publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

A vous de juger

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • A vous de juger



    Bon pour commencer je tiens à préciser que j'ai été élevé au sein d'une famille aimante et que je n'ai jamais subi le moindre traumatisme d'ordre sexuel (ni aucun autre traumatisme majeur).
    J'ai aujourd'hui (enfin bientôt) 40 ans, je vis en couple avec ma partenaire et nous avons deux enfants (un fille de 17 ans et un garçon de 14 ans)... Voilà pour ce qui est de mon profil psy, entrons maintenant dans le vif du sujet (ce n'est pas évident c'est la première fois que j'en parle).

    Comme bien des ados la première femme que j'ai désiré a été ma mère, d'autant que notre éducation (j'ai un frère et une soeur) excluait la pudeur la nudité n'ayant jamais été considérée comme un sujet tabou (sans exhibitionnisme, désolé si j'insiste mais je cherche avant tout à "normaliser" le cadre). Toutefois cette attirance pour ma mère ne m'a jamais vraiment quitté, je n'en faisais pas une fixation j'ai juste appris à vivre avec comme un fantasme condamné à demeurer inassouvi sans pénaliser mon épanouissement sexuel (avant que je ne me "fixe" en couple j'ai eu diverses aventures comme tout un chacun).
    Les choses ont pris une toute autre tournure en 2004, après le décès accidentel de mon père, j'ai ressenti une montée de désir pour ma mère plus intense que jamais (sans doute par le passé je me réfrénais par respect et amour pour mon père) mais là encore ça n'a pas bouleversé ma vie quotidienne, le désir était simplement plus présent que par le passé... Inutile de vous expliquer à quel point le décès d'un père et d'un mari est une épreuve difficile à surmonter, la cellule familiale a fait bloc pour se soutenir mais étant le plus proche voisin de ma mère en toute logique c'est vers moi qu'elle se tournait en cas de coup de blues et réciproquement.
    L'an dernier ma femme s'est absentée quelques jours pour un déplacement professionnel pendant que les enfants étaient en vacances aux Pays Bas et il s'est avéré que c'est à la même période que ma mère a eu un gros coup de blues (la solitude lui pesait, elle en arrivait à songer au suicide) aussi je lui ai proposé de s'installer quelques jours chez moi.
    Le premier soir nous avons une longue discussion ponctuée de quelques larmes avant de filer nous coucher (chacun dans une chambre je précise). Dans la nuit j'entends ma mère qui pleure, ayant moi même du mal à trouver le sommeil je décide d'aller lui tenir compagnie, je me lève et viens me glisser dans son lit afin de discuter un moment (pour info j'étais nu comme un ver étant donné que je dors en tenue d'Adam depuis toujours)... Bref nous discutons un moment et je l'informe que je vais rester à ses côtés jusqu'à ce qu'elle soit endormie.
    Le hic c'est que je me suis moi même endormi et que je me réveille en sentant ma mère, toujours endormie, contre moi (je suppose que par réflexe elle est venue se blottir contre moi). J'ai à peine le temps de réaliser que mon sexe est en contact avec ses fesses que je suis pris d'une érection totalement incontrôlable. Je suppose que j'aurai dû m'écarter aussitôt mais j'ai décidé au contraire d'aller plus en avant entre ses fesses (sans pénétration) tout en la caressant ce qui, bien entendu, n'a pas manqué de la réveiller... Passées les premières secondes de stupeur elle venue se coller à moi et sans un mot m'a embrassé ; et c'est toujours en sans échanger une seule parole que nous avons poursuivi nos élans avant de faire l'amour et de se rendormir.
    Au réveil nous sommes dans le même état de gêne, ne sachant pas vraiment comment aborder le sujet, c'est elle qui fera le premier pas en me remerciant avant de m'embrasser... Entrainés par la même fougue nous ferons à nouveau l'amour et il en sera de même pendant les 5 jours qu'elle passera chez moi avant de rentrer en se promettant non seulement de se revoir mais aussi et surtout de garder le secret.

    Et aujourd'hui ? Nous continuons de nous voir régulièrement dans le plus grand secret et à chaque fois nous passons des moments passionnés. De mon côté je vis toujours avec ma petite famille et je prends toujours autant de plaisir à faire l'amour avec ma femme...

    Peut on parler d'inceste ? Certes nous avons un lien filiation directe qui existe et qui existera toujours mais d'une part je ne suis plus un enfant et d'autre part il n'y a aucune contrainte il s'agit bel et bien d'une relation amoureuse entre deux adultes consentants.

    Ce que je ressens ? Aucune culpabilité quant à la relation que j'entretiens avec ma mère, mais il est vrai que je me sens coupable de trahir ma femme (même si notre vie de couple ne pâtit pas de la situation).

    Voilà c'était ma confession, j'attends vos impressions et critiques...

  • ...



    sa me choque un peu...mais bon voila je ne sait pas quoi dire la ,je ne savais meme pas que sa exister!ces drole comme meme ! dsl je n'ai pas vraimen commenter mes j'ai bien lu ton message .

    Commentaire

    Publicité

    Forum-Archive: 2007-062007-12

    publicité

    Chargement...
    X