publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Trichotillomanie

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Trichotillomanie



    bonjour
    j'ai 31 ans et je suis trichotillomane. je m'arrache les cheveux, les cils et les sourcils. pour l'instant les cheveux ça se voit pas trop, sauf quand je suis entrain de le faire ou avec les mains dans les cheveux. mais les sourcils et les cils, ça se voit plus. en ce moment, je n'ai presque plus de sourcils à gauche. et j'ai peur que ça repousse pas.
    je me sens tout le temps stressée et angoissée et je n'arrive pas à arrêter la tricho. mais quand j'ai mes crises d'arrachage, ça m'angoisse encore plus.
    j'ai lu sur un autre forum que ça pouvait être lié à un refus de la sexualité.
    à vrai dire, je sais pas d'ou ça vient que je suis tricho, mais ça m'énerve et je voudrais arrêter. Comment faire ?

  • Bjr



    j'aimerai bien parler avec toi je sui tricho aussi

    Commentaire


    • Fini la trichotillomanie!



      Bonjour, je m'appelle Ingrid et je peux dire aujourd'hui que je suis une ancienne trichotillomane. J'ai commencé à l'âge de 13 ans et j'en ai aujourd'hui 25. D'un côté ça m'a rassurée de voir que je n'étais pas la seule à m'arracher les cheveux (uniquement les cheveux, pas les cils, ni les poils), mais dans un autre sens, ça m'a alarmée. J'ai mis des années avant de m'ouvrir à mes amis. Et quand je leur ai appris la nouvelle, ils me regardaient avec des grands yeux et tous me demandaient "pourquoi?", mais comment leur dire que ça ne s'explique pas? Que ce sont des TOC, qu'on ne les contrôle pas! Sinon on aurait cessé immédiatement. Mais malheureusement ça a duré. Moi personnellement en arrachant les cheveux, ça me faisait mal, mais un mal qui fait du bien, qui soulage, je pense un peu comme les gens qui se scarifient. Même si je trouve ça horrible, peut-être qu'eux pensent la même chose des trichotillomane... J'ai lu dans un forum un témoignage d'une dame âgée de plus de 60 ans qui disait avoir commencé à l'adolescence, et qui continuait. Ca m'a affolée, et j'ai cherché des solutions. Je me suis d'abord confiée à mon docteur et celui-ci m'a conseillé un hypnotiseur. Quand j'ai voulu prendre rendez-vous, il y avait plus d'un mois d'attente! Alors j'ai baissé les bras, mais j'aurai quand même dû tester, c'est peut-être qu'il était très solicité qu'il avait beaucoup de patients. Je ne sais pas. Puis ensuite je me suis tournée vers la KINESIOLOGIE. C'est assez difficile d'expliquer ce que c'est, sans y avoir été. En gros c'est un genre de psy mais qui va deviner d'où vient votre "stress" sans même connaitre votre vie. Juste en lui expliquant pourquoi vous êtes venu le voir. Ce n'est pas un voyant, mais quelqu'un qui va poser des questions à votre corps en testant votre bras, et celui-ci va répondre par oui ou par non. Puis le/la kinésiologue va faire un retour en arrière, pour savoir quand cela à commencé. Pour ma part je vais vous raconter mon histoire, si bien sur cela vous intéresse, normalement je ne suis pas du genre à me confier comme ça à des inconnus, mais là, ça en vaut la peine. Pour moi ça a débuté à 13 ans (je le savais); donc là, la kinésiologue me demande ce qui s'est passé à 13 ans et pourquoi le mot "manipulation" ressortait. Je lui explique que j'ai déménagé avec ma famille, pour rester dans la même ville (Marseille), mais j'ai dû changer de collège, d'amis, de lieu du jour au lendemain. N'ayant plus d'amis, je me suis trouvée une copine que je disais être ma meilleure amie car je ne connaissais qu'elle. Mais cette fille était mauvaise! Méchante, mesquine... et manipulatrice! Elle me faisait souvent porter son sac, elle me racontait n'importe quoi sur les gens parce qu'évidemment j'avais confiance en elle, c'était ma seule amie, je lui payais des choses, comme des pizzas, des sucreries et boissons. Ca parait stupide mais quand on a que quelques francs pour survivre avec ce que nous a donné notre mère, c'est beaucoup. Et c'est de là que j'ai commencé à m'arracher les cheveux. Au début ça se voyait pas mal, surtout au dessus du front, puis comme beaucoup d'entre vous, j'ai porté un bandeau ou changé de côté la raie pour dissimuler les trous. Puis mon caractère aussi a un peu changé (en moins bien). Même si vers 15 ans je n'ai plus fréquenté cette personne, ni ne l'ai plus revue, je continuais sans cesse de m'arracher la tignasse.
      C'est donc là que ma kinésiologue m'annonce que cette fille m'avait "volé" une partie de moi. Et c'est pour cela que je me faisait tant de mal. Pour me punir. Elle me demande de dire quelques phrases, dont je ne me souviens plus, mais genre positives. J'étais tellement heureuse d'avoir trouvé d'où venait ce stress depuis 12 ans de ma vie!! Cela fait 2 semaines demain que je n'en ai retiré... qu'un seul!!! (et par accident lol) C'est un miracle sachant que j'en arrachais au moins 3/4 toutes les demi heures, si ce n'est plus. Donc maintenant je peux le dire au passé: J'ETAIS trichotillomane. Les deux premiers jours, j'avais quand même ce tic de porter la main aux cheveux, mais je repensais à la séance, et hop! C'était oublié! Pour les personnes qui habitent Marseille et qui souhaitent prendre rdv avec ma kinésiologue, voici son numéro de téléphone: 06.63.57.02.02, elle se prénomme Marie-Héléne. Son cabinet se situe près de l'Hôpital de la Conception, côté st Pierre. Ce n'est pas une magicienne, ni une manipulatrice, elle ne fait pas de magie noire ou un truc vaudou! Elle prend une cinquantaine d'uros mais ce n'est pas remboursé par la sécu, en tout cas ça vaut la peine d'essayer, surtout si ça marche! J'y suis allée aussi pour d'autres choses, un peu plus personnelles et ça a toujours marché jusqu'à présent! Si vous voulez des renseignements ou vous confier, je suis ouverte: porcelain_fly@hotmail.fr
      Je suis ambulancière alors ça me fait plaisir d'écouter les gens.
      Courage à vous! Et à bientot

