publicité

publicité

5 raisons pour lesquelles les animaux de compagnie sont bons pour notre santé

Publié par : Dorothee Gebele (08. février 2018)

© iStock

Toux ceux qui ont un animal de compagnie le savent depuis longtemps : leurs compagnons leur font du bien. Et les sciences leur donnent raison !

Des études scientifiques ont en effet démontré que la cohabitation avec un animal domestique a un impact positif sur notre santé physique et psychique.

De la longévité à la résistance au stress… Nous vous présentons 5 raisons pour lesquelles les animaux de compagnie sont bons pour notre santé !

Le contact social est facilité

Quelle est la différence entre la salle d’attente chez un vétérinaire et celle, disons, d’un dentiste ou d’un dermatologue ? Et bien, chez le vétérinaire, on discute plus facilement avec son voisin.

C'est bien connu, les animaux de compagnie favorisent les rencontres et permettent de créer des liens ! Ainsi, les propriétaires d’un animal de compagnie ont plus de chances de faire connaissance avec leurs voisins d’immeuble ou de quartier. Ce qui fait qu’ils ont également plus de chances de trouver de l’aide dans leur entourage : un simple soutien moral ou un petit coup de main entre voisins en cas de pépin.

Les chiens, les meilleurs amis de l’Homme, sont particulièrement connus pour leur capacité de contrer l’isolement : parce qu’ils sont de fidèles compagnons, mais aussi parce qu’ils facilitent le contact avec d’autres personnes. Dans la rue, au parc, que ce soit avec d’autres propriétaires de chien ou des enfants qui sont attirés par notre petite boule de poile…

Etant donné que l’isolement et l’exclusion sociale peuvent littéralement rendre malades et être à l’origine de troubles psychiques, les animaux de compagnie peuvent donc constituer une aide précieuse, notamment chez les personnes âgées et seules.

Moins de problèmes de surpoids

Et oui : Les propriétaires d’un chien ont moins de problèmes de surpoids

Parmi tous les animaux de compagnie, les chiens sont les plus aptes à maintenir leurs propriétaires en forme : il a été démontré à maintes reprises que les propriétaires d’un chien sont plus actifs et passent plus de temps à l’extérieur. C’est pourquoi ils s’approchent plus des recommandations générales en termes d’activité physique que les personnes sans chien.

De ce fait, les personnes qui promènent régulièrement leur chien souffrent moins souvent de surpoids ou d’obésité que les personnes n’ayant pas de chien.

Une meilleure gestion du stress

Les propriétaires d’un animal de compagnie gèrent mieux le stress. Est-ce vrai ? D’après plusieurs études, il existerait en effet un lien entre la présence d’un animal de compagnie d’un côté, et un niveau de stress et une tension artérielle basses d’un autre côté.

Ainsi, le fait d’avoir un chien semble avoir un effet positif sur le système nerveux végétatif : Chez les propriétaires de chien, le système nerveux parasympathique montre une plus forte activité, alors que l’activité du système nerveux sympathique est diminuée.

Résultat : les propriétaires d’un chien réagissent moins – c’est-à-dire mieux – au stress.

Aussi, si la tension artérielle augmente par exemple suite à un effort, les valeurs se normaliseraient plus rapidement chez les propriétaires d’un chien par la suite.

Les effets des systèmes nerveux (para)sympathiques sur nos organe :

Organe Système nerveux sympathique Système n. parasympathique
Coeur Augmentation de la fréquence cardiaque Diminution de la fréquence cardiaque
Vaisseaux sanguins Vasoconstriction Vasodilatation dans certains territoires
Tension artérielle Augmentation (suite à la constriction
des vaisseaux sanguins
Baisse (suite à la dilatation
des vaisseaux sanguins)
Poumons Dilatation des bronches Bronchoconstriction
Tube digestif Inhibition des sécrétions digestives Stimulation des sécrétions digestives
Yeux Dilatation des pupilles Contraction des pupilles
Vessie Relâchement, favorise la rétention de l’urine Contraction, favorise la miction

Moins de vistites médicales

Un apple a day keeps the doctor away. Tout le monde connaît ce fameux dicton. Et s'il en était de même avec les animaux de compagnie ? Il semblerait en effet que les propriétaires d’un animal de compagnie ont plus rarement besoin d’un médecin.

