publicité

publicité

Bursite (Hygroma)

Publié par : rédaction Onmeda (21. mars 2018)

© iStock

Vous avez peut-être déjà eu une bursite (ou hygroma) sans le savoir. L’inflammation des bourses séreuses, ces précieuses petites protections de nos articulations, n’est pas dangereuse mais elle peut être embêtante.

C’est quoi une bourse séreuse ?

Comme son nom l’indique, une bourse est une petite poche formée de tissu conjonctif et renfermant du liquide synovial.

À chaque fois que vous faites un mouvement, les muscles et les tendons glissent sur les os.

Accrochées à ces derniers, à proximité des articulations, les bourses jouent le rôle de lubrifiant pour que cela se fasse harmonieusement et sans provoquer de frottements.

A savoir : Le membrane synoviale entoure l'articulation et permet d'assurer sa lubrification via la secrétion du liquide synovial (ou synovie).

Ce rôle de protection est un peu comme celui des patins collés aux chaises pour protéger le sol sauf que les bourses suivent les mouvements.  

Le saviez-vous ? : En anglais arthrite se traduit par « arthritis » et arthrose par « osteoarthritis » mais attention, en dépit de la proximité des termes, les deux affections sont très différentes.

Arthrite et arthrose : quelles différences ? © Shutterstock

Quelle est la différence entre une arthrose et une arthrite ? L’arthrose est une affection qui touche surtout le cartilage, alors que l’arthrite est une affection inflammatoire qui atteint d’abord la membrane synoviale (structure qui entoure l’articulation et qui assure sa lubrification en secrétant le liquide synovial.

Hygroma ou bursite ?

Les deux termes ont exactement la même signification.

Certains médecins utilisent plus volontiers le terme de bursite car hygroma serait plus approprié pour définir une collection séreuse enkystée.

C’est quoi la bursite ?

En médecine, quasi tous les termes qui se terminent par « ite » signifient qu’il y a une inflammation. Comme tout tissu ou organe, les bourses peuvent aussi être le siège d’une inflammation :

  • on peut avoir une bursite aiguë, qui se manifeste soudainement,
  • ou une bursite chronique qui apparaît progressivement sur du long terme.

Les deux provoquent pêle-mêle des douleurs, une rougeur et des difficultés à exécuter certains mouvements. Évidemment tous les endroits où l’on trouve ces bourses peuvent être atteints.

Il y a toutefois des localisations qui sont plus souvent concernées. C’est le cas du coude. Cette petite bosse un peu rouge et douloureuse que vous avez peut-être vu apparaître sur l’os protubérant de votre coude et qui a disparu peu de temps après, était probablement une bursite oléocrânienne.

D’autres endroits du corps sont plus fréquemment sujets aux bursites :

  • Bursite à l’épaule : la bourse sous-acromiale ou celle sous-deltoïdienne, qui sont situés à différents endroits de l’épaule.
  • Bursite au genou : La bursite pré-patellaire ou infra-patellaire est la plus répandue et elle concerne la bourse qui est située entre la rotule et la peau
  • Bursite à la hanche : Dans ces cas aussi toutes les bourses sont susceptibles d’être concernées mais la bursite la plus souvent croisée est la trochantérienne, qui est située entre le grand trochanter (sur la partie supérieure du fémur) et les muscles et tendons des hanches et du postérieur.
  • Bursite au pied ou au talon : bursite rétro-calcanéenne ou pré-calcanéenne qui concerne la partie arrière ou inférieure du talon.
  • Bursite à la base du gros orteil : Souvent liée à une déviation du gros orteil (le fameux hallux valgus)

Hallux valgus : les talons mis en cause ? © iStock

L'hallux valgus, ou « oignon du pied », est la malformation des orteils la plus fréquente. La chirurgie est le seul moyen pour corriger ce mauvais positionnement des orteils. Environ 90 % des patients opérés sont… des femmes.

Comment se manifeste la bursite ?

