publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Peut-être pouvez vous m'aider...

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Peut-être pouvez vous m'aider...



    J'ai déjà posté un message dans un autre des forum d'aufeminun.com mais visiblement c plutôt ici que je devrais le faire...

    Je suis une jeune femme de 19ans et j'ai un problème qui commence petit à petit à gêcher ma vie...

    A l'age de 17ans, sans aucunes raisons je me suis mise à mouiller mon lit. D'abors une fois par semaine puis en moins de 6 mois de plus en plus fréquemment. A l'heure actuelle si j'arrive à ne pas faire pipi (excusez moi pour le terme mais je ne vois pas d'autre mot) en dormant c'est quasiment un miracle...
    Bien sûr j'ai consulté un urologue (J'ai pris sur moi ce jour là). Il n'a rien détecter d'anormal et bien que j'ai une petite faiblesse au niveau du muscle de la vessie, cela ne devrait pas causer ce genre de problème. Il m'a alors expliquer qu'à cet age le fait de mouiller son lit était plus psychologique que physique...
    Pourtant tout allait ... jusque là. Une enfance heureuse de bons et bonnes ami(e)s, réussite scolaire...je plais plutôt aux hommes...Je n'avais aucunes raisons qui entrainaient ce qui m'arrive...
    Voila que cela faisait 2 ans que cela dure...J'ai une nouvelle fois prit sur moi. La nuit je porte des protections et cela m'empêche dès lors d'avoir une relation amoureuse avec quiquonque (cela s'arrête juste au flirt). je me suis habituée à cela et je me disais que face aux prbl de certaines personnes je n'étais pas à plaindre...
    Mais voila que depuis le début du mois il m'arrive d'avoir des accidents en journée...dont deux devant des amies. Autant la première fois j'ai pu leur faire comprendre que ce n'était JUSTE qu'un accident, autant la seconde fois (devant une seule amie cette fois-ci), je me suis retrouvée un peu plus bête...La thèse de l'accident ne marche plus. Je vis en cité Universiaite et j'ai peur que cela se sache...Bien sûr mon amie ma questionnée et je suis restée très évasive sur les réponses en expliquant que je ne savais pas ce qui m'arrive...

    A l'heure H, je me retrouves face à un dilemme....
    Je sais qu'elle(s) se doute(nt) que j'ai un problème mais j'ai peur de l'annoncer et d'une certaine façon de me faire rejeté...Dois-je leur dire? Comment vont-elle réagir?
    Si une personne vous annonce à vous un tel problème comment réagirez vous?
    On me conseil de voire un psy, mais j'ai peur de parler devant un inconnu (ici c'est anonyme et cela me facilite la tâche). dois-je franchir le pas? Comment cela se passe? Quelles démarches à entreprendre?
    Autant de questions où je suis sans réponse...

    Merci de m'aider.

  • Peut-etre...



    Que tu devrais voir un autre urologue un deuxième avis est toujours bon à prendre (personnellement j'avais un pb qui etait neurologique et la personne que j'avais vu m'avait dit que c'etait comme toi psychologique alors qu'un voyant un autre neurologue je me suis fais opérer une semaine apres apres vu le medecin).

    De plus cela veut rien dire tu peux avoir des pb uriniarire à ton age (en general c'est vrai que c'est apres avoir eu une intervention chirurgicale)

    Mais il y a un post ou tu peux poser des questions à deux docteurs sur ce forum je ne sais pas si c'est toujours d'actualité mais si je me rappelle d'un de leur nom c'était Dr Douat fait une recherche avec la loupe ou si d'autre foreumeuse le fait remonter avant moi ca serait sympa Tu fais un copier-coller de ta question

    Sinon bon courage à toi bisous...

    Commentaire


    • Peut-etre...
      Ca s'apelle...



      Question à un medecin 4 (y) un peu plus bas

      Commentaire


      • Relachement



        en kine on voit des femmes qui souffre d'un relachemet musculaire
        le traitement se fait par sonde en renforcement
        parfois c'est le froid qui peut donner une incontinence plus facile la nuit
        en osteo il y a une zone qui peut par lesion donner cette incontinence elle se trouve au niveau du dos entre les lombaires et les dorsales, ce qui réapparait donc en cas de scoliose ou d'un choc

        Commentaire


        • Relachement
          Ici ce n'est pas le cas...



          Je n'avais aucun prbl à me retenir en journée...Je sens bien ma vessie et le fait que je peux me retenir, mais je sais pas, le stress de la situation ou peut être mentalement je relache tout...

          Quand à la nuit...Mystère...

          Bises

          Commentaire


          • Hello
            La réponse est



            non!!!

