publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Colopathie fonctionnelle - ma solution

Réduire

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Colopathie fonctionnelle - ma solution



    Bonjour

    Je me présente, je m'appelle Lila j'ai 21ans et j'étais comme vous colopathe. Enfin c'est un bien grand mot. Je sais qu'il y a peu de personnes qui témoignent une fois qu'elle sont "soignées" alors du coup je me suis dit que ça pourrait peut être aidé quelqu'un que je raconte mon histoire. C'est un peu long je sais je voudrais juste que ce soit précis.

    Pour moi ça a commencé au collège j'avais des crises très aigües mais très rare c'était insupportable quand ça arrivait mais c'était pas encore trop dur à gérer. Pour faire une version courte, après au lycée et en études supérieures ça a été de plus en plus souvent, de plus en plus gênant dans la vie de tout les jours jusqu'à devenir vraiment handicapant socialement. Je n'ai jamais eu de relations serieuses avec qui que ce soit, je parle en amitié comme en amour, parce que je me suis beaucoup coupée du monde. Pendant mes années lycée je me suis mise à fumer, des cigarettes et des joints, beaucoup de joints, à vrai dire je suis une grosse consommatrice. J'ai aussi fait énormément de "régimes", de crises de boulimie aussi. J'ai consommé occasionnellement quelques drogues dures mais j'ai surtout bu beaucoup d'alcool pendant 6 mois il y a deux ans, quelque chose comme une demi bouteille à une bouteille de hard par jour. Donc c'est vrai que je suis un peu autodestructrice et que je prend pas soin de moi. C'est justement là qu'est la clé pour moi.

    Cette année j'en ai eu vraiment marre d'être malade j'avais constamment mal au ventre et je ne pouvais pas avoir des journées normales, le seul endroit où je me sentais bien c'était chez moi, à proximité de ma salle de bain et sans personne pour me juger. Donc j'ai vu plein de médecin qui avaient tous l'air d'en avoir rien à faire de ce que je disais et de ne pas avoir envie de m'aider. Le dernier m'a dit que j'étais qu'une angoissée maladive à moitié en riant de moi donc j'ai vraiment pas apprécié passer par ça.

    Ensuite je me suis résignée peu à peu à ce que ce soit vraiment psychologique. Alors j'ai cherché dans ma tête ce qui n'allait pas, et c'est vrai que si il y a quelque chose que je sais, même si j'aime pas me l'entendre dire, c'est que je suis un peu à côté de la plaque. Je crois que je suis hyperémotionnelle et tout un tas de trucs comme ça qui font que j'ai du mal avec la société en général. Puis je réfléchis un peu trop et je suis un peu paranoïaque à cause du joint aussi. Mais attention je suis pas quelqu'un de bizarre ni de froid ni rien, si vous me rencontrez vous vous douterez de rien, une étudiante tout à fait normale, juste un peu plus flemmarde et dans la lune que les autres.

    J'ai pas les moyens d'aller voir un psy, ni un sophrologue, ni de faire de yoga, ni de manger bio, ni tout ce que l'on prescris pour une colopathie, alors j'ai fait avec les moyens du bord. Comme je le fais maintenant j'ai écris mon histoire depuis le début, mais avec bien plus de détails, afin de rechercher toute les causes de mon "instabilité", écrire noir sur blanc ce qui nous travaille, ce qu'on osait pas s'avouer, ce qu'on ne peux pas dire tout haut. Parce que moi j'avais l'impression de m'être inventé une maladie, et c'est un peu le cas, alors si je l'ai fait toute seule je peux me battre toute seule contre elle, il suffit de bloquer les ondes négatives de son cerveau.

    Donc voilà tout ce que j'ai fait et qui ont je pense contribué à ce que j'aille mieux :
    - J'ai écris tout mes sentiments les plus sales et les plus inavouables dont que j'avais en tête, en essayant d'être lucide et d'avoir une vision comme extérieure de ce que je pense, comme si j'étais mon propre psy. Après peut être qu'un vrai psy c'est mieux, mais encore faut il trouvé celui qui vous convient et ne pas vous faire voler.

