme en dopamine dans lorganisme ou de médicaments mimant les effets de la dopamine. Il en existe aujourdhui de très nombreux, de mieux en mieux tolérés.

    De plus en plus souvent, on réalise aussi dans les cas graves des stimulations profondes du cerveau. Le principe consiste à activer, grâce à limplantation délectrodes, des centres cérébraux, comme le thalamus, qui ont pour rôle de bloquer lapparition dun tremblement mais qui nassurent plus cette fonction en raison du manque de dopamine. Toutefois, le nombre de ces interventions demeure réduit car elles sont coûteuses et exigent des moyens techniques et humains importants.

    Des méthodes de chirurgie stéréotaxique permettant de détruire électivement certaines zones cérébrales (thalamus, pallidum...) peuvent aussi être proposées pour supprimer le tremblement ou la rigidité corporelle. Enfin, des greffes de cellules de ftus dans le cerveau peuvent être effectuées car elles ont la capacité de sécréter de la dopamine. Mais, cette méthode de traitement est très lourde et na, depuis ses débuts en 1980, été appliquée quà quelques centaines de patients dans le monde.

    Afin den élargir le champ dapplication, les médecins tentent aujourdhui de remplacer les cellules humaines par des cellules de porcs ou, même, de manipuler au laboratoire des cellules embryonnaires pour leur faire fabriquer de la dopamine avant de les réinjecter aux patients.


    a j'espere t'avoir aidez

    Commentaire


    • Voila pour toi
      Merci poupette



      je te remercie de tes explications complètes.
      nous venons de passer quelques jours avec lui et je retrouve les symptomes que tu indique (perte de memoire, agressivité, qui alterne avec de la passivité)
      danimero

      Commentaire


      • Merci poupette
        Avec plaisir



        n'hesite pas

        a et bon courage

        Commentaire

        Publicité

        Forum-Archive: 2003-08

        publicité

        Chargement...
        X