            Mon premier accident nocturne est venue je ne sais plus quand, mais il n'y avait eu aucune chose qui a changé dans ma vie...Après si...et le fait de mouiller mon lit en était la cause...
            Je ne veux pas jouer les psys mais sur ce coup la c'était vraiment très spécial...

            La seule question que je me suis posée est: Si la première fois était un accident, les autres fois sont ils venus de cette première fois? Ou cela est venu de la même façon que la première fois? Question philosophique qui je pense pourrait en partie expliquer mon prbl...

            Cet après midi, j'étais chez ma copine chez qui mon second accident en présence de mes amies est arriver. Je peux la nommer elle ne m'en voudras pas : Rachel.
            Ce soir, elle est sur le point d'arriver...La Star'Ac viens de commencer et elle m'a dit qu'elle venait la voir dans ma chambre...
            De plus en courant d'après midi j'étais en train de faire mon devoir de science avec elle que je devais me rendre aux toilettes (aucune urgence). Mais je savais qu'à mon retour on allait parler de la veille, ce qui arrivât.
            Rachel: Tu ne veux tjrs rien me dire pour hier...
            Moi: Ce soir...Peut-être...
            Ca s'est arrêter là et j'apprécie le fait qu'elle me laisse le temps de m'expliquer...


            Je viens d'avoir un message sur le portable comme quoi elle arrive...Alors Tchao à demain...et merci encore de me réconforte...

            Bises.

            Commentaire


            • Ici ce n'est pas le cas...
              Oui, peut être arrives tu à te retenir....



              ...mais arrives tu à faire ce que l'on appelle le "stop pipi"??? donc, arrives tu à arrêter le jet complètement quand tu commences à faire pipi?

              c'est ce qui arrive après l'accouchement quand on a eu un gros bébé ou un accouchement rapide comme ce fut le cas pour moi!

              en fait je parvenais à me retenir, mais si ça partait.. impossible de retenir!! si je toussais, tout partait et impossible d'arrêter, si je riais aussi!

              j'ai du faire les fameuses séances de kiné par sonde et du "stop pipi" à répétition chez moi!

              bonne chance et courage

              Commentaire


              • Oui, peut être arrives tu à te retenir....
                Qu'est-ce?



                Est-ce une méthode scientifique?
                Je ne la connais pas?
                Je pense que tu veux savois si un fois que cela sort j'arrive à arrêter le flux c'est cela?

                En ce qui concerne mes accidents nocturnes je ne peux rien te dire et pour cause je ne sais pas ce qui se passe car cela ne me réveille même pas. Je peux juste te situer les heures à peux près...Disons que c'est entre 4 et 6 heures après le coucher...

                En ce qui concernes mes accidents en journée je peux vite t'expliquer comment cela se passe...:
                Le premier je n'ai rien vu venir...C'était à la fin d'un cours et je sentais que j'avais envie, mais c'était loin d'être insurmontable...Je rentres à la cité U j'arrive à ma chambre et je pose mon sac. En moins d'une seconde je suis prise de panique car je sens (et bizarrement je savais) que j'allais mouiller ma culotte. Je n'ai même pas eu le temps de gagner la salle de bain que mon jeans était tout humide.
                Le second c'était complètement de ma faute. C'était le surlendemain du premier accident, je revenais du w-e au j'étais aller voir mes parents et retournait à la cité U en voiture. En partant déjà je sentais que je devais faire pipi, mais j'ai essayer de me retenir. La pression (un peu comme des petit coup de couteau dans le bas ventre) venait par intermitance et de plus en plus fort. J'aurais pu m'arrêter plusieurs fois sur le bas côté (le trajet entre la maison de mes parents et la cité U. est en fait de longues traversées de fôrets), mais je suis trouillarde et il était hors de question que je sorte de ma voiture en pleine nuit dans une fôret, même si je savais pertinament que je ne risquais pas grand chose. Lors d'un nouveau coup de pression je décide quand même de m'arrêter sur une petite aire (qui était en fait l'entrée d'un chemin forestier). Mais je suis effrayée à l'idée de sortir de ma voiture. Un nouveau coup arrive dans mon bas ventre et celui-ci est définitif. Comme une ... je ne fais rien et estime que je préfère cette fin plutôt que de sortir de ma voiture et d'avoir à affronter tous ces bruits dans la forêt. (Peut-être y verriez vous ici un problème psy, mais j'estime avoir tjrs eu peur du noir (en tout cas à l'extérieur car entre quatre murs pas de prbl) et que cela n'influence pas cet épisode). Mais je me suis mise quand même à douter sur mes pensées, en effet je savais dès le départ et au vu de l'accident deux jours auparavant que j'allais à nouveau avoir un accident et je n'ai rien fait pour pallier à cela. Alors oui, c'est de ma faute...
                Le troisième était sans doute le plus humiliant...Bien qu'il y ait eu plus d'une semaine je savais que mon prbl de journée n'était tjrs pas réglé. J'avais une furieuse envie de me rendre aux toilettes en sortant des cours. Les toilettes étant à l'autre bout du bahut, on décide de rentrer à la cité. Durant le trajet (et bizarrement comme pour me couvrir) je leur dit tout en rigolant (la conversation est assez joyeuse car le dernier cours était tout simplement génial et marrant) que je vais faire dans ma culotte si ça continue. On arrive à environ 200 mètres de la cité, et c'est la qu'on se dispatche pour aller chacun à notre chambre quand je sens que je ne me retiens plus. Une à une toute les filles s'arrêtent de parler. J'explique que cela faisait plus de 2 heures que je me retenais (même si ce n'étais pas le cas). J'essayait de leur faire comprendre que ce n'était JUSTE qu'un accident. Après un moment de flottement on en à presque rit. Je suis rentrée à ma chambre, heureusement sans croiser d'autre personne.
                Le quatrième et dernier était en présence de Rachel (Je l'ai vu hier et elle m'a promis de ne rien dire aux autres). On se rendait chez elle et je me suis faite dessus juste avant de rentrer dans la chambre.