      Commentaire


      • Bjr
        Solution? ou aide...



        En feuilletant des bouquins à moi, voici ce que j'ai trouvé, sur les cheveux, bien sur c'est sur la calvitie, pas tout à fait pareil sur ce qui nous concerne, mais lis:

        La calvitie est la perte totale ou partielle de cheveux. Bien qu'elle soit plus associée aux hommes, de plus en plus de femmes sont atteintes de calvitie.
        Les cheveux sont le miroir d'une certaine force intérieure et de mes racines. Je pense à Samson (dans les écritures de l'ancien testament) qui perdait sa force les cheveux coupés... les cheveux représentent le lien entre le physique et le spirituel, ce qui me relie au cosmos et à l'energie spirituelle. On les compare souvent à une forme d'antenne avec l'au-delà. Il est dit que l'hérédité est le facteur principal de la calvitie, plus fréquente chez le sexe masculin.LA perte de cheveux (aussi appelée alopécie) signifie que je me suis éloigné du divin en moi. Je suis une personne axée sur le plan matériel plutôt que spirituel. Il se peut que j'aie beaucoup d'intuition mais je préfère m'en tenir davantage à des aspects plus matériels, plus rationnels. souvent, si je perds mes cheveux, je vis une ou plusieurs situations où la tension est si grande que je m'en

        Commentaire


        • Dans le même cas que toi



          Coucou! Je m'arrachais les cils et les sourcils depuis l'âge de mes 7 ans (et oui!Précoce!). J'ai arrêté vers l'âge de 11 ans mais ... est reporté sur les cheveux que j'ai aussi arrêté d'enlever mais vers 13 ans.Moi, je te suggère d'aller voir un psychiatre(selon moi plus efficace qu'un psychologue car il te fait faire des séances de relaxation pour essayer de prendre conscience de ton geste et en même temps de discuter de tes problèmes personnels) et peut être d'essayer de reporter ton TOC sur autre chose par exemple une boule anti-stress....

          Bonne chance à toi!

          Commentaire


          • Repousse des sourcils



            Ah oui! Aussi tout le monde me disait que mes sourcils ainsi que mes cils n'allaient jamais repousser car ça faisait 4 ans que je me les enlevais mais ils ont TRÈS bien repoussé depuis...

            Commentaire


            • Forum ttm



              Bonjour à toutes et à tous... Comme il est difficile de trouver un endroit rien que pour nous, les trichotillomanes, j'ai créé ce forum : http://ttm-entraide. ... .com Je vous y invite!! Nous vaincrons!!

