publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Témoignage d'une spasmophile

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Témoignage d'une spasmophile



    Quand on est spasmophile, on le reste pour la vie, mais on peut esayer de vivre mieux.
    Je suis spasmophile depuis toute petite (on m'a dit que c'était dû à l'accouchement long et difficile de ma mère et à mon arrivé par les forceps (il m'ont vraiment amochée ce jour là, test médicaux jusqu'à l'âge de trois ans)). Jusqu'à l'âge de 6 ans j'ai fait des crises de tétanie (pourtant je ne mangeais pas beaucoup, des légumes et des fruit).
    Et puis, on a déménagé et,le week-end, on allait à la campagne dans une forêt. De 6 à 13 ans j'allais vraiment bien mais je ne mangeais pas beaucoup, d'ailleurs ma mère avait trouvé que j'amais bien les Bolino et j'en mangeais tous les jours (vous savez, le bol de pâtes deshydratées).
    Puis à treize ans, on a encore déménagé et comme on avait une maison, on allait plus à la campagne et j'étais de plus en plus angoissée. A l'âge de 15 ans, j'ai repris les crises de spasmophilie (pas de tétanie, mais de l'hyperventilation). Au lycée je faisais jusquà 4 crises par jour avec anti dépresseur, tout m'agressait. Un jour prise de conscience (le médecin m'a dit qu'on ne mourrait pas de la spasmophilie) et j'ai arreté les médicaments. J'avais enfin décidé de VIVRE. Lors de mes crises mes amis m'ont beaucoup aidé à ne pas aller "de l'autre côté", en m'aidant à contrôler ma respiration (ils avaient remarqué qu'en me parlant, en me rassurant, je restais avec eux, c'était un vrai combat), puis les crises ce sont espacées. A la fac, je ne faisais plus que 6 crises par an.
    J'ai ensuite décidé de prendre ma vie en main et j'ai terminé mes études en Bretagne, car je n'aimais pas la région parisienne (en vacances, je me sentais toujours plus calme, mais elles n'étaient jamais assez longues). En Bretagne, une révélation, j'étais bien (quelques crises d'angoisse quand même). Puis j'ai rencontré mon amour d'homme. Il est calme et pas stressé pour un sous et je l'ai observé prendre tout à la légère. En presque 6 ans de vie commune, il n'a connu que 2 crises, 1 au début et une pendant la période lyonnaise.
    Pourtant, je ne pensais pas pouvoir vivre correctement m'a vie d'adulte car mon enfance a été rose (mis à part les crises, des parents qui m'aiment et qui s'aiment et pas de souci d'argent). Bien que ma vie d'adulte ne soit pas toujours facile, on a vécu pendant quatre ans (4 ans d'alternance entre petits boulots et chômage pour moi et 2 ans d'études pour lui deux ans de chomage complet sans revenu, il a un diplôme d'ingénieur quand même) avec moins de 1000 euros pour 2 (je sais que beaucoup de français vive ça, mais moi je ne connaissais pas). J'alternais petits boulots et chômage et de nombreux déménagements (pas dans des grossses villes) en vue d'une vie plus agréable financièrement. Mais je faisais face à tout jusqu'à la période lyonnaise. On avait décidé d'aller là où on peut trouver du boulot, en excluant Paris. Nous avons déménagé sur Lyon et malheureusement, j'y ai trouvé un boulot de m...(mais qui me nourissait) et LA VILLE. Bref, angoisse, fourmillement, sommeil complètement dérèglé... Pour mon amis, toujours pas de travail sérieux (un mieux, il avait trouvé une mission d'intérim en tant qu'ouvrier, son premier travail). Mais la vie devenait impossible pour moi et il a enfin trouvé un job d'ingénieur en Seine Maritime dans une petite ville. Nous avons déménagé et au bout de deux mois j'étais moi-même, heureuse de vivre. Par contre, j'ai pas vraiment de travail (je donne quelques heures de cours), mais j'assume, je suis heureuse de vivre ma petite vie tranquille.
    Je précise que je suis maintenant gourmande (1 bol de lait le matin, quatre yaourts par jour, j'aime le fromage et j'adore les pâtes),d'ailleurs j'ai pris pas mal de kilos (mais je les aime, ça prouve ma bonne santé) et je fume (par contre on va arreté après le mariage 24/09/2005 parce que c'est pas bon pour la santé). Par contre, je bois rarement du coca et du café (j'adore les expresso bien serrés) car je tremble vite avec ces excitant.
    Je ne veux pas polémiquer sur le régime qui est cité, surtout si il aide des personnes. Mais, il faut trouver ce qui ne va pas dans votre vie, même si on vous dit que vous avez tout pour être heureuse. Pour moi c'est la ville, le reste j'arrive à le gérer normalement, si je n'habite pas dans ces fourmilières démesurées. Croquez la vie, elle est courte et ne la gâchez pas avec votre inconscient. Ecoutez votre corp, il vous parle.

    Bon courage à toutes et ausi aux hommes (peu nombreux, mais il y en a)

    Bises

  • C'est tellement vrai



    Merci de ce message de vie. Il est vrai que chaque Spasmophile vit differemment mais pour moi ca a ete la meme chose que vous; "etre hors de LA VILLE". Mon mari et moi avons demenage a Miami alors que nous vivions dans un vilage de montagne, il y a 1 an et demi,et j'ai trouve un job qui ne me plaisait que guere mais nous apportait un bien financier a economiser pour pouvoir construire une famille. Apres 6 mois, j'ai fait une crise de tetanie au travail ,pompiers sont venus et tout le tralala. J'avais de la route a faire , 50 bornes matin et soir, mon patron, horrible....MOn mari a enfin trouve en mai dernier un boulot dans le New Jersey, 1400 kilometres loin de Miami et de sa vie chaude et tant stressante, bonne pour les vacanciers, nous avons demenage et me voila bien mieux, plus de crise en Voiture!!! Plus de crise dans les salles d'attente de medecins...ou bien aux entretiens d'embauche.
    Aussi, un grand changement, je ne bois plus de cafe depuis presque un an...et plus de coca ou coca light qui a autant de caffeine...mais du the vert ou bien de mate, herbe d'Argentine qui calme. CARPE DIEM !!!
    C'est tellement vrai, apprenons a ecouter notre corps, ne paniquons pas, respirons a fonds, mais lentement; une autre chose, une ou deux bouffees d'eau froide sur la figure quand il en est possible, cela calme la circulation trop rapide du sang.
    Please, oui, arretez de fumer, je viens de perdre mon amie d'un cancer de la gorge, 2 paquets par jour, c'est monte au cerveau. La vie est courte, vous l'avez dit, jetez ces maudites cigarettes, machez des bonbons ou du chewing gum.
    Encore merci de votre temoignage et felicitacions pour le mariage

    Commentaire


    • C'est tellement vrai
      Une piste celle de l'alimentation



      Voir le forum de Manon, L'Appart' des Spasmos et des Autres, elle a créé ce site à la suite de sa découverte de son intolérance au gluten qu'aucun médecin n'avait diagnostiqué, vous apprendrez là-bas que le lait n'est pas pas la meilleure source de calcium.
      Ces recherches ont abouties au livre de Jean Seignalet L'alimentation ou la troisième médecine

      http://lappart.aceboard.fr/i-74834.htm

      Bonne journée Lyne

      Commentaire

      Publicité

      Forum-Archive: 2005-092007-10

      publicité

      Chargement...
      X