                Mes accidents sont aussi soudain que rapide (toute la vessie se vide). Apparemment tu voulais savoir si je pouvais arrêter la vessie en cours de route? Je ne sais pas. Je n'ai jamais essayer mais bizarrement quand je fais dans ma culotte je suis comme téthanisée et je ne bouge plus (ce qui est un peu bête, mais bon)...

                C'est vrai que si je pouvais stopper le flux cela limiterai bien des dégâts, je vais faire une tentative sur mes toilettes aujourd'hui...

                Comment as-tu eu connaissance de cette méthode? Suite à ton accouchement? Est-elle dure à mettre en place? Exige-t'elle un suivi?

                Bises et merci encore pour le petit mot d'encouragement.

                Commentaire


                • Merci...
                  C'est peut-être vrai...



                  Si tu lis une de mes réponse faite à l'instant à une autre personne (d'ailleur j'en profite pour vous remercier de m'aider sur ce point qui je pense doit être bien embarassant d'en parler de votre point de vue) tu verras que ta théorie "La vessie traduit les peur" se vérifie (notemment ce qui m'est arriver en forêt). Même si ce n'est pas ce qui s'est passé on peut interpréter cela par le fait que c'est vrai que j'avais tellement peur de sortir affronter justement "mes peurs" de la forêt que j'en ai fait dans ma culotte...Mais si "La vessie traduit les peurs" pourquoi j'ai mes accidents nocturne. A part une phobie d'être seule dans une forêt la nuit ou une phobie des petites bêtes (souris, arraignées et serpents), cela n'explique pas le fait que j'ai ces accidents nocturnes.
                  C'est un sujet ou bizarrement je pourrais en rire et débattre car je n'ai pas peur d'avoir peur justement. J'avais peur du vide, j'ai fait du saut à l'elastique pour conjurer cela...Et je suis sur que si je me forçait vraiment je pourrais me ballader en forêt la nuit ou biene même approcher et toucher (attention, je parles bien de choses contrôlés bien évidemment) souris ou serpent. J'ai tjrs réussi à surmonté mes peurs et angoisses, c'est pour cela que je ne pense pas que mon prbl en général soit liée à la peur de quelquechose ou quelqu'un...

                  C'est un peu fouillie comme réponse mais elle est venue instinctivement...

                  Mais c'est vrai qu'avant d'extrapoler n'importe quelle thérorie sur mes phobies et autres peurs, peut-être serait il préférable de consulter un nouveau médecin pour qu'il affine le diagnostique...Mais c'est également vrai que quelque chose ne doit pas bien tourner dans ma tête, juste du fait d'avoir accepter cela ces 2 denrières années...

                  Bises.

                  Commentaire


                  • Salut!
                    Soit!!!



                    Il y a une part de vrai dans ce que tu dis...