              Commentaire


              • Bonjour à tous,



                J'ai été atteinte de la TTM. J'ai 19 ans et j'ai répté ce toc pendant bien 5 ans. C'est un gouffre, un cercle vicieux lié à nos angoisses, aux stresses.. Pour ma part, j'ai mis beaucoup de temps a admettre que quelques choses n'allait pas, je cachais mes trous en me coiffant bizarement, jusqu'a en porter le foulard.. j'étais de nature originalle et cela ne choquer personnes, pas même mes parents et ma soeur.. Jusqu'au jour, où c'était trop, je n'en pouvais plus, et j'ai appelé à l'aide, j'en ai parlé à ma mere, ma soeur,puis mon père. La honte ne fait de que des choses mauvaises, je n'ai pas su en parler à ma propre famille, c'est pour dire .. Il faut combattre le silence, et faire comprendre sa maladie. C'est donc ce que j'ai fais, j'ai été suivi par une psychatre pour comprendre l'origine de ce trouble, pour admettre mes craintes, mes angoisses, pas de solutions miracles mais comprendre quelques origines aident beaucoup, ma famille proche, m'a beaucoup soutenue, mon petit ami et mes amies egalement. Mais ce climat, ne fait pas arreté le toc.
                J'ai compris avec beaucoup de temps que les moments calmes dits de détente tel que la lecture la tv, l'edormissement, étaient propices pour que le toc intervienne. Alors il faut passer, dans la période d'évitement, je ne regardais plus la tv, je ne lisais plus, et je me couchais que lorsque j'étais vraiment fatiguée...
                Aujourd'hui, je suis sous traitement, mais pas un traitement lourd, non ! Je prends des medicaments qui aident a la repousse des cheveux, et des oméga 3.. cela me donne la peche et meme les jours ou ça ne va pas, je me bouge, ... C'est pas évident, mais il faut se contraindre a cet éffort. Cela fait un moi et demi, que le traitement me motive, je prends sur moi, et je n'arrache plus rien .. Peu a peu, je vois mes cheveux reprendre vie, meme si je trouve le teps parfois long, je suis fiere de mon parcours, il ne faut jamais dire que le combat est fini, car c'est un combatd e toute une vie, il faut etre vigilant .
                Ce qui m'a aidé, c'est le soutien de l'autre, l'aide psychatre, qui nous fais prendre conscience de l'état d'angoisse dans lequel nous nous trouvons.. Depuis, peux j'ai mis en place un carnet, ou je raconte ma vie, et compte les cheveux arrachés, des objectifs se mettent en place face au toc, je ne vois plus de psychatre par contre j'écris assiduemenet dans ce livre qui m'aide a prendre du recul..sur moi, ma vie.
                J'espère ne jamais baisser les bras, il faut etre fort.
                Rien n'est acquis, et ne pas désespéré! C'est si important!
                Je comprends egalement aujourd'hui, que rien est impossible, que meme si mes angoisses font parfois surfaces, la vie est belle, et que le bonheur est la plus belle chose qui soit .

                Soyez courageux et fier, lorsque des objectifs sont atteints. J'ai presque 20 ans, j'ai connu cette maladie, et meme si rien est encore fini, je peux dire que c'est du passé .

                Courage a vous. Soyez combatifs, mettez des choses en place, pour ne pas etre inactif!

                Commentaire


                • Pour porcelaine13



                  Je suis très intéressée par la kinésiologie car j'ai déjà consulté une psychiatre et ça ne m'a pas du tout aidé. Je suis allée voir une kinésiologue mais elle ne connaissait pas la tricotillomanie. Est-ce que ta kinésiologue connaitrait une kinésiologue spécialisée dans la tricotillomanie en région parisienne ?
                  Car je m'arrache les cheveux depuis plus de 20 ans et je ne sais plus quoi faire pour arrêter ce poison.

                  Commentaire


                  • Bjr



                    ecoute sincerement je ne conner pas ce ka la mais faut te faire suivre par des specialiste tente tou pour le tou fo pa rester comme sa.essayer les psy hypnose tout mais attention il n y a pas ke des gens bien veillant sur ce site te laisse pas avoir part les gens ki dise je peus te soigné ... tou sa fuit les conseil part esperiance.