    - J'ai chassé les ondes négatives. Je me suis mise en tête que je n'avais pas de raison d'aller mal, que si je n'ai pas de maladie physiquement alors c'est que moi aussi mon corps peux fonctionner comme les autres. Par exemple j'ai discuté avec mon frère de tout ça, et il m'a montré que c'est toi qui décide c'est pas ton corps, si je peux me faire tomber malade, alors je peux me faire aller bien aussi. C'est vrai, si tu te met de la musique joyeuse et que tu te concentre sur quelque chose qui te fait plaisir, alors tu seras heureux, c'est aussi simple (ça marche que si c'est un petit bad passager genre pas grave j'entends, pas de sérieux problèmes).

    - J'ai changé ma façon d'interpréter les signes envoyé par mon corps. Quand on a mal au ventre nous les colopathes, c'est une douleur ingérable c'est horrible, moi j'avais des bouffées de chaleur, des vertiges, mais ça ça n'existe pas en vrai. Quoi que tu mange, dans les limites du raisonnable, tu peux pas avoir mal au ventre comme ça. Alors comme ma maman m'a conseillé, j'ai relativisé, quand j'ai senti le mal de ventre, je me suis dit "c'est rien, c'est mes aliments qui passe tranquillement dans mon système et il me font un petit signe au passage, j'ai aucune raison que ce gargouillement se transforme en urgence". Ca paraît un peu con mais quand on y croit ça marche, concentre toi, dis toi que c'est rien, puis quand ça se calme un peu, concentre toi sur autre chose, marche un peu, discute avec quelqu'un, force ton esprit à penser à autre chose et à ne pas faire une montagne d'un rien. Tout le monde est balloné, à des fois des aliments qui passent plus ou moins bien, des douleurs, il faut juste apprendre à les gérer à les minimiser au mieux avec son esprit. C'est comme les déceptions amoureuses, quand on est jeune on a l'impression que c'est la fin du monde puis en grandissant on gère de plus en plus et on fait face comme des patrones.

    - Je me suis remise à sortir. Il faut sortir il faut avoir des amis voir du monde, tout faire. Je vous dit pas de vous murger tout le temps mais s'occuper c'est le mieux qu'on puisse faire, puis bouger aussi, parce que quand on bouge on renforce son corps, on se sent mieux même sur une journée, on remonte son humeur, tout quoi. C'est comme le sport, moi j'en fait très peu parce que j'ai pas le temps et un peu la flemme mais je crois que ça reste la meilleure chose à faire sans se forcer. Balader le chien souvent ça suffit à se sentir un peu mieux !

    - Je fais attention à ce que je mange. Je mange beaucoup de féculents et de trucs pas très diet, mais je sais quels aliments me font stressé. Et temps que ceux ci me font encore stresser, je ne les mange pas. Par exemple le lait chaud, je n'en bois jamais, j'ai pas d'intolérance pourtant mais j'ai juste peur et ça m'y rend intolérante. Il faut manger ce qui nous rassure. Il faut manger en quantité normale aussi, et des lors qu'on a faim. Vous pouvez aussi vous faire une petite cure de bio c'est vraiment pas mal mais ça coûte plus cher et c'est pas simple à cuisiner. J'ai envie de vous déconseiller le surplus de gras aussi qui est dur à digérer et qui vous mettra à plat après le repas, vous empêchant ainsi d'avoir envie de bouger et donc d'activer votre corps.

    - J'ai arrêté de me plaindre. Se plaindre, c'est de la merde, parce que ça n'arrange rien, ça fait chier ton interlocuteur et ça te met de mauvaise humeur. Alors moi je me force à plus me plaindre même si j'en ai envie. J'ai rencontré deux rastas super cools à Barcelone qui vivent en paix totale, qui ne consomment aucun produits chimiques et qui sont l'ami de tout le monde et de la Terre en général. Et ben ça fait du bien, ça fait du bien de se concentrer sur l'essentiel, l'amour, la joie, le rire, la vie quoi. On fait que se concentrer sur les problèmes et on ne vit plus, on travaille beaucoup, on voit pas le temps passer et du coup on est tout le temps sous pression, angoissés et dans le mal être. Mais si tu prend 5min pour y penser y'a vraiment des choses qui valent le coup qu'on soit là, qui valent le coup qu'on se concentre dessus plus que sur le reste. Je sais que c'est vraiment facile à dire mais sans vouloir changer le monde je crois vraiment qu'on devrait se détendre et profiter des petites choses, un rayon de soleil, un moment avec un être cher, un repas je sais pas. Ce que vous pouvez trouver. On est vivants on a de la chance on peut pas se laisser bouffer par nous même sans raison.