                    J'ai tjrs voulu contrôler les choses et surtout ce qui me touchait de près (mais qui n'est pas dans mon cas). J'en ai sans doute fait quelque fois plus qu'il ne le fallait mais c'est dans ma nature et je ne pense pas avoir une mentalité différente des femmes de mon age. J'ai aussi fait des erreurs dans ma jeunesse et j'ai appris de ces erreurs...
                    J'ai sans doute du en faire une trop grande et le seigneur m'a puni pour cela...(C'est méga caricaturé cette phrase, mais je l'ai ressenti il fût un temps)...
                    Maintenant je suis plutôt en phase relativiser tout cela...J'ai un prbl...Je vis avec...Ce qui est dur c'est de la cacher aux autres et surtout de savoir leur en parler quand il le faut...Je n'ai pas peur de moi, mais de la réaction des autres...C'est un peu compliqué comme sentiment (parce que je conçois que certaines personnes (une majorité j'éspère)m'encourage et qu'une minorité se moque de moi, et bien que cette minorité ne soit qu'une personne, cela me dérangerait)...Là par exemple, je suis devant mon clavier et j'écris cela de façon presque trop facile, j'arrive à vous expliquez mon problème comme si de rien n'était (et pourtant c loin d'être simple), mais dès qu'il s'agit d'en parler à des interlocuteurs face à moi, la peur se remet à revenir...
                    La seule chose qui me réconforte (et je trouves cela bête et pas bien de ma personne) c'est que d'autres personnes vivent la même chose que moi...Même si je n'en ai pas la certitude, cela me rassure de n'ETRE PAS LA SEULE...Je suis allée très loin dans une théorie et si le fait de "N'être pas la seule me permettera d'en parler" est ce qui me réconforte je ne règle en rien mon problème...et pourtant le fait de savoir qu'une autre personne ait les même réactions, les mêmes soucis faces aux gens et soit tout aussi gênée que moi dans certaine situation me rassure...
                    C'est un cercle vicieux, c'est compliqué à vivre et facile paradoxalement face à des problèmes tellements plus grave...

                    Mais bon...La vie est faite ainsi me direz vous...et bien si c le cas, la mienne est en train de basculer...

                    Cependant cela est vrai (Le fait de vouloir controler), et je t'aurais affirmer que tu as raison en début du mois, mais depuis ces accidents de jour, que penser de ce controle...J'aimerai vraiment me controler jour ET NUIT...mais je n'y arrives pas et plus je me pose des questions plus je me dis que mentalement je ne fait plus d'effort pour me CONTROLER justement...Bien que j'en fasse quand même...Oh la!la! C'est compliqué...

                    Bises

                    Commentaire


                    • Merci mille fois...
                      Cyber vie et vrai vie...



                      Suite à vos conseils j'en ai finalement parlé à mon amie Rachel hier...Je n'avais à vrai dire pas trop le choix. Comme vous le supposiez elle a été très compréhensive et malgré qu'elle soit étonnée (visiblement elle ne connaissait pas ce prbl), elle m'a plutôt réconforté et a été honnête dans ses propos...

                      Elle m'a également dit que déjà les autres filles du groupe en avait parler entre elle lors de mon 1er accident devant elles...Il parait que c'était assez mitigée (certaine visiblement disait "incroyable elle mouille encore sa culotte à son age" et d'autre "c'est pas de sa faute, c'est un accident"). Mais à sa connaissance, le chapitre est clos...
                      Avec Rachel tout vas bien...Mais au vu des événements je ne me sens pas prête à avouer cela aux autres. Rachel m'ayant promis de garder le secret (pour mes prbl ainsi que pour le 2nd accident) il ne me reste plus qu'à éspéré que cela ne m'arrive plus devant elles....

                      C'est vrai que cela m'a fait du bien d'en parler...Je souffre de la situation, mais plus de la même façon...c'est assez bizarre comme sensation...

                      La vie continue.

                      bises.

                      Commentaire


                      • Merci...
                        C'est affreux!!!



                        Je pensais que tu avais raison et que j'alais tout doucement m'en sortir...

                        Mais ce soir tout à changer de nouveau...Psychologiquement je me sentais nettement mieux...On est allé diner aux Mac do avec Rachel et une autre copine...Quand on ressort, on discute sur le parking. J'aimerai bien rentrer...Elles veulent encore allez au centre ville pour je ne sais quoi...Je ne vais pas avec eux (pour rien te cacher je sentais que je devais aller aux toilettes). Heureusement j'avais ma voiture et je leur dit mon désir d'aller me reposer chez moi. Je leur dit salut et fonce à la cité U... Je me dis que ce soir c ma chance, j'arrive à trouver une place de parking juste devant l'entrée. J'entres, je croise deux personnes, je ne réponds même pas à leur salut car quelques chose ne vas pas dans ma tête (je sens que je vais faire pipi tout en ne voulant pas). Et bien sur à 1 mètre de ma porte de chambre, l'accident! J'ai même pas pu serrez mes jambes...c'est complètement fou...

                        J'en ai pleuré de rage toute la soirée...
                        Je viens à peine de sécher mes larmes...
                        C'est nouveau l'heure des questions: Ca devient de pire en pire, et si cela ne s'arrêtait jamais? Pourquoi suis-je encore la seule femme (je devrais dire fillette) de 19 ans à faire encore dans ma culotte?

                        Je t'embrasse...Céza...Merci...


                        Commentaire


                        • Ouh la!
                          C'est une solution envisageable...



                          Mes relation avec ma mère peuvent se résumer en un mot (et avec mon père également): TRES BONNES....

