publicité

publicité

Mal de dos pendant la grossesse : les lombalgies

Publié par : rédaction Onmeda (11. avril 2017)

Focus sur les lombalgies :

Fréquence
Facteurs de risque
Manifestations cliniques
Évolution après l'accouchement
Aspects thérapeutiques

1.     Fréquence

20 à 50 % des femmes ont des lombalgies pendant la grossesse. La fréquence des lombalgies n'est pas également répartie au cours de la grossesse : celles-ci apparaissent vers la 18e semaine (soit environ six semaines après l'obtention du taux maximum de relaxine), et augmentent progressivement de fréquence jusqu'à l'accouchement.

Dans le post-partum, environ 90 % des lombalgies disparaissent dans des délais de 4 mois en moyenne. Le nombre de grossesses semble augmenter la fréquence des lombalgies et des douleurs pelviennes.

2.     Facteurs de risque

Débutant avant que la prise de poids ne soit importante, les lombalgies ne sont pas liées directement à la composante mécanique de majoration de la charge physique. Apparaissent comme facteurs de risque pendant la grossesse la présence d'une activité professionnelle intense, physique, stressante, des antécédents de lombalgie, en général ou pendant une première grossesse ou dans le post-partum précédent.

Comme dans la lombalgie commune, le contexte environnemental social joue un rôle : niveau socioéconomique bas, facteurs psychoaffectifs, sociologiques (soutien social, statut marital, vécu des grossesses précédentes, relation maternelle). Ces facteurs qui rejoignent ceux de la lombalgie commune sont très proches de ceux de la dépression de la grossesse et surtout du post-partum.

3.     Manifestations cliniques

Les lombalgies au cours de la grossesse sont généralement peu intenses et bien tolérées. Souvent de rythme mécanique, elles sont augmentées par la marche et les postures penchées vers l’avant. L'incapacité est modérée. Elles peuvent cependant entraîner des troubles du sommeil et une gêne dans la vie quotidienne. Les douleurs pelviennes ont un retentissement fonctionnel plus important sur l'ensemble des activités de la vie quotidienne (ménage, marche, loisirs). La conjonction de douleurs lombaires et pelviennes majore très nettement l'incapacité.

4.     Évolution après l'accouchement

Dans la grande majorité des cas, l'évolution des douleurs lombaires et pelviennes est favorable, le plus souvent dans les six mois suivant l'accouchement.

Plusieurs facteurs semblent être prédictifs de la persistance de lombalgies après l'accouchement : une perte de force et d'endurance des muscles extenseurs de la colonne et des abdominaux, un contexte professionnel stressant ou une insuffisance de repos pendant le travail, la précocité d'apparition des douleurs pendant la grossesse.

Ces données sont à rapprocher de celles concernant la lombalgie commune : dès lors que des facteurs environnementaux favorisent la survenue des douleurs et l'incapacité, il est logique en l'absence de correction de ces facteurs que le défaut de gestion de la douleur se poursuive au-delà de l'accouchement, indépendamment des facteurs biomécaniques que sont la prise de poids pendant la grossesse ou le poids du nouveau-né.

Ce qui semble être au cœur de la persistance de la douleur, voire être à l'origine de sa récidive à l'occasion d'une nouvelle grossesse, est le comportement d'évitement anxieux.

5.     Aspects thérapeutiques

Le traitement symptomatique par voie générale repose sur le paracétamol. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont formellement contre-indiqués à partir du 6è mois de grossesse. Eventuellement une cure courte de corticoïdes peut être proposée si le paracétamol est insuffisant. L'acupuncture peut être utile pour réduire la douleur.

Comme dans la lombalgie commune, l’intérêt d’une activité physique régulière doit être souligné. De même, la pratique d'exercices de relaxation (yoga, sophrologie) peut être préconisée. Les thérapies manuelles ostéopathiques peuvent aussi être proposées par des thérapeutes expérimentés compte tenu de la détente ligamentaire et musculotendineuse.

La rééducation peut être utile (éventuellement en piscine), puisque le manque de force et d'endurance des muscles abdominaux et extenseurs spinaux est associé à une plus grande fréquence de lombalgies et de douleurs pelviennes.

Suivez les exercices et conseils de notre coach qui proposent quelques exercices doux pour musclerle périnée. Attention : Ces exercices proposés par le coach sportif ne remplacent en aucun cas une rééducation périnéale effectuée par un kinésithérapeute !

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Grossese, Dos ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Contre les douleurs de dos, l’Ibuprofène aurait peu d'avantages
> Grossesse et ibuprofène ne font pas bon ménage
> Baby blues : la dépression post partum
> Sophrologie et grossesse : comment ça marche ?