    Voilà c'était très long et y'avait beaucoup de points de vue très personnels, j'imagine que beaucoup d'entre vous on vécu ou vivent des choses que je ne connais pas et qui sont bien plus difficiles mais essayez d'être heureux et en harmonie avec vous même, acceptez vous comme vous êtes, avec votre corps sensibles qui a besoin que vous en preniez soin, pensez à respirer profondément quand vous sentez la pression monter, moi j'inspire par le nez et j'expire par la bouche, je sais pas comment ils font en sophrologie mais je pense que je devrais me renseigner, essayer un de ces quatres. En tout cas vous n'avez pas besoin de médecin, ni de médicaments, juste de prendre du temps pour vous, de vous détendre, de vous écouter, de prendre le temps de connaitre votre corps, d'anticiper ses réactions et de ne pas en avoir peur, juste les voir comme le signe que votre corps fonctionne et qu'il fait son travail. Aujourd'hui moi je vais vraiment bien, de temps en temps j'ai un peu mal au ventre, mais je me dis juste "je suis occupée, c'est pas le moment, y'a pas de raison que je puisse pas me sentir bien une journée / soirée entière comme tout le monde", je respire profondément sans paniquer mais au contraire de façon à me détendre, doucement, puis en une minute ça va mieux et je me trouve un autre centre d'intérêt pour ne plus y penser. Puis disparu. Je passe des journées entières avec des gens maintenant, loin de chez moi, je mange avec eux des gros repas fin je redécouvre un peu les joies des études quoi.

    Bon je vais m'arrêter là c'est déjà assez long, je sais pas si ça aura pû aider quelqu'un, en tout cas si vous avez des questions ou quoi que ce soit dites moi, je me suis pas relue alors c'est possible que ce soit un vrai foutoir ce texte

    Je sais qu'être colopathe c'est l'horreur, et que le surmonter est difficile, mais tout les médecins et les traitements du monde ne vous ferons rien à côté d'un travail personnel, de bonne volonté et d'un peu d'amour. Et c'est vraiment pas pour faire une jolie phrases naïves de changement du monde, c'est juste que ... tout un tas de produits chimiques genre Immodium où que ne sais je dans ton corps le rendra juste plus incapable de se contrôler par lui même, et que voir un psy ou un acuponcteur à 50 la séance une fois par semaine te rendra simplement plus angoissé en fin de mois quand tu ne sauras plus comment payé, avec ça il vaut mieux se payer un cinéma, ou une sortie en ville, ou l'essence pour aller faire une balade à la campagne et respirer de l'air frais en contemplant ce qu'il y a de beau pour nous ici.

    C'est tout Bon courage à tous et à bientôt

    Ps : ne soyez pas méchants s'il vous plait c'est la première fois que j'écris quoi que ce soit sur un forum et aussi la première fois que je dévoile autant de détails gênants sur moi en public.. Merci !

    Lila

  • Re: Colopathie fonctionnelle - ma solution

    Super

    ;vraiment qund nous disons ce que nous ressons,c'est un grand soulagement

    Commentaire


    • Re: Colopathie fonctionnelle - ma solution

      Super
      C'est sûr !

      Oui c'est vraiment le mieux à faire si tu es dans ce cas ! N'hésite surtout pas à partager ton expérience !

      Commentaire


      • Re: Colopathie fonctionnelle - ma solution

        Colo anxio déprimeuse :fou:

        Je te remercie de cette lettre.Tu es si jeune et tu as sans doute compris beaucoup de choses ....Je me reconnais dans ce que tu écris et je n'arrive pas à faire abstraction de tout ce qui me perturbe . Pourtant, j'ai 50 piges et mon passé est plein de tous les symptômes que tu décris. Pour autant j'aimerai tellement arriver à les occulter ..
        Médicaments, spécialistes, procédés à tout faire , j'en essaye des choses et je laisse tomber qd c trop long.
        Si je pouvais faire comme toi et relativiser;
        Je ne sais pas si tu liras ce com car tu as dit que tu ne reviendrais plus sur le forum, mais si par hasard !!!!!!!contacte moi, ça me fera du bien de pouvoir parler comme tu as pu le faire ( ça a du te délivrer en meme temps)
        J'espère te relire .
        A bientôt .
        Aline

        Commentaire

        Publicité

        Forum-Archive: 2013-102014-042014-05

        publicité

        Chargement...
        X