                          Mais je n'ai aucunes raison de lui parler de mon problème...Ma mère à tjrs été très prévenante avec moi et m'a toujours comprise (malgré notre différence d'age car elle m'a eu sur le tard à 40 ans)...Néanmoins, Je me vois mal lui expliquer que sa fille chérie a encore ce type d'accident...J'ai tjrs été débrouillarde et ait apprise les choses de la vie toute seule et elle a été fière de cela. Je suis consciente de la chance d'avoir deux parents qui m'aiment et qui me comprennent dans tout ce que je fais...Mais là c au dessus de mes forces...

                          Un peu d'humour me fait du bien et comme tu le dis je devrais relâcher la pression sur cette histoire...Mais cele m'omnubile complètement la tête. A défaut d'autre chose c'est mon cerveau qui fuit...

                          Je me dis que mis à part cela je vis une belle vie (tout en pensant qu'elle serait plus épanouïe) et puis quand j'oublie mes soucis, il y a tjrs une chose qui me rappele mon problème...et c'est souvent des truc cons : je vois des personnes aller aux toilettes, au moment de faire la lessive, au moment de faire mes achâts...
                          Actuellement j'ai l'impression que toute ma vie tourne autour de cela...Genre ce prbl en moins et ma vie changerait (c'est caricaturale bien évidemment)...

                          Je viens de relire ton message et c vrai que tu as raison, j'ai souvent eu mes accidents au moment de prendre une décision (notemment ouvrir une porte ou prendre une direction)...Je vais me pencher un peu là dessus...
                          Et puis tu dis également "C'est ton prbl, mais ce n'est pas toi. Tu n'y peux rien". Si j'y peux quelque chose...Dans la vie je suis tjrs parti du principe que pour tout prbl il y a une solution (si quelqu'un me prouve le contraire, tout s'écroulerai...). Je me dis que je ne fait pas assez d'efforts, que je devrais prendre certaines précautions plus fréquemment (aller aux Wc, ne pas sortir n'importe où...). Je me fais peur et pense effectivement de plus en plus qu'il m'est nécessaire de voir un psy...mais cela me fait peur...et la peur me stress d'avantage et je n'en ai pas besoin actuellement...

                          bises

                          Commentaire


                          • Je suis angoissée...
                            Et pourtant



                            c'est pourtant tout l'inverse que je ressens...

                            L'urine c'est sale... Et le fait de me faire dessus me rend donc sale...
                            Lu but de ma démarche est de dire que j'ai déjà suffisemment de problème et qu'il ne faudrait pas en rajouter (le regard de ma mère, ou bien le fait de se faire charier par mes amies...)...Vois-tu?

                            NE JAMAIS COMPLIQUER LA SITUATION...C'EST LA CHOSE LA PLUS IMPORTANTE...

                            Et je ne voudrais pas passer pour une ingrate et je pense à tout le réconfort que tes messages m'ont déjà apporté, mais tu ne peux pas immaginer une seconde le sentiment de honte qu'on éprouve quand on fait dans sa culotte...Honte envers les autres et hontes surtout envers soi même...

                            Je te fais une grosse bise et te souhaite bonne nuit.

                            Commentaire


                            • Hello



                              Tu es très courageuse, mais maintenant il faut effectivement que tu te débarasses de ce problème.

                              Qu'en disent tes parents ? Est ce qu'ils t'aident ? Excuse moi si je te fais répéter mais j'ai lu en diagonale la déjà longue discussion (ce qui montre que tu n'es pas toute seule)

                              Effectivement, il faudrait que tu voies un psy, ou même un hypnothérapeute ou un sophrologue. Ce sont en général des traitements plus courts, qui sont assez efficaces pour traiter des problèmes précis plutôt que d'en rechercher les causes profondes. Ce sont des psychothérapeutes aussi en général, je te conseille vraiment de tenter.

                              Sinon, sache qu'en tant qu'étudiante tu as droit à des consultations au BAPU (bureau d'aide psychologique universitaire) qui sont financées par la sécu étudiante. C'est noté dans ton dossier de sécu, mais personne n'est sensé savoir pourquoi tu y vas. Enfin, ce que je te raconte c'était valable il y a 5 ans, je ne sais pas si ça l'est toujours...

                              Et puis quand même, moi je t'engage à voir un autre médecin, qui te fera peutetre faire des examens plus approfondis.

                              Courage miss, tu vas t'en sortir

                              Bisous pleins d'encouragements

                              Commentaire


                              • Hello
                                Je viens de voir



                                ce que tu dis plus bas, que tu n'en parles pas à tes parents. Et bien écoute, franchement, je pense que tu devrais.