Comme toute inflammation, la bursite est associée à une chaleur et une rougeur, ainsi qu’un gonflement au niveau de la zone touchée. La douleur est plus ou moins discrète, et est surtout présente lorsqu’on appuie sur cette partie ou lors des mouvements qui sollicitent l’articulation.

Dans certains cas, elle peut être confondue, à tort, avec une tendinite. D’où l’importance de prendre rendez-vous chez le médecin pour un diagnostic adéquat.

D’autant qu’une bursite peut aussi être liée à une infection, dans ce cas on voit également apparaître des épisodes fébriles.

Bursite : quelles causes ?

  • La principale cause des bursites est l’hyper sollicitation. Quand un mouvement est répété au-delà des capacités d’adaptation, on parle de surmenage. De fait les tissus qui sont autour de l’articulation peuvent être endommagés et créer de l’inflammation, donc une bursite.
    >> C’est ce qui arrive chez les grands sportifs qui reproduisent encore et encore le même geste.
    >> C’est aussi le cas pour certaines professions, par exemple chez les carreleurs, on assiste à la bursite du genou en raison de leur position fréquemment agenouillée. De façon général un déséquilibre trop important dans les gestes peut déboucher sur une bursite.
  • Un choc, ou un traumatisme physique comme une contusion, peuvent aussi provoquer une bursite.
  • Des pathologies de type arthrite comme la polyarthrite rhumatoïde créent un terrain favorable à l’inflammation de la bourse.
  • La goutte est aussi une cause de la bursite, notamment avec la création de cristaux (à base d’acide urique) qui provoquent frictions, déchirure et inflammation
  • Enfin des plaies peuvent être une porte d’entrée des bactéries et on assiste à une infection de la bourse : la bursite septique. C’est pour cette raison qu’il est absolument indispensable de se le faire diagnostiquer par un médecin pour ne pas passer à côté.

Eviter la bursite

Dans la mesure du possible, il faut éviter les gestes répétitifs ou les stations prolongées dans la même position sans protection. Pensez aux genouillères par exemple.

Adaptez les conditions de travail à votre propre confort et attention aux traumatismes et aux chocs violents sur les articulations.

Traitements

Dans la majorité des cas la bursite se résorbe spontanément en quelques jours. Le repos de l’articulation en question est conseillé, avec une poche de glace ou d’alcool mélangé à de l’eau, afin de diminuer l’inflammation.

Attention : N'utilisez pas d’alcool pur, cela pourrait brûler la peau.

Certains médecins préconisent la prise de médicaments anti-inflammatoires par voie orale.

Si des ponctions sont réalisées, il faut savoir que cela n’est pas forcément couronné de succès. Si le médecin est certain que la bursite n’est pas infectieuse, il peut proposer une injection de corticoïdes.

Dans le cas d’une bursite septique ce sont des antibiotiques par voie orale qui sont prescrites.

Lors de récidives particulièrement pénibles, il est possible que le médecin envisage une bursitectomie. Cet acte chirurgical qui consiste en l’ablation de la bourse est très exceptionnel.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS thématiques ou Un médecin vous répond !

A lire aussi : 

Mal genou : des éventuelles causes aux solutions
Arthrose du genou
La goutte : une maladie qui n'a pas disparue !
> Polyarthrite rhumatoïde

Sources et notes

Auteur : Ladane Azernour-Bonnefoy, Généticienne

  • Dictionnaire des termes de médecine – Garnier Delamare
  • Rhumatologie, Orthopédie, Rabika Belkhir, Elias Dagher, Hubert Marotte, Adeline Ruyssen Witrand, Nathalie Somogyi-Demerjian – Elsevier Masson
  • Les exercices qui vous soignent – Roberto Poirier, Jean Drouin, Denis Pedneault - Éditions de l’Homme

Note de l'auteur : (L’usage du masculin a pour but d’alléger le texte sans préjudice pour la forme féminine.)