Une étude menée en Allemagne et en Australie l’a démontré : en partant d’un état de santé équivalent, après 5 ans, les propriétaires d’un animal de compagnie avaient moins souvent besoin d’un médecin que les personnes sans animal. Ceux qui avaient un animal de compagnie pendant toute cette durée ont effectué moins de visites médicales.

On peut en conclure que les personnes ayant un animal de compagnie depuis au moins 5 ans constituent la population avec le meilleur état de santé.

Une vie plus longue grâce aux animaux ?

Un animal domestique permettrait de vivre plus longtemps – en favorisant un système cardio-vasculaire en bonne santé chez son « maître ». Or, les maladies cardio-vasculaires constituent la principale cause de décès dans le monde. En 2016, elles étaient responsables de 45% des décès en Europe !

Les points cités ci-dessus expliquent déjà en grande partie pourquoi les propriétaires d’un animal de compagnie souffrent moins de maladies cardio-vasculaires : Le stress (par exemple dû à un isolement, à la dépression, à l’exclusion sociale), une tension artérielle élevée et un manque d’activité physique augmentent le risque de maladies cardio-vasculaires. Chez de nombreux propriétaires d’un animal domestique, ces facteurs sont donc moins présents.

Ainsi, une étude suédoise, menée auprès de plus de 3,4 millions de personnes, a démontré que le fait d’être propriétaire d’un chien est corrélé avec un risque diminué de maladies cardio-vasculaires et un taux de mortalité réduit.

D’autres chercheurs ont constaté un effet similaire chez les propriétaires de chats : ils affichent un risque d’infarctus nettement plus bas et un risque cardiovasculaire légèrement moins élevé que les personnes n’ayant pas de chat (ni ce chien).

En images : quel animal de compagnie pour mon enfant?

Pour résumer :

Il n’y a pas de règle générale ni de garantie. Si et à quelle mesure quelqu’un profite du fait d’avoir un animal de compagnie, dépend de facteurs individuels :

  • Les personnes âgées, timides ou seules profitent particulièrement de la compagnie de leur animal – et des contacts sociaux que ces derniers facilitent.
  • Chez les personnes ayant du mal à gérer le stress, la présence d’un animal a un effet relaxant et permet éventuellement même de baisser la tension artérielle.
  • Les personnes à tendance sédentaire profitent de l’effet santé donné par les promenades régulières avec leur chien.

Chez les jeunes

Chez les enfants et les adolescents, le fait de grandir avec un animal domestique peut avoir un impact positif sur leur système immunitaire. Aussi, la présence d’un animal de compagnie leur apprend le sens de la responsabilité.

Le saviez-vous ?

La plupart des études sur l’impact des animaux domestiques ont été menées auprès de propriétaires de chiens et de chats. Mais d’autres animaux peuvent également avoir un impact positif sur notre santé ! Ainsi, il a été démontré que les chèvres, les poissons et les serpents peuvent avoir un effet anti-stress…

13 conseils pour vivre mieux et plus longtemps

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS !

A lire aussi :

> Un animal de compagnie pour mon enfant : une bonne idée ?
> Le manque d’exercice chez les femmes âgées accentuerait le vieillissement biologique
> VIDEO : Exercices pour les personnes en surpoids
> Mon enfant risque-t-il de devenir obèse ?
> Allergique aux chats : causes, symptômes et solutions

Sources

Mubanga, M., Byberg, L., et al. : Dog ownership and the risk of cardiovascular disease and death – a nationwide cohort study. Scientific Reports 7, Art. No. 15821 (17/11/2017)

Wood, L., Martin, K., et al. : The Pet Factor - Companion Animals as a Conduit for Getting to Know People, Friendship Formation and Social Support. PLoS ONE, Vol. 10, Iss. 4, Art. No. e0122085 (29/4/2015)

Levine, G.N., Allen, K., et al. : Pet Ownership and Cardiovascular Risk. A Scientific Statement From the American Heart Association. Circulation, Vol. 127, Iss. 23, pp. 2353–2363 (11/6/2013)

Qureshi, A.I., et al. : Cat ownership and the Risk of Fatal Cardiovascular Diseases. Results from the Second National Health and Nutrition Examination Study Mortality Follow-up Study. Journal of Vascular and Interverntional Neurology, Vol. 2, Iss. 1, pp. 132–135 (Janvier 2009)

Headey, B., Grabka, M.M. : Pets and Human Health in Germany and Australia: National Longitudinal Results. Social Indicators Research, Vol. 80, Iss. 2, pp. 297–311 (Janvier 2007)