                                Je ne suis pas psy, mais tu dois savoir qu'il y différents stades dans le développement d'un enfant, dont le stade anal où, en gros, le bébé communique avec sa mère à travers ses fonctions vitales. S'il est contrarié, par exemple, il punit sa mère en se retenant. Certaines personnes n'ont pas bien réglé ce stade, et ça se traduit de diverses façons : ça peut être un comportement grossier, ou très provocateur, et puis un peu moins symbolique, comme ce qui t'arrive.

                                Attention hein, ce sont quand meme des élucubrations qui ne valent que ce qu'elles valent...

                                Peut-être effectivement que la première fois t'a complètement traumatisée et que ta peur de reproduire cet accident t'a justement amenée à le reproduire systématiquement. Peut-être aussi as-tu eu tellement peur de la réaction de tes parents que tu as en quelque sorte tout fait pour la provoquer. Ou peut-être qu'il y a quelque chose que tu n'arrives pas à communiquer à tes parents, et que ton corps te punit et essaie de le communiquer à la place de ton cerveau...

                                Je ne sais pas si tout ça te parle, mais il me semble que ton problème est plein de symboles assez gros...

                                Re bisous

                                Commentaire


                                • Je viens de voir
                                  Merci...



                                  Merci déjà de me répondre, d'exposer un nouveau point de vue (une vue extérieur) de mon problème...C'est vrai que vivant cela de l'intérieur j'oubli peut-être l'essentiel...

                                  J'aimerai déjà dire ce que je ressens à deux de des phrases, tu as dit: "Tu es très courageuse, mais maintenant il faut effectivement que tu te débarasses de ce problème." ---> Moi je ne demandes pas mieux car cette situation est loin de m'amuser...
                                  Dans l'autre post : "Je ne sais pas si tout ça te parle, mais il me semble que ton problème est plein de symboles assez gros..." ---> Ca c effectivement le problème. C'est clair que mouiller son lit (et accessoirement ses culottes) reflète un problème bien évident...Mais justement c là que c compliqué car ce prbl initial je ne le connais pas (Tout aurait été plus simple si on m'avait dit que c'était physique et non psychologique)...Et bien sur un prbl en créant d'autres (relations de plus en plus compliqué (voir inexistant) sur le sujet avec mes proches), cela m'oblige à trouver des solutions au jour le jour...
                                  J'ai d'abord mouillé mon lit -> J'ai du trouver une solution. Quand je me faisais invité -> J'ai trouvé des solutions. Quand je fais dans ma culotte -> Je trouve un prétexte (bien qu'il soit bancale)...C'est aussi pour cela (devoir trouver une solution) que je ne crée par un nouveau prbl en l'annonçant à ma mère (à mes parents)...

                                  Je te rejoins plus sur ta théorie: "Peut-être effectivement que la première fois t'a complètement traumatisée et que ta peur de reproduire cet accident t'a justement amenée à le reproduire systématiquement".
                                  Je me dis que si la première fois c'était un accident (je n'ai plus que des souvenir floue du pourquoi de cela), les autres fois sont venus peut-être du fait que j'étais dans l'incompréhension de cela...

                                  En tout cas c bien compliqué...et c'est également vrai que depuis que je me suis confiée sur ce forum je me sens un petit peu mieux...(en tout cas mieux comprise)...Ce que j'aime c que personne ne me juge et essaye plutôt de me proposer des solutions et pour cela je ne vous en remerçierai pas assez...
                                  J'ai également peur que dans ma vie et que mes ami(e)s et ma famille et toutes les autres personnes ne réagissent pas de la sorte...

                                  Bises.

                                  Commentaire


                                  • Merci...
                                    Hello



                                    Je poursuis donc !

                                    "Tu es très courageuse, mais maintenant il faut effectivement que tu te débarasses de ce problème." ---> Moi je ne demandes pas mieux car cette situation est loin de m'amuser..."
                                    Je n'en doute pas... et en même temps, tu as l'air de l'avoir accepté, du moins jusqu'à ces accidents diurnes. Evidemment, je sais bien qu'on ne peut pas tout faire passer dans un post, qu'il fallait résumer deux années de ta vie, etc... mais en te lisant c'est l'impression, peut-etre fausse, que j'ai eue.
                                    Et quand je dis qu'il faut que tu t'en débarasses, c'est aussi pour dire que tu as raison de venir en parler et que j'ai envie de t'aider à ma mesure.

                                    Pour te donner un exemple, moi je souffre du syndrome de Raynaud et de pas mal d'autres soucis, dont un cycle complètement bloqué. Je vis comme ça depuis 4 ou 5 ans, mais je ne l'accepte toujours pas, et périodiquement je tente de nouvelles choses : homéopathie, sophro, yoga, hypnose... et j'attends avec impatience le jour où ça va se débloquer.