                    Commentaire


                    • Trouve



                      trouve l'origine de trouble, l'élément déclencheur. Depuis quand fais-tu cela ? Que s'est-il passé à cette période ? Trouve la réponse et il faudra ensuite traiter la situation initiale pour que le problème soit résolu.
                      J'ai un master maître praticien en programmation neuro-linguistique, je pratique beaucoup, tu peux avoir confiance.

                      Commentaire


                      • Re: Trichotillomanie

                        :bien:

                        Salut,

                        J'ai 15 ans et ça fait déjà 8 ans que je suis trichotillomane. Au début je suis allée voir des médecins, des ... même, et plusieurs psychologues...rien n'a marché alors j'ai abandonné....puis l'année dernière, à bout de nerfs, j'ai décider d'aller consulter une thérapeute.
                        Là, on ne s'est pas intéressées directement à la trichotillomanie mais plus aux autres problèmes que j'avais, au niveau caractère, personnalité etc. Ça m'a comme libérée, et alors que je n'avais plus aucun espoir pour que ça s'arrange, j'ai fait un changement radical : je me suis rasée la tête (difficile car je suis une fille).
                        Au début, c'est bizarre, on ne se sent pas à l'aise, surtout par rapport au regard des autres....mais après c'est comme une renaissance. Avant, je me gâchais la vie avec ce TOC et dès que j'ai eu la tête rasée, c'est là que je m'en suis réellement rendue compte.
                        Cela fait maintenant 13 jours que j'ai la tête rasée, mes cheveux ont repoussés mais ils sont encore assez court pour que je ne puisse pas me les arracher. Pour l'instant, depuis ma "nouvelle coupe", ou plutôt ma "solution miracle", je n'ai pas m'en arracher un seul, ce qui est un miracle car cela ne m'était jamais arrivé en 8 ans !
                        Enfin bref, tout ça pour dire que moi ça m'a aidé de faire ça (pour l'instant...on verra bien par la suite, quitte à me les recouper très courts), alors je le conseille vraiment à tous ceux qui ont déjà tout essayé, sans succès comme moi......Et puis je suis jeune, alors dites vous que votre cas n'est pas aussi désespéré que le mien

                        Bonne continuation, en espérant que ce que j'ai écrit vous ai aidé.

                        Commentaire


                        • Re: Trichotillomanie

                          Tout dépend de l'ampleur

                          Bonjour j'ai 21 ans et je suis tricho depuis que j'ai pu me toucher les cheveux on a du me rasée les cheveux à la maternelle parce qu'il y avait des trou dans ma chevelure.

                          mais cela a finit par ce calmer au fil du temps
                          c'est un antidépresseur pour moi car je joue avec mes cheveux arracher je me chatouille le visage et cela me fait beaucoup de bien.
                          étant stressée de nature ça m'aide aussi bizarre que cela puisse paraître..

                          au plaisir,

                          Elodie

                          Commentaire


                          • Re: Trichotillomanie

                            Dernier recours

                            Bonjour.

                            Je suppose que la plupart d'entre vous souffre de cette maladie vicieuse et humiliante qu'est la trichotillomanie. Malheureusement je ne pense pas que ce message aidera réellement qui que ce soit, tout comme aucun message, article ou site dédiés à ce TOC ne m'a aidé à m'en sortir.
                            Je m'arrache les cils et une partie des cheveux depuis l'âge de 12 ans, je viens d'en avoir 19. 7 ans de ma vie gâchés par cette ... qui m'a petit à petit enlevée toute vie sociale, estime de soi (déjà très fragile voire quasi inexistante), bien-être, joie de vivre et espoir quant à ma vie future. Cela fait environ 3 ans que je prends des anti-dépresseurs, car j'ai été diagnostiquée dépressive (et hop, encore une tare), ce dont je me doutais depuis mes 10 ans, consciente que mon état constant de mélancolie n'était pas normal. La trichotillomanie l'a fait empirer au fil des années, me faisant me détester de plus en plus chaque jour, physiquement comme moralement.

                            Pour compléter ce fardeau, j'ai des problèmes d'acné depuis des années, que j'ai essayés de résoudre par tous les produits (cosmétiques ou gélules bio en tous genres) et médocs possibles. Seule la pilule a réussi à les atténuer, bien que ces derniers mois je ressemble plus à une gamine ayant la varicelle qu'autre chose.

