Arnica : tout ce qu'elle peut soigner

Publié par : Elide Achille (27. mai 2015)

© iStock

Bobo, douleur, bleu... et on pense alors très souvent à arnica. Mais pourquoi au juste ? Qu'est-donc l'arnica ? Et quelles sont ses effets exacts ?

L’arnica est une plante qui fait partie de la famille botanique des Asteraceae. L’arnica montana, selon son appellation latine, est originaire des régions montagneuses européennes médianes, notamment en France. Elle pousse en altitude, sur des sols inclinés et acides.

L’arnica a l’aspect d’une grosse marguerite jaune orangée, avec une tige verte pale recouverte de petits poils odorants appelés trichomes. Lors de la fabrication des médicaments homéopathiques à base d’arnica montana, c’est la plante fraîche et entière qui est utilisée, car toutes ses parties renferment de nombreux procédés chimiques.

L’arnica est reconnue pour ses propriétés médicinales et utilisée depuis l’antiquité à titre curatif, pour son pouvoir antidouleur. Cette plante contient en effet des molécules actives aux propriétés anti-inflammatoires, veinotoniques, antiseptiques et anti-oxydantes (lactones sesquiterpéniques, flavonoïdes, …). 

La teinture mère d’arnica, solution obtenue après 4 étapes de fabrication (macération, expression, filtration, contrôle), est la base des médicaments homéopathiques.

Les médicaments homéopathiques à base d’arnica sont traditionnellement indiqués pour soulager les symptômes des affections d’origine traumatique :

L'arnica en homéopathie

Comment est transformé la plante arnica en médicament homéoptahoque ?

Dans la fabrication des médicaments homéopathiques à base d'arnica, on utilise donc la teinture mère de la plante.

Avant de pouvoir être transformées en teinture mère, les plantes subissent des contrôles de qualité afin de s’assurer qu’elles respectent les référentiels de la pharmacopée européenne dans laquelle sont définies les Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments homéopathiques.

Dès leur arrivée en laboratoire, les plantes sont donc soumises à des analyses phyto-chimiques. Une fois vérifiée leur conformité, le processus de transformation peut commencer, afin d'extraire les principes actifs de l'arnica à travers un procédé qui prévoit différentes étapes.

On commence par celle qu’on appelle la « macération ». Cette étape consiste à mettre la plante fraîche en contact avec un mélange hydro-alcoolique pendant environ une trentaine de jours, à l’intérieur de récipients en acier inoxydable, pour permettre aux principes actifs de l’arnica de migrer dans le liquide.

Ce mélange hydro-alcoolique est après récupéré par un procédé d’expression et de filtration, afin d’obtenir une teinture mère qui servira de base à la fabrication des dilutions homéopathiques. Pour finir, la teinture mère est contrôlée, afin de vérifier qu'elle est conforme aux Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments homéopathiques.

Bon à savoir : Plantes médicinales : quand et comment les utiliser ?

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Homéopathie et médecines douces !

A lire aussi :

> Les traitements par  homéopathie
> Maux du quotidien : 20 anti-douleurs naturels à piquer dans la cuisine
> Soigner son enfant à l'homéo : l'arnica contre les bosses et les bleus
> L'homéopathie contre le stress : est-ce que ça marche ?


Auteur : Elide Achille.

Consultant expert : Dr Frédéric Voirin, médecin homéopathe.