                                    Pour en revenir à toi : je comprends tes réticences à en parler à tes parents. En même temps, qui peut mieux te "pardonner" et t'accepter avec ce probleme que ta famille ? J'ai tendance à croire que retenir cette information et ne pas la donner à ta maman peut favoriser ton prb. (Tu retiens l'information et tu ne te retiens pas...) Bon, c'est peut etre pas si simple que ça. Mais quand meme : tu ne veux pas les ennuyer avec ça, voire les culpabiliser... du coup tu restes la seule responsable, la seule à supporter ça, la seule "salie" par ton problème...

                                    Tu as le droit d'etre d'accord, bien sur, après tout je ne suis pas psy...

                                    Mais tu sais à 19 ans tu es encore très jeune... Moi j'ai 27 ans et je me débrouille depuis pas mal d'années, mais devine qui j'appelle quand j'ai un coup de blues ? Ma maman !

                                    juste un autre truc : tu as entendu parler de la psychogénéalogie ? Ou comment une personne peut développer un prb à cause de l'histoire d'un de ses ancetres. Il s'agit souvent d'un secret de famille, qui laisse un malaise transmis aux générations suivantes, et qui finit par atteindre un descendant qui n'a pas du tout conscience de ce secret. C'est une théorie bizarre, mais il y a des gens qui ont été guéris comme ça !

                                    Et puis aussi : il faut certainement attaquer le prb par les plans psychique et physique. Retourne peut etre voire un médecin... Et essaie de faire l'exercice du "stop pipi" que quelqu'un t'a suggéré : si ça marche, ça veut déjà que fonctionnellement c'est correct.

                                    Bon je t'assomme de paroles là

                                    Gros bisous et à

                                    Commentaire


                                    • Hello
                                      Salut!



                                      La psychogénéalogie???

                                      J'éspère ne jamais avoir recours a cette excuse...On est tous conscient de ses actes et je suis persuadée que le mal (quel qu'il soit) peut tjrs être contrôlé par sa destinée...
                                      Mais c vrai qu'on parle également de maladie génétique transmise de mère (et père) à fils (et fille)...Je ne pense pas que ce soit le cas, car même si moi je n'ose avouer à ma mère mon prbl, la connaissant, d'un je l'aurais déjà remarqué (à un quelconque moment car j'ai vécu 16 années dans la même maison qu'elle), et de deux elle n'aurait pas du tout peur, elle, de m'en parler (enfin je suppose la connaissant)...Dans une relation mère/fille souvent c la mère qui dit tout et la fille qui cache sa vie...Si on reste dans le politiquement correct...ce qui je pense est mon cas...

                                      J'ai essayé le stop-pipi, apparement j'ai tjrs eu à ma connaissance la possibilité de le faire (j'arrive à m'arrêter en cours). Mais dans le cas de mes accidents c semble t'il différent car la peur (ou la situation, le stress...enfin je ne sais quoi) me fait tellement me retenir que quand je lâche, c'est l'effet inverse, impossible de me retenir ou de m'arrêter en cours de route...C'est déroutant je vous l'accorde, mais c'est ce que physiquement je ressens...

                                      Moi aussi je t'assome avec mes paroles, alors merci encore, grosse bises également et A

                                      Commentaire


                                      • Consulter !
                                        Le baromètre est au beau fixe...



                                        En effet tout vas bien en ce moment...
                                        Je n'ai pas eu d'accident en journée depuis maintenant trois jours...et rien ne laisse supposé que cela aurait pu m'arriver à un quelquonque moment...
                                        Je suis à nouveau bien dans ma tête, en plus j'ai eu de bonnes notes aux premiers tests de sciences donc tout vas pour le mieux...

                                        J'ai un peu réfléchie à mon problème et j'ai élaboré certaines théories (que j'ai même su réffûter dans certains cas)...

                                        Je suis plus préoccupée (enfin c pas le bon mot) à organiser ma journée de demain, car n'ayant pas cours, je convoite l'idée (en éspérant qu'il fasse beau) de faire un peu de shopping (j'ai besoin de certaines fournitures de bureau ainsi que de nouveaux vêtements)...

                                        Donc voila, je suis plutôt positive...

                                        Bises.

                                        Commentaire


                                        • Mouais
                                          Rassures toi...



                                          Tu as sans doute fait plus de bien à ma tête que tu n'y a mis le bordel...ça c sûr...
                                          Et puis les questions et explications que tu as fournis sont tous plausibles et m'ont beaucoup fait réfléchir (en bien). C'est également vrai que depuis deux jours j'ai vraiment l'esprit libre...alors c cool...

                                          Grosses bises...

                                          A

                                          Commentaire


                                          • Rassures toi...
                                            Ce n'est pas possible...



                                            J'en ai ras le bos...j'en pleure de rage...