                            Plus le temps passe, plus il m'est difficile de rester dans cette vie. Mapercevoir dans un miroir, vitre ou écran est devenu un calvaire. Je ne me supporte plus, la trichotillomanie me défigure, mais même sans ça je me déteste. Je ne me suis jamais appréciée physiquement, j'ai toujours eu le sentiment d'être moins bien que les autres et l'image de chaque fille que je croise me renvoie ma laideur et ma maladie en pleine face. A l'heure des peaux parfaites, des sourcils bien remplis et des cils ultra longs, je me sens minable plus que jamais. Pendant que la plupart des filles se maquille le matin pour le plaisir et pour se rendre "plus belle", je m'adonne à cette corvée avec désespoir pour sauver les meubles, faire illusion. Je ne peux même pas passer un jour sans être maquillée, je me sens en constante insécurité. Dès que je peux éviter de sortir dans un lieux publique, je le fais, je ne supporte plus l'idée que qui que ce soit puisse me voir, je me sens indigne d'être regardée, j'ai l'impression d'exposer ouvertement de la laideur aux autres.

                            Pour couronner le tout, j'ai une soeur à peine plus jeune qui est totalement à l'opposé de ce que je suis : bien dans sa peau, joviale, positive, belle, sourcils parfaits, cils d'une longueur outrageante. Rien que ça. Inutile de préciser que je me sens tout à fait merdique à côté. Être confrontée à ce genre de personne est très difficile, surtout quand il s'agit de sa propre soeur, qui par sa simple présence souligne l'immense échec de votre vie et personne toutes entières. J'ai d'ailleurs découvert avant-hier qu'elle avait un copain. Je suis plus détruite que jamais, car il va de soi que ça n'a jamais été mon cas (évidemment la question ne s'est jamais posée me concernant). Pour moi, elle est plus loin que jamais. Libre de tout problème psychologique ou problème physique, elle ira bien au-delà de ce que je n'irai jamais. Je l'envie, j'aimerais savoir ce que ça fait de n'avoir hérité d'aucun problème de famille. Manque de bol, c'est le brouillon qui se ramasse tout.

                            La sensation d'être quelqu'un de raté, sans valeur et méprisable est devenue oppressante, plus difficile à faire taire avec l'âge. La tentation d'en finir avec toute cette souffrance est irrésistible. Il y a quelques semaines, j'ai essayé de me suicider par pendaison, bien résolue à ne plus endurer ce fardeau qu'est ma vie, et que personne ne semble comprendre dans mon entourage. Ca n'a pas marché, car ma soeur (haha) est arrivée "à temps". J'y pense toujours, bien que je sache le chagrin que cela causerait à ma famille.

                            C'est la première fois que j'écris sur mes problèmes de trichotillomanie et de dépression. Je sais qu'énormément de personnes sont dans un cas bien pire que le mien et on des soucis beaucoup plus préoccupants, dans n'importe quel domaine. Mais là n'est pas la question : lorsque la vie n'est que souffrance, peu importe le degré d'importance des préoccupations. Demain j'ai rendez-vous chez un hypnotiseur, dernier recours à ma trichotillomanie, qui aggrave très certainement ma dépression (bien que je pense qu'elle en soit également une conséquence dans ce cercle vicieux), car les séances chez le psy n'avaient absolument rien fait.

                            D'après l'hypnotiseur, un nombre de séances plutôt réduit suffit. C'est la dernière chance que je me donne. Si cela marche, je vous en parlerai. Si la période d'essai que je me donne n'est pas concluante, je compte bien ne pas continuer à m'infliger cette vie miteuse en prenant des médocs jusqu'à ma mort, me permettant tout juste de continuer à observer la loque que je suis.

                            Je suis désolée que ce message soit aussi long et déprimant, mais je voulais voir ce que ça faisait d'exprimer publiquement sa douleur. Ca m'a surtout fait énormément pleurer, car je n'ai pas l'habitude d'exprimer à l'écrit cette partie de ma vie, elle est toujours présente dans ma tête, pèle-mêle, lourde et pesante, mais rarement exprimée clairement point par point.

                            Voilà. Je ne sais pas si certain(e)s auront le temps/courage de lire ce que je viens d'écrire, mais si c'est le cas, je vous remercie d'y avoir prêté attention.

                            Malheureusement je n'ai aucune solution à proposer et j'en suis désolée, car je n'en ai moi-même toujours pas trouvées.

                            Bonne soirée à tous et à bientôt, peut-être.

                            Commentaire

                            Publicité

                            publicité

                            Chargement...
                            X