                                            Voila que tout allait bien à nouveau. Pas d'accident en journée depuis lundi, j'étais bien dans ma tête depuis ce jour là...Je commençais enfin à aborder le problème d'un autre point de vue (et pensais que j'avais réussi à résoudre le problème de mes accidents de jour) quand aujourd'hui tout a nouveau basculer...

                                            Je me suis humiliée...
                                            Pourtant cela n'aurais pas du arriver...ou tout du moins, je ne comprends pas que cela soit arrivé...

                                            C'était peu avant midi, tout semblait bien aller du côté de ma vessie (je sentais qu'elle n'étais pas vide, mais il n'y avait vraiment pas de quoi s'affoler). Je vais dans un magasin de fringue à la sortie de la ville et j'étudie la possibilité de m'acheter deux tailleurs...Une vendeuse vient me conseiller...tout vas bien...Je lui demande si elle a en stock une petite veste plus ou moins assortie au dernier tailleur que j'ai choisie...Elle part chercher ce qu'elle pense adéquât...Et là...Comment expliquer cela...Autant je ne sentais pas ma vessie, autant en une dizaine de secondes j'ai crût (ce n'était pas qu'une impression) qu'elle était à saturation...La vendeuse revient et vois que quelque chose ne vas pas...J'en peux vraiment plus et lui demande si ils ont des toilettes...Elle semble plutôt surprise d'une telle requête et au bout de cinq secondes se prépare à répondre...Mais je ne sais même pas si elle eut le temps de me dire quelque chose (peut-être me l'a t'elle dit mais je n'ai pas fait attention) que je me faisais déjà dessus...la honte de ma vie (expression souvent galvaudée mais là je vous assure que c'est vrai)...Quand elle le vit je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer...
                                            Après, entre excuses et petits regards (personnes ne voulant regarder l'autre) on a difficilement trouvé une solution à ce prbl. Elle m'a conduite en arrière boutique et m'a donné un pantalon (qu'ils n'avaient pas mis en magasin à cause d'un défaut) pour que je puisse me changer. J'ai pleuré au moins dix bonnes minutes dans le magasin...Heureusement la vendeuse bien que surprise n'a pas été désagréable...

                                            J'en ai pleuré toute l'après midi...Mon moral qui était au plus haut est descendut au plus bas...j'ai honte de moi...J'ai honte de ce que pense cette vendeuse de moi...

                                            Il faut que je trouve une solution...c invivable (même ces hauts et ces bas ne sont pas tolérables)...Alors même que je maîtrise le stop-pipi chez moi, là impossible de me retenir...une fois que ça part impossible de l'arrêter...La honte de ma vie...c'est sur...

                                            J'en ai marre...

                                            Commentaire


                                            • Consulter !



                                              Hello !

                                              En effet, je comprends que ca te gache la vie. Si elles sont de bonnes amies, tu dois pouvoir leurs en parler et avoir leur soutien. Bien au contraire ca va t'aider.
                                              Je te conseille d'avoir un autre avis medical. Tu as peut etre besoin de commencer par une reeeduaction du perine. Moi j'ai eu le probleme inverse, inflammation de l'uretre car j'etais trop contractee.
                                              Va voir un psy, pas de honte, au contraire. Si ca se trouve c'est un blocage tout bete et il t'aidera sans probleme. Demande conseil a ton generaliste ou autre pour avoir un nom. Ca aide crois moi. J'ai 30 ans, le probleme inverse de toi, et je commence une therapie chez un spy. Des la 1ere seance, ca allait deja mieux et j'ai super bien dormi. Ils sont la pour ca et ne te juge pas. Quand ils te regardent sans rien dire, c'est parce qu'ils analysent, cherchent comment ils vont t'aider, c'est tout.
                                              Passe a l'action, prends toi par la main, parles en a qq'un d'intime, c'est important de pouvoir se confier quand tu stresses la-dessus. Des que tu auras commence a prendre les moyens d'aller mieux, tu verras, ca commencera a mieux aller. Tu te sentiras plus forte car tu vas te reposer sur d'autres.

                                              Bon courage, je suis sure que ca va passer !

                                              Commentaire


                                              • J'espère...
                                                Merci mille fois...



                                                18H41
                                                Je ne sais plus quoi faire...

                                                j'ai honte tu peux pas savoir à quel point...

                                                bises.

                                                Commentaire


                                                • Consulter !
                                                  Merci tequila39



                                                  Il devient évident qu'une telle solution s'impose...

                                                  Merci de ton petit mot...
                                                  J'aimerai en parler plus librement (ailleurs que sur ce forum et encore merci de me réconforter), mais j'ai peur...cela a atteint un tel stade (voir mon post d'aujourd'hui à 17H45 qui explique où j'en suis) que c de en difficile...

                                                  Je te remercie encore...et encore...

                                                  A

                                                  Commentaire

                                                  Publicité

                                                  publicité

                                                  Chargement...
                                                  X